Avertir le modérateur

Le peuple grec a voté...

19 heures en Grèce, ce dimanche 5 juillet: le peuple grec a voté. A l'heure de la clôture des bureaux de vote, trois instituts donnent le "non" vainqueur avec 4 points d'avance, à 52 contre 48. 

Vers 21 heures, il ne s'agit plus de sondages mais de résultat après 50% de bulletins dépouillés, et le non l'emporte à 61%. Les cartes montrent un vote assez homogène sur tout le territoire. Aucun sondage n'avait envisagé un tel résultat, et notre classe dirigeante est sans voix. 

Tsipras a pris tous les risques sur le thème : Non au plan actuel, mais une solution européenne avec l'euro. Avec un résultat aussi tranché, pas facile de virer demain le Grèce de l'euro...  et si ça devait se faire, il faudrait s'attendre à une riposte sérieuse de la Grèce, qui ce soir est renforcée. 

Le film va se poursuivre, car ce vote n'efface pas la dette, et ne rétablit pas la croissance en Grèce. Mais je ne vois pas comment les créanciers ne vont pas devoir abandonner des sommes importantes, très importantes. 

Autre répercussion à attendre, et qui va jouer comme le tonnerre: des demandes de référendums pour arbitrer les grands choix européens. Je suis pro-européen et j'assume, mais il est clair qu'il existe un vrai déficit démocratique. Contrairement à la légende, ce ne sont pas les "technos" qui décident, mais bien des dirigeants politiques élus. Et si beaucoup de critiques sont indignes, dézinguant Bruxelles dès que quelque chose ne va pas, il est clair que l'Europe a pris tant d'importance qu'il faut réhausser le cadre démocratique, en gérant au mieux les risques. Cameron va foncer, et il va finir par être difficile pour les dirigeants d'Espagne, d'Italie et de France... et d'autres... de refuser cette expression populaire...  que contraints et forcés ils font devoir saluer demain matin, toute honte bue... Parce que 61% du peuple grec qui s'oppose à une politique européenne, ça compte. 

000_DV1825543.jpeg

Commentaires

  • MERCI !!

  • A 18 h 30

    La chaîne Star donne au non une fourchette entre 49% et 54% contre 46 à 51% au oui.

    La chaîne Mega donne entre 49,5% et 53,5% au non et entre 46,5% et 50,5% pour le oui.

  • Tant mieux ! Le peuple Grec souverain va pouvoir prendre ses propres problèmes en mains et arrêter de pomper notre fric.

  • Le live du Guardian

    http://www.theguardian.com/business/live/2015/jul/05/greeces-eurozone-future-in-the-balance-as-referendum-gets-under-way--eu-euro-bailout-live

  • Si le non l'emporte, et au dela de la situation en Grèce, il y aura une très forte pression sur les gouvernements pour soumettre les accords européens majeurs au référendum

    Le début d'un grand film !

  • Après une heure de dépouillement, les résultats sont plus nets en faveur du NON que les sondages, et la tendance serait la meme dans tout le pays

  • Le live du ministère grec de l'Intérieur
    http://ekloges.ypes.gr/current/e/public/index.html?lang=en#{

  • Deuxième estimation portant sur 20% de votes : Non 60.5%.

  • Hollande et Merkel auront de quoi parler demain

  • Adriana est sûrement dans un avion en partance pour Athènes

  • A 30% des dépouillements, on est à 60% pour le non.

    Bien entendu, aucun sondage n'avait jamais donné un tel résultat.

    Soirée de liesse dans toute la Grèce

  • Live

    05-07-2015 21:18
    Registered 3.370.832
    Reporting 38,09 %
    Voted 59,31 %
    Invalid/Blank 5,66 %
    61,10 %
    38,90 %

  • «et il sera difficile pour les dirigeants d'Espagne, d'Italie et de France...»
    Ça j'en doute. Avec les branquignoles que nous avons tous bords confondus, ce sera très difficile de passer par ce genre d'expression. La France est totalement sous influences industriels financiers et israélienne. Nous avons des pantins qui agissent semon les désirs des autres. Alors un référundum dan.ces conditions c'est illusoire

  • Une flamboyante illustration du droit des peuples à disposer d'eux même.

  • ahhhhhhh ?!! je viens dapprendre cela. ouiiiiiiiii !
    i love you tsipras.
    vive la vie . vive les rêves . tout est possible il faut le croire!!! je plueure
    une Europe d'amour est possible.
    vive l'amour, vive l'europe,
    dieu , comme j suis heureuse !!!

    eu amo voces! tous ensemble avec toutes les différences ,
    quel cadeau des cieux!! que présente !!
    nous allons arriver tous ensemble!!!
    c'est beau la vie, il faut croire

  • il faut voler !!!!! oui
    j suis complètement droguéee , tout ce qui est interdit : droguée à l'amour du prochain .
    merci Tsipras et varoufakis.

  • merci a tous. vous m'avez donné l'espoir ,,chacun de vous. chaque vie est un trésor qui compte.

  • Déclaration hier de Sarko, toujours aussi lucide dans ces analyses

    Grèce : en cas de "oui" au référendum, Sarkozy appelle Tsipras à démissionner

    http://www.rtl.fr/actu/international/grece-en-cas-de-oui-au-referendum-sarkozy-appelle-tsipras-a-demissionner-7778996043

  • merci le peuple grec !
    vous avez tous les honneurs!!

  • Coté allemand ça coince grave

    Sigmar Gabriel vice-chancelier du gouvernement de Merkel

    "Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a coupé les derniers ponts avec l'Europe"

    "Après le refus des règles du jeu de la zone euro, tel qu'il s'exprime par le vote non, des négociations sur des programmes d'aide chiffrés en milliards paraissent difficilement imaginables. Tsipras et son gouvernement mènent le peuple grec sur un chemin de renoncement amer et de désespoir"

  • Maintenant un référendum en France pour TAFTA et son pendant pour les services TISA
    Parce que niveau députés européens on est verni en France ; aucun n'a percuté (ou quasiment) sur les tribunaux d'arbitrage,par exemple, depuis un an (au moins) que c'est connu.

  • Pas facile pour les intransigeants

    Pour la Bundesbank, un "Grexit" plomberait le budget de l'Allemagne
    Challenges.fr
    Publié le 05-07-2015 à 14h49

    Le président de la Bundesbank, Jens Weidmann, a averti Angela Merkel qu'une sortie de la Grèce de la zone euro se traduirait par un trou de plusieurs milliards d'euros dans le budget de la République fédérale.

  • fuck Merkel sigmar et son argent lol
    vive la liberté

  • Dès le 10 juillet, [la Grèce] doit refinancer 2 milliards d’euros de T-Bills, avant l’échéance de 3,5 milliards dus à la BCE le 20 juillet prochain. Si elle fait défaut sur ce paiement, la BCE sera obligée de couper le cordon et les banques grecques devront émettre une monnaie parallèle pour continuer à vivre
    En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/monde/europe/021187952827-troisieme-programme-ou-saut-dans-le-grexit-1134653.php?aLphoKu5w7zDH3uO.99

    Après quoi, il y aura plein d'alternatives intéressantes comme la drachme et le bitcoin...☺☺☺

  • https://www.les-crises.fr/juncker-il-ne-peut-y-avoir-de-choix-democratique-contre-les-traites-europeens/
    Comme ça tout le monde est prévenu.

    Le Luxembourg, combien de divisions ?

  • 322 milliards de dettes...C'est impossible à rembourser. La Grèce doit rester en Europe car des apprentis sorciers ont lié son destin au nôtre. Je le redis, l'Europe quel bel idéal, mais la matérialisation qui en a été faite , et souvent imposée ( remember le projet de traité constitutionnel ) , quelle duperie,

  • Yanis Varoufakis démissionne

    Cette équipe sait faire de la politique!

  • Face à une créance incertaine, l’attitude logique n'est pas la casse mais la négociation.

    De plus, je crois savoir (??) que les banques anticipent les remboursements pour financer les "produits dérivés". Ce qui devrait pousser aussi à la négociation.

    Sur le plan politique, Hollande est sur un fil: il ne peut pas braquer l'Allemagne, qui ne cesse de dénoncer son endettement croissant, et s'il joue trop la rigueur financière, il finit de se couper avec l'électorat de gauche, dont il a un besoin vital

  • Le dilemne de la BCE :

    http://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/apres-le-non-grec-tous-les-regards-se-tournent-vers-la-bce-06-07-2015-4922449.php

  • A midi, le clan dirigeant parait avoir éclaté, entre l'Allemagne qui affirme que c'est fini, et les autres Espagne, France qui veulent poursuivre la discussion, dans l'euro

    Si l'Allemagne, la France et l'Espagne ne trouvent pas une ligne commune, on va ouvrir un autre chapitre de l'Europe

  • Que dit la perfide Albion ?

  • Les rosbifs ricanent, c'est ce qu'ils savent faire de mieux. En attendant, Cameron est en train de leur infliger un clystère qu'ils vont avaler par le mauvais bout.

  • Hollande et Rajoy font dans leur froc non pour l'issue économique, mais pour l'aspect politique

    Rajoy a perdu les municipales il y a deux mois, et Pomedos, qui a déjà repris Madrid et Barcelone , va faire un gros score aux législatives.

    Clairement une victoire de Pomedos n'est pas impossible, alors ni Rajoy, ni Hollande ne sont sur la ligne de Merkel

  • Il ne va pas être facile de les mettre d'accord

    L'Allemagne

    Le gouvernement allemand "a pris acte du +non+ clair et respecte ce résultat, le gouvernement fédéral reste prêt au dialogue (...) mais compte tenu de la décision d'hier des citoyens grecs, les conditions pour des négociations sur un nouveau programme d'aide ne sont pas réunies", a déclaré lors d'une conférence de presse régulière du gouvernement à Berlin ce porte-parole, Steffen Seibert.

    La France

    Pour M. Cambadélis, "il faut négocier, toujours négocier. Derrière tout cela il y a deux conceptions qui s'affrontent. Celle qui dit comme l'évoquait M. Juncker (président de la Commission européenne) que la démocratie n'a pas la place en Europe et que c'est seulement les traités qui doivent fonctionner, et celle qui dit que la démocratie existe et que l'Europe s'est toujours construite sur des compromis".
    "Plutôt que l'éviction de la Grèce en catimini", "je préfère une situation qui permette un compromis fiable et durable", a résumé le premier secrétaire du PS, dénonçant "l'ordo-libéralisme développé par certains contre une conception solidaire et de compromis de la construction européenne".

  • 322 milliards, enfin 322,5 milliards, ça a augmenté depuis hier, ça va donner un plan sur combien ? 500 ans ? Quelle est la capacité de remboursement de la Grèce ? -> proche de zéro, non ?
    sur quels critères asseoir la négo ? une semaine tous frais payés, et tsaziki à volonté, à mikonos pour chaque européen ?

    Laissons faire Angela, elle va les ratatiner,

  • L'Espagne est disposée à négocier avec le reste des pays de l'eurozone un "troisième plan de sauvetage" de la Grèce, mais les réformes sont "inéluctables", a déclaré lundi le ministre de l'Economie, Luis de Guindos.

  • 14h39: Le Premier ministre grec "s'est mis d'accord lundi lors d'un entretien téléphonique avec la chancelière Angela Merkel pour qu'Athènes présente mardi, lors du sommet européen, des propositions du gouvernement grec" visant à conclure un accord avec les créanciers, UE et FMI.

  • L'imposition de l'église orthodoxe et des armateurs est à l'ordre du jour ?
    En même temps que celle du petit personnel et la non strangulation des retraités aux abois ?

  • Le FMI prêt à aider la grèce si « on lui en fait la demande »

    « Nous surveillons la situation de près et nous nous tenons prêts à aider la Grèce si on nous en fait la demande », a déclaré ce lundi sa directrice générale Christine Lagarde dans un très bref communiqué

  • Ca sent la sortie de l'euro

    http://www.lefigaro.fr/international/2015/07/06/01003-20150706ARTFIG00359-l-europe-prete-a-dire-non-a-la-grece.php

  • Grèce : petit guide contre les bobards médiatiques
    http://www.audit-citoyen.org/?p=6374r

    La source est un peu militante, cela semble fiiable tout de même
    C'est daté du 25 juin 2015 par contre, mais vu que les bobards ont la vie longue ...

  • Très intéressant

    Quand Le Drian est aux US et qu'il parle de la Grèce, .... c'est à propos de sa place dans l'OTAN

    http://www.lorientlejour.com/article/933205/le-referendum-en-grece-na-rien-a-avoir-avec-lotan-ministre-de-la-defense-francais.html

    Donc,
    - on vire la Grèce de l'euro, et on les pressurise un max parce qu'il faut payer, donc l'économies est à sec et le peuple à terre
    - La Russie et les Brics assurent le financement
    - Et là on parle d'alliance

  • Enfin le peuple peut parler !
    Quel magnifique exemple nous donnent les Grecs !

    Vivement demain que l'on demande aux Français s'ils veulent financer le déficit Grec !

    De la même façon la majorité des Allemands qui souhaite un retour au D-Mark n'attend qu'un référendum pour se sortir du bourbier de l'Euro.
    Euro destiné à devenir une monnaie de singe à l'usage des pays du sud : France-Pigs (Portugal-Italie-Grèce eSpagne)...

    Je sens que l'été sera chaud dans les T-shirts et les maillots !

  • Va tout de même falloir s'intéresser à la philosophie financière qui a accompagné la construction et le fonctionnement de l'Europe. On a l'impression qu'il y a quelque-part une vanne d'ouverte, et que rien n'ira bien un jour.

  • On soigne l'ami russe mieux que le FMI

    La Grèce a payé à temps la livraison de gaz de Gazprom, indique mardi l’entreprise publique russe.

  • cést une question de survie, deja que les banques sont sequestrés par les voyous de la banque centrale pour forcer les grecs a accepter un accord desavantageux.
    en plus de la crise bancaire , il faut ajouter une crise energetique??
    faut etre un nabot pour prendre une telle decision payer le FMI au lieu de la facture de gaz
    Et Tsipras a deja demontre maintes fois qu'il n l'est pas.
    J'espere que la Grece sorte de ce cul de sac qui est l'europe gouvernée par les allemands.
    Elle va se porter beacoup mieux.

  • D'autant que faire défaut à ses créanciers, c'est quelque-chose que l'allemagne a connu, par le passé,

  • Le référendum ; ein unangenehme überrashung

  • "ex-ministre de finances de l'Angleterre dit que le grexit aurait des conséquences pour la permanence de l'Angleterre au sein de l' UE. Plus cela s'eternise plus envoie des signes au monde sur l'euro zone et l 'UE, plus le risque de contagion va se répandre en termes politiques et économiques."

    Alistair Darling, the former Chancellor of the Exchequer, told bankers assembled in the Mansion House tonight that the situation in Greece could have repercussions
    for the UK’s continued membership of the European Union. “The longer this goes on, [given] the signals it sends to the world about the eurozone
    and the European Union ...the more risk is the contagion will spread” on both
    political and economic terms,

     said Darling, adding: “People might think this isn’t a great success ... and we may be tempted when we have our referendum ... to say that we may want to leave”. Speaking at the annual dinner of the British Bankers’ Association, he urged
    campaigners in the UK’s referendum not to dwell on migration.
     

    ajoutant: "les gens pourraient penser que cela n'est pas un grand succès et nous pouvons être tentés pendant que nous avons notre  plébiscite  de dire qu'on peut vouloir partir" parlant au dîner annuel de l'association des banquiers britanniques, il a demandé avec force , de ne pas discuter sur l' immigration pendant la campagne du référendum.

    pourquoi le grexit est inévitable: 

    Yanis Varoufakis: Angela Merkel has a red and a yellow button. One ends the crisis. Which does she push? 
    http://www.theguardian.com/commentisfree/2015/jul/06/yanis-varoufakis-angela-merkel-crisis-global-minotaur-capitalism-europe

    malheureusement la cécité de Merkel et l'absurde d'utiliser l' ECB comme moyen d'extorsion, va faire disloquer la zone euro, plus le temps passe, plus on voit les problèmes ( un seul pays en train de commander économiquement et politiquement), plus on pense que ce que subit la Grèce maintenant va être subi par le prochain apys endetté. chose inévitable, vu le poids de la dette par rapport au PIB des pays européens. Renzzi parle tout le temps de ces dysfonctionnements.
    cette histoire de couper les ELA aux banques comme se passe en Grèce , est mettre un pays à genou, une arme ppour causer un changement de gvt. Même le US n'a pas fait cela a allende ! c'etait une simple grève de camionneur.
    vous pouvez conclure avec certitudevque tout le monde est en train de voir cela et prendre leur propres conclusions qui s'imposent.
    le rôle effacé de la France est ahurissant.
    cette crise à servi pour faire tomber les masques.

  • conséquences du grexit. rapprochement Grèce / Russie/Chine/ BRICS/marché Eurasiatique
    sortie de l'OTAN? (première demande de POutin.)
    Obama et les neocons est en train de s'arracher leurs cheveux en ce moment.
    c'est sont les seuls qui donnent des ordres, Fat A... Merkel.
    c'est sont les seuls qui peuvent changer la donne.

  • pourquoi Tsipras était si content aujourd'hui ?
    parce que la troïka va devoir l'avaler sans eau encore une fois.
    il n'y pas eu changement de régime comme ils voulaient.
    malgré les extorsions de Donald T-Duck et sa gang la troika, l'effet a ete le contraire. ils l'ont même aidé à faire un gvt d'union nationale.
    lolol, et ça ce sont les politiques intelligents.

  • Nigel Farage, président (britannique) du groupe eurosceptique ELDD estime que le plan d'aide «a échoué»
    Il critique l'euro et explique que la Grèce n'aurait «jamais du adhérer à l'euro». «Nous voyons une différence irréconciliable entre la Grèce et l'Allemagne, entre le Nord et le Sud. L'Europe est en train de mourir», ajoute-t-il. «Vous devriez quitter l'euro» et reprendre le pouvoir dans votre pays, lui explique-t-il.

    Les faire-part de naissance de la scission Nord-Sud de l'Europe sont prêts à être imprimés... (:

  • Il semblerait que l'argent prêté par l'UE n'ait pas toujours connu l'arrivée prévue, selon Tsipras. Il faut absolument que l'UE trace les fonds qu'elle a prêté et en réponde. Des coquins sont en train de tous nous endetter pour des générations...

  • C'est dramatique mais très intéressant et édifiant.

    Les tenants de la désastreuse inflexibilité économique et financière et des recettes qui ont laissé à terre des millions de personnes tremblent car, derrière leur assurance de façade, ils ignorent quelles seraient les conséquences d'un divorce, même partiel, sur leurs économies et sur le soi-disant consensus en matière de politique économique et financière. Il n'est donc pas impossible que cette inflexibilité se fissure et aboutisse à un compromis mais dans ce cas une brèche sera également ouverte et la doxa en prendra un coup.

    Quoi qu'il en soit j'espère que l'Europe dans ses fondements, celle qui a amené la paix, et son cortège de droit, traités, lois et directives qui malgré tout représentent bien plus de progrès et de garanties que de reculs, quoiqu'en disent les démagogues, sera préservée et défendue. Il me semble que Tsipras le souhaite aussi, impossible d'en être parfaitement sûr tant que le jeu continue mais pour l'instant je lui donne le bénéfice du doute sur ce point et je le soutiens dans sa manière de tenter d'enfoncer un coin dans le monolithe glacé des politiques économiques européennes.

  • L'Europe des fondements a été vampirisée par celle des marchands de soupe.

    Il était possible de faire des affaires pourtant dans l'Europe des fondements.
    Des affairistes ont jugés que les fondamentalistes n'avaient plus leur place ...

    (j'utilise certains mots qui sont connotés péjorativement actuellement, par contre je les utilise dans leurs sens d'avant la connotation)

  • un tableau très parlant:

    http://www.les-crises.fr/iens-la-dette-de-la-france-est-au-niveau-de-la-dette-grecque-dil-y-a-8-ans/
    » [Tic-Tac] Tiens, la dette de la France est au niveau de la dette grecque d’il y a … 8 ans

    observer le niveau de la dette grecque au moment de la crise 2007/2008.
    et celle de la France aujourd'hui.

  • voilà q le NYTimes donne un coup de pouce à la pression américaine sur Merkel en parlant de la dette restructurée allemande. what a shame, ils font le contraire avec les grecs, sans compter la
    réparation de guerre qu'ils n'ont pas payé aux grecs.

    Germans Forget Postwar History Lesson on Debt Relief in Greece Crisis - The New York Times

    http://www.nytimes.com/2015/07/08/business/economy/germanys-debt-history-echoed-in-greece.html?src=me&module=Ribbon&version=context®ion=Header&action=click&contentCollection=Most%20Emailed&pgtype=article&_r=0



    et the guardian demande l'intervention française:

    http://geab.eu/the-guardian-view-on-the-greek-crisis-time-for-the-french-connection/

  • l'élite intellectuelle de la presse française en 1 tweet :
    ça va Bastille ? on est rive gauche.

    C’est une photo comme il y en a des milliers, certaines sympathiques, d’autres grotesques : un selfie. Deux ahuris font un selfie, regards béats et satisfaits. Ils se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Ils sont visiblement très contents de leur coup, « on va le mettre sur Twitter pour les faire chier ». Arnaud Leparmentier et Jean Quatremer. On est jeudi 2 juillet, jour de manifestation de solidarité avec le peuple grec. Il y a une légende à la photo : « Ça va Bastille ? Nous on est rive gauche ».

    En fait, oui, ça va, pas mal même. Et vous ?

    ***

    Une victoire électorale, fut-elle massive, n’a par soi aucun vrai pouvoir de dessillement du camp d’en face, ni d’endiguement des contre-vérités. On n’attendra donc pas des deux ahuris au selfie qu’ils renoncent à leurs scies préférées : « les contribuables européens ne veulent pas payer pour les fonctionnaires grecs » ; « et si la Grèce fait défaut, ce sont les retraités slovaques et allemands qui paieront pour eux » — soit le bon sens à front de bœuf.

    continuation: 
    Frédéric Lordon-Le crépuscule d'une époque.

    http://blog.mondediplo.net/2015-07-07-Le-crepuscule-d-une-epoque

  • Couverture médiatique du référendum en Grèce : le meilleur du pire
    par Julien Salingue, le 6 juillet 2015
    La couverture médiatique du référendum grec s’est transformée, comme on pouvait s’y attendre, en véritable curée anti-Syriza. Dans la presse écrite, sur Twitter, à la télévision, c’est à un déferlement de mépris, voire de haine, que l’on a assisté, avec une virulence qui rappelle inévitablement les grandes heures du référendum français de 2005. Lors de nos premières observations, nous avons parfois mis de côté quelques épisodes journalistiques particulièrement délicieux, mais qui à eux seuls ne pouvaient donner lieu à un article. Voici donc une compilation de ces grands moments : le meilleur du pire de l’information sur le référendum grec [1].


    http://www.acrimed.org/article4715.html
    Couverture médiatique du référendum en Grèce : le meilleur du pire - Acrimed | Action Critique Médias

  • C'est la cacophonie, la Grèce n'a plus une thune, en redemande, tout en glissant de la zone euro avec son NON et sa dette impossible à rembourser. L'allemagne dit stop et la France endettée lourdement dit que la Grèce doit rester en zone euro...
    Bref c'est le bordel. Vive l'Europe toutefois pour ne pas sembler démago, puisqu'on en est là...

  • ",le peuple grec à voté...... et comme tous les peuples ,s'est encore fait enfler "
    Cocus ,les grecs ,qui vont devoir se coltiner les mesures de famine imposées par la grosse commission !
    Cocus ,les vronzais et d'une façon générale tous les tribuables européens qui vont devoir cracher au bassinet !
    Cocus ,les inactifs, qui vivent de l'argent redistribué, bientôt y en aura beaucoup moins !
    Cocus ,les zosiaux demokrats , qui se sont prostiputés jusqu'à la moelle des os dans l'espoir de remonter leur côte de popularité, personne n'oubliera qu'ils ont encore plus endetté des citoyens et un pays insolvable !

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu