Avertir le modérateur

  • Amy Winehouse, Eurockéennes de Belfort 2007

    Oublions la légende, et écoutons la chanteuse, pour ce chef d’œuvre qu’a été son concert aux Eurockéennes de 2007. Une superbe piste d’envol avec Addicted, Tears Dry On Their Own et He Can Only Hold Her… Franchement. On embraie avec Back to Black, Wake Up Alone et Love is a Losing Game (d’anthologie). Là, tout peut arriver, quelle musique, c’est d’une puissance merveilleuse… Le régal se poursuit avec Cupid, un incroyabe Hey Little Rich Girl, et Monkey Man, pur bonheur. Tout est alors au point pour Rehab... Après un Valerie superbe, hélas trop peu joué – quelle voix ! – le concert file vers les sommets, You Know I'm no Good et Me And Mr Jones. Bien penser à pousser le son au maximum...

    jazz

  • Contrôle au faciès : Le racisme pépère

    Le Défenseur des droits a fait un bon boulot, à savoir une étude sur les contrôles d’identité. C’est une étude, et pas un relevé de statistiques… pour la simple et bonne raison que la loi ne prévoit aucune traçabilité des contrôles d’identité. Le Défenseur des droits explique aussi la méthode, qui établit le sérieux des résultats.

    Le contrôle d’identité reste, en proportion globale assez rare : 84% des personnes interrogées déclarent ne jamais avoir été contrôlées dans les cinq dernières années.

    Mais ça se complique quand on regarde de plus près. En effet, 80% des hommes zarabes et blacks de 25 ans ont été contrôlés au moins une fois dans les cinq dernières années, contre 16% pour les whites. Par rapport à l’ensemble de la population, les hommes zarabes et blacks de 25 ans « ont ainsi une probabilité 20 fois plus élevée que les autres d’être contrôlés ».Wahou…

    Le rapport précise que le tutoiement est de 40% pour les zarabes et blacks contre 16% pour l’ensemble de la population, les insultes 21% contre 7%, et les brutalités de 20% contre 8%. Et oui, la sécurité est la première des libertés, comme dirait l’autre…

    Et le Défenseur des Droits de conclure dans ce style inimitable : « Ces expériences négatives et la fréquence des contrôles sont associées à un faible niveau de confiance envers les forces de police ».

    chere_frere_blanc.png

    Léopold Sédar Senghor

    Lire la suite

  • Gaza : Piqûre de rappel… par Ziad Medoukh

    Ziad Medoukh, ce grand ami de la langue française, était présent il y a peu en France, et il avait bien bataillé pour venir. Mais si tôt là, il nous expliquait n’attendre que de revenir à Gaza, parce que c’est sa terre, parce que c’est son peuple. Ziad est désormais revenu dans son pays, et il nous en parle avec cette « piqure de rappel », publié dans le Courrier du Maghreb et de l'Orient-décembre 2016

     

    zmlivrered.png

    Depuis plus de dix ans, et à la fin de chaque année, les habitants de la bande de Gaza font le bilan du blocus israélien, de la poursuite des attaques sur leur prison à ciel ouvert, et de l’isolement de cette région oubliée.

    Depuis le retrait israélien de la bande de Gaza et l’évacuation des colonies israéliennes en 2005, et depuis le début du blocus israélien  imposé contre cette région isolée en 2006, la bande de Gaza vit une situation désastreuse à tous les niveaux, une situation qui rend la vie de deux millions d’habitants de plus en plus intolérable.

    En dix ans, la population civile a subi trois offensives militaires israéliennes majeures qui ont fait des milliers de morts et des milliers de blessés, sans oublier la destruction massive de toute une région.

    Dix années se sont écoulées, et les Palestiniens de Gaza vivent toujours en état de guerre ; la souffrance, c’est tous les jours, les massacres et les crimes commis par l’armée d’occupation, contre les gens, contre les maisons et les écoles, contre les usines et les routes…

    En 2016 Gaza a continué d’endurer cette routine macabre, abandonnée par une communauté internationale complice.

    L’année 2016, pour les habitants de la bande de Gaza, a été marquée par…

    Le maintien du blocus israélien imposé de façon illégale par les forces de l’occupation depuis plus de dix ans, et la fermeture permanente des passages qui relient la bande de Gaza à l’extérieur.

    Concernant les passages commerciaux : actuellement, par jour, 270 à 320 camions entrent à Gaza via le seul passage commercial ouvert  cinq jours par semaine, ce passage se situe au sud de la bande de Gaza, mais la moitié de ces camions sont ceux des organisations internationales et desservent leurs projets de reconstruction d’écoles et de stations d’eau. Parmi ces camions, 5 ou 6 seulement contiennent des matériaux de construction, notamment le ciment. Ce passage se ferme sous n’importe quel prétexte, par décision israélienne, sans prendre en considération les besoins énormes de la population civile.

    Gaza n’a droit qu’à 120 produits au lieu de 950 avant le blocus, quelques produits et médicaments n’entrent pas, ce qui a aggravé la situation sanitaire. Selon les estimations des organisations internationales, la bande de Gaza a besoin de plus de 1.300 camions par jour pour répondre aux besoins énormes d’une population en augmentation permanente.

    Cette fermeture a empêché la libre circulation des importations et des exportations des biens et produits de Gaza, en particulier les matières premières et les produits semi-finis ; d’où un effacement progressif du potentiel industriel de la région.

    Le gouvernement israélien refuse l’ouverture des passages d’une façon régulière et maintient son blocus sur Gaza. Les organisations internationales n’arrivent pas à faire pression sur ce gouvernement, et les Palestiniens de Gaza demeurent dans cette attente éternelle.

    Les projets de reconstruction public ou privé sont au point mort. Imaginez ! Aucune maison n’a été reconstruite, un an et demi après la fin de la dernière attaque massive contre Gaza, durant l’été 2014. Le Comité national de la reconstruction de Gaza a déclaré que seulement des réparations aux maisons partiellement détruites par les bombardements israéliens ont pu être réalisées.

    Seulement 45% des fonds promis lors de la conférence sur la reconstruction de la bande de Gaza, les 11 et 12 octobre 2014, au Caire (5,6 milliards dollars avaient été promis) ont été versés, soit directement à l’Autorité palestinienne, qui se heurte  à  d’énormes difficultés pour mener des projets de reconstruction dans la bande de Gaza –et qui réellement n’y exerce aucun pouvoir, à cause des mesures israéliennes d’une part et des divergences politiques entre les différents partis palestiniens d’autre part-, soit aux organisations internationales, dont la priorité est de distribuer des aides alimentaires aux sans-abri et non de commencer la reconstruction des habitations détruites.

    Le plan Siry –du nom du responsable des Nations-Unies-, qui prévoit l’entrée quotidienne d’un nombre limité de camions de ciment à Gaza sous contrôle israélien, a donné une légitimité internationale au blocus  et a permis à Israël d’engranger des profits supplémentaires ; c’est un gain politique pour Israël, alors que, en revanche, le plan, en pratique, n’est pas appliqué, grevé par les autorités israéliennes qui, sous n’importe quel prétexte, se désengagent de leur engagement,

    Gaza est passé, suite à cette situation surréaliste, d’une économie de subsistance devenue familiale depuis longtemps déjà, à une économie désormais dépendante d’Israël et des organisations internationales.

    La poursuite des incursions, bombardements, malgré une trêve respectée par les factions armées de Gaza, jamais par l’armée d’occupation israélienne…

    On compte plus de 200 violations israéliennes en 2016 !

    50 bombardements, 60 incursions dans différentes zones frontalières au sud et au nord de la bande de Gaza, 90 attaques contre les pêcheurs et leurs bateaux de pêche ; cette année, 32 Palestiniens ont trouvé la mort à Gaza suite à ces attaques et bombardements.

    Le maintien de la division inter-palestinienne : malgré la création d’un gouvernement d’union nationale dans les territoires palestiniens, l’hostilité reste vive entre le Hamas et la Fatah, facteur aggravant de la souffrance des Gazaouis. Actuellement,  il y a donc deux gouvernements palestiniens, un à Gaza et un en Cisjordanie ; leurs divergences et leurs décisions contradictoires nuisent au quotidien des habitants de Gaza.

    Ainsi, l’Autorité palestinienne (basée en Cisjordanie) verse leur salaire aux 70.000 fonctionnaires de Gaza via les banques ; mais elle ne contrôle pas les administrations de cette région dominée jusqu’à maintenant par le Hamas.

    La dégradation de la situation économique : le taux de chômage dépasse les 65% de la population civile ; mais le phénomène le plus dangereux est la hausse du chômage chez les jeunes de moins de 30 ans, qui a atteint 80% en 2016 ; plus de 50.000 personnes se sont ainsi ajoutées au nombre des sans emploi.

    La pauvreté : 70% de la population de Gaza vit en dessous de seuil de pauvreté.

    L’augmentation du nombre de personnes qui dépendent des organisations humanitaires : 75% des Gazaouis vivent de l’aide alimentaire. Selon les sources du bureau des Nations-Unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), dans la bande de Gaza, plus de 990.000 personnes ont bénéficié du programme de l’aide alimentaire géré par le bureau en 2016 ; ce programme a élargi ses services pour assister les citoyens et non plus seulement les réfugiés.

    Pour beaucoup d’économistes, l’année 2016 est considérée comme  la plus catastrophique pour l’économie palestinienne depuis 20 ans.

    Le soulèvement populaire en Cisjordanie commencé en octobre 2015 : il a détourné les yeux de la problématique de Gaza, qui intéresse moins l’Autorité palestinienne et le monde. Préoccupées par ce soulèvement populaire, qui entre dans sa deuxième année, les aures institutions palestiniennes oublient les Gazaouis.

    La fermeture des passages qui relient la bande Gaza à l’extérieur, notamment le passage de Rafah, au sud de la bande de Gaza, et le passage d’Iretz, au nord de la bande de Gaza, a entravé plus encore le déplacement des Palestiniens de Gaza. Le passage de Rafah, contrôlé par la dictature égyptienne, n’a été ouvert que 90 jours en 2016, tandis que le passage d’Iretz, contrôlé par l’armée israélienne n’est autorisé qu’à 7% de la population gazaouite, principalement les malades, quelques hommes d’affaires et des cas humanitaires.

    Aucune solution n’a été proposée, aucun plan de sortie de crise n’existe pour la bande de Gaza : que ce soit les deux gouvernements palestiniens, les organisations internationales ou les pays voisins ou l’ONU, il semble que la crise peut durer à tout jamais. Les problèmes d’eau, d’électricité, d’infrastructure, de chômage, de pauvreté, de précarité et de reconstruction… pour toujours.

    La seule centrale électrique, qui avait été bombardée lors de la dernière agression, fonctionne désormais à 30% de sa capacité ; depuis lors, chaque foyer à Gaza reçoit 8 heures de courant électrique par jour, rien n’a changé…

    Concernant l’eau : les dommages causés aux canalisations d’eau et d’assainissement ont été immenses. En décembre 2016, plus de la moitié des Gazaouis n’a plus aucun accès à l’eau.

    La situation et les événements dans la région et dans des pays arabes, en particulier en Syrie et au Yémen : ils monopolisent l’attention des dirigeants arabes et internationaux ; la cause palestinienne est passée au deuxième plan. Or, les crises se multiplient et s’intensifient, dans une région arabe de plus en plus instable ; 2017 ne ramènera pas Gaza sur le devant de l’actualité.

    L’aspect le plus grave de ce marasme inextricable, c’est l’absence de perspectives pour tous ces gens qui constatent que les choses n’avancent pas, ne bougent pas, qui survivent dans l’injustice, l’incompréhension, l’amertume, la rancœur : c’est un traumatisme social de plu en plus sensible, un sentiment horrible, qui va influencer l’avenir de la génération née dans ce chaos et qui commence à perdre espoir en un avenir immédiat meilleur et à chercher d’autres voies à suivre…

     

  • Incroyable mais vrai : Le blog solidaire d'El Blanco !

    Le blog refuse toute violence, qu’il s’agisse de la claque d’un maire à un petit lascar ou du taquet d’un militant à un petit candidat. Donc, je ne peux que déplorer ce taquet. Dans une société démocratique, tout doit passer par le dialogue, et s'il le faut, l'affrontement judiciaire. Mais ce principe très simple, totalement acquis pour le blog, semble, ce soir, assez peu partagé

    D’abord, je dois condamner la disproportion de la riposte ! Ridicule. Chacun a vu la scène. Il suffisait de tenir la main du mec pour cet impertinent taquet, alors qu’il a été violemment plaqué au sol, avec des cris et dans tous les sens, comme dans un mauvais film. Et une garde-à-vue… Et une plainte d'El Blanco... Donc, un fait peu signifiant est devenu très signifiant, en application du principe : « Je ne suis pas obligé de faire toutes les erreurs, mais quand même, je vais toutes les faire ».

    Cela dit, la doctrine du blog est inderogeable : aucune violence d’aucune forme dans une démocratie. Aussi, notre service investigation est allé interroger nos grands responsables politiques, pour recevoir leur (unanime) réprobation (outragée).

    La-journee-des-hypocrites.jpg

    - Monsieur le Président, l’ancien Premier Sinistre, candidat à la présidentielle, été victime de violences corporelles, ce qui est inadmissible dans une démocratie. Quelle est votre réaction ?

    - Euh, j’étais au théâtre avec Drucker, et je ne suis pas au courant.

    - Monsieur le Premier Sinistre, l’ancien Premier Sinistre, candidat à la présidentielle, été victime de violences corporelles, ce qui est inadmissible dans une démocratie. Quelle est votre réaction ?

    - J’avais une réunion pour sauver l’Europe face à Trump, et je ne suis pas au courant.

    - Monsieur le Sinistre de l’Intérieur, l’ancien Premier Sinistre, candidat à la présidentielle, été victime de violences corporelles, ce qui est inadmissible dans une démocratie. Quelle est votre réaction ?

    - Vraiment désolé, mais j’avais une réunion sur le retour des djihadistes, je ne suis pas au courant.

    - Monsieur le Sinistre de la Défense, l’ancien Premier Sinistre, candidat à la présidentielle, été victime de violences corporelles, ce qui est inadmissible dans une démocratie. Quelle est votre réaction ?

    - Où ça, en France ? Je suis totalement mobilisé sur ce qui se passe au Mali, en Irak et en Syrie, et je ne suis pas au courant.

    - Madame et Messieurs les candidats à la primaire, l’ancien Premier Sinistre, candidat à la présidentielle, été victime de violences corporelles, ce qui est inadmissible dans une démocratie. Quelle est votre réaction ?

    Et encore ?

    - Madame la secrétaire d’État de l’aide aux victimes, l’ancien Premier Sinistre, candidat à la présidentielle, été victime de violences corporelles, ce qui est inadmissible dans une démocratie. Quelle est votre réaction ?

    - S’il veut remplir un dossier, il peut contacter l’assistante sociale de son quartier.

    20160226124026-ded05d47.jpg

  • La primaire sera le drame du PS, et le cercueil politique de ses sept nains

    L’idée d’une primaire est un truc des partis politiques en perdition car incapables d’établir un programme. Ils se sont accrochés à cette lubie, genre « je fais démocratique ». En réalité, c’est la destruction de tout projet politique : « l’opinion commande, donc je la suis ». Au PS, les primaires ont ouvert la liquidation du parti : « pourquoi être militant, payer une cotisation, et se colleter des débats difficiles mais nécessaires, s’il suffit de payer deux euros pour investir le candidat ? ». 

    7nains7.png

    Les sondages sont gazeux, mais à ce jour, il y a manifestement trois grands blocs dans l’électorat dit « de gauche » : Mélenchon, le PS et Macron. On ne sait leur influence réelle, mais ces trois pôles animent la vie politique. Perso, je vote Jadot, alors je regarde tout cela en observateur.

    Il y a des dynamiques de campagne évidentes du côté de Mélenchon et de Macron. Une salle remplie, ce n’est pas un vote – Sarko peut le confirmer – mais Valls qui peine à faire 200 personnes à Liévin ou Clermont-Ferrand alors que Macron réunit 2500 personnes à Quimper, ça parle.

    Et puis, il y a surtout le jeu sordide de cette primaire, qui s’est réduite à un champ clos incestuel.

    Du côté des chefs à plumes, tout le monde fait le canard, car les enjeux sont ailleurs. Vous ne voyez aucun leader du parti socialiste, ni aucun ministre, ni aucune « personnalité civile » – à part le gag Bedos illuminant la campagne de Montebourpif – pour s’intéresser à cette primaire. Pas la moindre prise de position… Du jamais vu à quelques mois d’une présidentielle. Aubry, Rebsamen, Bartolone, Ayrault, Royal, Hidalgo, Le Foll, Le Drian, Sapin, Rousset… Ces grands bavards n’ont rien à dire, c’est un fait. Emmanuelli a bronché une oreille pour Hamon, mais en service minimum. El Blanco n’a trouvé aucun soutien parmi ses anciens sinistres, à part Fleur, la plus amusante.

    Passons sur les mérites de l’un ou de l’autre. Ce n’est pas le débat.

    Dimanche prochain, nous aurons une participation médiocre, vraisemblablement en-dessous de 2 millions de votants, surtout que toute la Hollanderie va s’occuper dans les jours qui viennent à afficher son désintérêt pour cette primaire. Hollande était au théâtre au moment du débat, et il sera à l’étranger au moment du vote. Et, à part Cambadellis, pas un sinistre, pas une personnalité PS ne va se manifester, pas même pour appeler au vote. Tous ont intériorisé la défaite d’une primaire inaudible et sans force.

    SevenDwarfs.png

    Les quatre candidats leader ont chacun un vrai auditoire,… avec un score d’estime au premier tour, Donc, soyons réalistes.

    Si El Blanco gagne mais ne fait pas un score énorme, les trois autres vont se liguer contre lui. Il perdra le deuxième tour, et tous ses électeurs fileront vers Macron.

    Si les quatre se retrouvent avec des scores assez proches, ce sera 20 à 25 % d’une mobilisation moyenne de l’électorat, et ce sera cuit, car sans souffle. Donc, Macron sera la solution.

    En réalité, les quatre s’en fichent car ils savent qu’ils ont bien peu de chance pour la présidentielle, et ils jouent le prochain congrès du PS. Mais ils rêvent !

    Dans l’opinion, tout le monde est persuadé que Marine sera au second tour, et la seule question est de savoir si ce sera Fillon ou la (soi-disante) gauche qui l'affrontera.

    Aussi, après la primaire, vous aurez un grand débat du genre : le seul qui peut avoir une chance, c’est…

    - Tu piges ?

    - Ouais. Quelle misère.

    - Alors, imagine le Président, ses sinistres et nombre de députés soutenant Macron « pour faire barrage au FN », en délaissant le vainqueur de la primaire.

    - Ce serait la fin du PS !

    - Et oui…

    - Enfin…

    11888105_1626184167658724_4889243306387540687_n-460x460.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu