Avertir le modérateur

Déchéance de nationalité ou comment Hollande prépare sa réélection face au FN

Excellente interview de Thomas Guénolé dans Le Figaro, sur les manips’ de Hollande pour chercher à se trouver face au FN pour 2017.  Thomas Guénolé, maître de conférence à Sciences Po, est l'auteur du très intéressant Les jeunes de banlieue mangent-ils les enfants? (Ed. Le Bord de l'eau), et il vient d’être viré de RMC pour avoir dit ce qu'il pensait, chose qui n'est pas trop d'époque... 

o-THOMAS-GUENOLE-facebook.jpg

Malgré les propos de Christiane Taubira, le gouvernement maintient la déchéance de la nationalité. En récupérant les propositions de la droite sur l'antiterrorisme, François Hollande est-il en train d'essayer d'étouffer cette dernière entre lui et le FN?

Entre ses propositions émises depuis les attentats du 13 novembre, et celles que défend historiquement le FN depuis des décennies, pour la droite l'espace d'expression d'un discours spécifique sur la sécurité et le terrorisme s'est extrêmement réduit. Parallèlement, la politique économique d'austérité et de compétitivité-coût conduite par le chef d'Etat est sensiblement la même que celle préconisée par la droite, qui n'a donc pas d'éléments non plus pour se différencier là-dessus. Cette stratégie d'étouffement de la droite semble donc fonctionner: les ténors du parti LR ne trouvent pas comment s'en dépêtrer.

Le but de cette stratégie d'étouffement est-il de programmer un affrontement entre François Hollande et le FN au second tour de 2017?

C'est manifeste. Son gouvernement s'oriente d'ailleurs de plus en plus dans des politiques ciblées sur les banlieues, les minorités et les discriminations, qui sont autant de chiffons rouges pour l'extrême droite. Procéder de la sorte est d'ailleurs la suite logique de la «stratégie Terra Nova». Préconisée par feu Olivier Ferrand pour gagner 2012, elle consiste en résumé à abandonner l'électorat populaire, à faire une politique destinée aux classes moyennes, et à ajouter des politiques ciblées envers les minorités discriminées. L'aboutissement de cette «stratégie Terra Nova», c'est de faire du Parti socialiste un parti doublement libéral - libéral sur l'économie et libéral sur les sujets de société - en affrontement existentiel avec le FN, qui est protectionniste sur l'économie et réactionnaire sur les sujets de société.

A partir de combien de couleuvres Christiane Taubira décide de partir par cohérence avec ses valeurs ? Le PS version François Hollande est donc devenu un parti complètement libéral?

Oui. A un moment donné, il faut regarder le PS de François Hollande tel qu'il est. A l'instar du Parti libéral au Canada, des Démocrates américains, ou du New Labour à l'époque de Tony Blair, c'est un parti pro-mondialisation et libéral sur les sujets de société, au sein duquel les porte-voix d'une ligne socialiste sont enfermés dans un statut minoritaire et cantonnés à un rôle de figuration. Jacques Delors en a rêvé, son fils spirituel François Hollande l'a fait. C'est un simple constat.

Compte tenu de la volonté de François Hollande de transformer le PS en parti libéral, les derniers ministres incarnant un ancrage à gauche, comme Christiane Taubira, ne doivent-ils pas être évincés? À défaut, ne devraient-ils pas démissionner?

Notamment du fait de son combat admirable d'éloquence en faveur du mariage pour tous, Christiane Taubira incarne un ancrage fort à gauche sur les valeurs. Pour autant, ce n'est pas lui faire insulte que de constater qu'en trois ans et demie, elle a avalé une quantité spectaculaire de couleuvres : qu'il s'agisse par exemple de la politique pénale, des positions sécuritaires de Manuel Valls, ou du «Patriot Act» français sous la forme de la Loi Renseignement. François Hollande a donc tout intérêt à conserver au gouvernement une personnalité qui incarne des valeurs ancrées à gauche, mais qui ne claque pas la porte quand la politique dudit gouvernement les prend à contrepied.

Quant à la démission, la question est du même ordre : à partir de combien de couleuvres Christiane Taubira décide de partir par cohérence avec ses valeurs? Il est possible que la déchéance de nationalité, proposition de droite et d'extrême droite reprise à son compte par François Hollande, soit la couleuvre de trop. Mais il est également possible que Christiane Taubira privilégie à nouveau le maintien à son ministère.

C'est donc parce qu'il se croit sans concurrence sérieuse à gauche, et parce qu'il croit l'électorat PS condamné à voter pour lui, qu'il ose aller si loin dans le braconnage idéologique à droite. Va-t-on vers un changement de nom du PS, qui s'appellerait «Les Réformateurs» ou «Les Progressistes»?

C'est une des rumeurs qui circulent ces temps-ci. Mais beaucoup de rumeurs circulent.

François Hollande peut-il aller au bout d'un rapprochement avec les centristes? Peut-il aller jusqu'à un gouvernement de coalition centrale à l'allemande?

Je ne pense pas que ce soit possible. Peut-être François Hollande, et certainement Manuel Valls, y sont-ils favorables. Cependant les chefs de file centristes ont dans leurs fiefs respectifs une sociologie électorale qui penche nettement à droite, et qui condamne donc la plupart à perdre leurs députations, leurs mairies, et ainsi de suite, s'ils passent alliance avec la gauche. Donc, autant des débauchages marginaux de cadres centristes sont toujours possibles, autant l'émergence en 2016 d'une grande coalition entre le PS et les centristes est invraisemblable. J'ajoute qu'à un an et demi des élections générales, les chefs de file centristes ont objectivement intérêt à miser sur l'alternance en 2017 au bénéfice de la coalition habituelle de droite et de centre-droit, plutôt que de rejoindre un navire PS qui manifestement coule.

François Hollande risque-t-il de découvrir son flanc gauche à force de migrer vers la droite sur l'économie et le sécuritaire?

En allant braconner sur les thèmes de la droite, voire de l'extrême droite, pour étouffer le parti LR, François Hollande prend trois paris simples: d'une, les forces politiques à sa gauche sont trop éclatées et trop radicalisées pour représenter une concurrence sérieuse ; de deux, le traumatisme du 21 avril 2002 est encore suffisamment présent pour que l'électorat PS soit captif du «vote utile» en sa faveur ; de trois, en tant que président sortant et PS de la République, il est d'office candidat légitime de son camp pour 2017. C'est donc parce qu'il se croit sans concurrence sérieuse à gauche, et parce qu'il croit l'électorat PS condamné à voter pour lui, qu'il ose aller si loin dans le braconnage idéologique à droite.

Cette stratégie de braconnage à droite peut-elle être gagnante pour François Hollande?

Je ne le pense pas. Il est aussi absurde pour un président de gauche de penser être réélu sur les positions économiques et sécuritaires de la droite, que pour un président de droite de tenter la réélection en se lançant dans des nationalisations et en triplant le montant du SMIC. Par ailleurs je constate qu'aux élections régionales les Français dans leur écrasante majorité ont en fait voté contre: contre François Hollande, contre la droite, contre le FN, contre le système ; mais rarement pour une offre politique qui les enthousiasme. Je suis donc sceptique sur l'inéluctabilité d'un jeu à trois Hollande-Sarkozy-Le Pen, et convaincu que pour 2017 le jeu est beaucoup plus ouvert que l'imaginent la plupart des commentateurs. Bref, je pense que comme d'habitude, dans l'année précédant le scrutin, nous aurons de grosses surprises. dans Le Figaro, sur les manips’ de Hollande pour chercher à se trouver face au FN pour 2017.  Thomas Guénolé, maître de conférence à Sciences Po, est l'auteur du très intéressant Les jeunes de banlieue mangent-ils les enfants? (Ed. Le Bord de l'eau).

Malgré les propos de Christiane Taubira, le gouvernement maintient la déchéance de la nationalité. En récupérant les propositions de la droite sur l'antiterrorisme, François Hollande est-il en train d'essayer d'étouffer cette dernière entre lui et le FN?

Entre ses propositions émises depuis les attentats du 13 novembre, et celles que défend historiquement le FN depuis des décennies, pour la droite l'espace d'expression d'un discours spécifique sur la sécurité et le terrorisme s'est extrêmement réduit. Parallèlement, la politique économique d'austérité et de compétitivité-coût conduite par le chef d'Etat est sensiblement la même que celle préconisée par la droite, qui n'a donc pas d'éléments non plus pour se différencier là-dessus. Cette stratégie d'étouffement de la droite semble donc fonctionner: les ténors du parti LR ne trouvent pas comment s'en dépêtrer.

Le but de cette stratégie d'étouffement est-il de programmer un affrontement entre François Hollande et le FN au second tour de 2017?

C'est manifeste. Son gouvernement s'oriente d'ailleurs de plus en plus dans des politiques ciblées sur les banlieues, les minorités et les discriminations, qui sont autant de chiffons rouges pour l'extrême droite. Procéder de la sorte est d'ailleurs la suite logique de la «stratégie Terra Nova». Préconisée par feu Olivier Ferrand pour gagner 2012, elle consiste en résumé à abandonner l'électorat populaire, à faire une politique destinée aux classes moyennes, et à ajouter des politiques ciblées envers les minorités discriminées. L'aboutissement de cette «stratégie Terra Nova», c'est de faire du Parti socialiste un parti doublement libéral - libéral sur l'économie et libéral sur les sujets de société - en affrontement existentiel avec le FN, qui est protectionniste sur l'économie et réactionnaire sur les sujets de société.

A partir de combien de couleuvres Christiane Taubira décide de partir par cohérence avec ses valeurs ? Le PS version François Hollande est donc devenu un parti complètement libéral?

Oui. A un moment donné, il faut regarder le PS de François Hollande tel qu'il est. A l'instar du Parti libéral au Canada, des Démocrates américains, ou du New Labour à l'époque de Tony Blair, c'est un parti pro-mondialisation et libéral sur les sujets de société, au sein duquel les porte-voix d'une ligne socialiste sont enfermés dans un statut minoritaire et cantonnés à un rôle de figuration. Jacques Delors en a rêvé, son fils spirituel François Hollande l'a fait. C'est un simple constat.

Compte tenu de la volonté de François Hollande de transformer le PS en parti libéral, les derniers ministres incarnant un ancrage à gauche, comme Christiane Taubira, ne doivent-ils pas être évincés? À défaut, ne devraient-ils pas démissionner?

Notamment du fait de son combat admirable d'éloquence en faveur du mariage pour tous, Christiane Taubira incarne un ancrage fort à gauche sur les valeurs. Pour autant, ce n'est pas lui faire insulte que de constater qu'en trois ans et demie, elle a avalé une quantité spectaculaire de couleuvres : qu'il s'agisse par exemple de la politique pénale, des positions sécuritaires de Manuel Valls, ou du «Patriot Act» français sous la forme de la Loi Renseignement. François Hollande a donc tout intérêt à conserver au gouvernement une personnalité qui incarne des valeurs ancrées à gauche, mais qui ne claque pas la porte quand la politique dudit gouvernement les prend à contrepied.

Quant à la démission, la question est du même ordre : à partir de combien de couleuvres Christiane Taubira décide de partir par cohérence avec ses valeurs? Il est possible que la déchéance de nationalité, proposition de droite et d'extrême droite reprise à son compte par François Hollande, soit la couleuvre de trop. Mais il est également possible que Christiane Taubira privilégie à nouveau le maintien à son ministère.

C'est donc parce qu'il se croit sans concurrence sérieuse à gauche, et parce qu'il croit l'électorat PS condamné à voter pour lui, qu'il ose aller si loin dans le braconnage idéologique à droite. Va-t-on vers un changement de nom du PS, qui s'appellerait «Les Réformateurs» ou «Les Progressistes»?

C'est une des rumeurs qui circulent ces temps-ci. Mais beaucoup de rumeurs circulent.

François Hollande peut-il aller au bout d'un rapprochement avec les centristes? Peut-il aller jusqu'à un gouvernement de coalition centrale à l'allemande?

Je ne pense pas que ce soit possible. Peut-être François Hollande, et certainement Manuel Valls, y sont-ils favorables. Cependant les chefs de file centristes ont dans leurs fiefs respectifs une sociologie électorale qui penche nettement à droite, et qui condamne donc la plupart à perdre leurs députations, leurs mairies, et ainsi de suite, s'ils passent alliance avec la gauche. Donc, autant des débauchages marginaux de cadres centristes sont toujours possibles, autant l'émergence en 2016 d'une grande coalition entre le PS et les centristes est invraisemblable. J'ajoute qu'à un an et demi des élections générales, les chefs de file centristes ont objectivement intérêt à miser sur l'alternance en 2017 au bénéfice de la coalition habituelle de droite et de centre-droit, plutôt que de rejoindre un navire PS qui manifestement coule.

François Hollande risque-t-il de découvrir son flanc gauche à force de migrer vers la droite sur l'économie et le sécuritaire?

En allant braconner sur les thèmes de la droite, voire de l'extrême droite, pour étouffer le parti LR, François Hollande prend trois paris simples: d'une, les forces politiques à sa gauche sont trop éclatées et trop radicalisées pour représenter une concurrence sérieuse ; de deux, le traumatisme du 21 avril 2002 est encore suffisamment présent pour que l'électorat PS soit captif du «vote utile» en sa faveur ; de trois, en tant que président sortant et PS de la République, il est d'office candidat légitime de son camp pour 2017. C'est donc parce qu'il se croit sans concurrence sérieuse à gauche, et parce qu'il croit l'électorat PS condamné à voter pour lui, qu'il ose aller si loin dans le braconnage idéologique à droite.

Cette stratégie de braconnage à droite peut-elle être gagnante pour François Hollande?

Je ne le pense pas. Il est aussi absurde pour un président de gauche de penser être réélu sur les positions économiques et sécuritaires de la droite, que pour un président de droite de tenter la réélection en se lançant dans des nationalisations et en triplant le montant du SMIC. Par ailleurs je constate qu'aux élections régionales les Français dans leur écrasante majorité ont en fait voté contre: contre François Hollande, contre la droite, contre le FN, contre le système ; mais rarement pour une offre politique qui les enthousiasme. Je suis donc sceptique sur l'inéluctabilité d'un jeu à trois Hollande-Sarkozy-Le Pen, et convaincu que pour 2017 le jeu est beaucoup plus ouvert que l'imaginent la plupart des commentateurs. Bref, je pense que comme d'habitude, dans l'année précédant le scrutin, nous aurons de grosses surprises.

Commentaires

  • La "Gauche de la Gauche" qui croyait en Taubira... MDR... Ca fait quatre ans qu'elle signe toutes les lois de Valls...

    http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2015/12/23/25002-20151223ARTFIG00162-decheance-de-nationalite-la-gauche-radicale-somme-taubira-de-choisir-son-camp.php

  • Libération toujours pas sorti de la crise d'adolescence...

    "Connue pour son fort caractère et son franc-parler, figure d’une gauche assumée..."

    http://www.liberation.fr/france/2015/12/23/en-porte-a-faux-sur-la-decheance-de-la-nationalite-taubira-mange-son-chapeau_1422598

    En réalité

    "Accrochée à son fauteuil et soutien indéfectible de Valls, cette incompétente notoire, reine du verbe et de l'inaction..."

  • En gros, Rachid fanco marocain et Juiien français tout court ne risquent pas la même peine pour un même crime avec la déchéance de nationalité.

  • J'avais quand même une certaine considération pour le PS, en tant que parti de gouvernement, mais là plus du tout. Ce guignol a tout conchié.

  • Franchement, je ne vois pas les députés PS voter cette merde. Hollande peut-il les faire plier?

    Le mec est assez vicieux pour dire "moi, je l'ai fait" en comptant sur le PS pour ne pas voter... Au total, c'est consternant.

  • Triste, catastrophique mais drole...

    http://www.lemonde.fr/videos/video/2015/12/23/quand-le-ps-s-opposait-a-la-decheance-de-nationalite_4837366_1669088.html

  • En gros c'est quoi? Tendre ses fesses vers celui qui en donne le plus... Désolé mais c'est ça ou pas? ça a un nom : PROSTITUEE

  • Vive protestation du syndicat des travailleurs du sexe: "nous, notre métier est sérieux"!

  • L'ami Assouline, au nom du PS, flingue la déchéance de nationalité

    http://www.parti-socialiste.fr/articles/decheance-de-la-nationalite-sarkozy-veut-installer-lidee-quil-y-deux-categories-de-francais

    Pas de chance... c'est Hollande qui fait du Sarko-FN

  • Déchéance de nationalité: l'option du référendum
    L'Express - ‎il y a 1 heure‎
    François Hollande envisagerait le recours au référendum sur la modification de la Constitution, qui comprend l'article sur la déchéance de nationalité, au cas où la gauche serait trop divisée sur le sujet, explique ce jeudi Le Parisien

  • Obs, bien allumé


    J’aime bien Christiane Taubira et bien souvent, dans sa courageuse politique pénale comme dans ses prises de position personnelles, elle a défendu l’honneur de la gauche. Mais cette fois, elle a atteint ses limites.

    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1463835-decheance-de-la-nationalite-c-est-la-logique-de-la-peine-de-mort-taubira-doit-partir.html

    Sa poltiique pénale courageuse ? La quelle ? Elle a signé toutes les lois avec Valls... Arretez le delire de l'"icone"...

  • "Vive protestation du syndicat des travailleurs du sexe: "nous, notre métier est sérieux"!"

    Pas mal :D

  • Le PS n'est pas "libéral".

    Sur l'économie, il est pour une intervention de l'état dans tous les domaines. Il a voté pour l'étatisation de la profession d'agriculteur par exemple (je n'ai pas vérifié si les décrets ont été publiés, il s'agirait d'une définition étatique de la profession d'agriculteur, associée à des droits spéciaux).
    Le PS est aussi contre le fait que les fonctionnaires puissent créer des entreprises (ce qui est économiquement peu libéral, avons le).

    Sur la société, le PS s'est prononcé à plusieurs reprises contre les libertés individuelles : délit d'apologie du terrorisme, surveillance d'internet, et en projet l'interdiction de l'anonymat (alors même que le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU http://www.ohchr.org/EN/Issues/FreedomOpinion/Pages/CallForSubmission.aspx invite à renforcer cet anonymat). Un parti qui s'oppose aussi férocement à la liberté d'expression n'est pas libéral.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu