Avertir le modérateur

  • Hollande humilié par Obama,… et la France avec

    Vous ne connaissez-vous peut-être pas François Asselineau et son UPR, ou peut-être n’appréciez-vous pas… Ce n’est pas la personne d’Asselineau, ni son programme qui sont ici en cause, mais une vidéo publiée par l'UPR – signalée des amis, que je remercie – sur l’humiliation infligée par Obama à Hollande lors de son dernier voyage aux Etats-Unis (Amérique du Nord, Territoire indien occupé). Hollande massacré par l’humoriste Stephen Colbert, avec le couple Obama à la manœuvre

    Hollande comme un gros dindon,… Une vidéo qui prend tout son sens quand on sait qu’Obama faisait écouter Hollande… et qu’hier l’ambassadrice des US à Paris a fait savoir qu’elle refusait de se rendre à l’invitation de l’Assemblée Nationale à propos des écoutes…

    Les US n’ont pas besoin d’alliés, mais de vassaux. Une humiliation à un point tel que c’est tout le pays qui est sali.   

    Stephen-Colbert-se-moque-de-Francois-Hollande-dans-son-emission-The-Colbert-Report_exact1024x768_l.jpg

    Capture-d’écran-2014-03-29-à-13.04.50.png 

  • Une idée du crime

    Comme un enfant, notre sur-informée (de conneries) société soudain le découvre le crime avec l’affaire de Saint-Quentin-Fallavier : une personne au profil commun, et donc avec de grosses taches, pour un motif futile bascule dans le crime, et ajoute des actes de barbaries… La vie de tous les jours de cours d’assises… Pas la peine d’en faire une apoplexie…

    Je n'ai pas eu besoin de chercher longtemps pour trouver une affaire, racontée par Ouest-France d'hier. 

    sidetour_full_SideTour_Crime_Scene.jpg

     

    Acte de barbarie : deux frères jugés aux assises

    « Le vol est puni de la réclusion criminelle à perpétuité, lorsqu’il est accompagné de violences ayant entraîné la mort, ou d’actes de barbarie. » Bien que noyée dans l’ordonnance de mise accusation, la phrase a résonné dans la cour d’assises, dès l’ouverture du procès.

    Les deux hommes l’ont encaissée, bras croisés, dans le box des accusés. Il est reproché aux frères de 21 ans et 22 ans, d’être les auteurs d’un vol avec violence ayant entraîné la mort de Sylvain Cormary.

    Les faits remontent au 1er juillet 2013, à Saint-Hilaire-des-Loges. Le duo, sans domicile fixe, se rend ce soir-là chez la victime. Sylvain Cormary qui vit également dans une très grande précarité, se fait agresser d’entrée.

    Il est roué de coups. La maison est retournée pour être cambriolée… L’acte de trop : un seau d’excréments est versé sur la tête de la victime, puis les frères détalent avec divers objets de pacotille.

    L’homme de 43 ans décédera le 4 juillet. Et pourquoi les frères SDF auraient commis de tels actes sur un homme autant démuni qu’eux ? Selon l'aîné « La première idée était de pouvoir se faire héberger. En même temps, on avait bu, et on a décidé de le voler. »

    L'accusé, totalement enlisé dans ses explications, a soudain minimisé son implication. Il a chargé son cadet. « Je ne pensais pas qu’il aurait pu être aussi violent que ça. Moi, j’ai juste donné un coup de pied dans le dos. . »

    Son jeune frère avoue avoir joué de la bombe lacrymogène dès l’ouverture de la porte, puis avoir asséné un coup-de-poing, ou encore divers coups de pieds.

    « Par contre le seau d’excréments, c’est pas moi. J’ai dit à mon frère que c’était dégueulasse de faire ça. » Son aîné jure que c'est l’inverse. Les débats reprennent ce mardi, à 9 h ».

    augmented-reality-goggles-virtually-recreate-crime-scenes-video--b3407aeb47.jpg

    Au moment des faits, Ouest-France avait ainsi raconté l’affaire, et notez les propos du maire.

    Coups et actes de barbarie : un homme décède

    Agressée à son domicile de Saint-Hilaire-des-Loges, en Vendée, dans la nuit de lundi à mardi, la victime est décédée hier. Deux suspects, deux frères, ont été placés en garde à vue.

    C'est une amie qui a découvert la victime, dans sa maison située rue de l'Ancien-Bourg, à Saint-Hilaire-des-Loges, une commune située à l'est de Fontenay-le-Comte. Inquiète de ne pas avoir de nouvelles depuis plusieurs jours, elle s'est rendue à son domicile, mercredi en milieu de journée. Agé de 43 ans, Sylvain Cormary était inconscient. Son corps, tuméfié, portait de nombreuses traces de coups.

    Transporté à l'hôpital de Fontenay-le-Comte puis au centre hospitalier de La Roche-sur-Yon, l'homme est décédé hier matin. « Les enquêteurs ont vu que divers objets avaient été volés au domicile, dont un téléphone portable. Les investigations ont conduit à interpeller deux hommes, mercredi en fin d'après-midi, vers 17 h 30 », indique le procureur de la République de La Roche-sur-Yon, Hervé Lollic. Ils sont soupçonnés d'être les auteurs des vols et des coups.

    Bernard Boeuf, maire de Saint-Hilaire-des-Loges, est sous le choc: « J'ai été appelé par les gendarmes qui m'ont informé que Sylvain Cormary avait été attaqué. Mais je ne savais pas qu'il était décédé. C'était un homme discret, qui travaillait. Il vivait seul et sans enfant », précise-t-il.

    Interpellés à Saint-Hilaire-des-Loges, les deux hommes ont été placés en garde à vue. Il s'agit de deux frères, d'une vingtaine d'années, décrits par le procureur comme « appartenant au milieu SDF ».

    «Ce sont deux jeunes de l'assistance publique, je connaissais la famille où ils étaient, s'étonne le maire. Mais ils n'ont jamais posé de problème dans la commune. » Bernard Bœuf évoque l'aîné des deux « qui s'en est bien sorti, avec un bon travail ». Et un plus jeune, « qui traînait depuis son départ de la famille d'accueil, sans travail ». L'un d'eux aurait reconnu avoir porté des coups, dans la nuit de lundi à mardi.

    Les deux frères avaient-ils l'intention de voler la victime quand ils se sont présentés à son domicile ? Voulaient-ils seulement se faire héberger ? « Les versions divergent », affirme le procureur.

    Selon lui, la victime a pu être agressée avec une bombe lacrymogène, mais aussi « attachée avec du ruban adhésif ».

    Les deux jeunes suspects seront présentés au parquet aujourd'hui vendredi. Le procureur indique qu'il devrait ouvrir une information judiciaire pour « vols avec violences ayant entraîné la mort, avec actes de barbarie ». La victime aurait probablement été aspergée avec le contenu d'un « pot de chambre ».

    *   *   *

     

    Ils sont venus se faire héberger chez une connaissance… Sans savoir pourquoi, ça tourne à l’hyper-violence, pour un vol de pacotille. La victime est rouée de coup… Les agresseurs laissent la victime mourante, lui vident un sceau d’excréments sur la tête, et prennent la fuite… Crime avec actes de barbarie… pour rien. C’est ça, le crime. C’est ça, la violence. 

  • Saint-Quentin-Fallavier : Hystérie islamophobe, refoulement du crime, et immaturité politique

    Nous venons de vivre une scène d’hystérie collective, assez glaçante quand on y réfléchit deux minutes.

    51EQ2AKDZBL._SY344_BO1,204,203,200_.jpgPas tous mais presque – il faudra faire le pointage – ont bondi sur l’attentat terroriste, le plan Vigipirate écarlate renforcé, les mesures à prendre car la guerre djihadiste est à nos portes, l'indispensable loi sur le renseignement, les intellectuels qu’il faut faire taire... Tous les experts en détection de poil salafiste nous expliquant les ramifications de Daesh entre le Koweit, Sousse et Saint-Quentin Fallavier…

    Hollande, depuis l’étranger, et sans la moindre info valable, annonce un « attentat terroriste », et se rapatrie d’urgence pour un conseil de défense. Le FN en transe,… les « Républicains » qui n’en peuvent plus et demandent des actes…

    Même nos braves amis musulmans du coin, sans réfléchir deux minutes, sont allés se recueillir dans le calme (mais avec les télés) portant la mine grave des combattants contre la barbarie islamiste…

    Pourtant, il y avait d’emblée de quoi être prudent…

    Une mort atroce, mais des cibles anonymes, une tentative d’explosion piteusement ratée, une action en solo, pas de revendication, et le type maîtrisé par un sapeur-pompier parce qu'il n'est pas armé...

    41R8D1K39XL._SY344_BO1,204,203,200_.jpgA trois jours du crime, il ne reste plus grand-chose de l'attentat terroriste… mais ça ne les empêche pas de parler, comme El-Blancos qui dimanche soir nous fait le coup de la guerre des civilisations. Civilisation de la manip’ contre celle de la vraie vie ?  

    Alors, les faits…

    Voici ce qui ressortait de la presse hier soir, donc des infos distillées par les services de police.

    Trois axes dans l’enquête : les déclarations du suspect, celles de son entourage, et la perquisition l’appartement.  

    Yassin Salhi aurait reconnu avoir assassiné son employeur, dans le contexte d’un conflit interpersonnel, crispé il y a deux jours après une fausse manœuvre qui avait détruit du matériel coûteux. Les salariés ont été témoins de cette altercation. De ce qu’écrit Le monde, avec des guillemets, il a décapité son employeur avant de « jeter sa tête » contre le grillage pour « frapper les esprits », puis il a foncé à bord de son véhicule contre un hangar de l’usine Air Products, rempli de bouteilles de gaz afin de tout faire exploser,… et donc lui aussi. Un geste aussi violent que désespéré.

    Il conteste toute motivation terroriste, et dénie la moindre portée religieuse à son geste. On apprend aussi que le couple allait mal, qu’il avait eu une scène de ménage la veille de l’acte, et que l’épouse parlait de divorce.

    crime,terrorismeLa perquisition a été nulle : pas d’arme, pas de matériel de propagande. Le processus opératoire est lui aussi très amateur : un couteau, une arme à feu factice et des cibles de la vie de tous les jours, avec son patron et l’usine qui est un client régulier. Il y a eu une préméditation avec une mise en scène horrible et sommaire, mais rien ne conduit à une piste « terroriste ». Toujours pas de revendication… Attendons l’exploitation des ordinateurs et téléphones, et l’enquête de personnalité.

    Alors que dire, au titre d’une analyse objective ? C’est un crime, atroce, avec la mutilation de la victime, et ensuite une tentative de suicide en voulant provoquer une gigantesque explosion. Une violence extrême et soudaine, comme réponse à des faits qui relèvent du quotidien : un clash avec le patron, et un couple qui bat de l’aile. Une saillie terrible de violence, qui déferle sur tout. Les cours d’assises jugent de telles affaires chaque semaine…

    La mise en scène permanente, jusqu’à l’intoxication, des crimes de guerre ne peut-elle pas concourir à enflammer la violence des plus fragiles ? Nous verrons ce qui sortira de l’enquête... 

    Les faits en cause ne sont pas une découverte pour la loi : le Code pénal les a prévus et sanctionnés de longue date. Rien de neuf. Rien de neuf non plus avec l’immaturité de notre classe dirigeante, experte pour parler de ce qu’elle ne sait pas, et affoler la foule en mettant en lumière ses propres peurs.

    Un peu de calme... 

  • Une soirée Bikutsi

    Quelques heures trop courtes au Cameroun… mais rien n’arrête le bikutsi. Musique à fond, on pousse les meubles, et c’est parti...  Régalez-vous ! 

    9514c525.jpg

    cd21e8b1c2f0569ab03268836dfd4df3.jpg

  • La Tunisie aux mains du terrorisme. Oui, mais comment faire face ?

    Ce qui arrive au peuple tunisien est terrible. L’attentat de Sousse, pour le coup un vrai attentat terroriste, vise à détruire un pays, et à montrer toutes ses plaies.

    Le terroriste était seul. Il est entré tranquillement dans l’hôtel Riu Imperial Marhaba, vers d’El-Kantaoui, un peu au Nord de Sousse vers midi. Le type s’est rendu vers la plage, et a visé pour atteindre essentiellement des touristes. Une série de rafale, et des victimes tuées dans l’insouciance : 37 morts, et une quarantaine de blessés. Un survivant témoigne : « C’est à la deuxième rafale que les gens ont compris ce qui se passait et se sont mis à courir. Je me suis retourné dans la fusillade, il y avait des corps par terre. On a cherché une cachette. On avait l’impression que quelqu’un allait nous tuer. On est très choqués. »

    carte_algerie_riviere.jpg

    Le tueur a pris son temps, en visant les européens et pas les arabes. Il a jeté une grenade dans la piscine, puis une autre dans bureau de la direction, au premier étage. Il a ensuite gagné la réception, puis la salle de sport. Tranquille et apaisé, avant que la police intervienne, une demi-heure plus tard, et le tue.

    Cet attentat est une catastrophe pour la Tunisie.

    Face à des groupes déterminés, une attaque terroriste est toujours possible. Voir la semaine dernière l’attaque du parlement afghan. Mais ce qui fait problème ici, et c’est grave, c’est la facilité avec laquelle peut opérer le tueur. Une demi-heure avant la moindre réaction. Une scène qui rappelle trop l’attentat du Bardo, où l’on voyait les terroristes se promener tranquillement dans le musée, et tirer.

    Le tourisme est essentiel à l’économie tunisienne. Oki. Alors un peu de courage, même pour des vacances, pourquoi pas, mais que peuvent répondre les autorités quand dans une zone touriste hyperconnue il faut une demi-heure pour que la police réponde ?

    Les grands discours contre le terrorisme, c’est une chose, mais l’incapacité de l’Etat en est une autre.

    Après, il faut élargir le champ, car la Tunisie est victime d’un terrorisme exogène, venu de la Libye, ce pays qui a été fracassé par les Etats occidentaux, instrumentalisant les droits de l’homme, pour détruire un régime qui œuvrait pour une Afrique indépendante. Sarkozy, Cameron et BHL au tribunal…

    La Libye est le nœud gordien de l’insécurité dans la grande région, et comme personne n’a de solution, c’est parti pour une décennie.

    La Tunisie, grand pays d’histoire mais économie faible, qui n’a pas su régler les comptes avec les mastars de l’époque Ben Ali, est confrontée à un défi immense avec cette poudrière qu’est la Tunisie. Sur le secteur, un pays est l’allié naturel, l’Algérie, qui tient de milliers de kilomètres de fournières de feu, avec la Libye, le Nord du Niger, et l’explosif Nord-Mali, où grave à la puissance algérienne, un accord – fragile mais un accord, a été signé.

    Mais quelle alliance a choisi le président Béji Caïd Essebsi, un bon pépère de l’époque Ben Ali, qui a choisi comme Premier ministre Habib Essid, un ancien ministre de Ben Ali ?  

    Le 20 mai 2015, il a signé à Washington avec John Kerry, un mémorandum d’entente entre les États-Unis et la Tunisie, un accord de défense assez technique, mais qui ouvrait vers le graal : le statut d’allié majeur non-membre de l’OTAN, qui comprend notamment une coopération militaire renforcée. Un privilège rare accordé à une quinzaine de pays dans le monde… dont le Maroc, et qui place donc l’Algérie sous surveillance.

    Les autorités tunisiennes sont face à un défi : la Tunisie est, du fait de la destruction politique de la Libye et de la jamais faite réforme de ses services de sécurité, devenue une passoire pour le plus violent et destructeur des terrorismes.

    Ce 23 mai, Khemaies Jhinaoui, conseiller diplomatique auprès de la Présidence tunisienne, était à Alger pour confirmer la volonté de Beji de renforcer la coopération stratégique entre les deux pays. D’accord, mais comment accepter cette filialisation par l’OTAN, qui a détruit la Libye, et qui rêve de détruire l’Algérie ?

    Seule, et vu l’urgence, la Tunisie ne peut rien faire. De fait, comme le proclame Beji, il faut une politique globale. Oki. Mais, et parce qu’il y a le feu à la maison, tu choisis qui, Béji : Les US ou l’Algérie ?  

    Qui crée les problèmes ?

    Qui apporte des solutions ?

    CFeC3AAUMAAlRUq.jpg

    Les US, cause des malheurs du monde

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu