Avertir le modérateur

Le médecin pakistanais qui a permis l’assassinat de Ben Laden croupit en prison

url1.jpegOn se rappelle de la formule d’Obama après l’exécution d’Oussama Ben Laden à Abbottabad, le 2 mai 2011 : « Justice has been done ». Sauf que c’était tout, sauf la justice. Il s’agissait d’un assassinat – exécution d’un homme qui dort et qui n’avait pas été jugé, même par contumace – et d’une violation grave de la souveraineté pakistanaise, car le commando US n’avait aucun droit pour conduire une opération militaire sur une terre qui n’était pas la sienne. Et ces invraisemblables scènes de liesse à New York...

Précision. Je rappelle qu’on se contrefiche de Ben Laden, qui ne pensait qu’à sa gueule, a causé des ravages dans le monde musulman, et n’a jamais su que la question palestinienne existait. Fin de la précision.

Le sort des personnes, dès lors qu’elles ne sont pas « américaines », Obama s’en contrefiche. Au cours de son premier mandat, il a ordonné 4.700 exécutions – trois par jour – et on doit en être actuellement à 8 ou 9000. Le mec si cool qui dépasse l’Iran et l’Arabie Saoudite à lui tout seul...

Pour l’assassinat de Ben Laden, vu le bénéfice politique à en tirer, les US ont joué leur carte perso à 100%, abandonnant leurs meilleurs alliés. Voici l’histoire du Dr Afridi, un médecin pakistanais.

Début 2011, les services US étaient persuadés que la grande maison d’Abbottabad était occupée par des dignitaires d’Al-Qaïda. Mais pour vérifier qui y logeait, impossible de passer par les services pakistanais, car les US ne jouent que pour eux.

L’idée de la CIA a été de mener une fausse campagne de vaccination contre l'hépatite B dans la ville, histoire d’entrer dans les maisons et de récupérer des souches ADN. Un complot ? Un vrai de vrai, ma chérie.

Par manigances, la CIA a recruté un toubib, le Docteur Shakeel Afridi, qui exerçait loin de là, dans la région de Khyber, près de la frontière afghane. Le Docteur Afidri est arrivé à Abbottabad en mars 2011, payé pour être l’organisateur d’une fausse campagne de vaccination contre l’hépatite B.. Pour faire vrai, on avait disposé des affiches dans la ville, et les habitants des quartiers pauvres avaient été vaccinés en mars. Puis, en avril, le docteur et ses infirmières ont continué leur campagne à Bilal Town, le quartier résidentiel où Oussama Ben Laden vivait. Des gens plein d’oseille à qui on propose des vaccinations gratuites ? Ah tout ce que l’on peut faire avec de si jolies ONG humanitaires…20182376.jpg

Grace à des démarches présentées comme systématiques, une des infirmières de la campagne est parvenue à se rendre dans la maison de Ben Laden, pour prélever des échantillons afin de recueillir de l’ADN permettant d'identifier Ben Laden. Les prises ont été transmises chez l’Oncle Sam, qui a fait le rapprochement car des membres de la famille Ben Laden avaient été soignées aux US. Secret professionnel, va te faire voir, c’est la guerre contre le terrorisme.

Tout était open, et Obama a donné l’ordre d’assassiner.  

Le Docteur Afidri a été arrêté lendemain du raid. Le 23 mai 2012, il a été condamné à trente-trois ans de prison pour des liens avec un groupe islamiste armé, un coup tordu pour lui faire payer d'avoir secrètement aidé les Etats-Unis. En 2014, sa peine a été ramenée à 24 ans. Le fait de collaborer avec un Etat tiers, qui va violer la souveraineté de votre pays pour une opération militaire, est de la trahison. Et une humiliation.

Cette manip’ a eu des effets délétères. Les campagnes de vaccinations ont été dénoncées comme des procédés d’espionnage, et fin 2012, les attaques contre des employés des services de santé, notamment ceux vaccinant contre la polio, avaient fait au moins 78 morts. Oki ?

Leon Panetta, qui était alors secrétaire à la Défense des États-Unis, a confirmé le rôle du Dr Afridi, et expliqué que poursuivre une personne qui avait contribué à l’arrestation d’un «terroriste» était «une véritable erreur». Donc, Dr Afridi, je pense bien à toi.

Sauf que maintenant, la question pour les US, c’est les pourparlers avec les talibans afghans, et pour ce faire, il faut dealer avec le Pakistan.

Alors, le Dr Afridi peut bien croupir en prison. Obama est passé à autre chose, et puis, il été tellement drôle l’autre soir au dîner annuel des corres­pon­dants à la Maison Blanche. Si le Dr Afridi a la télé dans sa cellule, il a dû apprécier.

1171-BENEDICTE.jpg

Commentaires

  • Je comprends qu'un journaliste choisisse cette manière-là d'écrire, mais je m'inquiète parfois, devant le niveau dramatique de mes élèves en français, de ce que plus personne ne sache écrire dans un style correct, disons classique.
    Du point de vue philosophique, j'ajouterai que le respect de la forme d'une langue : grammaire, vocabulaire, n'est pas du luxe quand on rédige pour le grand nombre.
    Malgré cela, votre information demeure utile et intéressante.

  • Sinon les agissements du duo Assad / Poutine en Syrie, les strikes sur les hôpitaux, les sièges qui affament les populations civiles, les bombardements au baril, les opposants qui il est vrai ne croupissent plus en prison puisqu'ils ont disparu, etc., toujours pas la peine d'en dire un mot ou deux ? D'autant qu'il y a sûrement moyen d'essayer de faire porter le chapeau à Obama.

  • Le pauvre Assad qui se défend contre une invasions étrangère n'a pas les coordonnées GPS des hopitaux d'Alep. C'est donc par mégarde que les bombes tombent dessus ces jours. Le syndicat des pédiatres, dont les membres entravent l'effort de défense nationale en dispensant des soins à ces futurs rebelles extrémistes que sont les nourrissons, devra-t-il s'expliquer sur son attitude ?

  • J'ai fêté ça en sifflant 5 bud' bien fraiches,

  • hohoho : "il y a sûrement moyen d'essayer de faire porter le chapeau" : effectivement, y en a qui réussissent au-delà de la décence. Exemples :
    Les ADM de Saddam, chapeau.
    Les 2000 victimes de Kadhafi au début de la destruction de la Libye, chapeau.
    Les centaines de milliers de victimes des horreurs syriennes presque toujours attribuées en bloc, de même que l'apparition de l'EI, le gazage au sarin à la Ghoutta etc, en bloc disais-je au dictateur.
    Le 11 septembre, attribué à tant d'affreux plus ou moins avérés, et bien sûr épisodiquement aux saoudiens (cf les 28 pages) : chapeaux.
    Et quelques autres boucs émissaires pris dans le tourbillon de la communication de guerre. Qu'ils tettent encor leur mère ou qu'ils n'aient pas la rage, ce ne sera pas un problème s'il faut les tuer.

  • Ok mais à mon humble avis il serait bon que la réussite des uns n'éclipse pas celle des autres. Parce que si le topo c'est, on ferme sa gueule sur la stratégie et les horreurs d'Assad sous un prétexte ou un autre, pratique, stratégique, idéologique, tout ce que vous voulez, ben il me semble qu'on n'est plus tellement crédible lorsqu'on s'offusque de la mort de quiconque.

  • A Alep, c'est la guerre, et donc la propagande de guerre

    Ci dessous le témoignage d'un pédiatre d' Alep

    http://arretsurinfo.ch/alep-linformation-mensongere-continue-par-nabil-antaki/

  • Et bien sûr le témoignage du directeur de l'hôpital Al Qods, ça ne compte pas ?

    http://www.europe1.fr/international/hopital-bombarde-en-syrie-le-pilote-savait-exactement-ce-quil-faisait-2734852

    Mais ça vaut pas un clou bien sûr, encore la CIA, j'ai bon ?

    Au fait il est pédiatre Nabil Antaki ?

    C'est consternant. :(

  • hohoho : bien sûr, ça compte.
    Mais... comme l'hôte de ce blog le rappelle opportunément avec l'horreur de Kunduz, l'occident si moral n'hésite pas à s'attaquer sciemment à un hôpital : quand un autre hôpital est attaqué, nos radios qui y dénoncent (avec raison) un crime odieux... le mettent très vite sur le dos d'al Assad. Et pendant ce temps, Obomba envoie officiellement des centaines de soldats US en Syrie, et livre des armes pour continuer d'appuyer les putschistes. Or il avait de nombreuses fois promis de ne pas mettre les "boots on the ground". Or sa décision est absolument criminelle au regard des lois internationales, et annonce bien plus de morts encore.
    La coalition wahhabite et occidentale ayant menti à répétition dans cette affaire, l'accusation qu'elle profère ne doit pas être encore une fois avalée tout rond, au moment précis où un crime odieux fait manifestement le jeu de l'ingérence impérialiste.
    Cela fait suite à d'autres mensonges bien connus. Ainsi les flopées de camions de pétrole Daesh passées pendant des mois sous l'oeil (bienveillants satellites de l'OTAN !) de nos faux sauveurs des Syriens, faux sauveurs des Kurdes avaient permis de faire fonctionner les mercenaires terroristes jusqu'à ce que les bombes russes y mettent le holà, pourtant l'armée française dépensait là-bas nos impôts sous prétexte d'éradiquer les terros : faux prétexte.
    La propagande, surtout la plus horrible, ne nous permet pas de comprendre. C'est tout.

  • je crois que sa condamnation n'est que de 23 ans
    mais une seule journée en taule est une de trop
    si les amerloques étaient si désireux de coxer oussama , ils auraient pu , tant qu'à faire, payer le pack complet et extraire le facilitateur ( sur lequel ils ont quand même dû exercer un petit chantage , tels qu'on les connaît , pour parvenir à leurs fins )

    effectivement , on se demande qui leur fera confiance lorsqu'il s'agira de coxer le boss du derche ...probablement personne, ou alors faudra qu'ils exercent un très gros chantage pour parvenir à leurs fins

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu