Avertir le modérateur

« Tout vient du radicalisme en prison » : du grand n’importe quoi…

Dans le contexte de profonde et saine réflexion de janvier 2015 – « Esprit du 11 janvier, es-tu là ?... » – un constat faisait l’unanimité de nos ersatz de dirigeants, dramatiquement happés par le syndrome du singe dominant : « c’est en prison que les islamistes se radicalisent, il faut donc les regrouper dans des quartiers spéciaux, pour les isoler et les surveiller ».

Le 21 janvier 2015, dans le cadre d’un plan de lutte contre le terrorisme (George W. Bush in memoriam),  notre excellent Premier sinistre a annoncé la création, d’ici la fin de l’année 2015, de cinq quartiers dédiés au regroupement des personnes détenues radicalisées ou perméables au prosélytisme.

Ah que tout ceci est beau et bon… Enfin, un problème résolu.

maxresdefault (2).jpg

Petit problème, au sein des connaisseurs du monde pénitentiaire, personne ne voyait bien l’intérêt, ni comment faire. Le très officiel Contrôleur Général des lieux de libertés, qui est une contrôleuse, Adeline Hazan, publie un long et documenté avis au Journal officiel d’hier, pour dire que c’est une connerie sans nom. Euh, comme Madame la Contrôleuse est courtoise, elle se dit « défavorable » à la chose, et tailler en pièces ce funeste projet.

Ici, l’avis publié au Journal officiel et là, le rapport. Ca, c’est de l’info, et pas de la propagande pour batraciens.

Ça tombe dès les premières lignes, car chiffres à l’appui, Madame la Contrôleuse démonte le mythe : « Il faut d’abord relever que la prison est loin d’être le lieu premier de la radicalisation, qui se développe en amont. En effet, selon le ministère de la justice, 16 % seulement des personnes incarcérées pour des actes liés au radicalisme islamiste avaient déjà été incarcérées auparavant ».

- Quoi, 84% des entaulés pour des folies barbues et radicales n’avaient jamais été en prison ?

- Oui, le chiffre est certain.

- Donc ils ne se sont pas radicalisés en prison ?

- Oui, c’est mathématique.

- Donc, on parle pour ne rien dire ?

- Mais si… Au contraire c’est très important. On parle pour te faire croire que la grande affaire, c’est le consensus des gentils contre quelques méchants, et que tu dois oublier le reste qui n’est que secondaire, genre l’emploi, la dette ou l’éducation en panne sèche. On trouve même des ahuris encravatés pour parler de guerre de civilisation… Attention, petit, choisi bien ton camp… sinon tu vas avoir chaud à la barbe !  

Madame la Contrôleuse poursuit : « Ce regroupement, dont les modalités ne sont pas déterminées, ne correspond a priori à aucun cadre légal précis. Les décisions ont été prises par le Gouvernement après une longue période d’immobilisme, et sans concertation avec les acteurs concernés ».

Le premier problème est la qualification : « L’identification des personnes détenues concernées par le phénomène de radicalisation doit être précise, pluridisciplinaire, et conçue dans le respect des droits fondamentaux, afin notamment de ne pas y inclure des personnes présentant a priori peu de risques et qui se trouveraient regroupées avec des personnes détenues enracinées de longue date dans une radicalisation profonde. La question des modalités de détection est cruciale ».

Madame la Contrôleuse explique ce qu’elle a vu par des visites sur le terrain rencontrant tous les acteurs, et que l’on retrouve de manière très détaillée dans le rapport, et voici ses conclusions :

« Le Contrôleur général des lieux de privation de liberté n’est pas favorable au dispositif de regroupement tel qu’annoncé par les pouvoirs publics en janvier 2015. En effet, outre son caractère potentiellement dangereux, le regroupement de personnes détenues au sein de quartiers dédiés ne découle d’aucune disposition légale applicable, ce régime sui generis ne s’apparentant ni à la détention ordinaire, ni à la mise à l’isolement. La décision de regroupement, prise de façon discrétionnaire par la direction de l’établissement, ne peut faire l’objet d’aucune des voies de recours habituelles. Or elle peut faire grief si elle restreint les droits fondamentaux et détériore les conditions de détention.

L’absence d’informations précises quant aux modalités d’encadrement et aux conditions de détention de ces nouveaux quartiers de regroupement laisse craindre un éventuel glissement de ce régime vers un isolement de facto de ces personnes.

En ce qui concerne les programmes dits de déradicalisation, qui s’appuient sur le volontariat des personnes concernées, une évaluation sera nécessaire. D’ores et déjà, il convient de veiller à ce que les fonds alloués à ces programmes ne le soient pas au détriment des actions de réinsertion en direction d’autres personnes détenues et n’obèrent pas la prise en charge de l’ensemble de la population pénale. Enfin, une réflexion doit être engagée par les pouvoirs publics sur la nature de la prise en charge des jeunes de retour des zones de conflit, étant observé que l’incarcération ne peut pas être le mode de traitement indifférencié d’un phénomène qui touche désormais plusieurs centaines de personnes au degré d’engagement disparate ».

Bref, l’avertissement est assez clair : le problème est complexe, et les solutions préconisées, sans étude ni concertation, le compliquent.

- Oki, chef. Et maintenant on fait quoi ?

- On fonce, Alphonse ! 

92127887.jpg

Le Gouvernement défendant les valeurs de la République 

Commentaires

  • Je crois que des hautes autorités de l'islam devraient être consultées sur le sujet et mener le projet. Ca couperait l'herbe sous le pied des deux camps, celui qui diabolise, et celui qui ne veut rien voir.
    L'expertise ainsi délivrée devrait ensuite servir de socle à un plan de lutte contre la radicalisation si cela s'avère nécessaire.

  • Une bombe à retardement

    http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20150630.OBS1780/le-regroupement-des-detenus-radicalises-une-bombe-a-retardement.html

  • L'un des pb, c'est que les "hautes autorités de l'islam"... il n'y en a pas

    Notre islam est essentiellement sunnite, donc sans clergé ni hiérarchie.

    Il ne reste qu'un associatif, archi faiblard. Le CFCM est en lambeau

    Et quand aux postes d’aumôniers musulmans en prison (obligation légale et grand bon sens) ils ne sont pas pourvus.

    Voilà le tableau réel !

  • Comme en tout, il faut une haute autorité, sinon qui pour les guider ? On ne peut pas tout comprendre, interpréter et décider seul.

  • Pour l'islam chiite, le clergé joue un peu cette fonction, voir le rôle des Ayatollahs

    Mais l'un des caractères de l'Islam sunnite est qu'il n'existe pas d'intermédiaire entre le fidèle et Dieu

    Maintenant, le fidèle n'est pas seul. Il doit étudier les textes et tenir compte de l'avis des savants religieux.

    L'un des pb avec le CFCM et autres, c'est que tout part des associations. Les élus sont souvent des présidents d'association... qui, s'ils connaissent bien l'islam, sont les gestionnaires des lieux de culte, et certainement pas les référents religieux, qui sont les imams.

  • Encore un attentat terroriste. Le mode opératoire ne fait pas de doute

    http://www.20minutes.fr/marseille/1643351-20150701-anglais-retrouve-gorge-tranchee-aix-famille-morte-angleterre?google_editors_picks=true

  • Là on peut en parler

    Le groupe djihadiste État islamique (EI) a lancé mercredi une série d'attaques à la voiture piégée contre l'armée à l'est d'Al-Arich, dans le Sinaï égyptien. Au moins 70 personnes – en majorité des soldats mais aussi des civils – ont péri lors de ces attaques.

  • Le seul représentant des musulmans dans le monde est le Calife et le pays commun des musulmans est Califat. Cela fonctionnait ainsi avec l'Empire Ottoman avant qu'Atatürk ne la démembre et la dépèce.
    Le désordre dans le monde musulman n'est du qu'a Ataturk et aux jeunes turcs qui étaient discrètement soutenus par la maçonnerie et les juifs sionistes désireux de récupérer la Palestine pour leur projet du Grand Israel.

  • Le chiffre de 16% ne tient pas compte de :
    1) ceux qui se sont radicalisés en prison, ont été libérés, mais ne sont pas retournés en prison
    2) ceux qui se sont radicalisés en prison et sont toujours en prison

    D'une manière générale, les statistiques basées sur les condamnations ne sont pas représentatives : on ne peut pas estimer le nombre de vols, de meurtres ou de viols juste en comptant le nombre de personnes emprisonnées pour vol, meurtre ou viol : cela conduirait à largement sous-estimer ces infractions.
    Il en va de même pour la radicalisation (qui, en plus, n'est pas illégale).

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu