Avertir le modérateur

  • N’oubliez pas que Hollande est Président de la République

    Demission-du-general-de-Gaulle_timeline-event-slider.jpgHollande se déclarant candidat sans passer par la primaire ? C’est la seule solution réaliste.

    1/ Le processus n’est pas prêt

    Commençons par le plus basique, mais décisif : le processus n’est pas prêt. La primaire est soit-disant programmée pour les 22 et 29 janvier. Les candidats ont jusqu’au 15 décembre pour se déclarer. En toute logique, Hollande, qui vient de magistralement moucher Valls et Bartolone en deux minutes par une suave méthode à l'édredon, va maintenant attendre le dernier moment. Sauf que le 15 décembre, ce sont les fêtes de fin d’année. Bref, pas de campagne crédible avant le 5 janvier, pour voter le 22 ? Y’aurait pas un p’tit problème ? Laissez-moi rire… Et un nombre de bureaux de vote prévu en baisse (- 20%), ouvrant vers une participation en baisse, alors que c’est le premier critère, après les 4 millions d’électeurs de Droite...

    2/ La «  Belle Alliance » ou le PS ?

    La primaire, c’est celle de la « Belle Alliance », « Belle Alliance » qui est la réunion de toutes les composantes de la Gauche. Très bien, sauf qu’à part le PS, personne ne veut de cette primaire : ni Mélenchonne – qui vient de recevoir le soutien du PC –, ni Jadot pour les écolos, ni Sylvia Pinel pour les Radicaux de Gauche, ni l’inénarrable Macron pour les divers Gauche (qui ont toujours été bien à Droite). L’argument des soldats de Hollande est tout trouvé : « Il était d’accord pour une primaire de la Belle Alliance, mais pas pour une primaire PS ».

    3/ Les prétendants ne font pas la maille

    Au PS, pas un ne fait la maille. Montebourpif, Hamon (de sa Dame), Lienemann, Filoche,… et l'immature Macron. Je ne les dirais même pas « flottant dans le costume »… De la pure illusion. Non, mais vous imaginez Hamon (de sa Dame) téléphoner à Trump et Poutine pour leur parler de la place de la France dans l’OTAN ? Et Montebourpif le vendeur d’étagères… Ce sont des sangsues rêvant de bouffer du Hollande pour récupérer quelques points de notoriété… Il est sûr que ce looser de Valls qui, avec 5,63% à la primaire de 2012, s’est retrouvé Premier ministre, ça donne des envies.

    4/ Une primaire pour exploser Hollande

    Si Hollande se présentait à ce qui serait « la primaire du PS », ça serait pour un jeu de massacre, pas la peine d’insister. Il sortirait en lambeaux. Les consignes d’état-major seraient du vent dans le ciel.

    5/ L’obligation de préserver la fonction présidentielle

    N’oubliez pas que Hollande est Président de la République. Je suis opposé au principe de l’élection présidentielle, car il serait bien préférable que ça passe par les partis – avec toutes les responsabilités que ça crée – comme en Grande-Bretagne ou en Allemagne. Mais en attendant, nous avons cette catastrophique présidentielle léguée par le général à titre temporaire de Gaulle, c’est un fait. Alors, question à tous ceux qui rêvent de dézinguer Hollande : on gouverne comment la France, en état d’urgence et en « guerre contre le terrorisme », avec un chef de l’Etat éliminé à la primaire du PS avec 10 % des voix, soit 5% à Gauche, soit 2,5% dans le pays ?

    6/ Tradition gaulliste : un homme face au peuple…

    N’oubliez pas que Hollande est Président de la République, et avec notre constitution arriérée, le mec fait ce qu’il veut qu’il veut quand il veut. Le jour qu’il jugera bon, Hollande se déclarera candidat, sans même dire un mot de la primaire. Et tous ceux qui nous saoulent aujourd’hui avec leurs petits cris feront camembert. La prétention ruinée en une minute... parce que tous idolâtrent cette fonction présidentielle, et ils n’auront donc pas un mot pour l’affaiblir : Hollande qui se présente face au peuple et renvoie les partis à la niche, c’est le nec plus ultra de la lecture gaulliste. L'électeur n'a pas le choix,... mais est-ce qu'un électeur de Gauche vote Fillon ? Un Fillon ralenti par Bayrou.

    7/ Un sucre d’orge pour Camba

    Cambadellis ne sera pas content, mais Hollande, lui, sera bien content de s'imposer face à ce vieux trotskiste, copain du trotskiste Jospin. Et quand le président de la République aura annoncé qu’il se présente directement devant les Français, pour l’unité du peuple, pour la défense du modèle social, il prendra ensuite 5 minutes pour téléphoner à Cambadélis et l'assurer qu’il le soutiendra au prochain congrès du PS. Ce qui rendra définitivement le sourire à Cambadélis.

     

  • Le modèle social président

    Fillon était lundi soir au jité de France 2. Pour triompher de sa jolie victoire ? Non,… pour défendre la Sécurité sociale : « Je le dis ce soir, je prends l'engagement de faire en sorte que toutes les personnes qui doivent être protégées, qui ont des revenus modestes ou moyens, ne seront pas moins remboursées demain qu'aujourd'hui. L'objectif, c'est de regarder s'il n'y a pas, sur certains types de soins, des personnes qui ont des revenus convenables qui peuvent participer un peu plus».

    - Wahou, Fillon, t’as rejoint le Parti communiste, et tu veux faire payer les riches... Fais gaffe à nos lèvres gercées, t’es trop drôle.

    assurance-maladie.jpg

    En 2001, séguiniste défroqué et insipide, Fillon est recruté par Raffarin comme ministre des Affaires sociales. Un bilan plus que moyen, et une branlée aux régionales de 2004,… mais Raffarin lui offre une bouée de sauvetage comme ministre de l'Éducation nationale. Va suivre une réforme Fillon que tout le monde a oublié, sauf lui. Arrive le référendum européen, en mai 2005, pour lequel Fillon soutient le « oui », trahissant Séguin, avec le résultat que l’on sait. Raffarin démissionne et laisse la place au bellâtre Villepin, qui reprend Sarko au gouvernement, mais vire l’inutile Fillon. Lequel vexé comme un pouls explique que « on ne souviendra de rien du mandat de Chirac, sauf de mes réformes ». Ah bon ?

    Quand Sarko se déclare contre Villepin, il prend comme collaborateur ce rescapé. Collaborateur qui va tout approuver et tout signer pendant une campagne et un quinquennat, même sa propre humiliation. 

    Et on se retrouve en 2016. Tricard dans les sondages, il a besoin d'un positionnement marketing. Toutes les places enviables étant prises, il se résout à l’incarnation de Thatcher, avec une déclaration d’amour à la Manif pour tous.

    La semaine dernière encore, Fillon voulait redéfinir les rôles respectifs de l’assurance maladie et de l’assurance privée, expliquant que les remboursements de l'assurance maladie allaient être réservés aux « affections graves ou de longue durée », le reste devant être financé par l'assurance privée. Et comme si ça ne suffisait pas, le mec annonçait la purge des patients « par l’introduction d’une franchise maladie universelle ». Donc tu payes, et on te soigne après.

    C’était samedi. Lundi, c’est déjà l’inverse. La France, c’est ça : un modèle social. Tu piges ? Quand tu es malade, on te soigne sans que tu paies, car tu as fait l’effort par tes cotisations, toi, tes parents, tes enfants ou tes amis. Loin des slogans aussi triomphateurs qu'avachis, la Sécu, c'est la forme vivante de la solidarité, et ça, c'est notre vie.

    Fillon est une mise bien incertaine... et on verra ce qu'il pèse face à un Hollande qui va se présenter,... sans passer par la primaire, j'en fais le pari. 

    Cpam_Fotolia_51576428_Chany167.jpg

     

  • Jean-Claude Guillebaud : La calomnie était en effet « dégueulasse »

    En allant voter hier matin, Juppé a expliqué son apaisement d’avoir lu, enfin, un article de presse expliquant comment il a fait l’objet d’une campagne « dégueulasse ». Ce faisant, Juppé citait un billet de Jean-Claude Guillebaud, dans Sud-Ouest. Voici ce texte, et jugez sur pièces.

    2048x1536-fit_27-novembre-2016-alain-juppe-discute-electrice-lors-vote-deuxieme-tour-primaire-droite-centre.jpg

    La calomnie était en effet « dégueulasse »

    Il arrive des moments où un événement médiatique vous fait enrager au plus haut point. D'un seul coup, adieu les considérations politiques, adieu les réserves d'usage. On est révolté, scandalisé. Le dégoût l'emporte sur le reste. Écrivant cela, je pense à la calomnie dont Alain Juppé a été victime ces dernières semaines. La plupart des médias - « Sud-Ouest » en tête - ont jugé grotesque cette attaque relayée avec complaisance par les réseaux sociaux. Le maire de Bordeaux y fut accusé de complaisance, voire de connivence, avec les islamistes.

    C'était fou, cet « air de la calomnie », pour citer le célèbre passage du « Barbier de Séville ». De fait, il a couru, couru encore et rebondi d'un tweet à l'autre à la faveur de l'irresponsabilité ambiante. J'avais des raisons personnelles de m'y intéresser. Le personnage qui est au centre de cette affaire mérite notre estime, et la mienne lui est acquise. Il s'agit de l'imam Tareq Oubrou, que j'apprécie depuis une dizaine d'années et avec qui j'ai maintes fois débattu en public. J'ai donc été destinataire de ces messages Internet qui, à travers lui, visaient Alain Juppé, rebaptisé « Ali Juppé ».

    Tareq Oubrou, menacé par les islamistes mais assez courageux pour refuser la protection policière qui lui fut proposée, incarne un réformateur de l'islam. De ceux dont notre cohésion nationale a besoin. Que lui reprochent donc ses ennemis jurés ? Une chose simple : d'avoir eu, jadis, des sympathies pour les frères musulmans. Ce passé lui collerait donc à la peau ? Mais les crétins qui raisonnent ainsi - et dont certains entretiennent des liens troubles avec l'extrême droite - se rendent-il compte de ce qu'ils disent ?

    En France, nombreux sont les grands intellectuels - médiatiques ou pas - à être passés, dans leur jeunesse, par le gauchisme, voire le maoïsme ou le stalinisme : Alain Finkielkraut, Bernard Guetta, Edgar Morin, François Furet, Philippe Sollers, Michel Foucault, Jean-Pierre Vernant et tant d'autres. Songerait-on à leur en faire rétrospectivement reproche ? Bien sûr que non. Certains d'entre eux sont même devenus des figures talentueuses de la droite conservatrice. Alors ? Ce qui est acceptable pour un « Français de souche » (affreuse expression) serait donc abominable quand il s'agit d'un Français de confession musulmane ? Péché de jeunesse d'un côté, crime inexpiable de l'autre. Au secours !

    Il y a plus grave. Parce qu'il avait évoqué - pour s'en étonner - la reprise par des sites sionistes de cette calomnie imbécile, Juppé s'est vu accusé de mensonge et, au final, d'antisémitisme. On devine la portée de cette calomnie en pleine campagne pour la primaire de la droite et du centre. Le mot « calomnie » s'impose, en effet. On doit à mon confrère Claude Askolovitch d'avoir montré que Juppé ne mentait pas du tout. Dans un article paru le 29 octobre sur slate.fr, il citait le site Europe-Israël, qui, en accablant Tareq Oubrou, visait explicitement le maire de Bordeaux (www.europe-israel.org).

    Europe-Israël recommandait de « diffuser largement » cette « révélation », car elle éclaire, ajoutait-il, sur ce « musulman modéré » et son lien d'amitié avec Alain Juppé. « Dans le contexte de la droite, écrit Askolovitch, ceci est fait pour tuer. Cette opération mobilise la fachosphère, mais pas seulement. Elle est l'occasion d'une connexion entre le sarkozysme, ses marges et l'extrême droite. »

    Au-delà de ces imbécillités, on est effaré de voir quel torrent d'injures, de menaces et de formules méprisantes aura circulé via Twitter ou Facebook. Que l'on soit ou non partisan de sa candidature, il est difficile de ne pas approuver Alain Juppé d'avoir parlé d'« attaques dégueulasses » pour évoquer pareil flot de boue. Le dictionnaire Larousse donne de l'adjectif cette simple définition : « Répugnant moralement ; ignoble, révoltant. » En effet.

  • Marcus Miller au North Sea Jazz Festival 2015

    Aaaah Marcus Miller… Le mec est vraiment en pleine forme, et ses concerts nous emmènent loin devant… Question grand jazz du moment, nous sommes au cœur du sujet. Virtuosité blindée par décennies de scène, culture jazz, créativité, son aussi suave que puissant,… et tous ces jeunes musiciens autour du boss : Alex Han au saxo, Lee Hogans à la trompette, Adam Agati à la guitare, Brett Williams au piano, Louis Cato à la batterie et Mino Cinelu aux percussions.

    Comme vous avez bien travaillé à l'école, c'est Noël avant Noël, avec des joyeux cadeaux dans vos petits souliers : B's River, Papa Was A Rolling Stone, We Were There (Hommage à George Duke et Joe Sample, fabuleux, à 27:00), Goree et TutuRendez-vous avec le monde quand il est beau.

    132531-une-miller-jpg_43034_660x281.jpg

  • Bayrou se prépare

    A part sur les sujets de société, tous nos joyeux candidats sont sur la même ligne, dès lors que (1) ils acceptent la  domination de la France par l’OTAN, (2) ils ont le même modèle économique, et (3) en arrivant au gouvernement, ils trouveront une dette explosée – avec les intérêts de la dette comme première dépense nationale – la croissance en berne, la menace du crack des banques vu leurs investissements qui ne reposent sur rien, et le chômage de masse. Donc, marge à quasi zéro.

    Alors, l’un ou l’autre – dès lors que Sarko n’est plus là – pas de quoi de se chauffer les neurones. On suit ça comme un feuilleton, en espérant de bons épisodes, quelques retournements de situation et de bonnes rigolades. Soyons en effet sérieux : Merkel va rempiler, et nous serons donc bien gouvernés. On se détend…

    Fillon va sortir en tête dimanche soir, mais sans écraser Juppé. Pour se faire identifier, Fillon s’est créé un personnage réac et libéral radicalisé, avec comme référence Miss Thatcher. Pourquoi pas… Les plans marketing ont leurs raisons. Mais bien sûr, ce positionnement bien à Droite va donner des ailes à Bayrou, qui rêve encore de la présidentielle de 2007, où il avait réuni 18,57 % des électeurs.

    Alors, avec un Fillon basculé vers la Droite, un Juppé out, une Gauche en lambeaux, et dans le contexte d’une opinion si volatile, Bayrou a une bien jolie carte à jouer. En réunissant les centristes, les électeurs de Gauche qui n’en peuvent plus de leurs leaders, et les électeurs de Juppé, et avec la carte si tendance de « l’anti-système » (quel gag !) il peut sortir en tête alors que le soufflé Fillon est destiné à retomber,… ou retrouver la délicieuse posture du faiseur de roi.

    - Le programme Fillon est dangereux et je suis prêt à faire alliance avec Hollande, mais attention, la Droite, ce sont mes amis… Lequel sera le plus généreux ? 

    Retroactu-7-novembre-1933-le-premier-gagnant-de-la-Loterie-nationale-empoche-5-millions-de-francs_width1024.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu