Avertir le modérateur

Quatre millions de personnes non ou mal logées

Incroyable mais vrai : il n’y a pas que les riches qui ont des problèmes ! Les pauvres, aussi, à commencer par le logement, et là rien de fictif, comme l’explique le rapport de la Fondation Abbé Pierre.  Le rapport est aussi complet, instructif et accablant. Voici les chiffres des 4 millions de personnes non ou mal logées.

896 000 personnes privées de logement personnel

D’abord le chiffre le plus lourd : 143 000 personnes sont sans domicile, et vivent en situation d’hébergement, en CADA, en abri de fortune, à l’hôtel ou à la rue. Ça correspond à des villes comme Grenoble, ou Angers ou Dijon.

643 000 personnes sont hébergées chez des tiers de manière très contrainte :

- 69 000 personnes de 17 à 59 ans hébergées par des personnes sans lien de parenté direct ;

- 339 000 personnes de plus de 25 ans contraints, après une période de logement autonome, de revenir habiter chez leurs parents ou grands-parents faute de logement autonome ;

- 153 000 majeurs de plus de 25 ans chez leurs parents incapables de décohabiter pour raisons financières ;

- 83 000 personnes de plus de 60 ans hébergées chez un tiers sans lien de parenté direct.

 

2 819 000 personnes vivent dans des conditions de logement très difficiles.

Le rapport explique la situation à partir de trois grands critères :

- 2 090 000 sont privées de confort, car leur logement ne possède pas d’eau courante, de WC intérieurs, de douche, de moyen de chauffage ou de coin cuisine, ou leur façade est très dégradée, avec des fissures profondes, avec tout ce que cela entraine pour l’humidité, les perditions d’énergie et l’hygiène ;

- 934 000 personnes vivent en surpeuplement dit « accentué », c’est-à-dire qu’il leur manque deux pièces par rapport à la norme de peuplement.

- 206 600 personnes en habitat mobile vivent dans de mauvaises conditions, faute d’accès à une offre d’habitat adapté, à savoir terrain familial locatif, logement social adapté, terrain privé pour installer des caravanes.

*   *   *

C’est dommage que nous ne soyons pas en période de campagne pour les présidentielles, car je suis sûr que cette préoccupation essentielle pour les personnes passionnerait les candidats, qui rivalisent d’audace pour combattre cette tragédie, indigne de notre pays.

79385_abbe-pierre2.jpg

Commentaires

  • Bonjour Gilles,


    L'association de l'abbé Pierre nous informe tous les ans de l'aggravation de la situation (voir aussi l'observatoire des inégalités, etc.).

    Les ONG restent cependant dans le discursif et le descriptif sans mobiliser les moyens utiles qui existent pour contraindre l'Etat à remplir ses engagements.

    Ils n'ont pas d'avocat pour mettre en demeure les pouvoirs publics d'exécuter leurs obligations ?


    Les fondamentaux du droit apportent une argumentation solide :

    La société a pour but de garantir le bien-être général selon les préambules de la constitution us (Welfare) et de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen. Une société qui ne poursuit pas ce but tend à la loi de la nature et ne présente aucun intérêt pour le plus grand nombre à y adhérer.

    Le droit au logement s'affirme comme un droit de l'homme (Jsp CEDH, N° droit et justice ed Bruylant).

    L'Etat a l'obligation positive de garantir l'effectivité des droits de l'Homme.

    La régression sociale est prohibée par le PIDESC et le droit de l'Union, d'effets directs (http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-106971QE.htm)

    La dignité humaine est la norme fondamentale de l'ordre public français (CE aff. Dieudonné) et européen (Art. 1er Charte européenne des droits de l'Homme).

    Le respect de la dignité humaine est la matrice de tous les droits de l'Homme dont ils procèdent tous et dont elle la limite intangible à l'exercice des libertés fondamentales (cf. préc. CE Dieudonné, mais également valable pour la liberté d'entreprendre, de commercer, d'investir, etc. qui participent à la promotion immobilière au mépris du bien -être général, puisque des millions de personnes sont mal logées)

    L'obligation positive de l'Etat à garantir l'effectivité d'un droit passe par l'adoption de budget nécessaire et suffisant assurant l'exercice de ce droit (comme cela devrait l'être pour le droit à un procès équitable, par exemple, en considération de la responsabilité de la puissance publique et de la responsabilité sans faute de l'Etat de l'inconventionnalité des lois (par ex. en l'espèce, la loi de finances insuffisante en considération des engagements internationaux ratifiés et de l'abstention du même Etat à prévenir efficacement la criminalité financière le privant de 180 milliards d'euros de ressources publiques par an, établissant la mauvaise de cet Etat).

    Un peu d'audace, l'abbé Pierre ! " N'ayez pas peur ".


    A l'attention des activistes de l'abbé Pierre, je signale l'ouvrage de la Sorbonne qui traite la dimension juridique de la notion de bien-être général :

    http://www.publications-sorbonne.fr/fr/livre/?GCOI=28405100373470

    Je leur signale aussi l'ouvrage sous la direction d'Alain Supiot sur la solidarité :

    http://www.odilejacob.fr/catalogue/sciences-humaines/droit-justice/solidarite_9782738131430.php

    Ecouter aussi ses cours au collège de France en ligne sur France culture

    https://www.franceculture.fr/personne-alain-supiot.html


    Que l'abbé Pierre ne se sente pas particulièrement visé, le défaut d'efficacité juridique des ONG se vérifie ailleurs y compris chez celles se donnant pour but de défendre les droits de l'Homme et les libertés fondamentales, à commencer chez nous. Un posture confortable qui donne bonne conscience sans s'exposer tout en s'émouvant des violations qui se passent ailleurs ; alors que c'est notre appétence consumériste et son flot de corruption et dysfonctionnements institutionnels qui génèrent et entretiennent celle et ceux du globe (cf par ex. accord UE Maroc).


    A moins d'agir de la sorte, seul un miracle peut changer les choses. Recommandons alors l'association de l'abbé Pierre à la prière, la protection et l'intercession de saint Martin de Tours - https://fr.wikipedia.org/wiki/Martin_de_Tours - qui fendit en deux son manteau pour abriter le pauvre du froid. Reste sinon Super Dupont... (mais on m'apprend dans l'oreillette qu'il est très pris avec les élections).



    L'association de l'abbé Pierre peut méditer l'alerte du philosophe et ami de Julien Coupat, Giorgio Agamben, faite à la conférence à Notre Dame de Paris en 2009 :

    "Je le dis ici et maintenant en mesurant mes mots : aujourd'hui il n'y a plus sur Terre aucun pouvoir légitime et les puissants du monde sont tous eux mêmes convaincus d'illégitimité. La juridicisation et l'économisaiton intégrale des rapports humains, la confusion entre ce que nous pouvons croire, espérer, aimer et ce que nous sommes tenus de faire ou de ne pas faire, de dire ou de ne pas dire, marque (...) la crise du droit et des Etats, (...)"

    http://www.paris.catholique.fr/Conference-de-M-Giorgio-Agamben-et


    Amen (tes sous) (comme dirait le sacristain impécunieux de la Sarthe). Amentessou était aussi un ministre des finances de la XIX° dynastie des pharaons.


    Amis de la poésie et de la boxe, bonne nuit !


    nb : Habitat et Humanisme n'est né à Lyon ?

  • Papier très intéressant, de même que le commentaire précédent.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu