Avertir le modérateur

Scandale : Le Pape François canonise une femme voilée

Alors que notre vaillant gouvernement défend une Marianne au sein nu et les cheveux au vent, (tur)luttant pour l’égalité civile des femmes acquise en 1789 (Euh, en fait 160 ans plus tard, en 1945...), le Ministère des Valeurs de la République a tenu à dénoncer la provocation du Pape François qui a décidé de la canonisation d’une femme voilée, et voilée de la tête au pied, marquant l’affaiblissement de la femme. Le choix sournois d’un communautariste rampant...

75874_mere-teresa-aureole-fond-bleu_650x380.jpg

Commentaires

  • Sœur Theresa est voilée car c'est une religieuse, et en tant que telle elle porte les marques de son vœu monastique.
    En 1931, Agnès prit le voile et devient Sœur Teresa en l'honneur de la nonne canonisée Teresa de Lisieux, qui était connu pour sa compassion et de bonté. Bientôt l'Ordre envoya Sœur Teresa à Calcutta ...

    Rien à voir avec ces femmes totalement sécularisées, qui pour la plupart ne portaient rien il y a encore quelques années, et qui décident -sous l'influence de barbus de leur entourage, qui ne sont rien d'autre que des gourous d'un nouveau type, de se transformer en cloches à fromage... Si encore elles étaient en blanc à liseré bleu...

    Soyons sérieux 5 min, Gilles...

  • @Longlongjohn
    Vous faites semblant de ne pas comprendre que le billet de Gilles est du second degré ?

  • XC, je n'en suis pas si sûr que ça, et à vrai dire je suis même sûr du contraire...
    Le mieux placé pour clarifier serait Gilles, mais il ne le fera pas, car en réalité Gilles travaille au 3ième degré, qui entretient l'ambiguïté et organise l'ascenseur entre les 2 premiers.

    Et même si c'est du 2ième degré, mon post vaudra au moins pour ceux qui le voient au premier degré.
    Cordialement

  • Et sur l'échelle de Jacob, sur quel degré la religieuse plaçait-elle ses victimes lorsqu'elle les condamnait à subir la souffrance ("baiser du Christ") en les soignant par dessus la jambe ?
    Les degrés des bains administrés aux mourants détenus étaient, quant à eux, maintenus fort bas.
    Puisque qui aime bien châtie bien, mettons, avec nos médias dévotieux, un voile pudique là-dessus.

  • On voit bien son visage.

  • Un article très intéressant de chercheurs canadiens récapitule fort bien les aspects particulièrement troublants de Mère Teresa : (Larivée et al., 2012) dans Sciences Religieuses [http://www.atrio.org/TeresaCalcuta.pdf] :

    - 1) Une quasi-absence de critiques: Moins de 1% des documents (5) des ouvrages publiés sur Mère Teresa (>500) font état de critiques. D’autant qu’elle est rentrée dans le langage commun : "Sa réputation est telle qu’il n’est pas rare d’entendre, à propos d’une personne très charitable, qu’elle est une véritable Mère Teresa".

    - 2) Loin de la compassion et de la bonté, une mentalité archaïque et sadique au service des puissants : « Il y a quelque chose de très beau à voir les pauvres accepter leur sort, à le subir comme la passion du Christ. Le monde gagne beaucoup à leur souffrance » déclarait Mère Teresa, rapporte le journaliste Christopher Hitchens. Curieuse application de ses prédications pour cette femme soignée en soins palliatifs dans un hôpital ultramoderne de Californie (à la Jolla) en janvier 1992. "Aux yeux de Mère Teresa, la pauvreté, la souffrance et la mort sont de belles occasions de s’unir à Dieu et de partager la passion du Christ (Mère Teresa, 1985)".

    - 3) Une opposition forcenée à l’avortement, à la contraception et au divorce. Exemple stupéfiant : Lors de la réception du prix Nobel de la Paix en 1979, elle déclare : "Je pense que la chose la plus destructrice de paix aujourd’hui c’est l’avortement, car c’est une guerre directe, un assassinat direct - un meurtre commis par la mère elle-même" (I feel the greatest destroyer of peace today is abortion, because it is a direct war, a direct killing – direct murder by the mother herself)...voilà et c’était par dessus tout à propos des femmes bosniaques violées par les Serbes et réclamant un avortement ! Rien à voir donc avec une femme endoctrinée et totalement sécularisée...

    - 4) Un culte de la sujétion et de la souffrance. Les chercheurs notent que les maisons de charité sont en réalité des "maisons de mourants" : "Fox (1994), un médecin américain en visite à Calcutta, observe deux catégories de personnes qui fréquentent le mouroir : deux tiers d’entre elles n’ayant pu être soignées ailleurs, espèrent y trouver un médecin ce jour-là ; l’autre tiers agonise sans recevoir les soins appropriés. Au fil des ans, 86 170 personnes ont été admises dont 34 815 sont mortes (Thomas, 2010). Pas si étonnant : « Lorsqu’un patient nécessitait une opération, on n’appelait pas le taxi (l’ambulance) pour l’envoyer à l’hôpital le plus proche, sinon il faudrait le faire pour tous les autres ! On le préparait à mourir chrétiennement [ ... ] toujours sans antidouleur » (!) Un bien admirable vœu monastique.

    - 5) Généreuse en prières, avare en aide réelle: Mère Teresa drainait des millions via son organisme. Elle reçoit notamment 1 250 000 dollars du magnat Charles Keating "volés à de petits épargnants", qu’elle défendra comme "ami des pauvres" malgré les accusations du procureur général américain Paul Turley. Parmi toutes les inondations majeures subies par l’Inde dans les années 90, l’incendie de la veille de Noel 95 ou encore la catastrophe de Bhopal, Mère Teresa et son organisme se contenteront de prières et de médailles de la Vierge Marie. "À la limite, travailler à contrer la misère revient à travailler contre Dieu" en viendrait-on à penser. En réalité avec l’argent reçu par les "Maisons de la Charité" (MC) (sic), on aurait pu "doter toute une partie de l’Inde d’un système de soins de santé moderne et gratuit. Les MC ont préféré disperser parmi la pauvreté du monde entier de petits orphelinats, des mouroirs le tout conçu selon la manière dont les riches s’imaginent le rôle des pauvres sur terre, et surtout pas ‘matérialiste’ » (Hitchens, 1995).

    - 6) Adepte des fréquentations malsaines: Elle reçoit en 1981 la Légion d’honneur d’Haiti des mains du dictateur Duvalier. "À cette occasion, elle affirme sans ambages que Jean-Claude Duvalier (Bébé Doc) et sa femme Michèle non seulement « aiment les pauvres », mais sont « adorés d’eux » " (!). Tout cela étant sublimé par la négation totale de l’action politique : « C’est une perte de temps pour moi de dire au gouvernement quoi faire. Mon affaire, c’est l’individu ; je ne peux aimer qu’une personne à la fois, et c’est le Christ » déclare t-elle dans La Croix, le 5 avril 1980. Si toutes les femmes pouvaient suivre son exemple...

    Bref, "la mission de Mère Teresa était de témoigner de sa foi et de répandre la religion catholique à travers le monde en valorisant la pauvreté, plutôt que de faire prévaloir le droit et la justice dans ses zones de mission comme le font d’autres chrétiens ailleurs".

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu