Avertir le modérateur

Inquiétudes pour la Turquie

Le terrible attentat d’Ankara, avec que ce soir 97 morts, bilan qui devrait s’alourdir du fait du nombre des blessés graves, rappelle crûment ce qu’est la réalité du terrorisme, et renvoie au stade de l’indécence les excitations de notre gouvernement contre des faits décalés de cette industrie de la mort. Une pensée émue aussi pour le procureur de la République de Paris, avec ses démonstrations sur le terrorisme à propos d’un salarié qui a assassiné son employé son patron, dans un contexte de détresse psychologique.

5173435_capture-explosion_545x460_autocrop.jpg

Samedi à Ankara, il s’agissait d’une manifestation dans le centre-ville, une zone particulièrement sécurisée, à quelques centaines de mètres des grandes administrations et du siège des services de renseignements. L’un des lieux les plus sûrs du pays… Cette manifestation était organisée par des syndicats, des groupes politiques s’adressant la jeunesse et le HDP, ce parti démocrate pro-kurde qui, avec 13% des voix, a bloqué la victoire de l’AKP lors des dernières législatives. Alors, plutôt pour, plutôt contre… peu importe, c’était une manifestation paisible appelant à la liberté et à la paix. Les images filmées au moment de l’attentat montrent quel public était visé... Le message est clair : les terroristes font comprendre qu’ils peuvent frapper, là où ils veulent, quand ils veulent.

Ainsi, la donnée massive, c’est ce rappel brutal de ce qu’est le terrorisme dans la démocratie : créer la terreur en tuant des innocents.

Alors, qui est à la manœuvre ? À 24 heures, il n’y a pas eu de revendication, ce qui montre la volont de créer le doute, pour mieux pourrir le climat. Je ne lis pas le turc, et mes amis d’Istanbul ou d’Ankara disposent eux-mêmes de trop peu d’informations. Impossible de se prononcer sur les causes.

Ahmet Davutoglu, le premier ministre, a évoqué trois pistes : le PKK, l’extrême gauche ou DAECH. Attendons les informations, mais il est difficile d’envisager que le PKK tuant plus de cent de ses (même lointains) partisans, et s’il existe effectivement un activisme d’extrême-gauche violent, cet attentat par deux kamikazes dans une manifestation publique n’est pas dans ses méthodes. Alors DAECH ? Ou d’autres ? Espérons que l’enquête progresse, pour que ne s’installe pas la mortelle suspicion, qui est un des buts de cet attentat.

Impossible de se prononcer sur les causes, et il sera bien temps d’y revenir, mais cet attentat s’inscrit dans un contexte politique particulièrement lourd.

4787014_6_b87b_les-corps-des-victimes-de-l-attentat-d-ankara_d9f2f02580afc2e9e8aa775245fb49fc.jpg

Dans trois semaines, le 1er novembre, sont organisées les élections législatives, les deuxièmes de l’année car celles du printemps avaient laissé l’AKP sans majorité absolue et n’avaient pas permis de faire une coalition.

Deux législatives en un an, ce n’est pas simple même si la constitution le prévoit, mais surtout, depuis le début de l’année 2015, les événements se sont précipités, avec la réouverture des hostilités entre le PKK et l’État, et l’implication complexe de la Turquie dans la coalition internationale contre DAECH.

Erdogan a connu un parcours politique exceptionnel, maire d’Istanbul métamorphosant cette ville, puis Premier ministre dynamisant la Turquie, ce à la tête d’un grand parti musulman, l’AKP, s’inscrivant pleinement dans la tradition laïque et démocratique de la Turquie.

Ne pouvant se représenter après deux mandats, du fait des statuts de l’AKP, Erdogan a été élu président de la République, affichant sa volonté d’obtenir une majorité des deux tiers à l’Assemblée, pour pouvoir changer la constitution et recentrer les pouvoirs sur la présidence. Le pari a été perdu : loin d’obtenir les deux tiers, l’AKP n’a pas eu la majorité. Il ne pourra y avoir de changement de constitution.

Alors, quelle va être le résultat de ces nouvelles élections ? L'AKP misait sur ce nouveau vote pour atteindre une majorité absolue, mais l’extrême tension des événements depuis quelques mois éloigne cette perspective. L’électorat de l’opposition traditionnelle étant stable, une majorité absolue de l’AKP supposait l’écroulement du HDP, et nous en sommes en loin, ou une migration du vote nationaliste, que l’on ne retrouve pas dans les sondages.

Il y a donc une attente particulièrement forte pour ce scrutin du 1er novembre, en souhaitant que la date puisse être maintenue.

S’il n’y a pas de majorité absolue, il faudra trouver une coalition. C’est plus complexe et moins efficace, mais l’obligation institutionnellement créée de travailler ensemble sera peut-être une chance.

Loin d’Istanbul ce soir, et disposant de si peu d’informations, le seul souhait à exprimer est que la société turque tienne, devant la violence dramatique des événements. Son histoire montre qu’elle en a toutes les capacités, mais j'ai ressenti de la part de mes amis une vraie inquiétude. 

02187930736.jpg

Le parlement turc

Commentaires

  • Et si c'tait des sbires de l'AKP.

    Lorsqu'on contemple les actes d'Erdogan et ses aspirations , cette pîste est sérieuse.

    Il est le fauteur de troubles en Syrie et Daech s'est constitué par lui. Il est prêt à tout.

  • Il y a beaucoup de choses en ce sens dans les manifestations d'hier.
    Mais il faudra plus que des supputations...

    Si on pose la question: "a qui profite le crime ? ".... Cet attentat est une humiliation pour le gvt, incapable d'assurer la sécurité dans le quartier le plus sur d'Ankara, et l'effet électoral risque d'etre délétre...

  • Vous avez oublié de préciser une chose qui est pourtant essentielle à la compréhension de la situation actuelle en Turquie, c'est de dire que le HDP et surtout l'extension politique du mouvements terroristes du PKK.
    Ainsi comme il serait impossible d'imaginer en France un parti politique soutenant les actions terroristes de daech en France il est malheureusement possible de voir qu'en Turquie un parti politique kurde soutient les actions terroristes du PKK.
    De même il y a autre chose à signaler aussi, c'est que pour les deux attentats qui ont touché gravement des manifestations kurdes, aucun membre du HDP n'avait été présent. Pourtant ils sont friands de manifestations de ce genre à l'approche des élections.
    Donc pour moi écarter tout de suite le PKK de toute responsabilité dans cet attentat et une erreur. Le PKK est connu pour toucher aussi bien des civils Turcs que kurdes.

    Même si je ne suis pas pro-AKP, je doute fort que ce soit eux les responsables. Parmi tous les partis politiques ce sont eux qui vont souffrir le plus de cet attentat. Donc ça ne leur est nullement profitable.

    Il est clair que le climat actuel en Turquie et plus que tendu. Mais il ne faut pas oublier que c'est le PKK qui a ouvert les hostilités après les attentats de Suruç. Personne n'est tout blanc dans cette histoire, mais il ne faut surtout pas prendre le PKK pour des enfants de coeur. Ce sont des brutes sanguinaires au même titre que Daesh.

  • Une petite précision

    Le blog est envahi par Leclerc... et la pub bloque l'accès

    J'essaie d'intervenir pour régler ce pb

  • Je n'ai pas oublié de préciser que le HDP est prokurde, je le dis deux fois, et le PKK est une structure militaire séparatiste

    Les enquêtes sur les précédents attentats n'ont pas donné grand chose. C'est un fait, regrettable

    De plus, le PKK est ce qu'il est, mais il y avait quand meme eu un processus de dialogue. Tout a volé en éclat, comme hapé par les évènements.

  • Je n'ai pas dit «pro kurde», j'ai di «extension poltique du mouvement terroriste du PKK».
    Si le HDP était pro kurde, il ne soutiendrai pas le PKK qui tue aussi des kurdes.

    Ce processus de dialogue n'était pour moi qu'un accord entre l'AKP et le PKK avec différentes concessions de part et autres. Si le PKK avait vraiment voulu déposer les armes, ils n'auraient pas pu mener autant d'actions terroristes violentes ces derniers mois. C'est la preuve que les terroristes du PKK ont profité de cette «trève» pour s'armer encore plus et se préparer à une reprise des actions terroristes.

  • Pour vous, le n° 1 sur la liste est le PKK

    oki

    Il reste l'impression que la Turquie va très mal, l'importance de cet attentat dans le contexte bouleversé de ces derniers mois inquiète.

  • Coté France, ça perd aussi la tete

    Je vois que la Gauche a rétabli la peine de mort. Tout le monde se tait, alors que c'est dramatique de voir son gvt partir dans de telles errances

  • http://www.ensonhaber.com/cenazede-hdp-ve-pkkya-tepki-2015-10-12.html

    Il est mort dans l'attentat, ils allaient mettre le drapeau du PKK sur son cercueil quand son frère s'y est opposé en disant que leur père est mort à cause du PKK.

    Le problème majeur de la Turquie est le PKK effectivement.

  • @ Gilles et les autres,
    Pour les pubs envahissantes, je vous conseille d'activer Adblock. C'est efficace, et gratuit.
    Pour Firefox et Chrome,voir dans le menu matérialisé par les 3 petites barres parallèles en haut à droite.
    Pour Firefox, cliquer ensuite sur Modules.
    Pour Chrome, sur Paramètres, puis Extensions.
    Pour les autres navigateurs, désolé, je ne sais pas.

  • Le problème concerne surtout pour les mobiles vu que y'a pas adblock...

  • Par contre la mafia turque qui achète du pétrole à DAESH c'est pas un souci , c'est une aubaine !

  • Les évènements sont considérables, et attention: la population turque a beaucoup de traits communs avec la population syrienne... La déstabilisation de la syrie peut avoir des effets délétères...

    Aussi, je me garde de la moindre analyse défintive

    Si ce n'est : Erdogan a perdu la main

  • Une hypothèse pas plaisante, faite sur France Inter peu après l'attentat par je ne sais quel prof de science po et que n'envisage pas Davutoglu parmi ses 3 pistes, c'est un éventuel coup monté de la bande au pouvoir (je ne dis pas le parti AKP). Cet éminent expert se désolait de voir les forces de "sécurité" gazer les secouristes, et évoquait les soupçons immédiatement majoritaires : c'est Erdogan.

  • Erdogan bombarde ouvertement les kurdes en Syrie...

  • Erdogan joue le jeu de Daesh, et il perdra à la fin.

  • Sans vouloir défendre Erdogan, ce ne sont pas les kurdes qui sont visés mais le PKK. Le PKK est une menace pour la Turquie et pour la Syrie ou il tente de s'accaparer de Aïn Al Arab (kobane) en profitant du chaos syrien.

  • En panne

    http://www.lepoint.fr/monde/attentats-en-turquie-erdogan-reconnait-des-fautes-du-pouvoir-13-10-2015-1973259_24.php

  • Vladimir a bien rigolé :

    «La Russie sera vaincue», a menacé ce mardi le porte-parole de Daesh Abou Mohamed al-Adnani dans un enregistrement diffusé sur les sites djihadistes,

  • Le gvt vise les réseaux de daech

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/10/18/la-turquie-procede-a-des-dizaines-d-interpellation-dans-les-milieux-djihadistes-a-istanbul_4791797_3214.html

  • Ahhh que oui, « le gvt [turc] vise les réseaux de daech ». Un nouveau volte-face, ce doit être pris en compte. Surtout si c'est LeMonde qui le dit.
    Le même journal de référence avait concocté une enquête sur le sarin-contre-son-propre-peuple incriminant al-Assad, juste avant que F. Hollande ne s'apprête à bombarder Damas ''pour défendre la démocratie'', c'est dire si on peut les croire. Cette enquête n'avait pas été prise au sérieux par qui que ce soit hors de l'hexagone, pas plus que la récente re-sortie de 50000 photos « officielles » des tortures infligées par les affreux syriens loyalistes...
    Il faut aussi trier les infos : crédibles, vraies, presque vraies, ou apport de la nécessaire communication pédagogique / propagande dans un pays en guerre (eh oui, là, c'est nous).

  • il faut surtout trier ce qui ressort des necessités pécuniaires....hé oui , les journaux qui doivent éclairer nos consciences sont subventionnés par le pouvoir en place
    le reste de leurs rentrées c'est la publicité
    les abonnements ne viennent qu'en dernière position
    et pour les journalistes, ces consciences qui nous éclairent , c'est la déduction fiscale qui les tient
    25 000 euros /an , c'est le prix de leur conscience
    pas trop chérot , mais à renouveler chaque année , donc au total , ça chiffre
    enfin , l'essentiel , c'est que nous banquions pour être informés ....ou désinformés , on sait plus trop....

  • Erdogan, debout devant les Kurdes, et couché devant Obama

    Voir l'actu en direct
    Après un appel d'Obama, la Turquie se résout à retirer ses troupes d'Irak
    L'Express - ‎il y a 1 heure‎

  • De RFI

    La Turquie a annoncé, le samedi 19 décembre au soir, qu'elle « poursuivra » le retrait de ses troupes d'Irak, au lendemain d'un appel téléphonique du président américain Barack Obama à son homologue turc Recep Tayyip Erdogan l'invitant à prendre une telle mesure. Et ceci afin d'apaiser les tensions entre les deux pays voisins.

    La Turquie avait déployé en Irak, il y a une dizaine de jours, un contingent de 150 à 300 soldats et une vingtaine de véhicules blindés dans le camp de Bachiqa, dans le nord du pays, au grand dam de Bagdad. L'Irak, depuis, n'avait de cesse de protester et de réclamer le retrait des troupes turques de son territoire. Jusqu'alors en vain.

    Coup de fil déterminant

    C'est donc le coup de téléphone du président américain Barack Obama à son homolgue turc qui a été déterminant. Lors de la conversation téléphonique, M. Obama a insisté sur la nécessité pour la Turquie de « respecter la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Irak », selon un compte-rendu diffusé par la Maison Blanche.

    Une incursion illégale pour Bagdad

    Ankara a affirmé qu'il s'agissait simplement de renforts dépêchés pour assurer la protection des conseillers militaires turcs chargés d'entraîner des combattants irakiens dans la lutte contre le groupe EI, qui contrôle notamment la grande ville de Mossoul. Mais Bagdad y voyait une incursion illégale. « Prenant compte des sensibilités de la partie irakienne (...) la Turquie poursuivra le processus entamé pour le retrait de ses troupes stationnées dans la province de Mossoul », a donc indiqué le ministère des Affaires étrangères turc dans un communiqué.

  • Erdogan s'est fait couper le gaz par Poutine, because "quand s'est trop c'est trop", et c'est 50% de gaz en moins... Alors l'empereur Erdogan part fricoter avec Israel pour son précieux gaz...

    Ah, les convictions des "grands défenseurs" de la cause palestinienne....

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu