Avertir le modérateur

Raphaël Liogier: Enfin des propos sensés sur le terrorisme

Aux antipodes des pseudos experts qui poussent après les attentats comme des champignons par temps de pluie, il y a de vrais experts, que l’on identifie facilement : ils ont des titres universitaires, enseignent dans des établissements connus, publient des livres de haut niveau, et conduisent des recherches universitaires. Ça ne fait pas tout, mais c’est une bonne base.

A ce titre, je vous recommande le philosophe et sociologue Raphaël Liogier, qui enseigne à Sciences-po Aix-en-Provence, et qui est un vrai connaisseur de l’islam et de ses problématiques passées et actuelles, auteur de La Guerre des civilisations n’aura pas lieu  publié aux CNRS Editions.

Pour ce qui est des enquêtes en cours, on patientera car n’avons que des informations beaucoup trop partielles. En attendant, il est très important de réfléchir à ce qui se passe, de braver l’interdit posé par El Blanco : oui, il faut chercher à comprendre. Quels sont les acteurs du terrorisme, quels sont les réseaux ? Quelle réponse législative, policière et judiciaire ? Quel lien avec l’islam ? D’où vient cette violence ?

Voici une excellente interview de Raphaël Liogier à Libé, recueillie par Sonya Faure.

Afficher l'image d'origine

«Faire de l’islam l’ennemi absolu, c’est organiser le marketing de Daech»

Raphaël Liogier

*   *   *

Attentat après attentat, la même question revient : faut-il encore monter d’un cran la sécurité, au risque de rogner nos libertés ?

Cessons d’opposer l’exigence de sécurité et le respect des libertés publiques. En des temps effectivement troublés, on pourrait opter pour des mesures efficaces en matière de sécurité – moi aussi, je veux que mes enfants aillent à l’école sans risquer leur vie  – sans pour autant remettre en cause les droits de l’homme. Le problème, depuis le 13 novembre, c’est qu’on a les restrictions des libertés, sans la sécurité.

Pourquoi les mesures prises jusqu’ici ont-elles échoué, selon vous ?

Le gouvernement, et il n’est pas le seul, met en scène la «guerre des identités» pour donner l’impression aux populations angoissées qu’il fait quelque chose. On l’a vu avec le débat sur la déchéance de la nationalité. Il concentre aussi toutes les mesures sécuritaires – perquisitions, surveillance, assignations à résidence  – sur des mosquées ou des personnes liées à l’islam fondamentaliste. C’est une solution de facilité, qui diffuse une idée fausse : il y aurait un lien de causalité nécessaire entre la radicalisation religieuse et le jihadisme. Or, nous savons que ces mosquées salafistes et leurs représentants, comme Abou Houdeyfa sont eux-mêmes dans le viseur de Daech ! Contrairement aux jihadistes, ces fondamentalistes sont focalisés sur la vie quotidienne et les mœurs, ils sont complètement dépolitisés. En concentrant la lutte antiterroriste contre eux, le gouvernement ne vise pas les bonnes personnes ni les bons espaces.

La preuve avec les attentats de Bruxelles : selon les premières informations policières, les kamikazes étaient connus pour des faits de grand banditisme, pas pour un parcours de radicalisation religieuse. En résumé : non seulement le gouvernement ne vise pas les bons suspects, mais en faisant de l’islam l’ennemi absolu, il organise le marketing de Daech, vers qui se tournent les désaxés, comme on l’a vu devant un commissariat de Barbès, à Paris, en janvier, les désocialisés ou les membres du banditisme reconvertis. La «guerre des civilisations», c’est exactement la vision du monde que promeut Daech

Le terrorisme n’aurait donc rien à voir avec la religion ?

Je ne dis pas cela. Je ne cherche pas à dédouaner l’islam, ni à faire de l’angélisme. Mais je pense que le jihad n’est plus, aujourd’hui, le résultat d’un processus de radicalisation religieuse progressive qui mènerait du salafisme vers le jihadisme. Les «longues barbes», qui cherchent à ressembler aux Bédouins du VIe siècle, sur lesquels les services de police concentrent leur surveillance, peuvent bien sûr être inquiétants dans leur rapport aux mœurs ou leur communautarisme. Mais ce ne sont pas les prêches qu’ils écoutent qui mènent au terrorisme. Pour le gouvernement, il est confortable de favoriser la confusion. D’abord, je l’ai dit, parce que ça permet de montrer qu’on fait quelque chose. Mais aussi parce que la radicalisation religieuse était effectivement le modèle du jihadisme des années 90. Un phénomène qu’on a déjà connu, plus facile à repérer, ça rassure. A l’époque, les terro­ristes étaient liés à l’islamisme : ils avaient une vision politique de l’islam finalement proche de l’extrême gauche : une logique révolutionnaire d’intervention armée, anticapitaliste, qui voulait changer la société. Les «têtes pensantes», comme les petits soldats de ce jihad, s’étaient plongées aux racines de l’islam.

Mais dans les années 2000, deux phénomènes distincts sont apparus – qui peuvent parfois se recouper. D’un côté, un fondamentalisme extrême des mœurs, celui des femmes intégralement voilées par exemple. Une démarche radicale mais dépoli­tisée, individualiste et non prosélyte : si elles optent pour un tel mode de vie, c’est justement pour se distinguer des autres.

De l’autre côté, des jeunes issus des quartiers, de milieux peu religieux, qui n’ont pas accès à l’arabe classique. Ils sont excités par ce qu’on leur présente comme une guerre des identités, pas par la théologie. Ce sont eux, les clients potentiels de Daech. Dans un deuxième temps seulement, ils construisent une «religion du jihad», à l’aide de ce que leur proposent les hauts responsables de Daech. Ceux-là, des anciens d’Al-Qaeda, détiennent une vraie culture religieuse, et manipulent une chair à canon souvent issue du petit caïdat. Quant aux milieux salafistes, il faudrait les utiliser dans la lutte contre les jihadistes au lieu de les poursuivre.

C’est-à-dire ?

En les mettant en garde à vue ou en les assignant à résidence pour «faire du chiffre», les services de police se privent d’informateurs. Car, si ce n’est pas l’intensification des pratiques qui mène progres­sivement vers le jihadisme, les jeunes tentés par le jihad peuvent, en revanche, fréquenter une mosquée salafiste à un moment ou à un autre de leur parcours, pour se donner une posture, chercher quelques points de doctrine. En ciblant ces milieux, la police se prive donc d’un véritable réseau d’information au cœur du milieu musulman.

Sécurité et libertés ne s’opposent pas immanquablement, selon vous. Quelle serait alors une politique efficace du point de vue de la sécurité et respectueuse de nos droits fondamentaux ?

Ce serait une politique qui commence par coordonner les renseignements policiers et militaires à l’échelle de l’Union européenne. Si nous sommes en guerre, alors il faut commencer par être plus discrets, et ne plus nourrir les discours de Daech, en faisant de grands moulinets avec les bras à la manière de Manuel Valls. Il faut cesser d’envenimer la situation en affirmant qu’antisionisme vaut antisémitisme. Sinon, c’est toute une partie de la population française s’identifiant aux Palestiniens qui va donner plus de crédibilité au «complot juif». Il faut cesser de perquisitionner et d’assigner à résidence les représentants, certes fondamentalistes, d’une ­religion, sans preuves solides, comme le permet l’état d’urgence.

Commentaires

  • Vous êtes sérieux sur Raphaël Liogier comme vrai expert?
    Re-regardez Raphaël Liogier avant les attentats dans Ce Soir Ou Jamais nous expliquant que la France n'était pas l'ennemie des Jihadistes qui partaient en Syrie...
    A regarder à partir de 21' https://www.youtube.com/watch?v=-aIenzueXvo
    On croit rêver.

  • Pour les ignorants qui croient que les terroristes viennent de la famille salafiste

    http://www.bfmtv.com/societe/avant-les-attentats-la-vie-de-fetards-des-freres-abdeslam-962572.html

  • Pour la "dé-radicalisation", je pense urgent de fermer les boites de nuit, vu qu'on voit les terroristes dans les boites de nuit, et pas dans les mosquées

  • Un juge qui se perd dans l'illégalité, alors qu'il détient tous ses pouvoirs des lois votées par le PT

    http://www.lemonde.fr/m-actu/article/2016/03/28/le-juge-moro-ennemi-jure-de-lula-idole-des-bresiliens_4891019_4497186.html

  • L'analyse de ce monsieur est le copié-collé de ce que disent les Roy, Morin, Plenel et autres bienveillants. C'est d'une pauvreté...
    Les ignorants sont ceux qui pensent qu'on n'a pas compris ce qu'était la taqiya.

  • Pour la "dé-radicalisation", je pense urgent de fermer les boites de nuit, vu qu'on voit les terroristes dans les boites de nuit, et pas dans les mosquées

    Écrit par : gilles | 28/03/2016


    Ca c'est typiquement le type de commentaire furtif pour dénigrer la motivation de types qui se font tout de même exploser pour leur cause.
    Le kamikaze ne serait pas croyant, il serait bête et fêtard, bref il ne serait pas animé par la foi...
    A d'autres...

  • Ah oui? Alors parlons un peu des salafistes, qui seraient le mal absolu. Combien de salaf' parmi les terroristes arrêtes ?

  • "L'état d'urgence c'est débile"... et c'est le juge chouchou des médias qui le dit...

    http://www.marianne.net/conseil-marc-trevidic-belgique-n-imitez-pas-etat-urgence-c-est-debile-100241469.html?google_editors_picks=true

  • Djihadisme pro-daesh et salafisme médieval pro-saoudien c'est kif-kif pour ce qui est du passage à la violence des jeunes, je pense,

  • Un article qui a le mérite de tenter de se baser sur des faits.
    http://www.nytimes.com/2016/03/29/world/europe/isis-attacks-paris-brussels.html?hp&action=click&pgtype=Homepage&clickSource=story-heading&module=first-column-region®ion=top-news&WT.nav=top-news&_r=0

  • Des éléments de compréhension sur la particularité de la gauche française :

    https://blogs.mediapart.fr/danyves/blog/260116/gauche-laicarde-contre-gauche-islamophile-frederic-koller

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu