Avertir le modérateur

Birmanie : La « démocratie » vérolée par le fascisme bouddhiste et le génocide

Dans notre douce Europe, on adore la si gentille Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix, qui a emporté hier avec la Ligue Nationale pour la Démocratie (LND), les élections législatives au Myanmar (Birmanie). Et on admire les si sympathiques moines bouddhistes birmans, inspirés par la lumière. Sauf que l'un des boss des bouddhistes, le moine Wirathu, est fier d’être appelé depuis 2001 le Ben Laden bouddhiste, car cela correspond à ses valeurs, et que le grand projet de ce fasciste pur sucre est d’éliminer la minorité musulmane, les Rohingyas, soit 5% de la population.

bannerrohingya (1).png

Grande fête de la démocratie ? Avec le petit problème que les Rohingyas sont éliminés électoralement, car depuis une loi datant de 1982, instaurée par la dictature qui a imposé le bouddhisme comme religion d'Etat, ils ont été déchus de leur nationalité. 1,3 million de personnes devenues apatrides dans leur propre pays, dénués de tout droit.

Il y a maintes sources d’information sur « le peuple le plus persécuté du monde » selon la formule de l’ONU. L’université américaine Yale, dans un récent rapport, parle de «génocide» à l'encontre de cette minorité musulmane maltraitée par le pouvoir. Le blog a déjà écrit sur ce drame, et voici aussi des reportages télé sur Arte, encore Arte et France 24.

Aug San Suu Kyi, qui avait toujours refusé de parler de cette question, a attendu le 5 novembre, à trois jours du scrutin, pour dénoncer le terme «génocide» employé par un journaliste : «Il est très important de ne pas exagérer les problèmes de ce pays». Le Dalaï Lama a déploré ce refus de dénoncer le fascisme.

5415565-8078899.jpg

Commentaires

  • L'une des difficultés majeures du croyant est de penser le bien commun sans conflit avec l'intérêt particulier de la religion. Pourquoi ne relirait-on pas Kant ?

  • Le problème des Arakans, c'est qu'ils ont joué les supplétifs des Anglais avant l'indépendance.
    Mais cet ostracisme va beaucoup trop loin après tout ce temps.

  • Le Dalaï-Lama a manifesté son désaccord:
    http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Le-dalai-lama-demande-aux-bouddhistes-de-stopper-les-violences-contre-les-musulmans-2014-07-07-1175522
    http://www.observatoirepharos.com/c/asie/birmanie/birmanie-appel-du-dalai-lama-en-faveur-des-rohingya-fr
    Mais il n'est pas pour les Bouddhistes l'équivalent du Pape pour les Catholiques.

  • Merci Gilles pour cet article.
    Et pour aller plus loin encore, un lien pour un article de G. Stanechy, fouillé et non complaisant aussi....avec moult références.
    En espérant que mes ami(e)s attiré(e)s par le boudhisme ne regarderont pas mon doigt mais la lune.

    http://stanechy.over-blog.com/2015/10/birmanie-le-bouddhisme-radical.html

    Belle journée tout le monde.

  • Mettre insidieusement tous les bouddhistes dans le même sac (voir l'ironique "Et on admire les si sympathiques moines bouddhistes, inspirés par la lumière") quand on écrit ici à longueur de billets qu'il ne faut pas confondre islam et islamisme (à juste titre), c'est un peu gros...

  • Insidieusement où ? et généralisation où ?

    Alors que je vise "un" des leaders (voir à la 4° ligne), et que je cite le Dalaï Lama ??

    Par ailleurs, tous les rapports montrent qu'il y a un vraiment mouvement d'ensemble raciste en Birmanie. Quelles sont les autorités bouddhistes qui dénoncnt et agissent pour mettre fin à ces crimes ?

  • Le "insidieusement" est relatif à la phrase que je cite dans mon commentaire. Après, peut-être que ce n'était pas l'adjectif le plus approprié. Disons qu'un lecteur non averti peut avoir l'impression que le bouddhisme (que je ne pratique pas) est une vaste hypocrisie, voire un fascisme. Il est vrai que vous citez le Dalaï Lama en fin de billet et ce n'était de toutes façons pas un procès d'intention, juste un regret à propos de la "phrase" en question.

  • Pas de problème, et je dois rectifier s'il reste une ambiguïté.

    Quand même, le mec se dit fier d'etre appelé le "ben Laden bouddhiste", et si je ne généralise rien, je vois quaand meme qu'en Birmanie, c'est un mouvement large, et que les critiques sont minimalistes.

    je souligne aussitôt que les dirigeants du monde musulman se montrent tout aussi minables, et ont fait des protestations minimalistes

  • Les moines Birmans ont payé un lourd tribut à la répression; toutefois certains sont affidés à cette junte de gangsters, mais ce n'est pas une majorité. Je ne généraliserais pas non plus.

  • "Et on admire les si sympathiques moines bouddhistes, inspirés par la lumière."

    Je pense également que cette phrase n'a pas sa place dans la dénonciation de cette persécution. Il faut être équitable avec toutes les religions.

  • Après en avoir délibéré, et dans mon immense sagesse, j'ai modifié la phrase qui devient

    "Et on admire les si sympathiques moines bouddhistes birmans, inspirés par la lumière".

    Je fournis dans cette note suffisamment de liens avec des sources sérieuses et diverses - et le lien donné par Marisse - pour que chacun puisse comprendre ce qui se passe.

    L'absence de toute condamnation et surtout, de la moindre action positive, vis à vis de la population massacrée, encourage les fascistes et crée l'impunité. Donc une globalisation de la critique est entièrement justifiée

  • Je ne comprends décidément pas les gens, ni comment ils se caractérisent. On me rétorquera qu'il ne s'agit pas de religion, mais Hitler aurait-il été fier qu'on le traite de Staline du National socialisme? Et inversement Staline se serait-il targué qu'on l'appelle l'Hitler du communisme?
    La psychologie et les critères de nombreux individus m'échappent

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu