Avertir le modérateur

30 mars, la journée de la terre et de la résistance en Palestine, par Ziad Medoukh

Des nouvelles de Ziad depuis Gaza, à propos de la journée de la terre. Où sont tes racines ? Quelle loi peut te priver de tes racines ?

enhanced-3841-1413558567-3.jpgLe mois de mars c’est le début du printemps certes, un mois de beaucoup d’évènements dans le monde, comme la journée mondiale de droits des femmes, et la journée internationale de l’eau,  mais en Palestine, c’est un mois symbolique, c’est le mois de la résistance et l’attachement aux racines. C’est la commémoration de la journée de la terre par tous les Palestiniens partout dans le monde, et avec eux tous les solidaires de la cause palestinienne, la cause de la justice.

Cette commémoration, qui a commencé en mars 1976, et se poursuit jusqu’à nos jours , montre que les Palestiniens sont très déterminés malgré les années qui passent et qui se succèdent, malgré leur souffrance au quotidien  et malgré les difficultés qu’ils ont à réaliser leurs revendications.

C’est ici notre terre, nous ne partirons pas, nous resterons attachés à cette terre sacrée de Palestine, nous y poursuivrons notre résistance quelles que soient les mesures atroces de cette occupation aveugle! Nous y poursuivrons notre existence jusqu'à la liberté et l'indépendance, jusqu'à la fin de l'occupation israélienne, jusqu'à l'instauration d'une paix juste et durable dans notre région ...

C’est le message  de tout un peuple palestinien  existant et résistant, message adressé au monde entier, et en particulier aux forces de l’occupation israélienne,  chaque année, le 30 mars,  journée de la terre et de la résistance en Palestine.

Notre peuple  commémore  cette journée partout où il y existe. C’est  la journée de l'attachement à ses racines et à son histoire, cette histoire profondément marquée par la résistance et l'affrontement à l'occupant qui continue de lui voler ses champs et ses arbres, ses ressources, ses maisons et sa terre.

Les Palestiniens qui vivent dans les territoires de 1948, ceux des territoires de 1967, sans oublier ceux de l’exil, montrent par cette commémoration les liens qui les unissent tous.

Le 30 mars 1976, des dizaines de Palestiniens, civils et paysans, ont été tués par les forces de l'occupation alors qu'ils manifestaient pacifiquement contre la confiscation de leur terre par l'administration israélienne. Et depuis, pour rendre hommage à ces victimes, pour montrer l'attachement des Palestiniens à cette terre, ceux-ci commémorent chaque année cette répression sanglante. 

En 41 ans, la confiscation des terrains appartenant  aux Palestiniens par l’armée de l’occupation israéliens et pars les colons israéliens agresseurs n’a jamais cessé, mais la résistance populaire non-violente de la part des paysans palestiniens n’a jamais cessé non plus.

41 ans après, la conjoncture difficile et instable dans notre  région en général et dans les territoires palestiniens en particulier, est marquée par le déclenchement d’un soulèvement populaire contre les forces de l’occupation depuis plus de seize mois, avec plus de 300 morts et 5000 blessés palestiniens. Elle est aussi marqué par  la poursuite de la souffrance des Palestiniens en Cisjordanie, dans la bande de Gaza, et partout en Palestine.

Avec le mur, la colonisation, et les check-points  en Cisjordanie, les attaques et les agressions israéliennes permanentes, le blocus et la fermeture des frontières dans la bande de Gaza, et les lois racistes et discriminatoires  contre les Palestiniens de 1948, mais surtout, devant l’absence de perspectives pour l’avenir, les Palestiniens sont plus que jamais déterminés à faire aboutir leurs revendications nationales.

Ils vont poursuivre leur résistance, sous toutes ses formes, afin de vivre libres sur leur terre. 

Par cette résistance et par cet attachement à leur terre, ils visent  la création d'un Etat libre et indépendant où l'on puisse vivre une paix  juste et durable.

En ce 41ème anniversaire de la journée de la terre, nous rendons un grand hommage à tous nos martyrs, qui sont morts pour une Palestine libre, à nos blessés, à nos prisonniers toujours derrière les barreaux israéliens, à nos paysans qui continuent à travailler leurs champs malgré les menaces israéliennes.

A cette occasion, nous confirmons notre attachement à nos racines, et à notre terre. Elle est ici. Elle est ici notre patrie. Nous ne partirons pas, en dépit des mesures atroces de l'occupation, en dépit de toutes les difficultés, de toutes  les souffrances, et en dépit de ce silence d’une communauté internationale officielle complice, et avec le soutien de tous les solidaires de notre cause juste.  Nous allons continuer à donner  notre sang  pour notre terre de  Palestine.

Ici, notre terre,

Ici, nos racines,

Ici, notre histoire,

Ici, notre vie,

Ici, notre avenir,

Et ici, notre Palestine !

Commentaires

  • Lu sur BFM

    "Axa et quatre banques françaises financent la colonisation israélienne

    BNP Paribas, Crédit agricole, Société générale, BPCE et Axa possèdent des participations dans des banques et entreprises actives dans les colonies, note un rapport de la Fédération internationale des droits de l'Homme."

    http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/axa-et-quatre-banques-francaises-financent-la-colonisation-israelienne-1131549.html?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#link_time=1490768605

  • Revenir aux deux Etats du plan de partage de la résolution 181 de 1947.

    Aux Etats qui ont voté la résolution de respecter leurs engagements internationaux ou d'arrêter de se la ramener dans le concert des Nations.

    L'autorité Palestinienne n'a qu'a saisir la CIJ. L'avis sur le mur lui est favorable : http://www.icj-cij.org/docket/files/131/1671.pdf

  • La "terre" n'a jamais autant prêtée à équivoque, pour peu qu'on soit, d'une part, "arabe", et, d'autre part, "musulman".....la seconde qualité ne manque pas de nous induire en erreur, par cogitation, interposée, et pour autant qu'Allah, dans son immense mansuétude, et tel que dit dans le Coran, promet ladite "terre", aux "enfants d'Israël" (Béni Israïl). La langue arabe étant "notre" langue maternelle, nous ne pouvons que traduire : " él ardh él maw3ouda", par "Terre promise", sauf qu'IL osa la promettre à ceux que vous savez...........Comment s'en sortir ??? Facile : Allah doit changer de cap; avouer qu'il s'était trompé; sortir le (phiilistin/palestinie) "jalout" (Goliath), vainqueur, lors de son combat contre le "juif" David, et non le contraire.......Qu'il reconnaisse ses erreurs, et nous les lui pardonneront !!!!!!!!!!! hamadi khammar

Écrire un commentaire

Optionnel

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu