Avertir le modérateur

Les mesures imposées au peuple grec

Voici les mesures imposées au peuple grec. Chaque point doit être respecté, avec un suivi détaillé par l'Eurogroupe, qui à défaut, interrompt l'aide financière. Le Parlement n'a pas le droit de discuter de ce programme, sa seule intervention se limitant à le mettre en oeuvre de manière efficace et rapide. Pour tout projet d'autre réforme ayant un impact financier sur ce plan, le gouvernement grec doit d'abord consulter l'Eurogroupe. 

 

Première urgence au 15 juillet

Le premier volet de mesures doit être mis en œuvre sans délai, et parmi la liste, au moins quatre mesures doivent être approuvées d’ici à ce mercredi 15 juillet par le Parlement.

- Une réforme de la TVA : le gouvernement grec doit unifier le taux de TVA à 23 % à la plupart des biens et services dont les restaurants, sauf les produits de première nécessité, les médicaments, les livres, le théâtres et les hôtels, et supprimer de la ristourne de 30% sur la TVA dans les îles, notamment les plus touristiques. S'ajoute une taxe sur les bateaux de plus de 5 mètres,

- Une réforme fiscale immédiate, avec la fin du plafonnement de l'impôt sur le revenu, et l’impôt sur les sociétés qui passe de 26 à 28%. Le gouvernement grec est tenu de créer une agence fiscale spéciale pour récolter la TVA.

- Une réforme des retraites, l'âge du départ à la retraite étant fixé à 67 ans, ou 62 ans avec 40 ans de travail.

- Une réforme assurant de l’indépendance de l’Elstat, l’organisme des statistiques grec ;

- Le respect plein et entier des dispositions de différents traités européens, en particulier en mettant en place des mesures des coupes quasi automatiques dans les dépenses en cas de dérapage budgétaire, ce qui établit la perte totale de souveraineté sur le budget et les finances de l'Etat.

Par ailleurs, le gouvernement doit supprimer 100 millions d'euros dans les dépenses militaires cette année, 200 millions l'an prochain.

 

Deuxième volet urgent

Avant le 22 juillet, la Grèce doit :

- Adopter un code de procédure civile, qui a pour but d’accélérer le système de justice civile en vue d’en réduire les coûts. Etablir un document aussi complexe en 8 jours est impossible, et la Grèce devra accepter un modèle qui lui sera présenté. 

- Transposer dans la législation grecque une directive européenne sur le renflouement des banques (appelée « BRRD »).  

- Enfin, « sous l’égide de la Commission européenne », le gouvernement doit mettre en place un « programme de dépolitisation de l’administration publique grecque » et de réduction des coûts. Une première proposition doit être présentée d’ici au 20 juillet. Le pouvoir d'Etat à définir le statut de sa fonction publique devient donc factice. 

 

Réponse à la « forte dégradation de l’économie grecque».

Sous ce titre, l'Eurogroupe impose une politique de libéralisme débridé, qui implique :

- L’achèvement de la réforme des retraites ;

- Une réforme du marché intérieur suivant les recommandations de l’OCDE, incluant une législation sur l’ouverture des commerces le dimanche, sur les périodes de soldes, sur la libéralisation de nombre de secteurs commerciaux; 

- Une réforme du marché du travail, l’accord prévoyant que les politiques du marché du travail devront être alignées sur « les meilleures pratiques internationales et européennes », - c'est-à-dire le modèle libéral européen - en refusant des politiques qui « ne sont pas compatibles avec les objectifs de croissance durable », la réforme devant inclure une « modernisation des négociations collectives » et de « l’action syndicale ».

- Une libéralisation du secteur financier. 

La Grèce doit parvenir à dégager d’ici 2018 un surplus budgétaire primaire (hors charge des intérêts de la dette) de 3,5%.

Plan général de privatisations

D’abord, et en urgence, la privatisation du réseau de transports électrique.

Ensuite, l’accord impose « un programme de privatisation développé » pour générer 50 milliards d’euros. Les sommes résultant de ces ventes d'actifs seront consignées dans la création d’un fonds placé sous la « supervision » des autorités européennes. Vingt-cinq milliards d’euros serviront à restructurer les banques et les 25 autres iront au service de la dette et aux investissements. Ce montant de 50 milliards d’euros est très ambitieux, alors que seulement 7 milliards d’actifs publics ont été vendus depuis 2011.

Contrôle de l’action politique des autorités grecques

La Grèce devra revoir certaines mesures adoptées par le gouvernement d’Alexis Tsipras qui sont contraires aux engagements des précédents gouvernements grecs, la liste n’ayant pas été publiée. Donc, ce n'est plus la peine de voter, car le plan s'impose en toute circonstance. 

De plus, la Grèce devra « consulter les institutions créancières et convenir avec elles de tout projet législatif dans les domaines concernés dans un délai approprié avant de le soumettre à la consultation publique ou au Parlement », ce qui crée un droit de regard des créanciers sur la politique intérieure grecque.

La Grèce doit «normaliser les relations avec les Institutions (Commission, BCE, FMI), y compris lors du travail sur le terrain à Athènes». Donc, devenir docile.

 

La dette

Pour ce qui est de la dette, « l’Eurogroupe est prêt à évaluer, si nécessaire, des mesures additionnelles (allongement des délais de grâce et des maturités) », seulement si la Grèce a respecté ses engagements. L'idée d’abandon partiel de la dette est écartée, comme hors de propos. 

Dark-Skies-2013.jpg

Commentaires

  • c'est triste, triste , triste, cela me rappelle les plus sombres heures de mon pay, quand on etait sous la coupe du FMI. le pire, c'etait la dictature militaire imposée par le US.
    mais bon, y'a pas encore le volet arrestation politique et torture en grece.
    vous avez oublié de mentionner que toutes les lois doivent être approuvees d'abord par la troïka.
    cela veux dire que c'est fini la souveraineté.
    le mécanisme de l'esclavage par les detttes est bien pervers. le debitteur est vu comme coupable.
    c'est brutal.
    j'ai jamais cru dans ma vie que cela pouvait arriver en Europe.
    on parle dans les réseau sociaux des reserves d'or grecques, rapatrié en Allemagne. info ou intox??

    la presse ne pas tendre avec Allemagne , même le finantial Times!!!
    je suis vraiment triste car mon pays et l'Amérique latine a souffert et souffre ce que grecs endurent maintenant et beacoup.plus. mauvais souvenirs.
    mauvais souvenirs.

  • Il n'y a jamais eu d'état Grec depuis l'indépendance, en 1822. Ce pays est un bordel complet et nous n'aurions pas dû l'accepter dans la zone euro, sur des bases mensongères.
    Nous en serons bientôt à 400 mds d'euros de prêts, c'est colossal.
    Cela dit, Tsipras n'est pas sorti de l'auberge ; il doit faire approuver les réformes par le parlement et ce n'est pas gagné d'avance.
    D'autre part le plan doit-être approuvé par une demi douzaine de parlements européens et ce n'est pas gagné non plus, vu l'exaspération de nombreux pays.
    Les socialistes chantent les louanges de Flanby , qui a joué le monsieur bons offices, mais c'est bien Angela qui a imposé la volonté d'une majorité de pays.
    Tout cela est très aléatoire car même si les pré-requis sont remplis, nous ne sommes pas à l'abri d'un défaut de la Grèce, et là il faudra passer à la caisse.

  • http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/la-defaite-de-la-grece-la-defaite-de-l-europe-491792.html

  • Les sommes à payer

    - au 20 juillet, 3,5 milliards d’euros à la BCE
    - d'ici fin juillet, 7 milliards d’euros à divers créanciers.
    - au 20 août, 5 milliards de plus

  • Le même truc m'est arrivé 17 ans auparavant
    5 ans que j'ai mis à m'en sortir !
    Tous les mois, j'avais rendeve avec l'homme des sous, le compteur de pognon, le quipoumajor comme disent les incas
    Toutes les deux semaines au téléphone !
    Et chaque fois que je tirais un chèque un peu gros !
    Croyez pas que les organismes sociaux aient échelonné ou réduit quoi que ce soit !
    On peut payer en deux fois .....la moitié maintenant, l'aut' moitié tousuite,Hu Hu Hu !
    Croyez pas que j'ai oublié le nom de la banque ,du banquier ou des employés de l'agence ( qui regardaient leurs chaussures lorsque je les saluait d'un grand "bonjour ,m'sieur l'usurier !" sur le marché)

  • Commentaire de la presse allemande

    "La ligne est mince entre sauver et punir la Grèce. Cette nuit, cette ligne a disparu", Frankfurter Allgemeine Zeitung

    "Merkel a réussi à raviver l'image d'une Allemagne laide, avare et au coeur sec, qui commençait seulement à s'estomper". Süddeutsche Zeitung

  • Yanis est un petit bavard qui ne sait pas garder les secrets d'Etat plus de 48 heures

    http://www.rtbf.be/info/dossier/la-grece-en-pleine-tempete-financiere/detail_grece-yanis-varoufakis-revele-les-raisons-de-sa-demission?id=9031526

  • Tsipras, le candidat de la gauche nouvelle, le premier ministre de la fin de l'austérité, le combattant des institutions financières et le défenseur de la démocratie grecque, voit son role limité à celui de syndic de faillite, tenu d'exécuter le plan fixé par le tribunal, soit le triomphe de l'économie libérale, du pouvoir des banques et de l'austérité populaire pour payer les fautes des responsables politiques et financiers.

    Et bien sur, surtout pas un procès contre les banques, car ça pourrait les fâcher...

    Démissionne mon pote, démissionne de toute urgence

    Un peu d'honneur, un minimum, notamment pour que puisse survivre l'idée de gauche en Europe.

    Les deux ravis Hollande et Tsipras signent la fin de la gauche en Europe. Et ils font les malins devant les caméras...

  • C'était ce mois de février

    "La Grèce n'accepte pas les conditions et les ultimatums", "elle dit non", a lancé Alexis Tsipras, devant les parlementaires de son parti de gauche radicale Syriza. Il a également accusé le ministre allemand des Finances Wolfgang Schaüble d'avoir "perdu son sang-froid" et de s'être "adressé de manière humiliante à la Grèce" lors des discussions entourant l'Eurogroupe de lundi à Bruxelles.

    http://www.lejdd.fr/International/Europe/Grece-Alexis-Tsipras-annonce-la-fin-de-l-austerite-pour-vendredi-718618

  • Yanis Varoufakis avait accusé les créanciers de la Grèce de terrorisme...on comprend mieux maintenant vu la sauvagerie de l'accord de "la dernière chance"...


    http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/07/04/yanis-varoufakis-accuse-les-creanciers-de-la-grece-de-terrorisme_4670290_3234.html

  • De février aussi

    Le Premier ministre grec s'est félicité samedi d'avoir mis fin à l'austérité en concluant avec le reste de la zone euro un accord sur la prolongation de l'aide financière.

    "Hier, nous avons franchi une étape décisive en abandonnant l'austérité, les plans de renflouement et la troïka", a déclaré samedi Alexis Tsipras lors d'une allocution télévisée.

    Samedi, Alexis Tsipras a surtout souligné que "l'accord d'hier (...) annule les engagements du gouvernement précédent en matière de coupes dans les salaires et les pensions de retraite, de licenciements dans le secteur public, de hausse de la TVA sur l'alimentation et les médicaments".

    http://www.challenges.fr/economie/20150220.CHA3285/grece-accord-sur-la-prolongation-de-l-aide-financiere.html

  • Un texte de Varoufakis du 8 juin. Que reste-t-il un mois après ? une catastrophe


    Yanis Varoufakis: «L’austérité sape la capacité de la Grèce à rembourser sa dette»
    YÁNIS VAROUFÁKIS19/06/2015 F

    avec cette synthèse de la capitulation

    Laissez-nous faire adopter par notre Parlement trois ou quatre projets de loi pour lutter contre l'évasion fiscale, pour mettre en place une autorité fiscale totalement indépendante, pour frapper un grand coup contre la corruption, pour réformer le code des impôts sur le revenu, pour réguler et taxer les chaînes de télévision et ainsi de suite. Laissez-nous mettre immédiatement en œuvre ces réformes pendant que les négociations « plus larges » continuent.

    La réponse que j’ai reçue est sans équivoque : « Non ! Vous ne pouvez rien voter tant que le programme d’aide à la Grèce n’a pas été totalement revu et corrigé. Toute loi sera considérée comme une action unilatérale et mettra en périls vos relations avec les institutions. »

    http://www.alterecoplus.fr/economie/yanis-varoufakis-lausterite-sape-la-capacite-de-la-grece-a-rembourser-sa-dette-201506191700-00001581.html

  • je ne crois pas que cette accord va se faire. les grecs n'ont pas 50milliards € en assets.
    sauf leur réserves d'or, chose que je pense est parti dans le premier bailout.
    le vautour en chaise roulante , malgré sa crualté et noirceur est le seul correct techniquement.
    la sortie de la Grèce pourrait être faite avec la BCE étant une amortisseur pour ne pas laisser trop osciller la monnaie au départ.
    malheureusement, je crois que cela va se faire de la pire façon possible.
    le marché donne signes qu'ils ne croient pas à cette accord, et les pays européens, uK, Finlande,Tchécoslovaquie disent non à un bridge-loan.

  • hier, un japonese bond est arrivé à maturité et si la Grèce ne le payait pas , cela allait déclencher des cross-swaps. 850 millions, payés en catimini par qui ?
    tout cela est un château de cartes dans le vide.

  • Peut-être que si la Grèce se retrouve expulsée de la zone euro de part l'échec du 3ième memorandum elle pourrait attaquer l'UE devant une juridiction internationale ?
    avec demande de réparations...
    La sortie de la zone euro n'est pas dans les traités.

  • La Grèce ne peut pas s’en sortir. Elle est éreintée. Et vous avez vu la violence du plan de réformes ?

    L’eurogroupe se moque de la Grèce, il veut juste l’humilier et humilier la gauche pour que la leçon serve à tous, à commencer par l’Espagne et la France

    Dans trois jours, ce farfadet, qui a tué la démocratie vu le référendum bafoué en une semaine, ne pourra plus se promener dans la rue

    Le grand gagnant est le libéralisme financier, qui se crée une opposition de rêve avec l’extrême droite.

    Il faut donc soutenir et aimer les banques pour faire barrage à l’extrême droite. La ce n'est plus drôle du tout....

  • C'est sinistre comme une litanie de destructions et de massacres de Daesch...
    Ne nous y trompons pas: la Grèce joue ici le rôle du prototype sur lequel l'UE (et des USA derrière) testent leur volonté d'hégémonie.

    En matière d'Europe, on découvre qu'on est allé soit trop loin, soit pas assez..

  • les derniers tweet de la twitosphere:

    @zerohedge: the IMF's "Secret" updated Greek debtt sustainability report was sent to Eurozone government late on MOnday

    @zerohedge: IMF says Greek debt/GDP will rise to 200% in coming years

    @Reuters: IMF calls for #Greece debt relief as Germany talks tough: http://t.co/lePZDP5M7K http://t.co/FlnO9r2Ft2

    et voilà la conclusion du rapport:

    @zerohedge: IMF declares war on Germany: WITHOUT HAIRCUT, GREECE WOULD NEED 30-YR GRACE PERIOD ON ENTIRE EUROPEAN DEBT STOCK, INCLUDING NEW LOANS -IMF

    en conclusion, la troïka prêtre pour la troisième  fois de l'argent pour un pays qui ne peut pas payer sans restructurer la dette. et ils le savait avant les négociations.
    qui est le coupable ? celui qui prêtre en sachant pertinemment qu'ils ne peuvent pas payer ?ou celui qui reçoit ?
    cette troika doit être poursuivie  par comportement criminel et hollande a sa part de responsabilité.

  • Les commentaires de Yanis Varoufakis sur son blog (en anglais)

    http://yanisvaroufakis.eu/2015/07/14/on-the-euro-summits-statement-on-greece-first-thoughts/

  • le Guardian a obtenu le rapport interne du FMI et publie une première analyse, à suivre demain

    * * *

    IMF fires a cannonball into Greek bailout

    We’ve now got hold of the new IMF report into Greece’s debt sustainability.

    And a quick perusal shows that the Fund has comprehensively obliterated the notion that this third Greek bailout will work, as it stands.

    The introduction to the report says enough, really:

    Greece’s public debt has become highly unsustainable. This is due to the easing of policies during the last year, with the recent deterioration in the domestic macroeconomic and financial environment because of the closure of the banking system adding significantly to the adverse dynamics.

    The financing need through end-2018 is now estimated at €85bn and debt is expected to peak at close to 200 percent of GDP in the next two years, provided that there is an early agreement on a program. Greece’s debt can now only be made sustainable through debt relief measures that go far beyond what Europe has been willing to consider so far.

    The IMF’s fundamental conclusion is that Greece will simply not be able to borrow at affordable rates again, until its debt burden is lower.

    The situation was already bad - but recent developments make it much, much worse.

    The events of the past two weeks—the closure of banks and imposition of capital controls—are extracting a heavy toll on the banking system and the economy, leading to a further significant deterioration in debt sustainability relative to what was projected in our recently published DSA.

    Today’s report is light on projections, but the ones included are stark enough. The stand-out fact: Greek debt is on track to peak at close to 200% of GDP in the next two years. Only Japan, after two lost decades, comes close to that ratio.

    Perhaps this is why the US government, led by Treasury secretary Jack Lew, has been so vocal about the need for debt sustainability to be addressed?

    The IMF is also amusingly sniffy about the targets Greece is being set. For example:

    Medium-term primary surplus target: Greece is expected to maintain primary surpluses for the next several decades of 3.5 percent of GDP. Few countries have managed to do so. The reversal of key public sector reforms already in place— notably pension and civil service reforms—without yet any specification of alternative reforms raises concerns about Greece’s ability to reach this target

    But it’s conclusion is clear - if Europe wants this bailout to work, it must either grant Greece three decades grace before repaying its debts, or cut the face value of its borrowings, deeply....

  • A prévoir de lourdes défections des parlementaires de Syriza, peut etre l'éclatement du parti.

    Tsipras va obtenir une majorité avec une grosse moitié se Syriza, le Passok et la Droite.

    Le gouvernement ne tiendra pas, mais comme il ne s'agit pas de gouverner la Grèce mais de mettre en oeuvre le plan de l'Eurogroupe, on peut aller vers un gvt de techniciens. Une sorte de coup d'Etat en toute démocratie

  • Merkel a imposé à Tsipras de se faire financer par le FMI, organisme tutélaire.

    Aujourd'hui le FMI répond que le plan de Merkel est injouable et qu'il ne pretera que si le plan est revu, avec des abandons de dettes

    Donc, le plan Merkel est déjà mort, mais Tsipras le fait quand même voter

  • "Exclusif : la Grèce a besoin de l’allégement des dettes bien au-delà des plans de l’Union Européenne – le rapport de Secret du FMI"

    http://www.les-crises.fr/exclusif-la-grece-a-besoin-de-lallegement-des-dettes-bien-au-dela-des-plans-de-lunion-europeenne-le-rapport-de-secret-du-fmi/

    avec dans les commentaires, les liens vers Marianne ( Comité Orwell) et Le Monde

  • http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/07/15/grece-le-fmi-conditionne-son-assistance-a-un-allegement-de-la-dette_4683237_3214.html

  • http://www.marianne.net/agora-comite-orwell-dire-non-au-coup-etat-europeen-100235470.html

  • Varoufakis parle et il a raison .Ce qu'il dit c'est qu'il s'agissait d'une pseudo négociation et que l'objectif était d'avoir la peau du GVT grec afin que ses positions ne fassent pas tache d'huile vers d'autres pays .Je prends ici le pari que , quelque soit le nouveau gvt que nous aurons,, il prendra des mesures d'austérité quasiment équivalentes ' d'ailleurs ça a déjà commencé. Le résultat de ces négociations c'est que pour sauver des très riches ,des banksters qui ont fait joujou avec la dette grecque, on va litteralement faire crever des gens .En Europe c'est nouveau ,ailleurs c'est monnaie courante
    Je suis bien triste aussi de voir que de vieux schnoks gavés, responsables du rejet de la belle idée dEurope ,coupables pour beaucoup dont le cher Junker de la situation que nous connaissons, veulent faire disparaître des hommes politiques nouveaux, porteurs d'une autre politique et LES RENDRE COMME EUX

  • Il y a une commission d'enquête de parlementaires européens qui travaillent (du moins essayent) sur le Luxleaks ; ils ne savent pas si ils pourront rendre leur rapport.
    L'audition prévue (c'est peut-être fait) de Juncker est noyée dans un autre Barnum, plus vaste (commission éco je crois, à vérifier).
    C'est chausse trappe, omerta, mutisme et coups bas.
    C'est ça aussi Bruxelles.

    Ça se joue en ce moment, depuis quelques temps, pour quelques temps encore.
    En parallèle de l'affaire Grecque.

  • http://www.liberation.fr/monde/2015/07/14/jeffrey-sachs-les-etats-puissants-seront-rattrapes-par-les-souffrances-qu-ils-infligent_1347718

    Rien de nouveau, au niveau de la source ; une convergence supplémentaire.

  • on assiste a une ne lutte maintenant entre Washington et Berlin.
    selon un député grec sans aide de Washington , le bailout n'aurait pas eu lieu.

    @moved_average: #Greece | RTRS - GREEK DEPUTY PM SAYS MIGHT NOT HAVE SECURED BAILOUT DEAL WITHOUT THE HELP FROM WASHINGTON cc @minefornothing

  • peut être ce sera trop tard si l'aide de urgence aux banques grecques ne soit accordée.
    plusieurs pays dont UK, Pologne, denamark, finland sont contre.
    si les banques collapses , c'est la fin je crois.

    @minefornothing: EU COMMISSION: GREEK BANKS WILL COLLAPSE WITHOUT ESM BAILOUT

    on va assister en direct toute ecette horreur.
    plusieurs ministres de syriza ont donné leur démission.

    schauble , gracieusement , donne son aide technique: émission de IOUs ( i own you).
    une prom'esse de dette ( une monnaie parallèle locale).
    je crois que y a une intention de certains pays defaire cracher la Grèce ( comme le pilote allemand).

  • Cameron, libre de l'euro, estime que le FMI "a raison" de soutenir l'idée d'un effacement partiel de la dette grecque.

  • de toutes façons, après tout ça, je ne crois pas à la permanence de l'UK dans l'union
    européenne.
    le referedum britannique va etre OXI, euh... pardon, NO.

  • Jack lew , secrétaire américain du trésor vole vers Berlin,

    je crois qu'il va confiquer et vendre la chaise roulante de schauble pour aider au baiilout.

  • y a une chanson collective maintenant,
    Obama les a Piqué l'arrière-train ?
    rajoy, juncker ( le joker) et Cameron : faut une décote dans la dette grecque.

    pour moi , il n'y a qu'une façon de faire entendre raison aux bataves:
    les menacer d'une coupure de saucisses.

  • un bon article à recommander :

    http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/grece-la-vraie-nature-du-troisieme-memorandum-492098.html

  • Le comité central du parti d'Alexis Tsipras a rejeté l'accord signé à Bruxelles, rapporte Stathis Kouvelakis, membre du comité central de Syriza sur sa page Facebook. Il publie une déclaration rédigée par 108 des 201 membres du comité central de Syriza.

    «Le 12 juillet, un coup d'Etat a eu lieu à Bruxelles. Il a démontré que le but des leaders européens était d'infliger une punition exemplaire à un peuple qui aspire à quelque chose de différent qu'une austérité extrême tirée d'un modèle néolibéral. C'est un coup dirigé contre toute notion de démocratie et de souveraineté populaire. L'accord signé avec les "institutions" a émergé de menaces concernant l'étranglement économique imminent et représente un nouveau Memorandum qui impose des conditions odieuses et humiliantes de tutelle qui sont destructrices pour notre pays et notre peuple.

    Nous sommes conscients des pressions asphyxiantes qui ont été exercées sur les négociateurs grecs mais nous considérons cependant que la fierté du "non" des travailleurs lors du référendum n'octroie pas au gouvernement le droit d'abandonner face aux pressions des créanciers.

    Cet accord n'est pas compatible avec les idées et les principes de la Gauche mais, avant tout, il n'est pas compatible avec les besoins des travailleurs. Cette proposition ne peut pas être acceptée par les membres et les cadres de Syriza.»

  • Tsipras est un train d'être tondu par ses paires.

  • eh oui, faut pas trop jouer avec la confiance d'un peuple qui ne mange pas à sa faim.

  • On n'imagine pas ce que Tsipras a du subir à Bruxelles à 18 contre 1....

    13 heures de waterboarding avec les pires menaces et au final une signature arrachée par la violence...qui aurait pu résister à un tel traitement : notre fraise des bois par exemple ?

  • au lieu de jouer la victimisation
    la fraise de bois aurait eu 5 mois pour préparer le plan B.
    en politique , il faut pas être ingénu. voyez le résultat.

    d'ailleurs , varoufakis l'a proposé le soir du referedum.

  • mini-flash back,


    Grâce au départ d’un négociateur arrogant, les négociations sérieuses vont pouvoir commencer
    http://www.marianne.net/les-eco-att/grace-au-depart-negociateur-arrogant-les-negociations-serieuses-vont-pouvoir-commencer

  • espérons que la suite des événements sera moins tragique qu'à cette époque là...

  • @zerohedge: Greek To Potami Party Won’t Join Coalition, Leader Says: NRC
    si c'est vrai,
    to potami ne va pas soutenir l'accord.

    Tsipras out. la pagaille va commencer.

  • Tsipras a un discours pour le moins ambigu "Je ne crois pas à cet accord, mais j'étais obligé de le signer". Pas vraiment digne d'un chef de gouvernement.
    Je ne prends pas de pari sur l'issue du vote de l'assemblée Grecque, nous saurons tout ça tard ce soir.

  • basiquement, ce témoignage d'un membre de syriza qui a participé aux coulisses de l'événement
    confirme que Tsipras a pris les décisions de façon ingénue, sans aucun plan B, et en croyant dans l'honetté du champ d'en face et le pouvoir de son stratégie de semer le doute.

    bref: des amateurs se baignant dans un océan de requins blancs.

    https://www.jacobinmag.com/2015/07/tsipras-varoufakis-kouvelakis-syriza-euro-debt/

    He thought that by appearing as a loyal “European,” deprived of any “hidden agenda,” he would get some kind of reward. On the other side, he showed for some months a capacity to resist to the escalating pressure and made some unpredictable moves such as the referendum or travelling to Moscow.

    He thought this was the right mix to approach the issue, and what happens is that when you consistently follow this line you are led to a position in which you are left only with bad choices.

  • Philippe Lamberts, le coprésident du groupe des Verts au Parlement européen.

    « Le dommage fait à l’intégration européenne est énorme et sera peut-être irréversible
    On a préservé l’unité de l’euro, mais en sacrifiant la démocratie. Les europhobes auront dès lors beau jeu de dire que la démocratie et l’Europe ne sont pas compatibles. »

    Cette affaire est une catastrophe démocratique

  • Alexis Tsipras aura permis de montrer à quoi ressemble l’Europe réellement.

    Comment des créanciers peuvent détruire sans pitié une économie et tout un peuple.

    On comprends que Fraise des bois voulait a tout prix que la Grèce reste dans la zone euro. Parce que dans une zone euro dure, la France aurait été l'un des prochains maillons faibles.

  • Même Macron ne croit pas à l'accord ....il est sur la même ligne que le FMI : la question de la dette n'est pas réglée.
    C'est le seul membre du gouvernement qui doute de cet accord de la dernière chance


    http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2015/07/15/25002-20150715ARTFIG00195-grece-emmanuel-macron-pessimiste-sur-l-accord.php

  • voilà pourquoi Le FMI ( Lagarde), selon cette analyse, debale tout et sort toutes les indiscrétions
    parce que entre autres , la France est la cible du vautour en chaise roulante schauble.
    et aussi Draghi qu'il veut évincer et mettre un allemand à la place.

    hat4uk.wordpress.com/2015/07/15/breaking-analysis-the-full-story-on-why-christine-lagarde-is-pointing-her-cannons-at-the-eu-creditors

  • ce type schauble , un vrai sociopathe

  • encore, encore lui, et son master-plan pour éliminer ( cet à dire , transformer en colonie endetté), les pays plus faibles de l'EU et rester que avec ceux qui font du surplus.

    ça , c'est FORBES.

    www.forbes.com/sites/francescoppola/2015/07/14/dr-schaeubles-master-plan?utm_campaign=ForbesEurope&utm_source=TWITTER&utm_medium=social&utm_channel=Investing&linkId=15524440

    eh bien , j sais pas si les analystes sont en train de dérailler un Max, mais que le type est sinistre et a déjà montré son pouvoir destructeur.

  • L'Allemagne gagne sur tous les fronts – Deutschland siegt an alle Fronten

    Mais les conséquences en termes de relations entre les peuples européens menacent d'être très graves.


    http://www.noeud-gordien.fr/index.php?post/2015/07/14/L-Allemagne-gagne-sur-tous-les-fronts

  • tout les yeux du monde sur syntagma et le parlement grec.

    @paulmasonnews: The #ThisIsACoup meme burned bright in the BRICS as well as Euro periphery. LatAm watching Syriza's fate intently http://t.co/oAZsK4x3Ua

    voir un pays , n'importe lequel, le bearceau de la democratie, tomber en esclavage, c'est un mauvais augure.
    ça va avoir des retombés terribles, c'est sur, l'Europe n'est plus la même.

  • la prochaine bombe:
    @FRANCE24: Catalan parties make election alliance for independence http://t.co/89G9aWdfz4 http://t.co/YPijp0Z7b4

  • Principe d'égalité, cas pratique

    Etats-Unis: Donald Trump déclare "dix milliards" de dollars de patrimoine

  • Varoufakis vote contre le plan

  • Varoufakis a voulu dire trop tôt que les grecs ne rembourseraient jamais. On l'a donc dégagé, car fallait une rallonge de 100 milliards que les sachants de Bruxelles s'empressent de réunir, dans le but de se faire rembourser dans 300 000 ans. La finance européenne est devenue une maladie mentale, dans laquelle notamment la dette devient un produit financier,

  • les measures imposées aux refugiés:
    Elle voulait appredre l'allemand et aller a l'université
    maintenant, Elle risque la deportation
    http://www.rt.com/news/310066-merkel-girl-tears-germany-asylum/
    ‘We can’t manage all you coming’: Merkel makes Palestinian girl cry, then pets her — RT News

  • le beau discours de Zoé, la déesse grecque des valeurs européens.
    mon hommage a la France pour le 14 juillet,
    puisse ce discours être un éclaireur.
    http://blogs.mediapart.fr/blog/cyril-molesini/140715/discours-de-zoe-konstantopoulou-presidente-du-parlement-grec
    Discours de Zoe Konstantopoulou présidente du parlement Grec

  • Trève de bavardage, relisez ce qui est demandé à la Grèce, et l'échelonnement prévu et comparez à ce que les français ont supporté et supportent toujours et ce n'est pas fini, même si notre tonneau des Danaïdes, le citoyen HOLLANDE, à l'instar de son élève TSIPRAS, freine des deux pieds et de ses deux mains percées .Le monde, qui se construit, le fait sans notre avis. Soit on l'accepte, soit on le refuse. Dans ce dernier cas, il faut admettre de vivre en autarcie, c.à.d sans utiliser le fruit du travail d'autrui. Les Grecs ont bénéficié de ce travail d'autrui, en tirant sur le crédit; il leur est demandé de rembourser partiellement, est-ce scandaleux ? Est-ce correct de transmettre à nos enfant et petits enfants les dépenses passées et nouvelles des grecs ? La Grèce doit-elle, elle même assurer son destin ? On à envie de dire aux Grecs :

  • ....on a envie de dire aux grecs :

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu