Avertir le modérateur

Cool, Eolas…

L’affaire est a priori moins grave que le bombardement intentionnel de l’hôpital de Kunduz par l’armée des États-Unis (Amérique du Nord, territoire indien occupé) et moins complexe que les nouveaux rapports de force qui se dessinent au Proche-Orient autour de l’affaire syrienne. Et si une faute est en jeu, elle est en toute hypothèse bien moindre que celle des huiles de notre gouvernement, qui après avoir fait semblant la semaine dernière de s’égosiller sur la décapitation publique puis la crucification d’un mineur en Arabie Saoudite, se préparent à une tournée triomphale dans ce pays afin de signer des contrats plus pourris les uns que les autres avec les financeurs du terrorisme international.

Notre affaire c’est 2000 € d’amende avec sursis, et 5000 € de dommages et intérêts, prononcés par l’excellent Tribunal correctionnel de Nanterre pour des faits de diffamation et d’injure. Un tel jugement ce n’est pas un traumatisme absolu, car il suffit de passer au greffe pour signer une déclaration d’appel ce qui anéantit le jugement et permet de reprendre les débats devant l’excellente Cour d’appel de Paris.

L’affaire, vous en savez tout, et s’il y a besoin vous pouvez lire ici ou .

Tout le monde se régale à lire les billets et tweets de l’anonyme Maître Eolas, et il faut bien constater que ce qui faisait l’objet de cette procédure n’était sans doute pas du meilleur cru, notamment pour ce qui argumentait à 0,80 m (debout… et 0, 40m assis).

Alors pourquoi avoir débranché ?

Le droit au silence qu’invoque Maître Eolas mérite le respect, mais nous empêche pas d’en parler. Restons cool.

schulz-joe-cool-and-woodstock-2100427.jpg

1/

Les avocats sont légalistes, et une condamnation par un tribunal correctionnel est toujours une chose importante. Le contre-modèle, c’est le lunaire dépressif Zemmour qui venait juste d’être condamné pour incitation à la haine raciale et qui partait se faire ovationner à une réunion de l’UMP. Pauvres gens... C’est le problème des incultes qui n’ont pas compris que la loi existe, qu’elle est le moyen de nos libertés, et que c’est le juge qui applique la loi,… ni vous, ni moi !

Je m’estime innocent et je pense que le tribunal a tout faux : may be, mais le respect de la loi suppose celui du juge, et donc le temps de la réflexion. Peut-être que j’avais vu faux, et peut-être que le tribunal me l’explique... Un jugement est motivé, c’est-à-dire qu’il expose une raison logique. Nous sommes lassés de toutes ces personnalités, qui confrontées à un jugement de condamnation, annoncent immédiatement qu’elles font appel sans même avoir lu le jugement…

2/

L’anonyme Maître Eolas est dans la vie réelle un non-anonyme avocat, et un avocat condamné par un tribunal correctionnel se pose nécessairement des questions, d'autant plus que le pénal fait du pied au disciplinaire. C’est un coup. Nous aussi soyons cool : on peut lui ficher la paix quelques jours, le temps de sa réflexion.

3/

La réflexion attendue de chaque citoyen devant la sentence judiciaire est d’autant plus nécessaire lorsque la personne concernée est un auxiliaire de justice. La loi laisse 10 jours pour faire appel, alors même si la tendance est l’immédiateté de tout et partout, prendre 10 jours pour décider de contester le jugement d’un tribunal devant une cour d’appel, il n’y a rien de trop.

4/

La censure sur Internet et l’impossibilité de tweeter sur la justice… Je vois déjà apparaître la polémique et franchement c’est hors-jeu. Il n’y a aucun principe en cause dans cette affaire, et tout porte sur la gestion de la limite : état limite… et ta limite ?

5/

L’Institut pour la Justice Machin, ces allumés de la répression contre-productive, peuvent gagner un procès et même une médaille en chocolat lors d'un concours de chorale. On compte sur eux pour mettre en scène nos peurs, un shoot tellement délicieux pour refuser de comprendre, et imaginer un monde de gentils et de méchants... Mais qu’il conduise le si apprécié Maître Eolas dans le monde du silence, c’est le phantasme du vice qui croit anesthésier la vertu.

Cool, Eolas, remonte sur ton cheval…

diffamation,injure,avocat,liberté d'expression

Commentaires

  • Billet très ésotérique = réservé aux seul initiés.
    Je ne sais pas de quoi vous parlez !!!

  • Moi je sais de quoi il parle et pour avoir parfois échangé avec Eolas sur twitter, on ne m'enlèvera pas de l'idée que la pédagogie d'un acteur de justice ne doit jamais s'accompagner d'arrogance ni d'idéologie, sinon il arrive ce qui arrive, des inimitiés, un dérapage et au final, une claque.

  • Le ton, la manière de parler, les images, les comparaisons et analogies, doivent être attentivement considérées. Un juge, un avocat, tous les rhéteurs, savent qu'on peut , comme dit Fran, vite se faire des ennemis. Il faut les manier à bon escient. Que si l'on ne vise qu'un acte de justice objectif, personnellement, je les utiliserais le moins possible. Pour ce qui est de l'arrogance, c'est un défaut typiquement français, que dénonçait déjà Descartes en son temps. Il était diplômé de Droit et savait de quoi il parlait, car il eut affaire aux polémistes théologiens de son temps, amateurs et professionnels. Avec en arrière plan les procès de Savonarole, Bruno, Galilée... Nous avons le feu, gardons l'huile pour la salade ou les chipolatas !

  • il y a les liens nécessaires pour comprendre l'affaire.

    bon rappel du rôle de la justice.

  • Je retiens par-dessus tout la sitation d'Hannah Arendt à la fin de l'article de Jeune Afrique sur la Syrie : « Ceux qui choisissent le moindre mal oublient très vite qu’ils ont choisi le mal. »

    A bon entendeur. :-)

  • citation* sorry

  • Le foot gagné par la pornographie

    Fifa. Jean-Michel Aulas : «Que Platini aille jusqu'au bout»

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu