Avertir le modérateur

  • Edmar Castaneda et Joe Locke, Jazz Baltica 2010

    Deux virtuoses, et deux instruments trop peu présent sur la scène du jazz : le vibraphone, avec Joe Locke, et surtout la harpe, magnifiquement servie par Edmar Castaneda. Harmonie des sons, création, générosité… Vous m’en direz des nouvelles !

    castaneda.jpg

    376752310.jpg

  • Syrie : Le grand retournement français

    En début de semaine, la mainstream class nous vantait le marathon diplomatique de Hollande, suite au discours du Congrès où il avait annoncé la création d’une coalition unique contre Daech, avec standing ovation de nos parlementaires décervelés. A la fin de la semaine, Fabius annonce que la France est prêtre à coopérer avec l’armée nationale syrienne, sous les ordres donc de Bachar El-Assad. Un écroulement prévisible, mais spectaculaire et lourd de conséquences.

    710-hpxpxXL._SL1200_.jpg

    Petit retour en arrière ?...

    La politique française a toujours été la nécessité de renverser le régime de Bachar El-Assad. 

    En septembre 2013, Hollande entonnait la rhétorique de George W. Bush, voulant bombarder Damas : « La France est prête à punir ceux qui ont pris la décision infâme de gazer des innocents. Le massacre chimique de Damas ne peut rester sans réponse». L’ONU avait dit non, et Obama l’avait lâché.

    Le 1er octobre 2015, le ministère des affaires étrangères avait manœuvré pour l’ouverture d’une enquête préliminaire par le parquet de Paris pour « crimes de guerre » contre le régime Assad, Fabius étant grandiose : « Face à ces crimes qui heurtent la conscience humaine, à cette bureaucratie de l’horreur, face à cette négation des valeurs d’humanité, il est de notre responsabilité d’agir contre l’impunité de ces assassins ». Le 25 aout, Hollande souhaitait la « neutralisation de Bachar El-Assad ». Le 27 septembre, Hollande affirmait à la tribune de l’ONU vouloir battre Daech, mais sans El-Assad.

    Le 5 octobre, Hollande affirmait comme évidence que « Monsieur Poutine n’est pas notre allié ».

    Des déclarations en nombre,… jusqu’à hier

    Aujourd’hui, les « assassins »  sont appelés à la rescousse par Fabius, sur RTL :  « Il y a deux séries de mesures : les bombardements, et des forces au sol qui ne peuvent pas être les nôtres, mais qui peuvent être à la fois des forces de l’Armée syrienne libre, des forces arabes sunnites, et pourquoi pas des forces du régime, et des Kurdes également bien sûr ».

    Le chef de la diplomatie syrienne, Walid Mouallem, a salué les déclarations de Fabius : « Mieux vaut tard que jamais. Si Fabius est sérieux concernant l’idée de travailler avec l’armée syrienne et avec les forces sur le terrain qui combattent Daech, alors nous saluons» cette position. Mais cela nécessiterait un changement fondamental dans leur manière de gérer la crise».

    Libération, le plus guerrier de nos journaux, marque son écœurement : « C’est une magnifique victoire diplomatique pour Bachar al-Assad ».

    Il faut dire que le marathon diplomatique de Hollande a été calamiteux. Seul  Cameron a bronché, mais il doit passer par un vote des Communes, et c’est loin d’être acquis. En fait, il cherche surtout à mettre en difficulté le nouveau leader travailliste, Jeremy Corbyn. Obama a fait une déclaration, mais rien de plus. Merkel s’est montrée sympathique mais elle ne veut pas entendre parler du mot de guerre, et elle a proposé l’envoi de 650 soldats… au Mali ! Renzi a fait comprendre que l’Italie ne ferait rien, et que la priorité était la Libye. Hollande s’est rendu ni en Turquie, ni en Irak, ni en Arabie-Saoudite. Il a fini sa tournée par une visite à Poutine, qui lui a rappelé vertement l’excitation française contre la Russie, avec les gels d’avoir, les mesures antiéconomiques, la surenchère au sein de l’OTAN, et un discours d’une incroyable hostilité… allant jusqu’à contester le principe de la visite de Sarkozy en Russie il y a trois semaines.

    Ce que nous constatons, quel que soient nos points de vue, c’est que la politique française depuis juin 2012 en Syrie s’est fracassée sur les réalités. Et la suffisance de Fabius pour annoncer comme si rien n’était ce retournement de la France… sidérant ! On attend maintenant les nouvelles contorsions de ces girouettes pour expliquer ce revirement à l’Arabie-Saoudite, au Qatar et à Israël, à tous ceux - surtout ceux vivant là-bas - qui avaient cru à ce choix politique.

  • Hommage aux réfugiés

    Dans la grande tradition française, patrie des droits de l’homme, l’hommage national aux victimes des criminels ne peut être qu’un hommage au droit, et d’abord pour les plus vulnérables. Alors que la frange droitière du FN est en train d’infiltrer les instances dirigeantes de la SFIO, faisant glisser le pays vers un idéal post-Ben Ali, prêt à tout lâcher à Erdogan pour que la Turquie « fixe » les réfugiés de la destruction des Etats, je me dois de rappeler que les réfugiés ne sont pas des bandits mais des victimes, et que les demandeurs d’asile doivent être accueillis avec humanité, dans le respect des droits fondamentaux. Quand un être chancelle, une main se tend. Tu piges ?

    150907_3g9ol_ml-singa-france-refugies_sn635 (1).jpg

    1492514-454280-jpg_1376366.jpg

    La morale et toutes les religions, nourries de la réflexion sur ce qu’est la vie d’un être humain sur terre, appellent à aider celui qui frappe à ta porte, car cet autre c’est toi, ton frère ou ta sœur,... c'est l'ami que tu ne connais pas encore…

    De tout temps, de p’tits nerveux, voyous sans âme, ont bafoué ces nobles principes, et des personnes de fort caractère ont transposé ces principes dans le droit. Ce texte, c’est la Convention relative au statut des réfugiés, adoptée le 28 juillet 1951, entrée en vigueur le 22 avril 1954,... et bafouée par le gouvernement SFIO de la France en 2015. Vive l’ONU, la vraie garantie de nos droits. 

    On commence par l’incontournable préambule

    "Considérant que la Charte des Nations Unies et la Déclaration universelle des droits de l'homme approuvée le 10 décembre 1948 par l'Assemblée générale ont affirmé le principe que les êtres humains, sans discrimination, doivent jouir des droits de l'homme et des libertés fondamentales, 

    "Considérant que l'Organisation des Nations Unies a, à plusieurs reprises, manifesté la profonde sollicitude qu'elle éprouve pour les réfugiés et qu'elle s'est préoccupée d'assurer à ceux-ci l'exercice le plus large possible des droits de l'homme et des libertés fondamentales,

    "Considérant qu'il peut résulter de l'octroi du droit d'asile des charges exceptionnellement lourdes pour certains pays et que la solution satisfaisante des problèmes dont l'Organisation des Nations Unies a reconnu la portée et le caractère internationaux, ne saurait, dans cette hypothèse, être obtenue sans une solidarité internationale,

    "Exprimant le vœu que tous les Etats, reconnaissant le caractère social et humanitaire du problème des réfugiés, fassent tout ce qui est en leur pouvoir pour éviter que ce problème ne devienne une cause de tension entre Etats".

    Pas mal...

    Ensuite, le texte de la Convention

    Aux termes de l’article 1, le terme "réfugié" s'appliquera à toute personne qui « craignant avec raison d'être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ».

    Aux termes de l’article 3, les Etats appliquent les dispositions de cette Convention « sans discrimination quant à la race, la religion ou le pays d'origine », et donc cibler une nationalité est une violation flagrante du droit.

    Selon l’article 21, les Etats accorderont aux réfugiés en ce qui concerne le logement, « un traitement aussi favorable que possible, et selon l’article 22, le plein accès à l'enseignement primaire. Pour « l’assistance et le secours publics », mêmes droits qu'à leurs nationaux (Art. 23) et idem pour la législation du travail et sécurité sociale (Art. 24). Les Etats doivent fournir aux réfugiés les aides administratives nécessaires au respect de leurs droits (Art. 25). L’article 26 garantit la liberté de circulation aux réfugiés : « Tout Etat contractant accordera aux réfugiés se trouvant régulièrement sur son territoire le droit d'y choisir leur lieu de résidence et d'y circuler librement ». Enfin, et d’une manière générale, les Etats « faciliteront l'assimilation et la naturalisation des réfugiés », en s’efforçant « d'accélérer la procédure de naturalisation » (Art. 34).

    Reviens, la France...

  • Le djihadisme est une révolte générationnelle et nihiliste, par Olivier Roy

    Le blog poursuit la reprise de textes écrits par des connaisseurs, et qui donnent à voir. Olivier Roy, déjà présent la semaine dernière, est à nouveau notre invité aujourd’hui, pour une excellente tribune publiée dans Le Monde. « La France en guerre ! Peut-être. Mais contre qui ou contre quoi ? ». Ce terrorisme est un opportunisme : « Si les causes de la radicalisation étaient structurelles, alors pourquoi ne touche-t-elle qu’une frange minime et très circonscrite de ceux qui peuvent se dire musulmans en France ? Quelques milliers sur plusieurs millions ». Alors pourquoi ? « Rejoindre Daech, c’est la certitude de terroriser ».

    Un peu sensible (…) à la cause palestinienne – le saoudien Ben Laden n’a jamais eu un mot pour la Palestine – et à ce qui est reste à faire pour la décolonisation, et ami proche de tant de musulmanes et de musulmans, j’apprécie au plus haut point qu’un auteur de cette trempe dissocie les problématiques, et renvoie ces nihilistes à leurs réalités : un truc générationnel, ignorant et violent… « Un borborygme de l’Histoire ». Bien sûr, aucun d’eux ne lira ce texte. Mais ma prière ce soir est que ceux qui prétendent savoir, et en fonction organisent des guerres fantasmées, fassent l’effort de s’imaginer un instant étudiant de première année, écoutant un professeur bienveillant.

    Olivier Roy est professeur à l’Institut universitaire européen de Florence (Italie), où il dirige le Programme méditerranéen. Politologue, spécialiste de l’islam, il est notamment l’auteur de La Sainte Ignorance (Seuil, 2008), En quête de l’Orient perdu (Seuil,‎ 2014) et de La Peur de l’islam (Ed. .de l’Aube/Le Monde, 2014).

    olivier-roy01.jpg

    La France en guerre ! Peut-être. Mais contre qui ou contre quoi ? Daech n’envoie pas des Syriens commettre des attentats en France pour dissuader le gouvernement français de le bombarder. Daech puise dans un réservoir de jeunes Français radicalisés qui, quoi qu’il arrive au Moyen-Orient, sont déjà entrés en dissidence et cherchent une cause, un label, un grand récit pour y apposer la signature sanglante de leur révolte personnelle. L’écrasement de Daech ne changera rien à cette révolte.

    Le ralliement de ces jeunes à Daech est opportuniste : hier, ils étaient avec Al-Qaida, avant-hier (1995), ils se faisaient sous-traitants du GIA algérien ou pratiquaient, de la Bosnie à l’Afghanistan en passant par la Tchétchénie, leur petit nomadisme du djihad individuel (comme le « gang de Roubaix »). Et demain, ils se battront sous une autre bannière, à moins que la mort en action, l’âge ou la désillusion ne vident leurs rangs comme ce fut le cas de l’ultragauche des années 1970.

    Il n’y a pas de troisième, quatrième ou énième génération de djihadistes. Depuis 1996, nous sommes confrontés à un phénomène très stable : la radicalisation de deux catégories de jeunes Français, à savoir des « deuxième génération » musulmans et des convertis « de souche ».

    Le problème essentiel pour la France n’est donc pas le califat du désert syrien, qui s’évaporera tôt ou tard comme un vieux mirage devenu cauchemar, le problème, c’est la révolte de ces jeunes. Et la vraie question est de savoir ce que représentent ces jeunes, s’ils sont l’avant-garde d’une guerre à venir ou au contraire les ratés d’un borborygme de l’Histoire.

    Quelques milliers sur plusieurs millions

    Deux lectures aujourd’hui dominent la scène et structurent les débats télévisés ou les pages opinions des journaux : en gros, l’explication culturaliste et l’explication tiers-mondiste. La première met en avant la récurrente et lancinante guerre des civilisations : la révolte de jeunes musulmans montre à quel point l’islam ne peut s’intégrer, du moins tant qu’une réforme théologique n’aura pas radié du Coran l’appel au djihad.

    La seconde évoque avec constance la souffrance postcoloniale, l’identification des jeunes à la cause palestinienne, leur rejet des interventions occidentales au Moyen-Orient et leur exclusion d’une société française raciste et islamophobe ; bref, la vieille antienne : tant qu’on n’aura pas résolu le conflit israélo-palestinien, nous connaîtrons la révolte.

    Mais les deux explications butent sur le même problème : si les causes de la radicalisation étaient structurelles, alors pourquoi ne touche-t-elle qu’une frange minime et très circonscrite de ceux qui peuvent se dire musulmans en France ? Quelques milliers sur plusieurs millions.

    Car ces jeunes radicaux sont identifiés ! Tous les terroristes qui sont passés à l’action avaient leur fameuse fiche « S ». Je n’entre pas ici dans la question de la prévention, je remarque simplement que l’information est là et accessible. Alors regardons qui ils sont et essayons d’en tirer des conclusions.

    Islamisation de la radicalité

    Presque tous les djihadistes français appartiennent à deux catégories très précises : ils sont soit des « deuxième génération », nés ou venus enfants en France, soit des convertis (dont le nombre augmente avec le temps, mais qui constituaient déjà 25 % des radicaux à la fin des années 1990). Ce qui veut dire que, parmi les radicaux, il n’y a guère de « première génération » (même immigré récent), mais surtout pas de « troisième génération ».

    Or cette dernière catégorie existe et s’accroît : les immigrés marocains des années 1970 sont grands-pères et on ne trouve pas leurs petits-enfants parmi les terroristes. Et pourquoi des convertis qui n’ont jamais souffert du racisme veulent-ils brusquement venger l’humiliation subie par les musulmans ? Surtout que beaucoup de convertis viennent des campagnes françaises, comme Maxime Hauchard, et ont peu de raisons de s’identifier à une communauté musulmane qui n’a pour eux qu’une existence virtuelle. Bref, ce n’est pas la « révolte de l’islam » ou celle des « musulmans », mais un problème précis concernant deux catégories de jeunes, originaires de l’immigration en majorité, mais aussi Français « de souche ». Il ne s’agit pas de la radicalisation de l’islam, mais de l’islamisation de la radicalité.

    Qu’y a-t-il de commun entre les « deuxième génération » et les convertis ? Il s’agit d’abord d’une révolte générationnelle : les deux rompent avec leurs parents, ou plus exactement avec ce que leurs parents représentent en termes de culture et de religion. Les « deuxièmes générations » n’adhèrent jamais à l’islam de leurs parents, ils ne représentent jamais une tradition qui se révolterait contre l’occidentalisation. Ils sont occidentalisés, ils parlent mieux le français que leurs parents. Tous ont partagé la culture « jeune » de leur génération, ils ont bu de l’alcool, fumé du shit, dragué les filles en boîte de nuit. Une grande partie d’entre eux a fait un passage en prison. Et puis un beau matin, ils se sont (re)convertis, en choisissant l’islam salafiste, c’est-à-dire un islam qui rejette le concept de culture, un islam de la norme qui leur permet de se reconstruire tout seuls. Car ils ne veulent ni de la culture de leurs parents ni d’une culture « occidentale », devenues symboles de leur haine de soi.

    La clé de la révolte, c’est d’abord l’absence de transmission d’une religion insérée culturellement. C’est un problème qui ne concerne ni les « première génération », porteurs de l’islam culturel du pays d’origine, mais qui n’ont pas su le transmettre, ni les « troisième génération », qui parlent français avec leurs parents et ont grâce à eux une familiarité avec les modes d’expression de l’islam dans la société française : même si cela peut être conflictuel, c’est « dicible ». Si on trouve beaucoup moins de Turcs que de Maghrébins dans les mouvements radicaux, c’est sans doute que, pour les Turcs, la transition a pu être assurée, car l’Etat turc a pris en charge la transmission en envoyant instituteurs et imams (ce qui pose d’autres problèmes, mais permet d’esquiver l’adhésion au salafisme et à la violence).

    Des jeunes en rupture de ban

    Les jeunes convertis par définition adhèrent, quant à eux, à la « pure » religion, le compromis culturel ne les intéresse pas (rien à voir avec les générations antérieures qui se convertissaient au soufisme) ; ils retrouvent ici la deuxième génération dans l’adhésion à un « islam de rupture », rupture générationnelle, rupture culturelle, et enfin rupture politique. Bref, rien ne sert de leur offrir un « islam modéré », c’est la radicalité qui les attire par définition. Le salafisme n’est pas seulement une question de prédication financée par l’Arabie saoudite, c’est bien le produit qui convient à des jeunes en rupture de ban.

    Du coup, et c’est la grande différence avec les cas de jeunes Palestiniens qui se lancent dans les formes diverses d’intifada, les parents musulmans des radicaux français ne comprennent pas la révolte de leur progéniture. De plus en plus, comme les parents des convertis, ils essaient d’empêcher la radicalisation de leurs enfants : ils appellent la police, ils vont en Turquie pour tenter de les ramener, ils craignent, à juste titre, que les aînés radicalisés n’entraînent les plus jeunes. Bref, loin d’être le symbole d’une radicalisation des populations musulmanes, les djihadistes font exploser la fracture générationnelle, c’est-à-dire tout simplement la famille.

    En rupture avec leur famille, les djihadistes sont aussi en marge des communautés musulmanes : ils n’ont presque jamais un passé de piété et de pratique religieuse, au contraire. Les articles des journalistes se ressemblent étonnamment : après chaque attentat, on va enquêter dans l’entourage du meurtrier, et partout c’est « l’effet surprise : « On ne comprend pas, c’était un gentil garçon (variante : “Un simple petit délinquant”), il ne pratiquait pas, il buvait, il fumait des joints, il fréquentait les filles… Ah oui, c’est vrai, il y a quelques mois il a bizarrement changé, il s’est laissé pousser la barbe et a commencé à nous saouler avec la religion. » Pour la version féminine, voir la pléthore d’articles concernant Hasna Aït Boulahcen, « Miss Djihad Frivole ».

    Inutile ici d’évoquer la taqiya, ou dissimulation, car une fois born again, les jeunes ne se cachent pas et étalent leur nouvelle conviction sur Facebook. Ils exhibent alors leur nouveau moi tout-puissant, leur volonté de revanche sur une frustration rentrée, leur jouissance de la nouvelle toute-puissance que leur donnent leur volonté de tuer et leur fascination pour leur propre mort. La violence à laquelle ils adhèrent est une violence moderne, ils tuent comme les tueurs de masse le font en Amérique ou Breivik en Norvège, froidement et tranquillement. Nihilisme et orgueil sont ici profondément liés.

    Cet individualisme forcené se retrouve dans leur isolement par rapport aux communautés musulmanes. Peu d’entre eux fréquentaient une mosquée. Leurs éventuels imams sont souvent autoproclamés. Leur radicalisation se fait autour d’un imaginaire du héros, de la violence et de la mort, pas de la charia ou de l’utopie. En Syrie, ils ne font que la guerre : aucun ne s’intègre ou ne s’intéresse à la société civile. Et s’ils s’attribuent des esclaves sexuelles ou recrutent de jeunes femmes sur Internet pour en faire des épouses de futurs martyrs, c’est bien qu’ils n’ont aucune intégration sociale dans les sociétés musulmanes qu’ils prétendent défendre. Ils sont plus nihilistes qu’utopistes.

    Aucun ne s’intéresse à la théologie

    Si certains sont passés par le Tabligh (société de prédication fondamentaliste musulmane), aucun n’a fréquenté les Frères musulmans (Union des organisations islamiques de France), aucun n’a milité dans un mouvement politique, à commencer par les mouvements propalestiniens. Aucun n’a eu de pratiques « communautaires » : assurer des repas de fin de ramadan, prêcher dans les mosquées, dans la rue en faisant du porte-à-porte. Aucun n’a fait de sérieuses études religieuses. Aucun ne s’intéresse à la théologie, ni même à la nature du djihad ou à celle de l’Etat islamique.

    Ils se radicalisent autour d’un petit groupe de « copains » qui se sont rencontrés dans un lieu particulier (quartier, prison, club de sport) ; ils recréent une « famille », une fraternité. Il y a un schéma important que personne n’a étudié : la fraternité est souvent biologique. On trouve très régulièrement une paire de « frangins », qui passent à l’action ensemble (les frères Kouachi et Abdeslam, Abdelhamid Abaaoud qui « kidnappe » son petit frère, les frères Clain qui se sont convertis ensemble, sans parler des frères Tsarnaev, auteurs de l’attentat de Boston en avril 2013). Comme si radicaliser la fratrie (sœurs incluses) était un moyen de souligner la dimension générationnelle et la rupture avec les parents.

    La cellule s’efforce de créer des liens affectifs entre ses membres : on épouse souvent la sœur de son frère d’armes. Les cellules djihadistes ne ressemblent pas à celles des mouvements radicaux d’inspiration marxiste ou nationaliste (FLN algérien, IRA ou ETA). Fondées sur des liens personnels, elles sont plus imperméables à l’infiltration.

    Les terroristes ne sont donc pas l’expression d’une radicalisation de la population musulmane, mais reflètent une révolte générationnelle qui touche une catégorie précise de jeunes.

    Pourquoi l’islam ? Pour la deuxième génération, c’est évident : ils reprennent à leur compte une identité que leurs parents ont, à leurs yeux, galvaudée : ils sont « plus musulmans que les musulmans » et en particulier que leurs parents. L’énergie qu’ils mettent à reconvertir leurs parents (en vain) est significative, mais montre à quel point ils sont sur une autre planète (tous les parents ont un récit à faire de ces échanges). Quant aux convertis, ils choisissent l’islam parce qu’il n’y a que ça sur le marché de la révolte radicale. Rejoindre Daech, c’est la certitude de terroriser.

  • Officiel : La France renonce à la Convention européenne des droits de l’homme

    « La République est forte, la meilleure réponse au terrorisme de continuer à vivre comme avant » : c’est le discours public qui tourne en boucle, et attention de ne pas en douter sinon vous êtes de mauvais Français… Sauf que la réalité est bien différente. Dans la discrétion, ce 24 novembre, le gouvernement français a déclaré au Secrétaire Général du Conseil de l’Europe que les mesures prises dans le cadre de l’état d’urgence nécessitaient une dérogation à certains droits garantis par la Convention européenne des droits de l’homme. Voici la formule retenue par le gouvernement (ici, à la fin du § sur la France) “Some of them, prescribed by the decrees of 14 November 2015 and 18 November 2015 and by the Law of 20 November 2015, may involve a derogation from the obligations under the Convention for the Protection of Human Rights and Fundamental Freedoms”.

    Le gouvernement fait application de l’article 15 de la Convention :koopm_e_65_01.jpg

    « 1/ En cas de guerre ou en cas d’autre danger public menaçant la vie de la nation, toute Haute Partie contractante peut prendre des mesures dérogeant aux obligations prévues par la présente Convention, dans la stricte mesure où la situation l’exige et à la condition que ces mesures ne soient pas en contradiction avec les autres obligations découlant du droit international.

    « 2/ La disposition précédente n’autorise aucune dérogation à l’article 2, sauf pour le cas de décès résultant d’actes licites de guerre, et aux articles 3, 4 (paragraphe 1) et 7.

    « 3/ Toute Haute Partie contractante qui exerce ce droit de dérogation tient le Secrétaire général du Conseil de l’Europe pleinement informé des mesures prises et des motifs qui les ont 14 15 inspirées. Elle doit également informer le Secrétaire général du Conseil de l’Europe de la date à laquelle ces mesures ont cessé d’être en vigueur et les dispositions de la Convention reçoivent de nouveau pleine application ».

    Ainsi, seuls quatre droits restent intacts : le droit à la vie de l’article 2, l’interdiction de la torture et traitements inhumains ou dégradants de l’article 3, l’interdiction de l’esclavage de l’article 4, et le principe de légalité des infractions et des peines de l’article 7.

    La France se libère du cadre de la Convention européenne pour tous les autres droits fondamentaux : liberté d’expression, liberté de réunion, liberté de manifestation, liberté d’association, liberté de religion, liberté d’aller et venir, règles du procès équitable, intimité de la vie privée, vie familiale…

    Certes, il faudra justifier… mais ce sera très facile avec le contenu de la loi sur l’état d’urgence, en invoquant des renseignements dignes de foi, mais devant rester confidentiels pour raison de sécurité.

    Alors, juste trois remarques :

    - Montrer cette fragilité de la démocratie est une nouvelle victoire donnée aux groupes terroristes, et je ne peux que le déplorer, car le respect des droits est le meilleur ciment social ;

    - Chères amies, chers amis, soyez prudents dans votre comportement, aujourd’hui n’est pas comme hier ;

    - Pour défendre encore et toujours nos libertés, nous pouvons encore invoquer le Pacte des droits civils et politiques de 1966 qui est directement applicable… Il nous reste la protection de l’ONU. Pour combien de temps encore ?

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu