Avertir le modérateur

  • Blair bientôt jugé pour l’Irak,… et après, qui pour la Libye ?

    L’attaque militaire sur l’Irak, menée par Bush et Blair, était illégale car elle ne reposait ni sur une autorisation du Conseil de Sécurité – vu l’absence de menace sur la paix – ni sur la légitime défense. C’était clair depuis le premier jour, d’où le refus de Chirac pour la France, le refus du Conseil de sécurité, et les immenses manifestations à travers le monde. Illégale en son principe, on aurait pu espérer qu’elle respecte le droit dans sa conduite… Or, cette guerre a été l’occasion de graves crimes de guerre : non-respect de la distinction des objectifs civils et militaires, disproportion dans les attaques, torture, exécutions sommaires, dont celle du chef de l’Etat, Saddam Hussein. Ajoutons la déstabilisation de toute une région en libérant les forces du terrorisme.

    Les mensonges et les dissimulations n’ont qu’un temps, et la loi est là pour s’occuper des criminels. Dès 2009, l’évidence des violations du droit international étaient telle que Gordon Brown, alors premier ministre, avait dû se résoudre à… nommer une commission d’enquête parlementaire, la commission Chilcot, du nom de Sir John Chilcot qui la préside. On parle du dépôt du rapport en juin 2016… Beaucoup de temps perdu, alors qu’il aurait été si simple d’ouvrir d’emblée une information judiciaire… Mais l’essentiel est que ça progresse. Au passage, rien du côté des Etats-Unis, le pays des amours fulgurants du droit et de la violence armée.

    Après le rapport, il faudra s’attendre à un procès pénal, comme le prévoit Corbyn, car toutes ces violations graves du droit sont sanctionnées par la loi. Une issue assez inévitable, qui a amené Blair à tenter une petite manœuvre par des excuses de pacotille.

    Et comme me le faisait remarquer hier soir un vieux professeur de droit international, après une ripaille dans l’un des meilleurs restaurants italiens de Lyon, cette affaire permettra peut-être d’ouvrir enfin un débat judiciaire sur les responsabilités des chefs d’Etat dans l’affaire libyenne… tant il est évident que le mandat initialement donné par le Conseil de sécurité a été forcé, et que ni la France, ni la Grande-Bretagne n’avaient pour mission le renversement du régime ou la mort de Mouammar Kadhafi. A suivre...

    Revenons à la guerre d’Irak. Six ans pour remettre le rapport, c’est du délire, et Peter Oborne, un journaliste réputé, a effectué sa propre analyse, publiée ce 29 octobre dans le Daily Mail. Clair, net et précis. (Je reproduis le texte en anglais, désolé pour ceux qui ne lise cette langue).

     

    Tony-Blair-and-George-Bus-010.jpg

     

    Question 1

    Was the information presented by the then Labour government on Saddam Hussein’s so-called ‘weapons of mass destruction’ and other matters that led Tony Blair to take Britain to war in 2003, a reflection of the true facts?

     

    Earlier official reports into the invasion of Iraq have cleared Blair from the charge that he had misled Parliament or twisted the evidence.

    However, there is devastating evidence proving that as prime minister he deceived the House of Commons and the British people over the threat from Saddam.

    The most powerful testimony of all was provided by Dr Hans Blix, Chief Weapons Inspector for the United Nations at the time of the build-up to the Iraq War.

    He described to us how some of Blair’s claims about ‘weapons of mass destruction’ (WMD) in his famous ‘dodgy’ dossier of September 2002, were based on ‘a misrepresentation’.

    The dossier followed Blair’s press adviser Alastair Campbell prevailing on his friend, the intelligence chief John Scarlett, to strengthen the language in the document so that the suggestion that the Iraqis might be able to deploy missiles within 45 minutes was changed to ‘are able’.

    Speaking to us from his native Sweden, Blix said: ‘The big difference in the British dossier was that they simply asserted that these items are there. But when Mr Blair asserts that there were weapons, well, that’s an assertion and it was not supported by evidence.

    ‘Both the UK and the U.S. replaced question marks with exclamation marks. I certainly think it was a misrepresentation.’

    Dr Blix went on to say that Blair’s deception of the British people was not confined to the notorious 2002 dossier. He says Blair also misled Parliament in his key, eve-of-invasion speech in March 2003 before MPs voted on the issue.

    The respected weapons expert challenged Blair’s claims that Saddam possessed up to 1,000 shells and bombs filled with mustard gas.

    He said his UN team had only ‘cited them as unaccounted for’, while Blair ‘implied that they existed’.

    Dr Blix continued: ‘We had explained in our report that the Iraqis had told us that most [weapons] had been destroyed in 1991 and that there were also inaccuracies in their calculation of how much they’d had, and I think that was a plausible explanation.

    ‘There was no trace of that, if I remember rightly, in Mr Blair’s statement in Parliament.’

    Dr Blix also questioned whether MPs would have voted for British troops to invade Iraq if they had known the truth. He said the Blair government’s claims were ‘not really sustainable’.

    Shaken by the force of his testimony, I asked whether he thought Blair had misrepresented the truth and had lied to Parliament in order to make the case for an illegal war.

    Dr Blix paused. Then came this devastating response: ‘Well, I’m a diplomat, so I’m not using such . . . such words, but in substance, yes, they misrepresented what we [the UN inspection team] did and they did so in order to get the authorisation that they shouldn’t have had.’

    We had this assertion that Blair misled the British people over intelligence reports concerning the existence of WMD corroborated by a key British diplomat.

    Carne Ross was Britain’s foremost expert on Iraq at the United Nations, handling British relations with the weapons inspectors and the Iraqi government in the run-up to war.

    He told us he was ‘intimately involved’ with the dossier on WMD. Speaking from his office in New York, Ross said that ‘in draft after draft, the evidence was massaged to say things that it didn’t really justify . . . What I saw was that we were suddenly making claims for which I didn’t think we had any justification — for which I hadn’t seen any evidence.’

    We have also discovered that Blair’s No 10 team even went so far as to traduce the then French President, Jacques Chirac.

    They tried to set him up as a public hate figure among those who wanted Iraq invaded.

    Sir Stephen Wall, Downing Street adviser on European affairs at the time, told us that Blair and Alastair Campbell agreed to brief the pro-war Sun newspaper into publishing a story that Chirac ‘had made it clear that in no circumstances was he prepared to go to war against Saddam Hussein’.

    The truth, though, was that Chirac had not completely ruled out backing the resolution (which could not be passed without the agreement of the French). Instead, he had only ruled it out for the time being.

     

    Conclusion

    Blair misled the British people about the threat from Saddam.

     

    Question 2

    Did the invasion of Iraq increase the threat to Britain from Al Qaeda?

     

    This question is central to Chilcot’s investigation as the case for going to war depended in part on the claim that an invasion would actually reduce the threat.

    For, if not removed, it was feared that Saddam might easily join forces with international terrorists such as Al Qaeda and launch an attack on the West.

    As the invasion of Iraq began in March 2003, Blair told the Commons: ‘Should terrorists obtain these weapons, now being manufactured and traded around the world, the carnage they could inflict to our economies, our security, to world peace would be beyond our most vivid imagination.’

    Who better to explain the truth about possible links between Saddam and Al Qaeda than Baroness Manningham-Buller, who was head of MI5 at the time.

    She told the Chilcot Inquiry that contrary to the claims that, if not tackled, Saddam might link up with Al Qaeda, Downing Street had been told by the intelligence services that an invasion of Iraq would risk increasing the Al Qaeda threat.

    When questioned whether an invasion would increase the overall threat from international terrorism, Baroness Manningham-Butler told Chilcot: ‘Substantially.’

    Indeed, she went on to say that, by 2003, she found it necessary to ask the PM for a ‘doubling of our [MI5] budget’ in order to cope with a sharp increase in the threat from Al Qaeda and international terrorism. As a result, MI5’s budget was doubled because of the increased Al Qaeda threat following the Iraq invasion.

     

    Conclusion

    The evidence that the Al Qaeda threat did increase as a result of the Iraq war is clear and unambiguously proven.

     

    Question 3

    Did Tony Blair enter into a secret agreement with U.S. President George Bush that the UK would support a U.S. invasion come what may?

     

    Circumstantial evidence suggests that Blair did enter into some kind of an arrangement with Bush when he met him at his Texas ranch in April 2002, 11 months before the invasion.

    Several key documents written ahead of this meeting suggest a crucial change in British government policy.

    One was a memo from the PM’s foreign affairs adviser, David Manning, in March 2002, to Blair after Manning’s meeting with Condoleezza Rice, Bush’s National Security Adviser. In the memo, Manning told Blair: ‘I said that you would not budge in your support for regime change, but you had to manage a Press, a Parliament and public opinion that was very different from anything in the States.’

    Only two weeks ago, it emerged that another key White House figure at the time, U.S. Secretary of State Colin Powell, had written to Bush in similar terms, saying that ‘on Iraq, Blair will be with us should military operations be necessary’.

    The memos by Colin Powell and David Manning definitely hint at some kind of private deal because the British people certainly were assured that any war with Iraq was not about regime change but about getting rid of WMDs.

    However, I concede that the wording in both memos is consistent with Blair’s repeated public statements that he was ready to disarm Saddam by force only if peaceful means did not work and the Iraqi leader couldn’t be persuaded by the United Nations to give in.

     

    Conclusion

    There is no hard evidence that Blair had pledged to go to war at all costs. The memos by Colin Powell and David Manning were consistent with Blair’s public statements that he would disarm Iraq by force only if Saddam could not be made to disarm by peaceful means.

     

    Question 4

    Was the war legal?

     

    All 27 lawyers at the Foreign Office at the time agreed that the war was illegal without a second resolution from the UN Security Council authorising the invasion.

    Confidential documents released to Chilcot show that Sir Michael Wood, the most senior lawyer at the Foreign Office, warned Foreign Secretary Jack Straw and his aides, on numerous occasions, that this was the case.

    In an admirable act of principle, one Foreign Office lawyer, Elizabeth Wilmshurst, resigned when her advice was ignored.

    Later, it was revealed that she had said she could not agree with the decision to go to war ‘in circumstances which are so detrimental to the international order and the rule of law’.

    Carne Ross, a key British diplomat at the UN ahead of the war, also explained to us how Britain failed to get the required UN resolution, which would have made the war legal.

    ‘The UK attempted to introduce a resolution at the Security Council explicitly endorsing military action against Iraq and it failed to get that resolution... and in my book, if you try to get the Security Council to give you authority to do something and it doesn’t give you that authority, then you don’t have authority.

    ‘You can’t then claim that, in fact, all the resolutions from 12 years ago [relating to the previous Iraq War], give you that authority. That’s nonsense.’

     

    Conclusion: It is clear that the invasion of Iraq was illegal under international law.

     

    The damning verdict

     

    Certainly, the war was illegal. Also, there’s no doubt that Tony Blair misrepresented the facts in order to sell the war to the House of Commons and the British people.

    I am convinced, too, that the war greatly increased the threat of international terrorism to Britain.

    But there is no hard evidence Tony Blair entered into any secret deal in blood with George Bush ahead of the war, as some have claimed.

    The delay in publishing the official inquiry is inexcusable, particularly considering Britain is under pressure to send forces into Syria.

     

    Never has the need to learn the lessons of Iraq been more urgent, and yet we still await the Chilcot Inquiry, a shameful seven years after the last British soldier left Iraq.

    George-Bush_2225806b.jpg

  • Ce farfadet de Varoufakis

    La grande victoire grecque « de Gauche », c’était il y a à peine un an, et tout allait changer : les nouveaux dirigeants de la Grèce allaient dresser les forces de l’État contre la mécanique libérale, et autres conneries du même genre.

    Un an plus tard, le peuple grec est humilié pour avoir dû tout lâcher quelques jours après un référendum qui concluait à ne rien lâcher, le « gouvernement » grec a accepté de mettre en œuvre un accord négocié en secret et jamais publié, bafouant le rôle du Parlement, ignorant l’idée de souveraineté, ce pour récupérer sept misérables milliards et les refiler une semaine après pour payer d’autres dettes bancaires. Ce de la part d’un gouvernement qui, au nom de la solidarité des peuples, a renforcé sa coopération avec Israël.

    Le grand leader révolutionnaire Alexis Tsipras est devenu le pote de Hollande, et quant au héros des bobos, Yanis Varoufakis, qui vote oui, qui vote non, se ridiculise avec un Plan B comme Bidon, qui abandonne ses électeurs, et fait le beau à côté d’un commercial d’Habitat, il cherche maintenant à se faire un peu de gratte avec des conférences. Conférences qui doivent être absolument passionnantes, venant d'un mec qui a tout misé à côté, et qui s’incarne parfaitement dans le tableau des vaches qui regardent passer les trains.

    grèce,gochmole,trahison

    Le gouvernement grec et la finance européenne

     

    C’est l’hebdo athénien Proto Thema qui a publié un échange de mails avec le London Speaker Bureau, une agence spécialisée dans le placement de personnalités, indiquant que les « frais standards de M. Varoufakis sont de 60 000 dollars [54 140 €] pour les engagements hors d’Europe », avec transport « en business class ». En Europe, ses tarifs sont entre 5 000 dollars, et à 1 500 dollars pour les interventions en université, selon l’hebdomadaire.

    Varoufakis a aussitôt répliqué sur son blog sous le titre « Transparence partout », en listant une série d’interventions effectuées entre septembre et octobre. Oki.

    On trouve d’abord une série de réunions politiques ou universitaires, et le mec met en avant que c’est gratuit ou presque… Il serait quand même incroyable qu’un homme politique se fasse inviter à des réunions politiques à condition d’être payé, et pour ce qui est des rencontres dans d’autres universités, tous les universitaires se déplacent gratis et en classe éco, arrêtez le délire. Le lascar se fait sa pub « genre : moi et la vertu », alors qu’il est au standard.

    On trouve ensuite les conférences payantes, 24 000 € pour une interview de 22 minutes, le 27 septembre, sur la télévision publique italienne RAI  – 1000 € la minute, pas mal – et 28.800 € pour une réunion à Singapore, voyage en classe affaire.

    Avec cette petite précision que les sommes indiquées le sont après paiement des cotisations sociales et des impôts. Précision qui n’est pas un détail, car les cotisations sociales et impôts représentent environ 50 % des sommes perçues, ce qui veut dire que la rémunération perçue était du double. C’est donc bien Proto Thema qui a raison, avec plus de 50 000 € pour une conférence. Pas plus compliqué.

    La conclusion ? C’est simple : ce mec est vraiment nul, car il fait à peine la moitié du tarif de Sarkozy...

    Ceux qui, à Gauche, sont encore vivants – et ils sont nombreux – persuadés que la solidarité doit être le centre de la vie sociale et économique, doivent se préoccuper d’abord du débat d’idées, au lieu de frétiller devant la question des leaders et des élections. La Gauche est par terre, et c’est une doctrine qu’il faut reconstruire. Si on ne trouve pas de doctrine, on devra tirer le rideau. Et pour ce qui est des pseudos leaders, de Hollande à Varoufakis ils ne sont que des marchands du temple, à virer sans ménagement.    

    grèce,gochmole,trahison

  • Air Cocaïne : Attention, c’est pourri de A à Z

    couillon-love-danger-132976306669.pngMoi qui croyais que la drogue était le fléau absolu, qu'il fallait inlassablement sanctionner les petits mecs de la fumette… Je découvre, avec une curiosité de nouveau-né, que des lascars impliqués « jusque-là » dans le trafic deviennent des vedettes de la télé, interrogés par des journalistes en pamoison – des héros de la liberté – avec comme guide de la conscience, un eurodéputé du Front National, Aymeric Chauprade, défenseur de cette noble cause : « Mon rôle politique ce n'est pas d'aller délivrer ou aider à la libération des pilotes, mon rôle est de les soutenir politiquement. Et de faire comprendre aux Français pourquoi il n'y avait pas d'autre solution que de les faire revenir sur le territoire ».

    - Alors Marine, ton petit copain se félicite de cette évasion, pour échapper à un procès. Ce n’est pas too much ?

    - Désolée, mais je ne suis pas du tout au courant. J'avais un débat avec Pierre de Saintignon, et ça m'a obstrué le cerveau.

    - Mais déconne pas, Marine. Toute la presse en parle… Un eurodéputé FN est impliqué dans l'évasion,… et s’en vante…

    - Désolée mais je ne suis pas du tout courant. Papa m'a appelée, et ça m'a amolli le chou.elu-couillon-de-l-annee-Tee-shirts (1).jpg

    - Mais dis donc, Martine, tu sais que la drogue, c'est très grave. Dans ton programme, c'est prévu de dépénaliser le trafic de cocaïne?

    - Je vais en parler à notre spécialiste, Aymeric Chauprade… Euh, non, je n’ai rien dit. Désolée, mais je ne suis pas du tout au courant. Moi, je suis élue locale, et je m'occupe du RSI des commerçants de Calais.

    - Dans ton programme, c'est prévu de désavouer l'engagement qu'on a pris auprès des juges pour obtenir sa remise en liberté ? Tu sais, les mecs qui obtiennent des autorisations de sortie, et qui ne les respectent pas ?

    - Désolée, mais je ne suis pas du tout courant. Actuellement, j’étudie la sécurité dans les Intercités entre Lille et Amiens.

    - Mais dis donc, Marine, d'après toi la drogue, c'est de la merde ou non?

    - Désolée, mais je ne suis pas du tout courant. Je prépare mon discours sur l’installation d’éoliennes dans la baie de la Somme.

    - Quand 680 kg de cocaïne – trente grosses valises – arrivant à Saint-Trop’ depuis de Punta Cana, y’en a peut-être un chouia pour les quartiers Nord. Tu devrais peut-être le calmer, ton Aymeric Chauprade...

    - Désolée, mais je ne suis pas du tout courant. Je reviens du marché d’Abbeville, et j’en suis toute émue.

    Pour le coup, elle n'a pas l'air maline la Marine. Mais il y a une tolérance incroyable pour ce gentil trafic, par la classe politique, qui fait camembert, et la presse mainstream, qui a bien du mal à se situer... Donc, prendre position sur la dépénalisation du cannabis, c'est irresponsable et dangereux, mais en revanche pas de problème pour inviter sur les plateaux-télé des personnes poursuivies pour trafic de cocaïne, en République Dominicaine et en France... De même, le détenu qui ne respecte pas sa permission de sortie, c'est une horreur totale et il faut changer la loi, mais pas de problème avec celui qui fait un bras d'honneur à une décision de justice, et s'évade alors que son procès arrive.  

  • Touchers vaginaux et rectaux sans consentement : C’est très grave

    41YXRDE0CBL._SX283_BO1,204,203,200_.jpgDemandé par la ministre de la santé, un rapport de Jean-Pierre Vinel, président de la Conférence des doyens des facultés de médecine, révèle que lorsque les examens vaginaux et rectaux sont réalisés chez des personnes sous anesthésie générale, le consentement préalable du patient n’est recueilli que dans 67% des cas pour les étudiants du diplôme de formation générale en sciences médicales. En formation spécialisée, le chiffre n’atteint que 80 % des cas. C’est très grave.

    Cette pratique, manifestement bien connue dans les établissements publics et privés, et justifiée en mettant en avant les nécessités de l’enseignement, avait été révélée en début d’année par la fuite d’une note interne donnant des instructions en ce sens. Les allégations avaient été aussitôt démenties, mais le déni n’a pas tenu, et une pétition bien documentée, signée notamment par des médecins, avait dénoncé ces dérives, et demandé une réaction des pouvoirs publics.

    Cette pratique, qui heurte le sens moral, caractérise aussi des violations de la loi, y compris de la loi pénale,… ce qui manifestement est ignoré dans trop de blocs opératoires. La présence d'étudiants dans les établissements de santé, et la nécessité d'apprendre les gestes avant d'être médecin, sont des données évidentes et universelles. Mais il est tout aussi évident qu'avant de pratiquer le moindre acte auprès d'un patient, et surtout pour un acte intime, un professionnel de santé doit se faire connaître et recueillir le consentement du patient. Aussi, soutenir qu'on peut se dispenser de la règle parce que le patient est anesthésié est simplement sidérant d'arriération mentale.

    Le Code de la santé publique, avec l’alinéa 7 de l’article L. 1111-4  impose aux étudiants de recueillir le consentement : « L'examen d'une personne malade dans le cadre d'un enseignement clinique requiert son consentement préalable. Les étudiants qui reçoivent cet enseignement doivent être au préalable informés de la nécessité de respecter les droits des malades énoncés au présent titre ». Alors, respectez la loi, et point barre.

    La jurisprudence confirme. La CEDH, le 9 octobre 2014, a jugé en ce sens à propos de la présence d’étudiants lors d’un accouchement, et le Conseil d’Etat, le 10 septembre 2014, confirmant la section disciplinaire nationale de l’Ordre des médecins, a sanctionné un médecin qui avait imposé la présence d’un technicien de laboratoire lors d’un examen intime. Et il ne faut pas dire que c'est compliqué : il n'y a aucun document à remplir, il suffit de se présenter au patient, et de demander l'accord pour l'examen.51EEZFDE46L._SX295_BO1,204,203,200_.jpg

    Mais il y a plus, car l'acte pratiqué n'est pas n'importe lequel. Il s'agit d'une pénétration digitale dans le vagin ou dans l'anus, et pratiqué à l'insu du patient, profitant de son absence de conscience liée à l'anesthésie. C'est un fait qui correspond la qualification de viol, selon les termes de l’article 222-23 du Code pénal : « Tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu'il soit, commis sur la personne d'autrui par violence, contrainte, menace ou surprise est un viol ». Acte de pénétration par surprise, sur une personne sans conscience.

    - Quoi, mais du calme… Les médecins ne sont pas des violeurs... 

    - Bien sûr, mais ce n'est pas un problème. Le problème, c'est le geste qui correspond à une qualification pénale, et l'une des plus graves.

    Marisol Touraine a donc raison d’être très ferme : «L’Etat sera d’une extrême fermeté face à ces pratiques inacceptables, qui portent atteinte à l’intégrité du corps humain et aux droits fondamentaux des patients». Il faut mettre fin à ces pratiques, avec des instructions strictes, des missions d’inspection au sein des établissements de santé, et le développement de l’apprentissage par simulation.

  • Mein Kampf enfin réédité

    Il y a de cela une dizaine d’années, et cherchant depuis plusieurs dizaines d’années, j’avais enfin pu trouver sur le merveilleux marché aux livres du quai de la Pêcherie, à Lyon, un exemplaire de Mein Kampf. Un petit billet bleu et mes amitiés à ce si fidèle libraire. Un vrai messager de la culture. Tout est expliqué là. Le texte se trouve facilement sur Internet,… mais le livre, c’est autre chose.

    346_001.jpg

    Très franchement, je m’étais régalé à lire ce texte pour essayer de comprendre comment des mots écrits dans l’une des plus belles langues et dans un pays berceau de la culture occidentale, avait pu conduire à l’avènement du pouvoir fasciste, avec cette alliance terrifiante entre les groupes financiers et industriels et la plus sereine des dictatures, pour arriver, presque par logique, à l’emballement du crime avec la politique d’extermination des Juifs, des Tsiganes et homosexuels. Une guerre mondiale, le combat héroïque de l’Armée rouge parvenant à inverser le sort des armes, et un génocide de 6 millions de morts.

    Un jour, j’ai confié ce livre à une amie, qui en a fait le meilleur profit, et la confié à une autre amie, et depuis je n’ai pu retrouver ce livre du crime.

    Donc, retour vers Fayard qui va à nouveau publier Mein Kampf, devenu de domaine public.... mais Fayard insiste pour dire qu'il publie avec des commentaires critiques, pour bien nous expliquer tout le mal qu'il faut penser de ce livre. Nous sommes tellement demeurés que Fayard estime indispensable de nous prendre la main pour nous dire que ce que dit Hitler, « ce n’est pas bien », et que l’histoire a laissé ses preuves. 

    Je trouve cela très lourdingue, mais surtout inquiétant. On nous bassine matin midi soir avec la merveilleuse école, le creuset de la République, on nous gave de cérémonies mémorielles et de garde-chiourmes juridiques interdisant de penser comme il ne faut pas… Bref, c’est une politique d’Etat pour mettre en garde et condamner,… Et au final, on fait le constat que malgré cela, notre cerveau n'est pas prêt à lire un livre. Nous voici sous le statut assez lamentable de "lecteur sous tutelle". 

    Qu'il y ait des livres critiques sur ce livre, bien sûr et et il tant qu'ils veulent. Mais estimer que nous ne sommes pas capables de lire ce livre sans explications appuyées montre que nous sommes considérés comme des décérébrés, avec un esprit si peu structuré qu'on ne peut nous faire confiance. 

    Le droit, et donc la défense des libertés, est notre bien commun. Pour que ça marche, il n’est pas besoin que chaque citoyen ait sa maîtrise en droit. Il faut d'abord qu’il garde son cerveau branché. Cela suppose aussi de combattre toutes les politiques d’asservissement.

    - Et donc ?

    - S’instruire, et penser par soi-même.

    Ahmad-Shah-Massoud-à-son-bureau.jpg

    Ahmad Shah Massoud, tué le 9 septembre 2001, deux jours avant le « 11 septembre » 

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu