Avertir le modérateur

Grèce : quels faits ? quels enjeux ?

51Q7DMXH2EL._SY344_BO1,204,203,200_.jpgJuncker et Hollande l’auraient souhaité, mais Merkel a dit non : pas de discussions avant le référendum de dimanche. L’Eurogroupe, soit les18 ministres des finances de la zone euro, ne se réunit plus.

Tsipras appelle à voter non au référendum sur l’accord « réformes contre argent frais », pour revenir avec un poids politique renforcé et imposer une voie alternative. De l’autre côté, on espère sa défaite, pour imposer le plan. Ambiance.

L’idée était de débloquer 7,2 milliards d’euros contre un premier plan de réformes. Le gouvernement grec était presque d’accord sur le plan, mais pour relever le pays, il demandait 30 milliards et une renégociation de la dette, cette dette publique grecque qui culmine à près de 180 % du PIB. Tout est bloqué.

La Grèce devait rembourser 1,6 milliard de dollars au FMI lundi, ce qui n’a pas été fait. Le gouvernement a du instaurer le contrôle des changes, ordonner la fermeture des banques et libérer les retraits au compte-goutte.

Tout est suspendu au résultat du référendum.

D’un côté : il faut rembourser, et nous ne pouvons aider que s’il est mis en place un strict plan de réduction des dépenses, notamment sociales, car l’Europe doit être égale dans les efforts qu’elle demande à ses membres. Bref, pour rester dans la zone euro, il faut faire des sacrifices.51443X6DRFL._SY344_BO1,204,203,200_.jpg

De l’autre : il faut un plan réaliste, avec des réformes, mais aussi des aides et des abandons de créances, c’est-à-dire avec un schéma qui permette au pays de faire face, en retrouvant le dévellopement. Bref, des efforts, oui, mais saigner le peuple pour finir de livrer le pays aux banques, non.

De fait, le FMI a lâché hier une étude selon laquelle les créanciers devraient vraisemblablement abandonner environ 50 milliards d’euros.

Si le oui l’emporte, et nettement, il sera difficile pour Tsipras de rester, et la marge de négociation deviendra faible. Mais de manière réaliste, comment apurer une telle dette avec une croissance plombée par l’austérité ?

Si le non l’emporte, viendra le grand jeu : un accord européen avec une renégociation de la dette, au risque de l’incompréhension d’autres pays, ou la casse, avec la sortie de l’euro, le plantage XXL des prêteurs, le risque d’effets systémiques... Et quel modèle économique pour une Grèce hors euro ?

Après ? Il m’est difficile d’en dire plus, car je connais mal l’économie, et encore moins les affaires bancaires. Alors, je lis, j’essaie de comprendre, et je compte sur vos idées.

6a01156fb0b420970c015391c33f6b970b.jpg

Commentaires

  • finalement Gillot,
    vous ne pouviez pas rester muet sur cette affaire :((
    . encore q vous êtes sur le mur avec ce billet. c'est impayable ce truc, vous voulez saigner les mémères???
    lâchez-vous , ne restez pas sous l'emprise de cette fat ass Merkel !!!

    vote Oxygen to Greece .
    OXI!!!

  • “... la véritable question qui sera posée sera celle du maintien ou de la sortie de la Grèce de la zone euro.”.../...
    ../..“La plus grande inquiétude concernant l'issue de ce référendum sera la capacité des Grecs à résister à l'avalanche de propagande haineuse qui commence à s'abattre sur le pays. L'offensive a commencé par l'exclusion de la Grèce de la réunion de l'eurogroupe.”.../...

    “Tout le monde devrait l'avoir compris depuis le temps : l'essence de l'Union européenne est de détruire la souveraineté nationale. C'est, en effet, le meilleur moyen pour empêcher la mise en œuvre de toute politique favorable aux classes dominées.”.../...


    ../...”Tous les peuples des pays membres de l'Union européenne attendent beaucoup du peuple grec. Il a dans les mains la possibilité d'enclencher un processus politique similaire à celui de la Révolution française de 1789. Son vote “non” peut susciter une dynamique d'espoir conduisantdes réactions en chaîne dans plusieurs pays pour sortir de l’euro et de l'Union européenne. Comme en 1789, qui avait vu le peuple devenir souverain à la place du monarque, il s’agit aujourd'hui de mettre le peuple, dans chaque pays, comme souverain à la place des oligarques européens et de Washington”../...

    LA VRAIE QUESTION POSÉE AU RÉFÉRENDUM GREC EST LA SORTIE DE L’EURO

    Par la délégation du Parti de l’émancipation du peuple (ex-MPEP*) au Forum anti-union européenne d’Athènes (26 au 28 juin 2015).

    Athènes, le 28 juin 2015.


    L’Assemblée nationale grecque, la Vouli, dans la nuit du samedi au dimanche 28 juin, a voté pour la tenue d’un référendum le 5 juillet. Elle a repris la proposition du Premier ministre Alexis Tsipras de demander au peuple grec de se prononcer sur les propositions de l’Union européenne et du FMI de poursuivre la destruction de la Grèce. Le gouvernement grec, par cet acte politique de grande portée, met ainsi un terme aux tergiversations et reculs de ces derniers mois.

    La pression populaire extérieure et celle de l'opposition interne au parti Syriza est parvenue à briser l'immobilisme du gouvernement grec. Ce dernier, par le vote aux élections législatives de janvier 2015, disposait déjà de toute la légitimité nécessaire pour stopper les plans imposés par la Troïka. Le référendum a ceci d’intéressant qu'il inverse le rapport de force. Alors que le Premier ministre était sur la défensive, c'est l'Union européenne et le FMI qui se trouvent en position difficile. Pour gagner le référendum, le gouvernement devra être beaucoup plus ferme et dynamique.

    Car la véritable question qui sera posée sera celle du maintien ou de la sortie de la Grèce de la zone euro. En effet, si l'Union européenne et le FMI ne versent plus les prêts permettant la Grèce de rembourser sa dette, il ne sera pas possible de payer les fonctionnaires et les fournisseurs de l'État, ni d'assurer sa trésorerie et ses investissements. La seule solution sera donc de revenir à la drachme, afin d'utiliser la politique monétaire – comme à la Libération en France - pour redévelopper l'économie grecque.

    La plus grande inquiétude concernant l'issue de ce référendum sera la capacité des Grecs à résister à l'avalanche de propagande haineuse qui commence à s'abattre sur le pays. L'offensive a commencé par l'exclusion de la Grèce de la réunion de l'eurogroupe. De fait, la Grèce se trouve exclue de la zone euro. Le gouvernement grec va-t-il en tirer toutes les conséquences ? Ce n'est pas certain, car jusqu'à présent Alexis Tsipras a multiplié les déclarations favorables à l'Union européenne et à l'euro. Il a même ajouté sa voix à ceux qui présentent la sortie de l'euro comme une apocalypse. Comment va-t-il réagir dans les quelques jours qui viennent, pour répondre à la Troïka et aux grands médias qui vont tenter d'affoler la population sur les conséquences d'une sortie de l'euro ?

    La Troïka et le FMI tentent en réalité un coup d’État contre le gouvernement grec. Le lien doit être fait avec le référendum français de 2005 qui avait été suivi d'un coup d’État parlementaire en 2008, le traité constitutionnel européen ayant été remplacé par le traité de Lisbonne par un vote du congrès, annulant le référendum.

    Tout le monde devrait l'avoir compris depuis le temps : l'essence de l'Union européenne est de détruire la souveraineté nationale. C'est, en effet, le meilleur moyen pour empêcher la mise en œuvre de toute politique favorable aux classes dominées.

    Tous les peuples des pays membres de l'Union européenne attendent beaucoup du peuple grec. Il a dans les mains la possibilité d'enclencher un processus politique similaire à celui de la Révolution française de 1789. Son vote “non” peut susciter une dynamique d'espoir conduisant à des réactions en chaîne dans plusieurs pays pour sortir de l’euro et de l'Union européenne. Comme en 1789, qui avait vu le peuple devenir souverain à la place du monarque, il s’agit aujourd'hui de mettre le peuple, dans chaque pays, comme souverain à la place des oligarques européens et de Washington. Le Parti de l'émancipation du peuple (ex–M'PEP) soutient sans réserve le peuple grec dans cet affrontement historique. Il appelle tous les peuples de l‘UE à ne pas laisser le peuple grec seul et à le soutenir dans ce combat.

    Le Forum international contre l’Union européenne qui s’est tenu du 26 au 28 juin 2015 a lance un appel à l’unité populaire pour le NON au referendum en Grèce. Non à l’austérité, à l’euro et à l’Union européenne, oui à la souveraineté nationale et populaire du peuple grec et pour la libération de tous les peuples enfermés dans le piège européen.


    La délégation de notre Parti à Athènes :

    Valérie Coignard, Michèle Dessenne, Maurice Engrand, Benoît Martin, Jacques Nikonoff, Joel Périchaud, Michel Quinet.



    --------------------------------------------------------------------------------

    Adhérez au Parti de l'émancipation du peuple (ex. M'PEP) !


    Pour imprimer le bulletin d’adhésion, cliquez ci-dessous :
    http://www.m-pep.org/IMG/pdf/bulletin_adhesion_2015.pdf

  • APPEL AUX SYNDICATS FRANÇAIS MEMBRES DE LA CONFÉDÉRATION EUROPÉENNE DES SYNDICATS (CES) POUR QU’ILS PROTESTENT CONTRE LES DÉCLARATIONS DE LA CES À PROPOS DU RÉFÉRENDUM GREC

    Par le Parti de l’émancipation du peuple (ex-M’PEP).

    Le 2 juillet 2015.

    Le mercredi 1er juillet 2015, la GSEE (Confédération générale des travailleurs Grec), le plus important syndicat des travailleurs du secteur privé en Grèce, totalement corrompu et contrôlé par le PASOK, affilié à l’inénarrable Confédération européenne des syndicats (CES), a fait une stupéfiante déclaration publique. Elle demande purement et simplement l’annulation du référendum voté par le Parlement grec, prévu le 5 juillet ! Le même jour, la CES a immédiatement proclamé son soutien à cet appel de la Confédération générale des travailleurs grecs.

    Nous appelons les syndicalistes et tous les citoyens à signer le présent Appel pour exiger que la CGT, la FSU, la CFDT, FO, la CFTC, l’UNSA, syndicats français membres de la CES, condamnent les propos de la CES : les Grecs doivent être souverains et libres de choisir leur destin.

  • Le secret des banques derrière la tragédie grecque
    M.L Fatorelli membre de la commission Vérité sur la Dette Publique Grecque et coordinatrice de l'audit citoyen sur la dette du Brésil, analyse les faits pour révéler la supercherie du bailout grec de 2010.
    in http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/020715/le-secret-des-banques-derriere-la-tragedie-grecque

    Liens pour ceux qui n'ont pas accès et qui sont anglophones

    https://www.ecb.europa.eu/home/glossary/html/act4s.en.html#696
    http://www.lisbon-treaty.org/wcm/the-lisbon-treaty/treaty-on-the-functioning-of-the-european-union-and-comments/part-3-union-policies-and-internal-actions/title-viii-economic-and-monetary-policy/chapter-1-economic-policy/391-article-123.html
    http://ec.europa.eu/economy_finance/eu_borrower/efsm/index_en.htm

  • http://www.efsf.europa.eu/attachments/faq_en.pdf
    http:europa.euefcpdfcouncil_decision_2012_245_ec_of_26_april_2012_on_a_revision_of_the_statutes_of_the_efc.pdf
    http:/ec.europa.eu/eurostat/documents/2995521/5071614/2-15072009-BP-EN.PDF/37382919-ebff-4dca-9175-64d78e780257?version=1.0

    http://www.efsf.europa.eu/attachments/faq_en.pdf
    http://www.irishstatutebook.ie/2011/en/act/pub/0025/print.html

    http://www.consilium.europa.eu/en/council-eu/eurogroup/eurogroup-working-group/

  • Ce qui s'est passé, c'est comme donner une carte de crédit illimité à un enfant de 10 ans qui a connu la privation,

  • le commentaire qui précède est d'un mépris inouï, mais puisque son auteur prend le ton du pédagogue, nous le mettrons au compte de l'ignorance, ou de l'infantilisme

  • Quand on sait qu'avec la crise mystére pas si mystérieuse que ça, les pauvres sont devenus plus pauvres et les riches plus riches, il est fort a parier que les banques se sont un peu trop gavés sur le problème grec.
    N'oublions pas qu'aucun pays au monde n'est maitre de sa propre économie. Ce sont quelques banquiers qui ont les yeux plus gros que le ventre qui maîtrisent tout. Certes les gouvernements font des erreurs mais le plus haut responsable de la misère dans le monde des guerres et des dettes ce sont les banquiers.

  • Surtout que ''La bourse ou la vie'', c'était au moyen-age, non ?

  • http://www.marianne.net/grece-libye-les-amnesies-sarkozy-100235129.html
    Je me souviens bien de ces années là ; j'avais la tête dans le soleil.
    On ''bronze'' pas, ça ''chauffe''
    Des années de plomb de pieds Nicklés.

  • Hors sujet, des nouvelles du Bas Empire

    Dans un communiqué de presse publié le 2 juillet, la ministre de la Culture limoge Nicolas Bourriaud, l'actuel directeur de l'école d'art parisienne. Il pourrait être remplacé par un proche de Julie Gayet, Eric de Chassey

  • @rémi brard

    ils le disent eux-mêmes, les faits, les chiffres, les témoignages sont là, les exemples sont légions, en matière de fiscalité, de train de vie des instances publiques, d'augmentation trop rapide des revenus,j'en passe et des meilleures, j'aime la grèce mais l'europe l'a torpillée en lui injectant trop d'argent d'un coup, et la Grèce paie les fautes de l'UE : donnez une ferrari à qui conduit une 4L, il va se tuer, en fait la grèce n'avait pas tous les critères,
    et mon mépris je le destine exclusivement aux vieux aigris qui croient tout savoir,

  • En matière de chiffres, il est avéré aujourd'hui que les chiffres de convergence annoncés pour entrer dans l'Euro, étaient faux. Le montant du déficit public de 1999 (1,8% du PIB selon le gouvernement socialiste de l'époque ) était en fait de 3,4 %, mais ceux qui savaient en europe se sont tus.
    En matière de dépenses publiques, les grecs ont joué les cigales.
    Le trésor public grec dit lui-même que l'évasion fiscale et sociale est un sport national sans commune mesure en europe.
    Sans parler de la corruption : http://www.lesechos.fr/enjeux/business-stories/globalisation/02147594633-grece-inefficiences-corruption-et-clientelisme-aggravent-la-crise-sociale-1120335.php
    Les pauvres se sont appauvris, et les autres se sont gavés, et pas que les banquiers...
    Les errements dans la pilotage économique de ce pays vont un jour coûter un bras à chaque européen, les grecs vont sans doute voter OUI et on va leur proposer un énième plan, qui une fois de plus, repoussera le désastre tout en l'étoffant...

  • Elle est pas énorme la dette de la Grèce à la France = une année de cadeau fiscal (sans résultats) aux copines de Gattaz.
    On pourrait tirer un trait dessus en fait

    Ce n'est pas un problème économique, c'est une question idéologique

  • Le capitalisme est l'ennemi de l'humanité. C'est un fait.

  • Cést incroyable ce que la propaganda et illetrisme peut faire:
    des perroquets.

  • Il y a plusieurs links pour l'information que j'ai posté ici sur l'affaire:

    http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/archive/2015/01/26/tous-les-partis-europeens-de-gouvernement-ligues-contre-syri-912635.html#comments

    Ce n'est pas un problème économique, c'est une question idéologique
    C'est vrai Thierry, deux prix Nobel d'Economie et plusieurs analystes serieux ont arrivés a la
    meme conclusion.
    Le refus de l'FMI reconnaitre que ses conditons imposées lors du bailout tout de suit apres la crise bancaire de 2007 etait les causes primaires de l'efrondement du PIB Grec, l'itransigence de vouloir encore imposer les memes conditions durant les negotiations recentes demontrent cela.
    en Fait, Lagarde prends de positions contaires a plusieurs directeurs et specialistes au sein de l'FMI.
    Le FMI board director a deja issu deux documents envers les avis de Lagarde ( que je trouve une criminelle accomplie):
    reconnaisant les erreurs lors du premier bailout, et en donnant raisons aux negotiateurs grecs que sans reestrucuturation de la dette, le deuxieme bailout ne pourrait pas marcher du tout.
    Le parlement grec va poursuivre le FMI en vue de ces nouveaux elements.

  • Tsipras ne veut pas sortir de l'Euro, il essaye de changer les conditions de l’extension du bailout.
    Il se trouve qu'il a reçu un ultimatum de la troika vendredi dernier. Il savait très bien qu'il ne pouvait pas passer les conditions de la troika ( d'ailleurs inacceptables) au parlement grec. Il savait que la consequence serait la chute de son gvt.
    Le referedum est une continuation de la negociation PAS une sortie ou non de l'euro.
    C'est la propagande de la troika pour faire peur au grecs. Ils vont voter oui en croyant que c'et cela l'enjeux:sortie ou non de l'euro quand en vérité , Tsipras veux avoir le mandat populaire de refus des conditions antérieures inacceptables pour avoir une reestructuration de la dette grecque.

  • Keeping Greece in the eurozone while easing its debt burden is correct and achieveable, according to Jeffrey D. Sachs, UN special advisor and author of The End of Poverty.

    Maintenir la Grece dans l'europe et restructurer sa dette est correct et faisable selon Jeffrey Sachs, conseiller spéciale de L'ONU et auteur du livre fin de la pauvreté.

    First, I recommend that the Greek people give a resounding “No” to the creditors in the referendum on their demands this weekend.
    Premierement, je recommande au grecs de repondre un grand Non aux demande des crediteurs ce wk

    http://www.project-syndicate.org/commentary/greece-debt-crisis-eurozone-by-jeffrey-d-sachs-2015-07

  • Feu vert du Conseil d'Etat

    http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/grece-le-conseil-d-etat-donne-son-feu-vert-au-referendum_1696146.html

  • Senateurs americains alertant Lagarde si la situation en grece n'est pas resolue de forme satisfactoire:
    https://twitter.com/fcoin/status/617012202541838337/photo/1

    Ils sont pas contentes du tout avec elle. bye bye echarpe hermes LOL

    extrait traduit a la hate:
    derniere page de 2:

    "Le gvt greek a montre la volonté pour faire des compromisses, mais comme a observé le directeur American Paul thompson, il faut la flexibilité pour les deux cotés. Il est clair que le gvt greck a ete elu avec un for mandat pour changer le programme, aucun doute,et, aucune doute que nous acceptons completement cela, comme tjrs nous serons flexibles.

    le derneir pragraphe est la menace

    Comme membres du congres americain, nous devons aussi observer la dificulté sans precedent que les quota et reformes du FMI font face au congres US depus 2010, Comme vous savez , cela a de implications globales, comme beacoup de gvts de pays en voie de developpement, commencent a perdre confiance dans l'estructure de pouvoir du FMI et sont en train de chercher des alternatives. Il serait tres difficile d'avoir une majorité au congres pour ces reformes SI LE FMI EST VU COMME RESPONSABLE DES DOMMAGES FAITES A L"ECONOMIE DE LA GRECE et les consquences imprevisibles d'un collapse financier.
    NOUS vous demandons instament de montrer la FLEXIBILITE le plus tot possible a fin d'eviter un defaut de payment.


    VIVA LA Grece , VIVA TSIPRAS, OXI!!!

    Lagarde a la prison.

  • Discours très européen de Tsipras... mais un autre genre d'Europe

    http://www.bbc.com/news/world-europe-33378057

  • Un plaidoyer pour le oui

    http://www.nytimes.com/2015/07/04/opinion/nikos-konstandaras-greeces-sorry-reckoning.html?_r=0

  • Edito du Guardian

    http://www.theguardian.com/world/2015/jul/03/greece-in-europe-a-short-history

  • @ Adriana
    Ça va peut-être arriver ; elle est collée dans une histoire d'arbitrage du temps où elle était ministre des finances Lagarde, du temps de la présidence d'un rapetout

  • cette femme est disgusting thierry.Deux presidences francaises au FMI qui ont terni profondement l'image de la France. encore que cette institution est honnie par les peuples d'Amérique latine, on a goûté le baiser mortel qu'ils prodiguent au grecs maintenant.

    the guardian souffle que les amis et alliies américains ont publié le rapport du fmi sur le besoin de restructuration de la dette grecque malgré les demandes très pressantes et contraires de la commission européenne. c'est foutu pour cette gang au pouvoir. uncle SaM est OXI . ;)
    cela m'étonne qui Lagarde redouble son mandat au FMI.
    tant mieux pour tous !

  • Ah bon, la première présidence française du FMI a terni l'image de la France ?

    Je n'étais pas au courant

  • ah que j'aimerais être à place syntagma ce soir et voir ces gens dancer en honneur à la démocratie. quelle leçon pour cette Europe rabougrie et has been.
    cette Europe du status quo, du chômage, du racisme, de l'égoïsme, prend un belle lecon ce soir donné par le pays le plus improbable car le plus fragile.
    quand je regarde du côté de la France , cette classe politique mesquine q ne pense qu'à se maintenir au pouvoir, à l'argent et honneurs. quelle petitesse.
    quelle petitesse.

  • lisez pas la Presse mainstream Française, vous allez être plus informé.

    j peux vous donner qqes.
    links de qqes blogs , l'un sur l'actualité du droit. ;)
    c'est en français celui-la.

  • allez à tchao, je vole vers syntagma maintenant, je vais boire les paroles de mon idole.

  • Bon vol et bonne bringue, Adriana

    La presse française mainstream est endettée, tenue par des grands groupes "libéraux" et n'a de liberté de ton que pour commenter les match de foot non internationaux et la météo

  • Et largement subventionnée par nos impots...

  • la grèce, l'espagne, le portugal, l'italie et la france, depuis leur entrée dans l'euro, ont été mis au "régime jockey" de l'austérité pour le plus grand profit des grands groupes financiers internationaux: goldman sachs gagne à tous les coups alors que les pauvres s'appauvrissent. l'ultra-libéralisme nous tuera. je remercie syriza de secouer le cocotier de la troika. que le non de la grèce, demain, emporte la troika au diable.

  • Terrorisme, peut être pas, mais marché de la peur

    http://www.lepoint.fr/monde/crise-en-grece-varoufakis-accuse-les-creanciers-de-terrorisme-04-07-2015-1942332_24.php

  • ça fait pitié voir un homme politique sans aucune boule. nous voulons ce mollusque pour un deuxième mandat ?

    pendant que la banlieue de l'Europe est passé au karsher financier, dans les quartiers bcbg aisées de l'Europe, un certain président très courageux panique à la demande d'un exilé et dit non.


    Monsieur le président de la République, j’ai l’honneur de vous écrire et, à travers vous, de m’adresser au peuple français.
    Mon nom est Julian Paul Assange. Je suis né le 3 juillet 1971 à Townsville, en Australie. Je suis un journaliste poursuivi et menacé de mort par les autorités états-uniennes du fait de mes activités professionnelles. Je n’ai jamais été formellement accusé d’un délit ou d’un crime de droit commun, nulle part dans le monde, y compris en Suède ou au Royaume-Uni.
    Je suis le fondateur de WikiLeaks.
    En avril 2010, je décide de publier une vidéo intitulée « Collateral murder ». Celle-ci montre le massacre de plusieurs civils, dont deux employés de Reuters, et les graves blessures de plusieurs enfants par des soldats états-uniens en Irak. Les images, filmées depuis un hélicoptère, sont difficilement soutenables. Elles s’accompagnent des rires et des commentaires sarcastiques de ceux qui sont en train de commettre ces crimes. Elles font le tour du monde et révèlent brutalement l’inhumanité d’une guerre qui a déjà fait plusieurs centaines de milliers de victimes.


    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/07/03/julian-assange-monsieur-hollande-accueillez-moi-en-france_4668919_3232.html#31GpFhcbmXOX0ECC.99

    Julian Assange : « En m’accueillant, la France accomplirait un geste humanitaire »

    OXI

  • Alain Corvez est allé plus loin et a évoqué la diplomatie française dans le monde, notamment en Syrie, en Lybie et au Yémen. La raison en est la volonté de plaire aux Etat-Unis. «Nous nous accoquinons avec les régimes rétrogrades et féodaux et nous attaquons des régimes simplement parce qu’ils déplaisent au plan américain.

    http://francais.rt.com/france/3920-corvez-france-usa-assange
    Alain Corvez : pourquoi La France a refusé l’asile à Assange —

  • OXI!!!!!!!!!!!!

  • Bravo MG , i love you :)

  • J crois q l'arme atomique de syriza est leur fraîcheur,
    Ils sont pas compris avec l'élite financiere.
    Varoufakis choque parce qu'il brise les
    Paradigmes.
    Ils sont pas prévisibles, ni lui ni Tsipras.
    Ils ont gagné , n'importe le résultat du référendum.

  • L'europe ne sera plus comme avant

  • La Grèce aux mains de voyous communistes ... Qui sait ce qui se passera après le referendum ? Profitons en pour arrêter de raquer pour ces parasites.

  • Raquer ? Traduction ?
    Ces voyous ont 4 prix Nobel en economie derrière eux disant OXI , non.
    Desole mathaf ,
    Mais j crois q tu devrais reflechir plus.
    On peut pas saigner un peuple a fond,
    Sous prétexte que leur élite a vendu le pays.
    Même le FMI , cette instance rétrograde
    Le reconnaît.
    Peut être il est temps pour toi de relire
    Tout ça

  • Il y aura toujours des attardés qui ont vécu leurs plus belles années durant la guerre froide et à qui personne n'a dit que l'URSS n'existait plus.
    Tout contestation du crédo ultralibéral, toute suggestion d'un minimum de régulation vaut d'être taxé de communiste.
    Chez ces gens là même Keynes est communiste

  • Mathaf,
    Est que tu sais combien la
    Mortalité infantile est accru après les
    Measures prises par le gvts antérieurs?
    Et les autres indices économiques ?
    Ils sont pas des chiens q obéissent a
    tout vous savez? Même a dess mesures économiques qui sont
    Exterminatricres.
    Il y a vraiment une crise humanitaire en Grèce
    Ignorer cela est nier leur humanité et leur droit à
    La vie.
    Le gvt syriza demande pas de ne pas' payer
    Ils demandent une dette soutenable.

  • D'ailleurs syriza n'est pas un parti comunistes,
    Les comunistes grecs sont contre syriza.
    Cela démontre bien votre ignorance profonde
    Sur le sujet

  • Pour qu'il y ait un tel bazar, il y a des responsables, et ce n'est n'est ni les salariés / retraités grecs, ni Syriza

    Ce sont
    1/ les dirigeants du pays (Droite et "gauche") qui ont planté le pays, et ont tout financé à crédit depuis 2002, entrée dans la zone euro
    2/ les dirigeants de la constellation européenne qui n'ont absolument rien vu, ont donné du crédit larga manu, et qui font maintenant les grands savants

    L'économie des Etats, c'est pas trop mon truc, mais je vois ce que l'on fait pour les entreprises.

    La différence c'est qu'on peut liquider l'entreprise en faillite, et pas un Etat. Oki.

    Quand même, en tant que futur président du FMI (Ni Sofitel, ni Channel), voici mon plan.

    1/ On gèle le remboursement de la dette pendant deux ans, parce que la Grèce ne peut pas se relever en donnant son sang
    Ca fait un peut d'arriéré pour les banques, (une somme marginale au niveau mondial) et ça ne tue personne

    2/ La Grèce (qui n'est plus saignée) engage un plan de feu pour réformer tout ce qu'il y a à réformer, reste dans l'euro et organise son économie vers une croissance correcte, et toute l’Europe l'aide. Bref, on fait tout pour que le pays revive. Notamment vacances obligatoires en Grèce pour les Européens, sous peine de prison.

    3/ Pendant ce délai de deux ans, la Grèce négocie pied à pied avec ses créanciers pour faire baisser le niveau de la dette à un niveau crédible avec son économie

    4/ Dans deux ans, on arrete le plan, et une Grèce guillerette commence à rembourser, et poursuit sa croissance.

    5/ Le Pape bénit l'accord, et, nommé au FMI, je prépare le plan de désendettement de la France

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/06/30/20002-20150630ARTFIG00394-la-dette-publique-s-envole-en-debut-d-annee.php

  • lisez l'article  de Bernake et vous verez QUI a besoin de réformes.pour maintenir une zone euro ou tous profitent pas que l'Allemagne.

    http://www.brookings.edu/blogs/ben-bernanke/posts/2015/04/03-germany-trade-surplus-problem#.VVWN_8BXpAM.twitter

    extrait:Systems of fixed exchange rates, like the euro union or the gold standard, have historically suffered from the fact that countries with balance of payments deficits come under severe pressure to adjust, while countries with surpluses face no corresponding pressure. The gold standard of the 1920s was brought down by the failure of surplus countries to participate equally in the adjustment process. As the IMF also recommended in its July 2014 report, Germany could help shorten the period of adjustment in the euro zone and support economic recovery by taking steps to reduce its trade surplus, even as other euro-area countries continue to reduce their deficits.


    l'économie grecque ne peut pas competir avec celle de l'Allemagne. c'est risible,pertendre cela.
    leur produits deviennent cher car en euro et ne sont pas compétitifs avec ceux fait par exemple dans d'autres pays européens.
    l'euro est comme un étalon or auquel on a vu ce qui a fait les US au premier problème dette, il a jette aux orties, il faudrait à la Grèce devaluer sa monnaie pour devenir compétitive. 
    OR, on ne dévalue pas l'euro pour le besoin des grecs...

    l'euro profite à l'Allemagne car ces produits sont exportés in europe et out avec une monnaie moins valorisé que si c'était le deutchmark. le US achete des produits technologiques alllemands avec des prix très intéressants. cet excédent exportateur au départ était transformé en argent pour les banques prêter facilement etvdeforme irrresponsables car personne n'a l'interet de reguler les banques, au peys periferiquesdont la Grèce  et l'Espagne , comme s'est passé avec la bulle immobiliere américaine. 
    donc, quand la bulle à explosé on a vu que le bailout européen a été  essentiellement pour transformer les dettes privés bancaires en dettes publiques sur le dos de la population contribuable.
    aux êtats unis les choses se sont passés  de forme plus différente.

    voir la vidéo de varoufakis, il explique bien cette partie, la crise 2007 et la dette grecque.


    http://youtu.be/qNItYoJhgmk


    la solution? varoufakis à proposé dans la vidéo que j'ai posté ici. je recommande de la voir , vous allez comprendre les enjeux économiques en Europe. il n'était pas encore ministre quand il a fait cette entretien.
    cela se passerait par émission de euro bonds pas de titre de dettes individuels par pays comme se fait actuellement.
    le pb est que l'Allemagne n'accepte pas cela, elle ne pourrait plus faire un deutchexit en cas q les choses se passent mal.

    pas du tout d'accord avec sa position 2.
    c'est le prêt irresponsable et criminel qui a créé toute cette pagaille. ils savaient très bien ce quel était l'état de l'économie grecque. faites pas d'illusion, celui,qui a maquillé les comptes de l'état grec pour qu' elle soit accepté dans la zone euro s'appelle Mario draghi ex- GOLDman sachs et actuel directeur de la banque centrale européenne.


    je suis d'accord avec le ministre de finances de l'Allemagne, sortie temporaire de l'euro pour la,Grèce , aidée par les institutions européennes, tout en restant dans la zone euro comme le UK.

  • ce que j'ai appris de cette affaire estsimple: un état qui n'a pas droit de battre sa propre monnaie et n'a pas de banque centrale indépendante est un état en risque de devenir vassale.
    La France est dans une position très délicate , sa politique économique est décidée par Berlin et sa politique extérieure par les US.
    espérons que les dieux grecs auront pitié des humains.

  • ce que se passe en Grèce , ce mécanisme de rapports entre l'EU et Grèce, je trouve similaire en tout points au mécanisme de esclavages "moderne" , qui a commencé apres la fin officielle de l'esclavage au Brésil ,  dans les champs de canne à sucre brésiliens avec les noirs  et que se est répandu et se perpétué  jusqu' à aujourd'hui au Bresil.

    le mécanisme est simple, c'est le mécanisme de la dette.
    au chômeur  illettré, on l'offre un travail pour un salaire très bas , irrisoire , le gite et le couvert leur est  offert , mais il faudra qu' il paye par leur travail. 
    bien sur , la dette initiale est impayable avec le salaire qu' il reçoit. et bien sur , il est obligé de s'achète à manger et à boire dans la seule supérette du coin qui appartient au propriétaire des terres, il va de soit que le proprietaire des terrres p ratique des prix abusifs. 
    bref, une dette qui augmente et qui ne sera jamais payée. Simmilaire à celle de la Grèce , on leur a offert  de l'argent facile au debut a un pays qui n'avait pas de conditions de prend des prets , des prêts avec de taux d'intérêts trop hauts a une elite grecque corrompue etbavide d'argent , on ensuite , on connaît l'histoire.

    extrait de la description du mécanisme existant au Brésil :

    " Le peão-de-trecho est le plus vulnérable et le plus dépendant du « gato ». Le « gato » recrute les travailleurs et leur offre le gîte et le transport, en faisant en sorte qu’ils deviennent leurs débiteurs. Ils sont très vite séduits par l’offre de salaire, par le couvert et le gîte. Lorsqu’ils arrivent dans les exploitations, ils s’aperçoivent que les promesses qu’on leur a faites (presque toutes) ne sont que mensonges. Ils vivent, travaillent et sont logés dans des conditions inhumaines. Ils ont une dette envers le « gato » et ne peuvent pas non plus fuir à pied car, en général, ils se trouvent à des centaines de kilomètres de tout village. Souvent, les travailleurs sont contrôlés par les armes et sont généralement placés sous la surveillance d’une sécurité privée. Les contrôleurs du ministère du Travail doivent redoubler de prudence surtout dans les régions les plus éloignées. Dans la majorité des cas, les personnes sont libérées avec l’aide de la Police fédérale. Parfois, la CPT (Commission pastorale de la Terre, qui travaille sur les questions agraires) est un relais pour ceux qui réussissent à fuir. Cet organe de l’église catholique a constaté, depuis des années, ce genre d’abus dans le milieu rural."

    Le soja et l’esclavage, Luc Vankrunkelsven, 07 / 2004
    http://base.d-p-h.info/fr/fiches/dph/fiche-dph-7308.html

    DIAL 2965
    BRÉSIL - La répression de l’esclavage moderne au centre d’une polémique nationale
    Xavier Plassat
    http://www.alterinfos.org/spip.php?article1698

    pour ceux qu'aiment lire, ce mécanisme est présent dans les romans de José lins do Rego: l'enfant de la plantation et le cycle de la canne à sucre. 
    http://www.anacaona.fr/boutique/lenfant-de-la-plantation/

    Seara vermelha , les chemins de la faim , Jorge amado,
    http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/6478

  • La tête de Merkel déjà à prix en Allemagne:
    Die Trümmerfrau- la femme des ruines

    https://mobile.twitter.com/connollyberlin/status/617630632093569024/photo/1

  • Intéressant l'idée des vacances en Grèce, sauf si c'est obligatoire (je préfère la taule auquel cas) ; cet automne avant l'hiver Français (le saisonnier, pas le mental qui sévit)
    En attendant je vais peut-être investir dans l'ouzo (j'en ai gouté là bas, au siècle dernier)

    Tout cela si les paras du FMI et les chars Berlinois n'ont pas envahi le pays avant, auquel cas il conviendra d'aller jouer les infiltrés subversif dans la vallée du Rhin, par exemple.

    Bon, en attendant le score du match d'aujourd'hui (j'espère que ce n'est pas du même tonneau que sur la planète foot ; il y en a qui sont encore en train de dire du mal du leader minimo 2007-2012)

    Quand c'est grave il ne reste plus que 2 dieux en lice ; eros et thanathos

  • Thanatos

    Comme dans thanatocratie

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu