Avertir le modérateur

Jean-Claude Guillebaud : La calomnie était en effet « dégueulasse »

En allant voter hier matin, Juppé a expliqué son apaisement d’avoir lu, enfin, un article de presse expliquant comment il a fait l’objet d’une campagne « dégueulasse ». Ce faisant, Juppé citait un billet de Jean-Claude Guillebaud, dans Sud-Ouest. Voici ce texte, et jugez sur pièces.

2048x1536-fit_27-novembre-2016-alain-juppe-discute-electrice-lors-vote-deuxieme-tour-primaire-droite-centre.jpg

La calomnie était en effet « dégueulasse »

Il arrive des moments où un événement médiatique vous fait enrager au plus haut point. D'un seul coup, adieu les considérations politiques, adieu les réserves d'usage. On est révolté, scandalisé. Le dégoût l'emporte sur le reste. Écrivant cela, je pense à la calomnie dont Alain Juppé a été victime ces dernières semaines. La plupart des médias - « Sud-Ouest » en tête - ont jugé grotesque cette attaque relayée avec complaisance par les réseaux sociaux. Le maire de Bordeaux y fut accusé de complaisance, voire de connivence, avec les islamistes.

C'était fou, cet « air de la calomnie », pour citer le célèbre passage du « Barbier de Séville ». De fait, il a couru, couru encore et rebondi d'un tweet à l'autre à la faveur de l'irresponsabilité ambiante. J'avais des raisons personnelles de m'y intéresser. Le personnage qui est au centre de cette affaire mérite notre estime, et la mienne lui est acquise. Il s'agit de l'imam Tareq Oubrou, que j'apprécie depuis une dizaine d'années et avec qui j'ai maintes fois débattu en public. J'ai donc été destinataire de ces messages Internet qui, à travers lui, visaient Alain Juppé, rebaptisé « Ali Juppé ».

Tareq Oubrou, menacé par les islamistes mais assez courageux pour refuser la protection policière qui lui fut proposée, incarne un réformateur de l'islam. De ceux dont notre cohésion nationale a besoin. Que lui reprochent donc ses ennemis jurés ? Une chose simple : d'avoir eu, jadis, des sympathies pour les frères musulmans. Ce passé lui collerait donc à la peau ? Mais les crétins qui raisonnent ainsi - et dont certains entretiennent des liens troubles avec l'extrême droite - se rendent-il compte de ce qu'ils disent ?

En France, nombreux sont les grands intellectuels - médiatiques ou pas - à être passés, dans leur jeunesse, par le gauchisme, voire le maoïsme ou le stalinisme : Alain Finkielkraut, Bernard Guetta, Edgar Morin, François Furet, Philippe Sollers, Michel Foucault, Jean-Pierre Vernant et tant d'autres. Songerait-on à leur en faire rétrospectivement reproche ? Bien sûr que non. Certains d'entre eux sont même devenus des figures talentueuses de la droite conservatrice. Alors ? Ce qui est acceptable pour un « Français de souche » (affreuse expression) serait donc abominable quand il s'agit d'un Français de confession musulmane ? Péché de jeunesse d'un côté, crime inexpiable de l'autre. Au secours !

Il y a plus grave. Parce qu'il avait évoqué - pour s'en étonner - la reprise par des sites sionistes de cette calomnie imbécile, Juppé s'est vu accusé de mensonge et, au final, d'antisémitisme. On devine la portée de cette calomnie en pleine campagne pour la primaire de la droite et du centre. Le mot « calomnie » s'impose, en effet. On doit à mon confrère Claude Askolovitch d'avoir montré que Juppé ne mentait pas du tout. Dans un article paru le 29 octobre sur slate.fr, il citait le site Europe-Israël, qui, en accablant Tareq Oubrou, visait explicitement le maire de Bordeaux (www.europe-israel.org).

Europe-Israël recommandait de « diffuser largement » cette « révélation », car elle éclaire, ajoutait-il, sur ce « musulman modéré » et son lien d'amitié avec Alain Juppé. « Dans le contexte de la droite, écrit Askolovitch, ceci est fait pour tuer. Cette opération mobilise la fachosphère, mais pas seulement. Elle est l'occasion d'une connexion entre le sarkozysme, ses marges et l'extrême droite. »

Au-delà de ces imbécillités, on est effaré de voir quel torrent d'injures, de menaces et de formules méprisantes aura circulé via Twitter ou Facebook. Que l'on soit ou non partisan de sa candidature, il est difficile de ne pas approuver Alain Juppé d'avoir parlé d'« attaques dégueulasses » pour évoquer pareil flot de boue. Le dictionnaire Larousse donne de l'adjectif cette simple définition : « Répugnant moralement ; ignoble, révoltant. » En effet.

Commentaires

  • Cela illustre toute la superfiacilité de l'électorat de François Fillon et du confusianisme qui a fait son succès. Ignorance et préjugés.

    Guillebaud commet peut-être une erreur en qualifiant " Tareq Oubrou (de) réformateur de l'islam. ".

    Ce n'est pas un "réformateur". Il propose une interprétation, pas une "réforme". Le qualifier de "réformateur" ne peut que susciter le rejet d'une part des croyants.

    Le travail de Tareq Oubrou n'est pas isolé.

    Il rejoint, par exemple, celui d'Omar El Kadi :

    " Le Tafsir ou le commentaire des versets coraniques est un exercice intellectuel réservé aux savants et érudits de l’islam. Le Cheikh Omar El Kadi publie un Tafsir à l’attention des non musulmans. Professeur de Sciences islamiques à la célèbre université d’Al-Azhar au Caire, Omar El Kadi est un Egyptien francophone et francophile. "

    http://www.saphirnews.com/Un-Tafsir-du-Coran-pour-les-non-musulmans_a1293.html

    Cela montre clairement l'erreur des électeurs qui adhèrent aux préjugés que banalisent Zemmour, De Villiers, Ménard, sans que personne ne s'étonne de leur incompétence théologique qui méprise aussi le principe de laïcité (ce qu'ont fait aussi Juppé et Fillon en se réclament du pape François ! Et de voter pour le pape, seul un miracle pouvant sauver la fille aînée de l'Eglise ?).

    L'émotion sur le dernier roman de Houellebecq contraste paradoxalement avec le silence à propos de l'ineptie du débat politique, alors que la faillite de l'Etat relève bien plus de la seconde que d'un romancier. La France se passionne pour les tempêtes de verre d'eau et se désintéresse des grandes catastrophes. Superficialité et apparences.

    Le mot réformateur est enfin très connoté.

    Il renvoie au discours de Valls, Macron et autres promoteurs d'un crypto néo-libéralisme, qui affirment, comme Fillon, la nécessité à réformer, au mépris des droits de l'Homme, de la constitution et de la légistique.

    Les élections sont très ouvertes pour 2017. Aucun candidat n'est sérieux.

  • La victoire de Fillon est suffisamment importante pour qu'on doive imaginer qu'il se passe quelque-chose d'irrémédiable dans la société française et que ce retour au traditionnel, au catholicisme, à la discipline, est peut-être une réponse à d'autres bouleversements sociétaux récents, largement encouragés par une certaine frange de la société qui ne peut sortir une analyse sociétale sans les termes islamophobie, racisme et fascisme.
    Fillon a un programme qui est tout sauf vide, c'est pourquoi il peut battre Le Pen sur son terrain. Mais bon on est souvent surpris ces derniers temps.

  • On est dans une démocratie médiatique et affective, et attention aux surprises à venir

    Après ce qui vient d'arriver, Hollande doit se demander s'il a bien fait d'accepter de se plier à la primaire...

  • Hollande prendrait une des meilleures de ses décisions en renonçant de briguer sa suite, sinon il va gôuter au ridicule.

  • Un déjeuner où Manuel Valls a très dignement avalé son chapeau
    Le Point - ‎il y a 57 minutes‎

  • Sofana Dahlan avocate à Jeddah en Arabie saoudite s'engage pour la modernisation des lois religieuses

    à 11'15" sur le lien : http://www.arte.tv/guide/fr/063634-000-A/les-femmes-en-arabie-saoudite

    " La charia est souvent mal interprétée de nos jours. On s'arrête à des passages de versets que des gens ont sortis de leur contexte et qu'ils ont interprétés de manière à servir leur propre intérêt, leur propre délire. Ces gens se cachent derrière la charia pour prêcher et donner des leçons de morale. Le concept de tuteur par exemple est utilisé de manière complètement abusive. Etre tuteur signifie que vous avez la responsabilité de subvenir aux besoins des femmes. Pas que vous allez les contrôler et les mener à la baguette. Et cela vaut pour beaucoup d'autres choses. Aujourd'hui, ils disent que les femmes n'ont pas le droit de travailler. Et bien le premier modèle de femme était la première épouse du prophète Mahomet, Khadija. C'était une femme d'affaires très puissante. C'est elle qui l'avait demandé en mariage et elle l'a toujours soutenu financièrement. Alors qui était le tuteur, là ?"

  • ha charia charia charia, les aristocrates à la lanterneu,

  • J'avais zappé ce billet de Causeur. Il n'est jamais trop tard.

    http://www.causeur.fr/alain-juppe-droite-sarkozy-fillon-41348.html

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu