Avertir le modérateur

  • Extrême droite : Nouvelle défaite – cinglante – en Suisse

    Cette baudruche qu’est l’extrême-droite continue de se dégonfler à vitesse grand V, et hier soir, ce sont les allumés de l’UDC – Union Démocratique du Centre, soit en Suisse l’équivalent du FN – qui se sont pris une splendide raclée. Un plébiscite pour l’état de droit.

    L’affaire, c’est le rejet d’une « votation » sur le thème fétiche de l’extrême-droite : l’expulsion des étrangers délinquants. En 2010, les Suisses avaient accepté à 52,9% une initiative de l’UDC demandant le renvoi des délinquants étrangers, mais problème : la Suisse doit respecter les principes fondateurs du droit et ses engagements internationaux, dont la Convention européenne des droits de l’homme. Aussi le Parlement suisse est actuellement en train de débattre d’une loi qui organise l'intervention d'un juge, chargé d’apprécier si la mesure est proportionnée. Quelle horreur : le droit européen et un juge pour s’opposer à la « volonté du peuple » ?  

    2584392.jpg

    « Vous êtes trahis par les politiciens », a  vitupéré l’UDC, qui a aussitôt soumis au vote populaire un nouveau texte prévoyant une interdiction automatique, sans aménagement possible, de tout étranger, ayant été condamné au cours des 10 dernières années pour une large liste d’infractions, incluant des infractions comme des «lésions corporelles simples ».

    Pendant la campagne, les boss de l’UDC, persuadés de gagner, se sont lâchés. Je cite l’excellent Yves Nidegger, un élu de Genève : « On vient d'importer en Europe un million de paires de couilles pleines et frustrées », alors protégeons nos filles. Remarquable analyse…

    Résultat des courses ? L’UDC se prend une raclée mémorable, avec un rejet du texte par 59 %. Un échec qui en annonce d’autres dans les mois à venir, sur la législation relative aux réfugiés, l’instauration d’un système dans lequel le droit interne prévaudrait sur le droit international, ou la dénonciation des accords bilatéraux avec l’Union européenne. Il y a du travail politique à faire, mais nos amis suisses s’en occupent !

    1221507750_8a7189f70c.jpg

    De quoi faire une bonne bringue,… et on peut en tirer quelques enseignements.

    L’extrême-droite veut faire croire qu’elle est le peuple, alors qu’elle n’est que l’expression de la rancœur du peuple contre un personnel politique incompétent. Dès que les leaders politiques font le job, plus ou moins bien, le vote extrémiste dévisse. C’est ainsi. Il n’y a aucune adhésion populaire pour l’extrême-droite, cette punaise ringarde, réfractaire à tout ce qu’est la société. D’ailleurs, regardez comment marchent ces partis : deux ou trois leaders qu’on voit partout, et derrière, le vide sidéral. Oui, un parti d’extrême-droite, c’est une baudruche, nourrie au gaz. Rien de consistant. Leur fin est signée. Y a-t-il une seule personne en France pour penser que Marine Le Pen puisse être présidente ? Cette fille d’héritier qui n’arrive même pas à gérer correctement le patrimoine familial…

    Leur discours de haine ne mène à rien.  Arrêtons d’avoir peur de l’extrême-droite ! L’UDC était persuadée de gagner dans le contexte lourd marqué par la crise des réfugiés en Europe. Or, elle s’est cassé les dents sur les réalités, et ces réalités sont que (1) nous sommes tous des êtres humains, alors tu me fatigues ton racisme à la con, et que (2) 8 millions de Suisses ou 60 millions de Français n’ont d’avenir que s’ils s’arrangent avec 6 milliards d’étrangers. Tu piges ?

    L’arrivée des réfugiés en Europe – et ici, je n’aborde pas la question des motifs des réfugiés – posait les termes d’un devoir d’accueil auquel Merkel a magnifiquement su répondre en acceptant, en une semaine, un million de réfugiés – allez, disons-le, de Musulmans – en Allemagne. Une épreuve, mais lisons la presse, ça ne se passe pas si mal. Pour l’avenir, il faut trouver un accord avec la Turquie, ce qui relève de la haute diplomatie vu le contexte interne et international de la Turquie. Avec la Russie et les Etats-Unis qui veulent éreinter Erdogan, ça ne va pas simplifier les choses.

    Mais ce qui reste, et qui cisaille les UDC, FN et autres, c’est le geste de Merkel : en une décision, elle a détruit le mythe xénophobe. Le recul de l’extrême-droite ne doit rien à la Gauche paternaliste ou à ses filiales défraichies genre SOS-Racisme. L’acte décisif a été porté par la Droite allemande, qui au-delà des arguments juridiques, sociaux et économiques, a su mettre en avant l’impératif des valeurs chrétiennes, et c’est pas d’hier. C’aurait été bien d’entendre un musulman d’ampleur internationale parler des valeurs musulmanes, mais hélas, il n’y a personne au téléphone...

    Bon, on reparlera de tout ça. En attendant, je vais boire une bonne bière avec Angela.

    0523beer (1).jpg

  • Salif Keita, Würzburg Africa Festival 2013

    Deux petits trucs pour ne pas perdre de temps en géopolitique appliquée : considérer l’Allemagne comme le centre de l’Europe, et voir l’Europe depuis l’Afrique. Faites ce double test, et vous verrez,... après c’est plus simple.

    C’est le pari gagné par des organisateurs de l’Africa Festival de Würzburg, un p’tit bled de Bavière qui chaque année réunit les fantastiques musiciens africains, les plus extraordinaires inventeurs du moment. S’il ne faut garder qu’un festival, c’est Würzburg. L'Afrique dépasse New York, c'est un fait, soyons réalistes.

    Pour ceux qui ne sont pas encore totalement prêts, mais que nous pouvons sauver de la torpeur post-bushiste (la peur a tort, la peur à tort), je propose de faire les premiers pas avec un authentique nègre-blanc, le génial Salif Keita, entouré d’authentiques nègres-noirs.

    Oki… Mais attention chères amies et chers amis ! Je dois être prévenant. Avant d’écouter les quatre premières mesures de ce concert, je vous demande, for psychological security reasons, (1) de prendre vos gouttes, (2) de garder les enfants éveillés pour une grande nuit à danser, (3) d’avertir tous vos voisins dans un rayon de 200 mètres, (4) de prévoir une tenue légère et colorée, (5) de demander à votre ami le préfet d’interner tous les pisse-froids de la secte de la Sécurité Incarnée, (6) de téléphoner à ceux avec qui vous vous êtes fâchés un jour pour les inviter à la maison, (7) de prévoir des fontaines de thé à la menthe ou de Lagavulin 16 ans  d’âge, c'est au choix, (8) de faire signe à votre infirmière préférée pour vous distiller les magnifiques molécules qui vont redonner à vos ligaments la joie de la jeunesse, (9) de virer toute forme de chichonerie car c’est le daube dépressive, (10) de jeter la clé de la maison dans la première rivière à portée de main car une porte n’existe que si elle est ouverte, (11) de rouler les tapis et de ranger les meubles, (12) d’appeler de toute urgence les gosses de votre meilleure amie qui sont des experts en informatique et vont permettre de porter le son de votre chaine hifi à 58.000…

    Là, c’est prêt : bonne fête, vive la nuit, et gagnez le soleil avec Salif Keita ! 

    jazz, Afrique

  • Zut, Hollande a rétréci !

    J’étais hier soir très inquiet découvrant notre valeureux président Hollande rétréci, une tête de moins que les braves gens qui l’entouraient au salon de l'agriculture… Qué pasa ?

    748be97f4f00b5d9aecea6e43a237267.jpg

    Heureusement, mes amis du Sinistère de l’intérieur m’ont rassuré : ces 200 braves gens n’étaient pas des agriculteurs, mais des fonctionnaires de police, recrutés sur la base 1,85 m et une médaille aux arts martiaux, avec un effectif cinq fois supérieur à ce qui se fait d’habitude. Bref, Hollande se contrefiche de la dernière saillie de Aubry (Genre : cinémathèque ; rayon : western glamour), mais il fait dans son froc présidentiel devant les agriculteurs. Dont acte.

    Ayant été adjoint au maire chargé des affaires agricoles dans le petit village de mon enfance, je n’ai pas trop de difficultés à distinguer les argentiers qui dirigent les syndicats et les éleveurs de terrain, qui se font berner ad vitam aeternam, comme des enfants de chœur. De même, il est évident qu’il y avait parmi les siffleurs et les hurleurs, nombre de petits cinglés du FN, de la vieille carne réactionnaire qui n’a pas encore appris l’usage des mots.

    Oki.

    Mais Hollande se rend-il compte à quel point il met à bas la fonction présidentielle ? Attention, l’ami… Le pouvoir ne t’appartient pas. Tu es locataire précaire, et nous, on te demande de faire respecter la Maison par les graines de fachos.

    - Ça te dépasse ?

    - Euh… Je ne crains rien !

    - Alors, c'est pour ça que tu parles sous un parapluie quand tu es dans un hall fermé ? 

    n-HOLLANDE-SALON-large570.jpg

  • Le Canada abroge la loi sur la déchéance de nationalité

    Dans leur œuvre de destruction de la Gauche, Hollande et El Blanco piquent les idées les plus pourries des autres. Pour le droit du travail, le programme du Medef. Pour la déchéance de nationalité, la loi votée par l’ancien gouvernement conservateur du Canada, de Stephen Harper. Cette loi permettait de déchoir les Canadiens binationaux de leur nationalité canadienne s'ils étaient déclarés coupables de « terrorisme », une mesure destinée à « lutter contre la menace de terrorisme djihadiste »… Ça ne vous rappelle rien ?

    La grande gueule de service était Chris Alexander, Sinistre de l'Immigration : « Nous n'avons jamais hésité à appeler franchement le terrorisme djihadiste par son nom, c'est pourquoi nous adoptons des mesures pour lutter contre la menace de terrorisme djihadiste ». Ça ne vous rappelle rien ?

    Oui, mais voilà, Justin Trudeau a gagné les élections contre ces loosers avec un joli programme, et il l’applique. Avec l’excellent John McCallum à la manœuvre, ils viennent coup sur coup de rétablir les soins gratuits pour tous les réfugiés, et d’engager le processus pour abroger cette loi débile sur la déchéance de nationalité.

    Pour Justin Trudeau, « un Canadien, c'est un Canadien » et, quel que soit son crime, le système judiciaire saura répondre. Assumant le pouvoir d’Etat, il a rétabli dans sa nationalité canadienne la seule personne, actuellement emprisonnée, qui s'était vu retirer sa citoyenneté à l'automne dernier, en pleine campagne électorale.  Il s’agit de Zakaria Amara, condamné à perpétuité pour avoir planifié en 2006 des attentats à Toronto, et qui était destiné à être expulsé en Jordanie au terme de sa peine.

    La Droite est aussitôt partie s’empaler sur les bites molles de la dérive laxiste, alors que John McCallum a tenu le discours des vrais responsables : le Canada possède un système de justice pénale, des tribunaux, des prisons et des centres de détention appropriés pour ce genre de situation de criminalité. Et d’ajouter : « Quand des criminels ont servi leur peine en prison et doivent être relâchés, il est fréquent qu'ils puissent encore constituer une menace, et ils sont donc suivis par les autorités ». De plus, expulser de telles personnes ne les empêcherait pas de « commander à distance des attaques » sur le sol canadien ou d'« en commettre contre des Canadiens » à l'étranger.

    Des leaders politiques qui raisonnent logiquement, ça fait bizarre… On n’est plus habitué.

    2377968679.jpg

  • La justice ordonne le démantèlement de la jungle de Solferino

    La décision était attendue, et les amis du progrès et des libertés qui souhaitaient voir le juge garder la main ferme n’ont pas été déçus : le tribunal a ordonné le démantèlement de la jungle de Solferino, et partant, l’expulsion des marchands du temple qui y squattaient.

    jesus-chasse-marchands-1.jpg

    Il était effectivement urgent de libérer les lieux, pour que les braves citoyens puissent enfin se retrouver chez eux. Cette jungle de Solferino était l’incarnation de l’usurpation du pouvoir. La justice, assise sur ses solides principes, a été la plus forte.   

    Le plus choquant était l’immoralité, livrée comme un spectacle à nos enfants. Il fut un temps où existaient au sein du Parti socialiste de vrais courants, qui s’affrontaient sur des idées. Mais au fil du temps, c’est devenu rien d’autre que de l’échangisme politique – tendance DSK – chacun fricotant avec tout le monde, dans des ramifications qui explosaient lors des séances de nuit. Courants, sous-courants, courants alternés, et courants d’air, l’air de rien… Le conseil des sinistres devenu un lieu de dézingage et de soumission, à l’image de notre héros de Ayrault… Les alliances de nazes qui durent trois mois… Fafa, qui considère Hollande comme une fraise des bois, autoproclamant sa nomination au Conseil constitutionnel, où il va finir d’humilier le plus looser de nos trotskistes… Ou encore l’autre dindon dans son pull marin… Et notre truculente Martine qui vote la même motion qu’El Blanco au congrès de Poitiers, il y a huit mois, et qui aujourd’hui le traite de renégat... Moralement, on se vautre dans la concupiscence politique. L’intervention du juge a été salutaire.

    Ensuite, il y avait l’occupation indue du domaine politique public, qui s’accompagnait de son lot de violences relationnelles. Combien de personnes ont tenté de faire valoir des idées, de renouveler les pratiques, de se débarrasser du gluant paternalisme post-SFIO et de ses filiales faisandées du style SOS Racisme ou Ni Putes Ni Soumises (Quelle alternative…), pour se faire brutalement éliminer de toute présence publique, sans même envisager la moindre investiture : « Dégage, petit, et laisse faire les pros… » On voit le résultat ! Le squat de Solferino, c’était une bande d’incapables contrôlant une zone de non-droit politique,… assis sur le trésor que représente la dotation publique pour les partis. Le but était clair : éliminer tout ce qui pouvait ressembler à une alternative pour conserver la maîtrise de la finance. Du conservatisme viscéral et intéressé. Il fallait casser cette rente pour rendre possible une alternative : le juge ne s’est pas laissé intimider, et il faut le féliciter.

    Enfin, l’abus de droit. La consternation de voir cette bande d’incapables, qui a tout raté depuis trente ans, qui laisse un bilan accablant – sous-emploi, endettement, violence terroriste importée, trafics en tout genre, déshérence intellectuelle, arriération spirituelle, diplomatie humiliée – et qui plastronnait que l’avenir ne pouvait passer que par elle ! Genre, on te demande de monter dans un bus alors que le conducteur, accro à l’ivresse électorale, finit régulièrement ses courses dans le ravin. Et si tu ne montes pas dans le bus, on te critique parce que tu t’abstiens… Incapable de dégager des idées nettes sur la domination économique, incapable d'avoir une idée cohérente vis-à-vis de l'impérialisme étasunien, le cerveau liquide sur la Palestine...

    La justice a eu le dernier mot, et c’est heureux. Demain, les services sociaux vont chercher à reloger dans des algeco – alimentés par des piles photovoltaïques, COP21 oblige – ces jeunes et vieilles croûtes socialistes, et on mettra en place un programme de déradicalisation de la bien-pensance. Nous avons des experts. Mais après-demain, ce sont les forces de l’ordre qui feront respecter la décision de justice, et dégageront les récalcitrants pour faire place nette à cette magnifique et si féconde société civile française, à charge pour elle de construire l’alternative politique pour une société aussi solidaire qu’innovante. Quand on voit les initiatives qui viennent du terrain et qui ont été étouffées par ce maquereautage politique d’une autre époque, on ne peut qu’être confiants.

    La jungle de Solferino est rendue à la société civile : tous les espoirs sont permis !

    m060704_06070001899_p-638x330.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu