Avertir le modérateur

Incroyable mais vrai : Le blog solidaire d'El Blanco !

Le blog refuse toute violence, qu’il s’agisse de la claque d’un maire à un petit lascar ou du taquet d’un militant à un petit candidat. Donc, je ne peux que déplorer ce taquet. Dans une société démocratique, tout doit passer par le dialogue, et s'il le faut, l'affrontement judiciaire. Mais ce principe très simple, totalement acquis pour le blog, semble, ce soir, assez peu partagé

D’abord, je dois condamner la disproportion de la riposte ! Ridicule. Chacun a vu la scène. Il suffisait de tenir la main du mec pour cet impertinent taquet, alors qu’il a été violemment plaqué au sol, avec des cris et dans tous les sens, comme dans un mauvais film. Et une garde-à-vue… Et une plainte d'El Blanco... Donc, un fait peu signifiant est devenu très signifiant, en application du principe : « Je ne suis pas obligé de faire toutes les erreurs, mais quand même, je vais toutes les faire ».

Cela dit, la doctrine du blog est inderogeable : aucune violence d’aucune forme dans une démocratie. Aussi, notre service investigation est allé interroger nos grands responsables politiques, pour recevoir leur (unanime) réprobation (outragée).

La-journee-des-hypocrites.jpg

- Monsieur le Président, l’ancien Premier Sinistre, candidat à la présidentielle, été victime de violences corporelles, ce qui est inadmissible dans une démocratie. Quelle est votre réaction ?

- Euh, j’étais au théâtre avec Drucker, et je ne suis pas au courant.

- Monsieur le Premier Sinistre, l’ancien Premier Sinistre, candidat à la présidentielle, été victime de violences corporelles, ce qui est inadmissible dans une démocratie. Quelle est votre réaction ?

- J’avais une réunion pour sauver l’Europe face à Trump, et je ne suis pas au courant.

- Monsieur le Sinistre de l’Intérieur, l’ancien Premier Sinistre, candidat à la présidentielle, été victime de violences corporelles, ce qui est inadmissible dans une démocratie. Quelle est votre réaction ?

- Vraiment désolé, mais j’avais une réunion sur le retour des djihadistes, je ne suis pas au courant.

- Monsieur le Sinistre de la Défense, l’ancien Premier Sinistre, candidat à la présidentielle, été victime de violences corporelles, ce qui est inadmissible dans une démocratie. Quelle est votre réaction ?

- Où ça, en France ? Je suis totalement mobilisé sur ce qui se passe au Mali, en Irak et en Syrie, et je ne suis pas au courant.

- Madame et Messieurs les candidats à la primaire, l’ancien Premier Sinistre, candidat à la présidentielle, été victime de violences corporelles, ce qui est inadmissible dans une démocratie. Quelle est votre réaction ?

Et encore ?

- Madame la secrétaire d’État de l’aide aux victimes, l’ancien Premier Sinistre, candidat à la présidentielle, été victime de violences corporelles, ce qui est inadmissible dans une démocratie. Quelle est votre réaction ?

- S’il veut remplir un dossier, il peut contacter l’assistante sociale de son quartier.

20160226124026-ded05d47.jpg

Commentaires

  • Le père de Manuel Valls témoigne, à voir et à revoir :
    https://www.youtube.com/watch?v=hbloPajA_g4

  • Urgent:
    Flash: Réunion ministérielle demain matin à l’Élysée sur la mise en place du plan anti gifle dans les meetings.
    Le Gorafi

  • Live francetvInfo

    ""Bonjour Manuel, salut Manu, je pense que la claque en fait, on est 66 millions à vouloir te la mettre, enfin c'était juste trop bon, sans déconner."

    #PRESIDENTIELLE Giflé hier, Manuel Valls est l'invité de France Inter ce matin. Au cours de l'émission, un auditeur a appelé la radio pour dire au candidat à la primaire de la gauche ce qu'il pensait de cette agression physique. L'extrait est à écouter ici."
    https://soundcloud.com/user-571259105/valls-inter

    L'Insée rectifie: ce n'est pas 66 millions mais 67.

  • Le fou-rire du matin: c'est bien Poutine qui est derrière la vague de froid qui s'abat sur la France.

    https://fr.sputniknews.com/france/201701171029634597-froid-france-russie-poutine-twitter/

  • Magnifique plaquage en tous les cas,

  • Il aurait mieux valu l'enfariner pour faire une pâte feuilletée à huit plis ☺☺☺

  • Fichtre ! Quelle agression !

    Manuel Valls fait la claque pour faire parler de lui.

    Quelle gifle ? Qui l'a vue ? Ce n'est même pas une tentative de gifle. Quant au placage il est intervenu avec retard.

    C'est assez bidon quand on regarde les images. Du Max Pecas avec une " pecascade ".

    Manuel Valls Lamballe personne. Pour une fois que quelqu'un se manifestait pour lui donner un coup de main, voilà comment il est récompensé (comme avec Hollande, Ségolène, Fleur Pélerin, ...).

    Techniquement, c'est bien fait.

    Les caméra filment au sol.

    L'angle masque un public (très) clairsemé qui applaudit (il y a si peu de personnes qu'on peut compter les mains). Elle se fixe sur un jeune chevelu habillé de violet, un chauve saute sur le chevelu (par frustration ? A-t-il pris cette démonstration capilicole pour une provocation ? On ne sait pas). Puis plus rien. Fin du film. On Lamballe tout. Petit détail, on ne sait pas d'où ils sortent et ce qu'ils ont fait. La mairie ou le bistrot ?

    Politiquement, il faudra que le PS explique comment une telle absence de mobilisation permet à un candidat de se qualifier au premier tour...

    De fait, il n'y a (presque) personne (50 personnes ?). Encore moins qu'à Clermont Ferrand et à Liévain. Sans parler du jet de l'éponge de Manuel Valls à se rendre à Rennes par la crainte d'émeutes. Entendre maintenant Manuel Valls pérorer qu'il n'a pas peur d'aller au contact fait sourire. Un poilu, un velu, un vieux de la vielle, le Manu (militari ?)

    Les 37 secondes de vidéo permettent d'éclipser son bilan et son (absence de) programme pour lui permettre de parler de lui sans évoquer le fond. Bravo ! Manuel Valls est parfait dans la mise en abimes de lui-même et son instrumentalisation pour créer de la tension dramatique.

    Et il n'y va pas de mainmorte.

    Il invoque carrément une agression d'un militant d'extrême-droite.

    N'est-ce pas un peu insulter la mémoire de Clément Méric ?

    Qui a d'ailleurs pu informer Manuel Valls - sur les opinions de celui qu'on désigne comme son agresseur - sans violer l'article 11 du code de procédure pénale ?

    A moins que, dans le mouvement - puisqu'on ne voit pas - le jeune lui ait aussi donné sa carte de visite, sa fiche S, son relevé d'information des RG, voire tout le dossier, toute une cantine de documents compromettant (il était suivi et surveillé depuis sa naissance pour avoir lancé son premier cri en gaélique). Cette version est parfaitement plausible après une consommation immodérée de Chouchen. Et comme on ne sait pas si les officiels sortaient d'un bristot, la plus grande des circonspection s'impose.

    En effet, au delà du jugement de valeur, traiter de militant d'extrême-droite un jeune avec des cheveux longs et gaulé comme un cure-dent est de nature à créer un doute très sérieux sur les appréciations portées péremptoirement par le premier ministre démissionnaire. Pourquoi ne pas dire aussi que ce jeune est un haltérophile déménageur de piano ?

    Mauel Valls devrait bien au contraire décorer ce jeune, sans lequel il aurait sombré - encore une fois - dans l'indifférence et le ridicule. Tout comme l'auteur de la fantaisie pâtissière alsacienne qui mérité aussi une médaille. Il a bien décoré Alain Bauer. Ce Manuel Valls est un ingrat (voir comment il a remercié Hollande et tous les autres qui vont devoir bientôt s'inscrire à Pôle emploi).

    Sans le soufflet breton, son déplacement serait passé inaperçu. Après la farine de Strasbourg, il y une forme d'initiation à la gastronomie dans la campagne de Manuel Valls. A chaque visite un nouvel ingrédient. Son pote Alain Bauer qui fait des guides gastronomiques va certainement lui conseiller les prochaines étapes. Il a déjà le fond de tarte.

    On ne parle d'ailleurs pas de ce qu'il a dit à Lamballe. Un énoncé de platitudes psycho-rigides anachroniques ennuyeuses sans lien avec la réalité sociale ? Tout le monde s'en fout. D'ailleurs Lamballe, c'est où ?

    Ce chef-lieu de canton (?) restera associé dorénavant à une "baffe" (qu'on ne voit pas) et un "saute-dessus", qui embarque la barrière de sécurité, les deux ou trois militants PS vallscistes présents et la protection à un site en ruines (Métaphore d'un premier ministre démissionnaire confronté aux conséquences de sa politique - moment vérité de la vidéo).

    Les historiens - s'il s'en trouve pour trouver un intérêt - diront peut -être que la claque préfigure un grand coup de pied au ... Une sorte de mise en perspective, de contextualisation. Un entraîneur parlerait plutôt de petit échauffement. Eviter le claquage, c'est important.

    Enfin, les juristes relèveront la très belle démonstration de la rigueur de la justice : le procureur maintient l'auteur du buzz en garde à vue dans l'attente du dépôt de plainte de la victime, une "jurisprudence" - parquetière - que tous les auxiliaires de justice d'Ile et Villaine ne manqueront pas de rappeler en cas de classement sans suite de la plainte de leurs clients.

    Le parquet est resté beaucoup plus en retrait dans l'affaire de Sivens...

  • Dans un autre angle, on constate que Valls reçoit bien une baffe, mais elle ne claque pas, c'est plus un geste de défi qu'une agression physique.
    Celle qu'il recevra, au figuré,au premier tour des présidentielles sera bien plus importante.

  • Et il ne pourra pas porter plainte !

  • Ne doutons pas qu'il se plaindra quand même.

    Mais ce ne sera pas le même guichet et la forme risque sera plus libre.

    Son staff doit déjà sortir le casque lourd et la tenue de combat...

    Déjà qu'il y a eu la farine, la tarte, ... manque plus que la confiture et les pruneaux.

  • Si elle ne claque pas, il n'y a pas de gifle...

    Il ne l'a même pas touché.

    Et pour cela Valls crie à l'assassin, à l'extrémiste, requiert le supplice de Damiens (il avait aussi raté son coup).

    Relisons Foucault...

  • L'homme qui a giflé Manuel Valls est condamné à trois mois de prison avec sursis et 105 heures de travaux d'intérêt général, par le tribunal correctionnel de Saint-Brieuc, indique Ouest-France.
    Il avait reconnu les faits, ce qui avait entraîné une procédure de plaider coupable. Techniquement, on appelle ça la Comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC), qui est proposée par le procureur.

    Source fil Francetvinfo

  • Manu non plus n'a pasd'bol
    La campagne de Manuel Valls continue tant bien que mal... et plutôt mal. Après la farine et la gifle, ce sont maintenant des syndicalistes de la CGT qui tentent de perturber son meeting en tapant sur les vitres de la salle, à Limoges.
    De la casse dans la porcelaine?

  • Manu non plus n'a pasd'bol
    La campagne de Manuel Valls continue tant bien que mal... et plutôt mal. Après la farine et la gifle, ce sont maintenant des syndicalistes de la CGT qui tentent de perturber son meeting en tapant sur les vitres de la salle, à Limoges.
    De la casse dans la porcelaine?

  • Désolé. Je ne sais pas pourquoi il y a si souvent des doublons.

  • Le Monde précise que " Il a été jugé coupable de « violences volontaires sans incapacité de travail avec préméditation » ". C'est la préméditation qui fait la différence, sinon ce n'est qu'une contravention de 5° classe (Art. R 625-1 du CP). Avait-il au moins un avocat pendant la garde à vue ?

    Etonnant comment le ministère public sait tirer vers le haut les petites infractions tout en demandant la relaxe de Christine Lagarde pour un petit préjudice de 450 millions d'euros...

    Valls a précisé (sûrement à l'attention de ses opposants ?) que « Je porterai plain parce que c’est un coup. L’acte physique est violent, ce n’est pas comme la farine ».

    C'est une provocation ?

  • Le Figaro rapporte que l'enfariné à précisé à Limoges à propos de la tentative de tarte que «Ce coup veut dire que l'on ne veut pas discuter» . Venant d'un tireur au 49.3 c'est de l'humour ?

    Il a affirmé qu'il était «la cible» parce qu'il «peu(t) gagner». «Car la gauche que nous incarnons, c'est la digue, le point de résistance au scénario que tout le monde nous prédit, c'est-à-dire un 2e tour entre la droite dure contre l'extrême droite»

    Sacré Manu, quel sens de l'humour. C'est du second degré tout ça, j'espère.

    D'abord, «la gauche que nous incarnons» c'est qui, mis à part lui ?

    Ensuite, «tout le monde» c'est qui, encore, mis à part lui ? Parce qu'on ne lit pas on n'entend plus ça.

    Enfin, vu qu'il dit les mêmes choses que MLP à propos des Roms, des réfugiés, des travailleurs en grève, des musulmans, ... c'est une double digue alors ? De Nantes à Montaigu ?

  • El Blanco est un minus, qui s'est cru "en haut de l'affiche" parce que Hollande a tiré les ficelles.

  • L'enfariné s'était déjà pris une claque à Limoges quand une militante CGT, rescapée d'Oradour, avait refusé sa médaille du mérite national. La notoriété par procuration très peu pour la mamie héroïque... Valls n'a plus eu qu'à remballer sa médaille et son plan com'

  • Maintenant, je comprends pourquoi El Blanco militait pour l'abolition de la fessée

    C'est que le militant lui collant une fessée, il n'avait plus qu'à rentrer à la maison.

  • " le militant lui collant une fessée ", l'enfariné est bien mal foutu si on prend sa tête pour un ...

  • Permettez-moi d'insister, la main droite du jeune breton touche bien la joue gauche de Manu. J'ai vu le ralenti.

  • Exclusif: les preuves de la préméditation
    De sources sûres, anonymes mais vérifiées, "Le gifleur de Valls aurait été payé par TRUMP, entraîné par Daesh, logé par Poutine , radicalisé par SARKOZY.Je continue mes recherches."
    Le Canard et Médiapart suivent le dossier de près.

  • @ Fran

    La main droite démontre qu'il reste quelque chose à gauche chez Manuel Valls.

    Il est piquant d'entendre un promoteur de la violence institutionnelle (Roms, Nantes, Rennes, Sivens, répression des manifestations Loi Travail, poursuite et condamnation des syndicalistes, de l'inspectrice du travail d'Annecy, etc.) s'émouvoir d'une de ses conséquences.

    L'enfariné ne peut pas se sentir humilié au mépris des personnes victimes de ses propos, les chômeurs et l'augmentation des inégalités provoqués par sa politique d'austérité et de régression sociale.

    La claque devrait aussi donner à réfléchir sur la légitimité de l'action politique, qui ne dépend pas du seul résultat d'un vote. Cette aspect essentiel est anormalement écarté du débat.

  • Soyons indulgent avec quelqu'un qui fait campagne pour emporter la primaire d'un parti dont le vainqueur essuiera un revers terrible au premier tout et sera contraint de soutenir ensuite Macron pour le second tour.

  • Communiqué de Léonarda : " Si El Blanco m'avait gardé, ma famille aurait voté pour lui. Il a perdu 4 voix"

  • Le karma Valls au PS, après la farine, l'avoine.

  • Vomitif du jour : Polanski désigné président des César 2017 par l'institution du cinoche français,

  • ~@ Fran

    Effectivement, mais la désignation de Polanski n'est qu'une facette d'une partie émergée de la réalité française.

    Il y a déjà eu un problème l'an passé aux Césars.

    Le cinéma, comme la politique (et le monde du travail), se distinguent par son machisme (cf. la dénonciation de Benhamias hier et les candidats mâles qui coupaient la parole à Sylvia Pinel, seule femme de la be BAP a Lulla).

    Se rappeler Valérie Kaprisky : « C'est vrai que, d"un coup, j'ai eu un problème avec la nudité. Je l'avais acceptée car la plupart des rôles féminins l'exigeaient dans les années 80. Mais j'avais le sentiment qu'on ne retenait que ça. À un moment, me retrouver nue sur un plateau m'a semblé insupportable ! ». De son propre aveu, son refus de la nudité à l'écran contribue alors à ce que les propositions de rôles se raréfient (Wikipédia).

    Se souvenir aussi du mépris de Bertolucci pour Maria Schneider, et Hitchcock qui harcelait Tippi Hedren : " Le réalisateur, sous le charme de l'actrice, lui fait régulièrement des avances. Repoussé continuellement par celle-ci, Hitchcock décide de briser la carrière de celle qu'il a découverte en refusant les propositions de films que lui font les autres réalisateurs. " (Allociné)

    Etc.

    Se rappeler les comportements (très) bas de plafond des élus à l'Assemblée à l'égard des députées.

    Polanski aurait du décliner cette proposition mais il ne faut pas ignorer qui lui a fait cette proposition.

    Ce sont l’Académie des César et Canal+ (la chaîne qui aime l'info continue). Alain Terzian, président de l’Académie des arts et techniques du cinéma, a déclaré à propos du réalisateur :

    “Artiste, cinéaste, producteur, scénariste, comédien, metteur en scène, il existe bien des mots pour définir Roman Polanski mais un seul pour lui exprimer notre admiration et notre enchantement : merci, monsieur le Président.”

    Terzian est le producteur de " L'année des méduses ", un des films dont se plaint Valérie Kaprisky, et de " Laura les ombres de l'été " de David Hamilton.

    Ce sur quoi s'interroge Laurence Rossignol

    http://www.konbini.com/fr/tendances-2/roman-polanski-president-cesar-gouvernement/

    Le viol est instrumentalisé politiquement en Pologne

    http://www.midilibre.fr/2016/05/31/la-pologne-veut-relancer-la-procedure-d-extradition-de-polanski-vers-les-usa,1341501.php

    et cette instrumentalisation - comme l'est la nomination à la présidence des Césars - signale le niveau de mépris pour le droit pénal, les droits de la victime et le droit à un procès équitable.

    Voter pour Sylvia Pinel à la primaire pour défendre le droit des femmes ?

    Cela aurait de la gueule quand même un 2° tour Benhamias-Pinel.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu