Avertir le modérateur

Lula devient ministre de Rousseff

51diA2qN5JL._SX301_BO1,204,203,200_.jpgOn en parlait depuis quelques jours,…et c’est fait : Lula a été nommé par ma petite chérie Dilma chef de la Maison civile, soit l'équivalent de premier ministre. Un bouleversement politique, qui est une carte de la dernière chance.

Difficile de ne pas faire le lien avec l’implication de Lula dans le scandale de corruption de la compagnie d'hydrocarbures nationale Petrobras. Lula était en garde-à-vue la semaine dernière à propos des conditions d’acquisition d’un appartement de luxe, et étaient annoncées des réquisitions de mandat de dépôt… Nommé ministre, il ne dépend plus de l’enquête de droit commun, conduite par le juge Sergio Moro, mais de la Cour suprême… Et Lula se voit rappeler une de ses phrases restées célèbres : «Au Brésil quand un pauvre vole, il va en prison. Quand un riche vole, il devient ministre ! ».

Alors, une mise à l’abri ?  Pas si simple : la Cour suprême est une juridiction très efficace, et surtout, l’affaire qui concerne Lula est de type familial : son épouse et son fils sont visés comme lui par l’enquête, et une incarcération de ses proches l’atteindrait tout aussi bien.

Sauver Dilma ? Cette femme qui sait affronter l’adversité a écarté l’idée de démissionner malgré les difficultés du pays et sa cote de popularité cramoisie. Par ailleurs, la procédure de destitution n’est pas une menace immédiate. Les délais sont longs, et la procédure suppose des votes à majorité qualifiée, qui sont loin d’être acquis. En cas de destitution, la présidence reviendrait à Michel Temer, le patron du Parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB), l’allié centriste, qui patauge lui aussi dans l’affaire Petrobras. De plus, Dilma n’est pas concernée juridiquement par l’affaire Petrobras. La demande de destitution est liée à la régularité d’écritures comptables : elle aurait financé des dettes sociales par des emprunts pour arranger les comptes. Oki. Mais bon….

En réalité le problème est essentiellement politique et économique.

Au plan politique, il n’y a à ce à jour pas d’alternative crédible à Droite, et le problème n’est donc pas là. Le danger est du côté de l’allié centriste. Dilma, piètre négociatrice politique, est en passe de perdre le soutien PMDB, l’indispensable allié du Parti des Travailleurs pour faire une majorité parlementaire. Sans majorité au Parlement, Dilma ne gouvernerait plus… Là, il y a urgence.

Le retour de Lula, c’est d’abord la volonté de rétablir la coalition avec le PMDB. Donc, au menu, de la bonne soupe parlementaire… Ca ne sera ni lisible, ni joyeux, mais c’est la première étape : Lula doit parvenir à restaurer une majorité pour gouverner, ce qui dans le même temps, éloignera la procédure de destitution.

Mais Lula avait également critiqué les choix économiques de Dilma, comme trop marqués par la logique de l’austérité, avec une récession pouvant atteindre une pente annuelle de 7%. Lula plaide pour une autre politique économique, avec un solide plan de relance, et s’il a accepté la nomination à ce poste difficile, c’est qu’il a obtenu une marge de manœuvre.

C’est un pari qui se joue sur quelques mois, pour inverser le jeu politique et économique d'ici les Jeux olympiques. S’il réussit, il va asphyxier les groupes d’opposition, et banco ! Mais si ça ne marche pas, ce sera un échec, cuisant à titre personnel cuisant, et explosif pour le Parti des Travailleurs.

Giraud-Jean-Blueberry-T-21-La-Derniere-Carte-Livre-896901328_L.jpg

Commentaires

  • "Des Brésiliens manifestaient mercredi soir devant la présidence à Brasilia et à Sao Paulo, scandalisés par la publication d'une écoute judiciaire d'une conversation embarassante entre la présidente Dilma Rousseff et l'ex-président Lula, nommé dans la journée au gouvernement.

    Dans cet enregistrement effectué dans la matinée par la police judiciaire, la présidente appelle Lula sur son téléphone sur écoutes pour lui dire qu'elle va lui faire parvenir son "décret officiel" de nomination afin qu'il puisse "s'en servir en cas de nécessité". "

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/03/17/97001-20160317FILWWW00002-bresil-indignation-apres-la-publication-d-une-ecoute-telephonique-entre-rousseff-et-lula.php

  • http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2016/03/17/l-operation-lula-compromise-par-une-ecoute-telephonique_4884244_3222.html

    "De nombreux internautes avaient alors ironiquement repris en boucle sur les réseaux sociaux une célèbre phrase prononcée par l’ancien président, en 1988 quand il était syndicaliste :

    « Au Brésil, quand un pauvre vole, il va en prison. Quand un riche vole, il devient ministre ! »"

  • Avec cette décision de publier des écoutes téléphoniques, pièces de procédure secrètes, dans la presse, le juge prend un sacré risque

    Je veux bien croire qu'il a calculé les conséquences, mais on peut aussi se demander si sa grande popularité ne lui a pas fait fondre les plombs

  • J'aime bien Lula pour son action passée et sa théorie du partage du gâteau, mais de là à nous faire passer une vessie pour une lanterne...

  • 17h flash i-télé (officiel)
    Nouvelle péripétie dans le feuilleton politique qui agite le Brésil depuis plusieurs jours: un juge a suspendu jeudi l’entrée de Lula au gouvernement, où il venait d'être nommé chef de cabinet.

    Sur Le Monde, un portrait du juge Mains propres
    http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2016/03/17/bresil-sergio-moro-le-juge-au-c-ur-du-scandale-petrobras_4885091_3222.html
    Il y a, l'intérieur de l'article, des liens vers des articles plus anciens.

  • Le décryptage du Monde

    "La nomination de l’ancien président Luiz Inacio Lula da Silva au poste de ministre de la Casa Civil n’en finit pas d’agiter le Brésil. Quelques heures après la prise de fonction de Lula au gouvernement, un juge fédéral de Brasilia, Itagiba Catta Preta Neto, a demandé jeudi 17 mars la suspension de cette nomination, reprochant à l’actuelle présidente, Dilma Roussef, de s’être rendue coupable d’un « crime de responsabilité » en nommant dans son gouvernement son prédecesseur, impliqué dans un vaste scandale de corruption. Le gouvernement a annoncé qu’il allait déposer un recours auprès de la Cour suprême.

    Selon Floriano Peixoto de Azevedo, professeur de droit à l université de Sao Paulo (USP) interrogé par Le Monde, cette décision « arrive un peu tard car la nomination de Lula est déjà effective ». Selon lui, « qu’un juge conteste la nomination d’un ministre, qui relève d’une prérogative présidentielle, est délicat : on peut contester la nomination s’il y a un problème concernant le ministre mais pas s’il y a un probleme lié aux motivations de la présidente. » Sinon, « c’est la fin du système présidentiel », conclut le spécialiste."

    http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2016/03/17/bresil-un-juge-demande-la-suspension-de-l-entree-au-gouvernement-de-lula_4885125_3222.html

  • Une bonne analyse de classe ça fait jamais de mal, on y voir plus clair (ils n'affectionnent ni Dilma ni Lula ...)
    ...
    PCB, Parti communiste brésilien, Commission politique nationale, 6 mars 2016
    .
    Les preuves d’implication de l’ex-président Lula dans des schémas de corruption ouvrent un nouveau chapitre dans la crise majeure au Brésil. Celle-ci est marquée par l’épuisement du gouvernement de Dilma [Rousseff] et le déclin politique et idéologique du Parti des travailleurs (PT) et de ses satellites. Confrontée à une conjoncture économique de récession et à une baisse des taux de profit, qui s’accompagne d’une profonde crise sociale, aggravée par la politique « d’ajustement fiscal » (avec la montée du chômage qui touche aujourd’hui environ 10 millions de personnes), la bourgeoisie a commencé à exécuter un plan, articulé avec des pans des grands médias, du Congrès national et de l’appareil judiciaire, pour faire sortir le PT du Palais du Planalto [présidence de la République] et pour lancer les bases d’un éventuel gouvernement du PSDB allié au PMDB [Parti social-démocrate et Parti du Mouvement démocratique, de « centre » gauche et « centre » droit, le premier adversaire, le second partenaire du gouvernement PT actuel].

    Bien que le gouvernement du PT ait docilement appliqué les exigences de la classe dominante – comme le montrent les coupes dans les programmes sociaux pour payer les intérêts de la dette aux rentiers, la loi anti-terrorisme, la cession du « Pré-sel » [champs pétrolifères], la poursuite des privatisations, la réforme de la protection sociale, les attaques contre le droit du travail ou encore l’abandon de la réforme agraire, malgré tout cela, la gravité de la crise , du point de vue des intérêts du capital, demande des mesures plus profondes et plus rapides, que ne permettent les difficultés du PT à contenir politiquement les masses dans la passivité. La combinaison de la crise économique et de la crise politique rend, à ce moment donné, le maintien au pouvoir du PT inutile et gênant pour les intérêts du marché. Ses porte-parole, dans les médias bourgeois, font valoir que seul un changement de gouvernement sera en mesure de ramener la croissance économique.

    La partialité de l’opération de police « Lava-Jato » [Karcher] est évidente. Elle s’est gardée de pousser son enquête sur les membres du PSDB et du PMDB, malgré la révélation d’importants circuits de corruption et même l’arrestation de plusieurs hommes d’affaires. Elle a mis en avant des spectacles médiatiques comme la comparution inutile de Lula devant la police fédérale. Cette partialité n’a rien d’un fait isolé. Pour une majorité de la population laborieuse, notamment jeune et noire, l’action de la police est toujours arbitraire, dénuée de tout respect des formalités, d’assistance juridique, de procès équitable. Il n’est pas rare que cela se finisse par une sanction arbitraire et même par un homicide pour « acte de rébellion » [de « résistance » suivant la terminologie de la police] comme en témoignent les statistiques officielles.

    La corruption est la forme la plus apparente des relations de promiscuité qui existent entre l’Etat bourgeois et les intérêts économiques capitalistes. Le plan de changement de gouvernement, dont l’opération Lava-Jeto est seulement une pièce, ne remet pas en cause l’institutionnalisation bourgeoise-libérale, mais veut imposer, dans ce cadre institutionnel, des gouvernements qui, dans les circonstances, répondent aux intérêts du capital. Ce constat n’amène pas à sous-estimer, dans ce contexte, les atteintes aux libertés démocratiques que la bourgeoisie tente de plus en plus d’imposer pour faire face à l’intensification de la lutte des classes que la crise du capitalisme engendre.

    La décision de la bourgeoisie de se débarrasser du gouvernement du PT, par une procédure d’empêchement, ou par une démission négociée de la présidente, comme l’invalidation, par voie de justice, d’une future candidature de Lula en 2018, ne doit pas conduire la gauche socialiste à prendre la défense du gouvernement de Dilma Rousseff ou celle de l’ex-président. Elle nous ferait oublier le choix politique de la direction du PT de s’inscrire dans le cadre du pacte social bourgeois, comme on le voit à partir de la « lettre aux Brésiliens de 2002 », et de se mettre, avec zèle, au service des intérêts des banques, de l’industrie automobile, de l’industrie agro-alimentaire, des trusts de la construction ou des sociétés minières.

    Il ne s’agit pas pour nous aujourd’hui d’attester de l’innocence présumée de Lula et des autres dirigeants du PT, encore moins d’imaginer que les enquêtes en cours mettent en péril la démocratie bourgeoise, mais de faire la critique approfondie de la stratégie de collaboration de classes adoptée par le PT, de plus en plus nettement depuis 14 ans, tant et si bien qu’elle se retourne maintenant contre lui.

    Aussi, le PCB ne voit aucune raison de modifier sa position d’indépendance de classe et d’opposition de gauche vis-à-vis du gouvernement actuel, sur lequel l’influence de l’ancien président Lula n’a jamais cessé de s’exercer directement. Le PT a lui-même pavé la voie dans laquelle il s’enfonce, en choisissant de renforcer l’Etat bourgeois et de faire reculer les droits des travailleurs.

    Pour finir, le PCB ne rentre pas dans le jeu du culte dépolitisé, personnifié et nostalgique du leader qui, au moyen de son charisme, a utilisé le soutien des travailleurs pour mener une politique privilégiant les intérêts capitalistes. Nous ne nous joignons pas davantage aux initiatives qui prétendent défendre la démocratie avec ceux qui, dernièrement encore, sont allés quémander au gouvernement des postes à n’importe quel prix. Nous militons instamment pour la formation d’un bloc de lutte à caractère anticapitaliste et socialiste pour résister aux attaques du capital et avancer dans la perspective de la construction du pouvoir populaire et du socialisme.

    http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/2016/03/le-parti-communiste-bresilien-sur-l-aggravation-de-la-crise-politique-l-impasse-de-la-reconciliation-et-le-chemin-de-la-lutte.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

  • Les juges ont pris la grosse tete, et tant pis pour eux, car cela va les faire chuter alors qu'ils avaient fait du bon travail

    Le premier viole le secret de l'enquete, et en publiant des écoutes qui étaient illégales. Merci du cadeau à Dilma

    Le second veut faire bloquer un arreté qui a déja été adopté. Gamelle à venir, et deuxième cadeau pour Dilma

  • AFP. Renvoi de balles, le match continue:

    - le gouvernement fait appel de la suspension de la nomination de Lula.

    "L'avocat général de l'Union (Brésil), José Eduardo Cardozo, a annoncé ce jeudi avoir fait appel de la décision d'un juge de première instance qui a suspendu dans la matinée la nomination de l'ex-président Lula comme ministre clé de la présidente Dilma Rousseff.

    "Il n' y a pas de détournement de pouvoir " dans le choix de l'ex-président Luiz Inacio Lula da Silva (2003-2010) et "la raison de sa nomination n'est pas de le soustraire à une enquête", a assuré José Eduardo Cardoso, ex-ministre de la Justice de Rousseff et désormais avocat général de l'Union (AGU), lors d'une conférence de presse. "La présidente (Rousseff) considère que (l'ex) président Lula, avec son expérience administrative, sa capacité de leadership, pourrait intégrer le gouvernement fédéral", a-t-il ajouté."

    - Coup d'envoi du processus de destitution de Rousseff

    " Les députés brésiliens ont donné jeudi à Brasilia le coup d'envoi de la procédure destitution de la présidente de gauche Dilma Rousseff, qui tangue au milieu d'une tempête politique majeure.
    Les parlementaires ont élu une Commission spéciale de 65 députés, qui sera chargée de rédiger un rapport préconisant ou non la poursuite de la procédure contre la présidente, accusée par l'opposition de maquillage des comptes publics en 2014, l'année de sa réélection, et début 2015.

    Ce rapport sera ensuite soumis à l'Assemblée plénière du Congrès des députés où un vote des deux tiers (342 sur 513 députés) serait nécessaire pour prononcer la mise en accusation de la présidente devant le Sénat. Dans le cas contraire, la procédure serait enterrée. En cas de mise en accusation, Dilma Rousseff serait écartée provisoirement de ses fonctions pendant 180 jours au maximum.

    Deux tiers des voix des sénateurs (54 sur 81) seraient requises pour la destituer immédiatement, faute de quoi elle réassumerait immédiatement ses fonctions." [...]

  • Le Tribunal régional fédéral (TRF) de Brasilia a annulé la suspension provisoire prononcée dans la matinée par un juge de première instance juste après la prise de fonction de Lula à Brasilia, donnant raison au gouvernement qui avait fait appel.

    Motif : "La décision du juge de première instance interfère dans les attributions du chef du pouvoir exécutif de nommer ou destituer les ministres de l'Etat et constitue une ingérence juridictionnelle dans la sphère du pouvoir exécutif".

    Une juge de l'Etat de Rio de Janeiro, Regina Formisano, a elle aussi ordonné la suspension de l'entrée de Lula au gouvernement, pour les mêmes motifs. On attend les recours

  • L'interpellation de Lula à l'aube et son audition en garde à vue il y a dix jours était d'une légalité plus que douteuse, car Lula avait déjà témoigné spontanément dans le cadre de cette affaire, et il n'existait pas de données justifiant le recours à une mesure de contrainte.

    Le seul motif trouvé par le procureur Carlos Fernando dos Santos Lima est que le mandat d'amener mis à exécution à l'aube chez Lula avait pour but "d'éviter le tumulte dans les rues". Nul !



    Selon Michel Mohallem, professeur de droit à la FGV, "le discours de Lula a été très fort et a entraîné une grande réaction sur les réseaux" sociaux en sa faveur. Désormais, "il peut jouer les martyrs et sortir renforcé dans ses arguments".

  • En piste pour 2018

    http://geopolis.francetvinfo.fr/bresil-lula-peut-il-encore-sauver-le-soldat-rousseff-100587

    Le PT estime que l'arrestation spectaculaire de Lula est un moyen de l'empêcher de faire son retour en politique, une possibilité qu'il avait déjà envisagée quelques années plus tôt. «Cette décision très particulière de la justice brésilienne à l’égard de l’ancien président Lula peut avoir cette intention cachée et la conséquence, non pas de déstabiliser le gouvernement actuel de la présidence de Dilma Roussef en situation de paralysie politique et économique depuis plusieurs mois, mais d’empêcher la possibilité pour le PT de présenter la candidature de Lula aux élections présidentielles de 2018», analyse Jean-Jacques Kourliandsky, chercheur à Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS).

    «L’arrestation de Lula a été un électrochoc pour le PT qui désormais se mobilise, dénonce la pratique des grands groupes et des médias brésiliens qui annoncent la fin du PT, et va probablement précipiter l’annonce d’une candidature de l’ex-président pour les présidentielles de 2018». C'est d'ailleurs pendant son audition du 4 mars 2016 que Lula a de nouveau fait part de ses ambitionnes présidentielles aux enqueteurs : «Je suis un petit vieux. Je voulais me reposer. Mais je vais être candidat à la présidence en 2018, parce que si on me cherche, on va me trouver»

  • Pour prendre un peu de hauteur de vue

    Dézinguer Petrobras est un phénomène de pur esprit, qui n'a rien à voir avec les appétits féroces des groupes pétroliers US, qui veulent miner l'économie du Brésil

    A lire cet excellent texte de Pepe Escobar

    En anglais

    http://sputniknews.com/columnists/20160306/1035858412/brazil-interrogation-petrobras-scandal.html

    En français

    http://www.mondialisation.ca/lex-president-du-bresil-et-la-petroliere-petrobras-le-maelstrom-bresilien-silence-on-tourne/5513555

    "Le démantèlement méticuleux de Petrobras, avec Big Oil profitant finalement des richesses pétrolières, et gardant un œil sur le développement de la puissance globale du Brésil, tout cela colle magnifiquement aux intérêts de l’Empire du Chaos. Géopolitiquement, cela va bien au-delà du coup d’éclat hollywoodienet de l’enquête Car Wash.

    "Ce n’est pas un hasard si trois grandes nations des BRICS sont simultanément attaquées, à tous les niveaux : la Russie, la Chine et le Brésil. La stratégie concertée des Maîtres de l’Univers, qui dictent les règles à Wall Street et à Washington, est de saper par tous les moyens l’effort collectif des BRICS pour produire une alternative viable au système économique et financier mondial, qui pour l’instant est soumis au capitalisme de casino. Il est peu probable que Lula, par lui-même, soit en mesure de les arrêter".

  • Je serais également très intéressé de connaitre les propriétaires des médias brésiliens qui excitent la foule contre le gouvernement élu et légitime

  • Dans tous les articles disponibles en français ou en anglais, je ne trouve pas un texte qui expose le point du gouvernement Dilma Lula.

    Face à la transe, la réflexion fait peur

  • Ah ben voilà c'est encore un coup de la CIA. Bientôt, pour contredire les écoutes, on va apprendre que le grand capital est ventriloque.

  • Au fait quand on parle de l'Amérique du sud, on ne précise pas "territoire indien occupé" ?

  • Vendredi soir, dans un nouvel épisode du feuilleton judiciaire, un juge du Tribunal suprême fédéral (STF), plus haute juridiction du pays, a suspendu son entrée récente au gouvernement, y voyant une "forme d'obstruction des mesures judiciaires" alors qu'il est soupçonné de corruption.

    Selon le site juridique spécialisé Jota, le Tribunal, seule instance pouvant confirmer ou annuler cette suspension, ne se réunira pas avant le 30 mars, en raison des vacances de Pâques.

    Pendant 11 jours, Lula, icône de la gauche brésilienne, ne peut donc exercer ses fonctions de chef de cabinet (quasi-Premier ministre) de Dilma Rousseff, qui l'avait nommé mercredi.

    Plus important encore, il redevient simple justiciable.

    Dans ce laps de temps, le juge Sergio Moro, qui soupçonne Lula de corruption et blanchiment d'argent dans le cadre du scandale autour du groupe pétrolier d'Etat Petrobras, "peut ordonner sa détention (provisoire) mais il devra démontrer qu'il existe des faits la justifiant", a affirmé à l'AFP Carlos Gonçalves, professeur de droit de l'Université catholique de Sao Paulo.

  • "Vendredi soir, l'Ordre général des avocats (OAB) a apporté son soutien à la procédure de destitution. "Il faut admettre qu'il y a, en effet, des éléments juridiques complets qui mènent à une demande de destitution pour des actes comptables" réalisés par la présidente, a expliqué le porte-parole du dossier pour l'OAB, Erick Venancio Lima do Nascimento.

    Il a rejeté les accusations de coup d'Etat brandies par la gauche: cette procédure "est l'exercice du pouvoir républicain", a-t-il souligné."

    http://information.tv5monde.com/en-continu/bresil-lula-manifeste-pour-rousseff-et-essuie-un-revers-au-tribunal-supreme-97008

  • Heureusement, les sondages ne sont rien dans l état de droit, surtout quand ce sont ceux des filiales étasuniennes, qui bandent devant cette proie que paraît être le Brésil

    Le Brésil comme cadeau à Killary ou Trump par des juges à la tête enflee et qui oublient qui les a nourris....

  • Le seul reproche que l'on puisse faire à Dilma et Lula est d'avoir été trop honnête et d'avoir cru à la liberté de la presse

    Alors qu'il n'y a aucune liberté de la presse mais seulement des groupes financiers puissants qui abusent de la crédulité des braves gens

    Les us ou les saoudiens n'ont pas les scrupules des dirigeants du parti des travailleurs...

  • "Le seul reproche que l'on puisse faire à Dilma et Lula est d'avoir été trop honnête"

    Ca c'est pas mal vous devriez décliner.

    Le seul reproche qu'on peut faire à Poutine c'est de ne pas parler l'Espagnol.

    Le seul reproche qu'on peut faire à l'Iran c'est de ne pas avoir de Marineland.

    etc.

  • Excellent meeting de Lula ce soir à Sao Paulo, ville contrôlée par le syndicat du patronat

  • Le juge machin, qui doit sa formation et sa carrière à Lula et Dilma va t il oser lancer un ordre d'incarcération contre Lula

    Et que retiendra l'histoire du monde

    1 le juge et son érection de une heure?

    2 un parti qui a transformé le Brésil et libéré l'Amérique du Sud des coups d état de la cia?

    La droite étasunienne n'a pas accepté sa défaite dans les urnes et elle veut sa revanche par un coup d'État

  • Finalement ça devient simple avec vous, n'importe quel pourri pourvu qu'il soit anti américain a toujours une bonne excuse, au choix :

    - Il est victime d'un complot
    - Le peuple est manipulé
    - Il défend son pays ou sa zone d'influence
    - Il a été élu démocratiquement
    - Son pays est grand, a une belle histoire et n'a donc pas de leçon à recevoir
    - Etc etc

    Et toujours au passage, le droit, l'expression populaire ou la vie humaine peuvent aller se rhabiller.

    Ca fout les jetons.

  • Regardez les infos au lieu de delirer

    La corruption à petrobras c'est 1 ou 2 %. Vrai ou faux ??? Et c'est ce 1% qui ruine le pays???? Les manifestants sont manipulés par le patronat...

    Vous voulez qu'on passe edf au scanner juge machin, marionnette de la cia?

    Les p'tits blancs au casier

  • Je vais simplement citer Adriana sur l'autre fil :

    "L'ordre des avocats du Brésil vient de déclarer son soutien la procédure de destitution du président :
    OAB declara apoio ao impeachment da presidente Dilma - 18/03/2016 - Poder - Folha de S.Paulo
    500 juges déclarent son soutien au juge lava-jato Sergio Moro
    Ils disent qu'ils ne vont pas se courber aux actions antirépublicaines.
    L'association des juges Brésiliens déclarent soutien à Sergio Moro
    L'association des procureurs Bresiliens soutiennent Sergio Moro"

    Ils sont tous manipulés ? Le patronat brésilien et la CIA ont la haute main sur toutes les nominations de juges et les accès aux métiers de la justice ? Ce n'est pas vous qui aimez souligner que l'institution judiciaire doit être défendue ? Et là vous fustigez "un juge qui bande"...

  • La corruption pour maintenir un parti au pouvoir avec cet'argent est très grave, c'est une fraude à la démocratie.c'est ne pas une question de faire des comptes 1 ou 2% d'argent, Faut des Raisonements moins primaires quand le vrai problème est dans une autre dimension.
    C'est une fraude au système d'élection. Il ne peut pas avoir un système juste , des élections égalitaires s'il y a un parti au pouvoir qu.utilise la corruption systématique comme forme de gouvernement.
    Lula s'est fait acheté pour passer des lois qui bénéficiait des constructeurs automobiles.
    Vous vous Rendez compte de la gravité des faits commis? Des lois sont achetés au plus offrant dans mon pays.
    Il n.y a pas de démocratie dans ce cas , c.est une farce.c'est une dictature , je vis dans une dictature car le pouvoir va systématiquement au plus corrompu.
    C'est beaucoup plus grave le suje faire des comptes apothicaire n'est pas tout simplement l'hauteur.

  • Disqualifier et denegrir un juge qui fait son travail non plus.

  • Il y a plus de six mois ici dans ce blog j.ai été traité de déséquilibré quand j'ai dit que Dilma Rousseff était corrompue. Le Times de l'Inde était plus fiable , n'est-ce pas?

    Ajourd'hui plusieurs témoins avec preuve à l'appui confirment malheureusement ce qu j'ai dit.
    Le lider du PT au sénat Delcidio , l'homme de main à Dilma et Lula, pris en flagrant délit d.obstruction de justice , (mandaté par Lula pour empêcher un directeur bpetrobras d.avouer les mandataires du système de corruption ). lui, Delcidio à avoué en plus de 400 pages les méfaits.
    Lula etait l.organisateur du système de vol au sein de la compagnie de pétrole, et Dilma connaissait tout.
    elle s.est fait élire avec cette argent en 2014. Elle a endetté l'état brésilien pour maintenir une situation économique artificielle. Déjà l'économie brésilienne etait défaillante en 2014. Elle a baissé le taux directeur, l'inflation a augmentée, elle maintenu le prix des carburants artificiel ment bas, la pétrolière déjà vidée de son argent par cette bande criminelle, en situation fragile, s.est encore endetté pour maintenir le prix bas des carburants.
    Elle a menti à tous les Bresiliens en disant que celui qui allait couper les aides etait le candidat opposant, que celui qui allait faire une coupe dans le bufpdget de l.etat était l.opposant
    Son directeur de campagne était payé avec l'argent volé a Petrobras , une corruption en millions,
    Il recevait tout cette argent par le biais d.une entreprise de bâtiment odebrecht en Suisse.
    La Suisse a envoyé plus tard à la demande de la justice brésilienne toutes les donnes bancaires.
    Le lendemain de son élection :
    Dilma a coupé le budget, elle a augumenté le prix du carburant en plus de 30%, le prix de l'énergie électrique de 25% et coupée les aides au chômage pour ceux qui travaillent moins d'un an.
    Le pays est tombé en récession , le PIB est tombé de -3,8% .
    Le chômage a passé de 4% vers 10% aujourd'hui .
    Aujourd'hui , son directeur de campagne est en taule, il va négocier un aveu , il va cracher tout le morceau sur les élections de Dilma.
    Le directeur d.odebrecht qui a payé la maison secondaire de Lula et lui a donné en plus de 27 millions en échange de contrats de bâtiments surfacturés est condamné à 19 ans de prison.
    Il paraît qu'il va cracher le morceau aussi sur La campagne de Dilma et les rapports avec Lula.
    Voilà, Dilma et Lula , "le seul reproche qu.on peut leur faire est qu.ils sont trop honnêtes."

  • le gang de crimminels au pouvoir a déjà passé au scanner le juge machin comme on suggère de façon si méprisante( d'ailleurs , c'est leur spécialité le montage de dossiers pour décrédibiliser les gens).
    Ils ont monté par le passé un dossier sur un sénateur de la république, ensuite les investigations ont montré que c'était un faux.
    En fait , ce parti politique qui est en vérité un gang de crimminels utilise des méthodes criminelles ( donner des pots de vins, corruption, faux dossiers) à la place de méthodes politiques et démocratiques pour gouverner le Pays.
    Ça fait deux ans qui le juge Moro est aux commandes de ce cas, ils n'ont rien trouvé sur lui.
    Tous ses jugements ont été confirmés par le tribunal de haute instance. Aucun n'a été rejeté par vice de procédure ou autre.
    Le juge fait sont travail: la justice contre la criminalité.
    Bientot la tête du responsable et de la responsable de ce schéma de corruption ira pourrir en prison.
    C.est le souhait de 82% des bresîliens selon le dernier sondage qui ont soutenu le juge dans ses actions.

    Le gouvernement Dilma n'est pas légitime , elle a été élue avec de l'argent volé par la corruption. Elle a commis des fraudes à la démocratie. Elle et son parti ont lésé l'état et le peuple brésilien.
    Il y a aussi un procès par corruption et par fraude dans le tribunal de haute instance en jugement.

    Délire ce inventer un complot américain a chaque coin pour justifier les pratiques systématiques de crimes graves à l'état et qui appartient à la sphère judiciaire et de police.

  • AFP, 20/03 09:45

    "Signe des vives tensions, la police fédérale brésilienne a menacé samedi de “prendre des mesures” si le nouveau ministre de la Justice, Eugenio Aragao, remplaçait – comme il l’a promis – les enquêteurs soupçonnés d’avoir fait fuiter des informations dans les différentes affaires de corruption qui secouent l‘élite politique du pays.

    Dans la rue, les défilés des deux camps qui se succèdent depuis plusieurs mois reflètent une société profondément divisée.
    Samedi, munis de pancartes “Lula voleur” et “Dehors Dilma”, une centaine de manifestants se sont installés dans le centre de Sao Paulo (sud-est), avec l’intention d’y rester jusqu‘à obtenir la démission de Mme Rousseff."


    http://fr.euronews.com/depeches/3168486-bresil-lula-manifeste-pour-rousseff-et-essuie-un-revers-au-tribunal-supreme/

  • En fait, depuis plus de six mois, à part les arguments:
    c'est un complot américain,
    la presse excite les foules ( quand en vérité il y a a eu preuve des crimes et condamnation).
    tous volent pourquoi pas eux ?
    Ou la corruption de 1% n est pas grand chose. ( juste suffisant pour ce maintenir au pouvoir ad infinitun aeternun).
    Y a plus rien comme argument sérieux.
    Aucune évolution . Du pareil au même.
    Bussiness as usual.
    Bonne continuation sur votre blog juridique

  • Et bien sûr , on doit tous continuer à lire le Times of Inde pour s'informer sur la
    Situation politique Brésilienne de façon équilibré .J'espère que le Link soit disponible au blog.
    Merci

  • La faiblesse de l'argument est telle...
    Si voler pour la cause ( complot américain ) est permise, 1% pib, c'est rien, les gars du calme!
    On peut fermer la presse contraire ( à la solde de l'impérialisme )pour la cause,
    On peut oppresser la police pour la cause.
    On peut emprisonner les opposants pour la cause.
    On peut torturer les opposants pour la cause
    Et on peut tout aussi bien tuer pour la cause.
    Vous voyez la dérive où elle mène.

  • La faiblesse de l'argument est telle...
    Si voler pour la cause ( complot américain , selon vous) est permise, 1% pib, c'est rien, les gars du calme!
    On peut fermer la presse contraire ( à la solde de l'impérialisme )pour la cause,
    On peut oppresser la police pour la cause.
    On peut emprisonner les opposants pour la cause.
    On peut torturer les opposants pour la cause
    Et on peut tout aussi bien tuer pour la cause.
    Vous voyez la dérive...

  • Je vous trouve un peu déséquilibrée Madame, mais vous ne dites pas que des conneries. :P

  • L'ex-président Cardoso pour la destitution de Dilma Rousseff

    "L'ex-président brésilien Fernando Henrique Cardoso (1995-2003) a apporté dimanche son soutien à la procédure de destitution de la présidente Dilma Rousseff, actuellement étudiée au Parlement, soulignant qu'il s'agissait de la volonté populaire.

    Le 13 mars, lors d'une vaste manifestation anti-gouvernement qui a réuni trois millions de Brésiliens, "les rues ont crié démission, fin, impeachment", a noté l'ancien président social-démocrate, dans un entretien au journal O Estado de Sao Paulo.
    Samedi, un sondage de l'institut Datafolha chiffrait à 68% l'appui des Brésiliens à cette procédure, huit points de plus qu'en février.

    M. Cardoso, 84 ans, du parti d'opposition PSDB, avait par le passé exprimé des doutes vis-à-vis d'une éventuelle destitution de la présidente de gauche, mais cette perception "a changé", "peu à peu", a-t-il raconté au quotidien.
    "Avec l'incapacité aujourd'hui du gouvernement à fonctionner (...), je pense que maintenant le chemin à suivre est l'impeachment", a-t-il expliqué, même si ce processus sera "douloureux". "Mais l'impeachment est aussi douloureux que d'assister au déclin de l'économie et de la société"."

    https://www.lorientlejour.com/article/976559/bresil-lex-president-cardoso-pour-la-destitution-de-dilma-rousseff.html

    Hohoho, si je peux me permettre, il ne me semble pas utile, pour l'intérêt de la discussion, de traiter Adriana de déséquilibrée? Si vous étiez brésilien comme elle, sans doute mettriez-vous autant de fougue et de passion pour défendre votre peuple et votre pays et chasser les magouilleurs du gouvernement, vous ne croyez pas? ;-)

  • Thiago Silva pas sélectionné en équipe de foot du Brésil: encore un coup de la CIA.

  • Damien, merci de votre soutien.
    Dans une autre occasion, j'espere ,j'aimerais que vous connaissez l'ame bresilienne, la fougue, les emotions , cela Bouillone chez nous. Venez chez nous. Notre réalité peut peut -etre vous choquer.Elle est faite de violence, mort et misère.
    on est intense dans la moindre chose qu.on fait.
    different de l'ame francaise, si contenue dans la demonstration des sentiments, si timide et pourtant
    vous parlez de vous à travers vos regards, malgre tout.
    Il suffit de poser notre regard et attendre de vous voir deployer vos pétales si douces au toucher.
    Heureuse moi de connaître et de faire aussi partie de l'âme française.

  • Hohoho,
    J'apprécie votre effort de solidarité malgré tout. C'est tres français à vous de me critiquer et de me saluer dans une seule phrase. Hehehe
    Il est vrai qu'il n'est pas aisée de décrypter l'autre selon nos notions particulières de
    Normalité.
    Soufrez que moi , je peut avoir le même avis que vous sur votre équilibre ou pas selon mes critères à moi.je vous souhaite bon équilibre sur cette corde qui est la vie.

  • @Adriana
    J'ai parfois été vilain avec vous mais là, pour le coup, c'était une taquinerie rapport à ce que vous aviez écrit plus haut sur votre déséquilibre d'il y a six mois. ;)

  • Damien, pour finir, les soutiens au juge Sergio Moro et à la destitution de Dilma:
    En avril on sera fixé sur le sort du président.
    aucune procedure ou condamnation du juge jusqu'a
    maitenant a ete anulee. toutes confirmes
    par les instances superieures.
    Links, en portugais-brésilien.

    L'ordre des avocats du Brésil vient de déclarer son soutien la procédure de destitution du président :

    OAB declara apoio ao impeachment da presidente Dilma - 18/03/2016 - Poder - Folha de S.Paulo
    http://www1.folha.uol.com.br/poder/2016/03/1751745-oab-declara-apoio-ao-impeachment-da-presidente-dilma.shtml

    500 juges déclarent son soutien au juge lava-jato Sergio Moro
    http://politica.estadao.com.br/blogs/fausto-macedo/colegas-de-moro-avisam-que-nao-se-curvarao-a-condutas-anti-republicanas/
    Ils disent qu'ils ne vont pas se courber aux actions antirépublicaines.
    L'association des juges déclarent soutient à Sergio Moro
    http://www.ajufe.org/imprensa/notas-publicas/nota-publica-da-associacao-dos-juizes-federais-do-brasil-em-apoio-ao-juiz-federal-sergio-moro/
    L'association des procureurs Brésiliens soutiennent Sergio Moro
    http://www1.folha.uol.com.br/poder/2016/03/1746394-associacao-de-promotores-apoia-acao-de-colegas-na-24-fase-da-lava-jato.shtml

  • Damien, pour finir, les soutiens au juge Sergio Moro et à la destitution de Dilma:

    En avril on sera fixé sur le sort du président.
    Links, en portugais-brésilien.

    L'ordre des avocats du Brésil vient de déclarer son soutien la procédure de destitution du président :

    OAB declara apoio ao impeachment da presidente Dilma - 18/03/2016 - Poder - Folha de S.Paulo
    http://www1.folha.uol.com.br/poder/2016/03/1751745-oab-declara-apoio-ao-impeachment-da-presidente-dilma.shtml

    500 juges déclarent son soutien au juge lava-jato Sergio Moro
    http://politica.estadao.com.br/blogs/fausto-macedo/colegas-de-moro-avisam-que-nao-se-curvarao-a-condutas-anti-republicanas/
    Ils disent qu'ils ne vont pas se courber aux actions antirépublicaines.

    L'association des juges déclarent soutient à Sergio Moro

    http://www.ajufe.org/imprensa/notas-publicas/nota-publica-da-associacao-dos-juizes-federais-do-brasil-em-apoio-ao-juiz-federal-sergio-moro/

    L'association des procureurs Brésiliens soutiennent Sergio Moro

    http://www1.folha.uol.com.br/poder/2016/03/1746394-associacao-de-promotores-apoia-acao-de-colegas-na-24-fase-da-lava-jato.shtml

  • Adolfo Borges Filho Procureur de justice, interviewé sur L'OBS

    "Crise politique au Brésil : la chute du PT marque le triomphe de la démocratie. Le scandale de corruption Petrobras a plongé le Brésil dans une crise politique et économique sans précédent. Procureur de justice au Ministère public de l'État de Rio, Adolfo Borges Filho nous explique comment la Justice est en train d'entraîner la chute du Parti des travailleurs. En marquant, contre toute attente, l'avènement de la démocratie et l'indépendance des pouvoirs judiciaires."

    [...]

    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1497683-crise-politique-au-bresil-la-chute-du-pt-marque-le-triomphe-de-la-democratie.html

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu