Avertir le modérateur

Pas encore élu, Juppé est déjà un bon bourrin sarkozyste !

N’écoutant que mon courage, j’ai lu – et oui ! – un texte d’Alain Juppé. Heureusement pour mes neurones, il s’agit d’un texte court, à savoir la lettre d’amour d’Alain aux policiers.

les-pieds-au-lit.jpg

- Mais, Alain, pourquoi tu ne parles qu’aux policiers ? Les gendarmes n’existent pas ?

- Ecoute, lâche-moi, je suis en plein exercice d’incarnation de la France, alors….

Le texte du futur président commence ainsi :

« Mesdames, Messieurs,

« A vous tous qui chaque jour, parfois au péril de votre vie, assurez la sécurité de vos concitoyens avec courage et dignité, je veux dire mon admiration et ma reconnaissance ».

Toute mort prématurée est un drame, et pour la police, le chiffre est en moyenne d’une dizaine de morts par an. C’est beaucoup, et c’est trop. Mais si Alain aborde cette carte, il doit être correct, et donner aussi le chiffre des accidents mortels du travail, soit 500, dont une grande part dans le bâtiment.

- Dis donc, Alain, alors tu vas écrire aussi une lettre d'amour aux salariés du bâtiment, qui risquent leur vie au quotidien sur les chantiers ?

- Ecoute, lâche-moi, je suis en plein exercice d’incarnation de la France, alors….

On continue avec la légitime défense, gros succès d’audience assuré.

« Aujourd’hui, le cadre de la légitime défense n’est pas clair, ce qui vous place dans une situation dangereuse où, même lorsque votre intégrité physique est menacée, vous hésitez à faire usage de votre arme. Cette situation n’est pas acceptable, le cadre de la légitime défense doit être clarifié pour les policiers, à l’exemple de ce qui existe pour les gendarmes »

- Là, Alain, tu déconnes à plein tube. Le droit est parfaitement clair, rodé par des années de pratique et de jurisprudence, et tu sombres déjà dans le délire sarkozien de bidouiller les textes pour faire de la com’. La base pour les policiers et pour les gendarmes, c’est la loi, et donc la légitime défense (Code pénal, art. 122-4) et – tu l’oublies – l’état de nécessité (Code pénal, art. 122-7). Dans le cadre du maintien de l’ordre public, policiers comme gendarmes peuvent faire usage de la force si des violences sont exercées contre eux en cas d'attroupement (Code pénal, art. 431-3 et Code de la sécurité intérieure, art. 211-9 et D. 211-10 s.) Les militaires de la gendarmerie peuvent déployer la force armée dans les cas énumérés à l’article L. 2338-3 du Code de la Défense, notamment pour empêcher la fuite d’une personne, après sommations, et s’il n’existe aucun autre moyen. Une petite différence réduite a peu de choses, car la jurisprudence nationale et européenne a largement harmonisé ces régimes, qui reposent au final sur une base claire : absolue nécessité et proportionnalité. Et on retrouve tout cela dans le Code de déontologie de la police nationale et de la gendarmerie nationale. Donc, Alain, qu’est ce qui est flou, et qu’est-ce que tu veux changer ?

- Ecoute, lâche-moi, je suis en plein exercice d’incarnation de la France, alors….

- Tu parles, tu t’incarnes en aspirateur à voix de flics, avec des promesses neuneu.

meilleur-aspirateur.jpg

On continue ?

« Redonner sa crédibilité à la réponse pénale : à quoi bon dépenser votre énergie à arrêter les délinquants si la justice n’est pas en mesure d’apporter la réponse pénale appropriée ? Je propose de rétablir les peines planchers supprimées par l’actuel Gouvernement, d’abaisser le seuil au-delà duquel les peines de prison ne peuvent être aménagées et de supprimer les réductions automatiques de peines ».

- Wahou, arrête Alain, là tu fais du sous-Sarko de première année ! Alors, toi aussi tu entretiens le mythe de la vilaine justice qui bloque l’action des policiers ? Je te croyais un peu plus costaud. Et le retour des peines-plancher… qui n’ont jamais existé car elles seraient inconstitutionnelles, la base étant l’individualisation de la sanction par le juge, sachant que toute sanction excessive viole le droit et devient une pépinière de la délinquance.  

Et ça continue.

« Ce réarmement pénal sera vain si nous ne retrouvons pas la capacité à incarcérer, aujourd’hui entravée par la surpopulation carcérale : je construirai 10 000 places de prisons sur 5 ans ».

Le « réarmement pénal », c’est un autre TOC – trouble obsessionnel compulsif – de la maison Sarko. Parfaitement nul alors qu’il n’y a jamais eu autant de détenus en France. Dans ce discours de bon bourrin, Alain encourage le propos de bistrot sur la prison qui protège, alors qu’en termes de lutte contre la délinquance, les seules questions pertinentes l’alternative à la prison et la sortie de prison pour éviter la récidive. Tout le reste est du blabla pour exciter les demeurés sécuritaires.

- Dis, Alain, tu as tellement soif de voix que tu vas patauger dans ce miasme, ou persuadé de gagner la primaire, tu t’occupes déjà de récupérer les voix de Sarko ?

- Ecoute, lâche-moi, je suis en plein exercice d’incarnation de la France, alors….

Incarnation-2...jpg

Commentaires

  • Pas de prison pour éviter la récidive, mouarf plus angéliste tu meurs,

  • Merci Gilles,
    Très bonne piqure de rappel.
    Alain Juppé confirme un mépris inquiétant du droit et de la sûreté des personnes. C'est assez grave venant d'un ancien premier ministre. Il est loin d'être le seul.
    Mais bon, à gauche, avec le TES et les confidences du président, on ne reçoit pas de signes plus encourageants.
    Un conseiller présidentiel m'a un jour dit que les responsables gouvernementaux ne comprennent rien à la finance et au droit. Même les enseignants en droit l'oublie quand ils deviennent ministre (cf. Urvoas à propos du TES)
    Lire Alain Supiot et demander l'asile à la République de Saint Marin ? Il n'y aura pas de place pour tout le monde (le service d'immigration canadien est débordé de demandes depuis l'annonce du résultat des présidentielles US...)

  • So what ou plutôt So who ?

    Tout ça renforce ma conviction que le "salut" ne peut et ne doit pas venir d'une personne qu'on espère providentielle (désillusion garantie) mais d'une nouvelle Constitution laissant moins de place à la délégation sans contrôle et à la professionnalisation de l'engagement politicien.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu