Avertir le modérateur

Vos paris pour dans quinze jours ? Moi, je dirais Fillon-Mélenchon

chaussee-glissante-stickers-deco-blanc-grand-format_1.jpgAlors, une petite idée de ce qui peut se passer dans quinze jours ? Et bien pour ma part, je fais un pari plutôt classique : réveil de l’électorat dans les tous derniers jours, une participation correcte, et les retrouvailles avec les grands corps politiques qui ont toujours façonné la présidentielle, droite contre gauche, donc Fillon contre Mélenchon.

Macron, je n’y ai jamais cru, c’est du bluff médiatique. Une curiosité distrayante qui attire la foule au milieu de la foire, mais rien de solide ni de palpable, avec son En Marche ! qui n’a rien d’un parti politique : ni programme, ni statut, ni instances locales, ni équipe dirigeante. Le mec recrute à droite et à gauche, récupère les Hollandais et flingue Hollande, et toujours pas la moindre idée de ce que serait sa majorité électorale. J’espère de tout cœur qu’il va s’effondrer avant le vote, car sinon ce sera après,… et bien plus douloureux.

Le Pen est sur la pente descendante. Elle apporte quoi de neuf au débat ? Que du rabâché… Leader populaire autoproclamée, cette fille à papa, qui ne vit pas à Hénin-Beaumont mais chez son papa, plane à l’ISF alors qu’elle a passé son temps à faire de la politique. Le FN est très divisé en interne, et la ligne Philippot passe d’autant plus mal qu’elle élimine Jean-Marie et Marion. Et puis voter le Pen comme vengeance réactionnelle (à tout et à rien), c’est une chose, mais le FN n’a aucun allié, et donc il n’a aucune chance de gagner. Fondamentalement, c’est un choix de distraction. Ce sont les autres qui dramatisent sur l’air bien connu « moi, rempart contre Le Pen », parce que ce choix réducteur leur facilite la vie. La société n’est pas lepéniste, arrêtez le délire.

Les choix vont se cristalliser dans les tous derniers jours.

A Droite, Fillon joue la bonne carte : même si tu ne me piffres pas, c’est avec moi que ça passe. Pour le moment, la société française est à droite, bien à droite, et c’est la posture Fillon. Avec son cabinet noir et ses attaques contre les juges, il était out, mais il semble entrer sur un terrain plus logique : tant et tant d’élus ont embauché leur proche famille, alors keep cool. Bref, Fillon est le candidat du parti, et le parti a trop d’enjeux autour de cette victoire attendue. Les soldats vont se remettre en ordre de marche, y compris Juppé, et Fillon a toutes ses chances… Pas pour un score génial : tout se jouera entre 20 à 23% au premier tour. Si le parti s’organise, et il va s’organiser, c’est à portée de main.

Reste à gauche. A eux deux, Hamon et Mélenchon sont à 30%, assez différents, mais sur une ligne politique qui les rapproche : la gauche anti-Hollande. Hamon a un pneu crevé, bientôt deux, et hier il expliquait que s’il est perdant, il appellera à voter Mélenchon, du jamais vu ! Il aurait pu doubler Mélenchon, mais il lui fallait larguer les trois quarts de son programme et dealer avec la hollanderie. Il est resté sur ses bases, et il se fait croquer par Mélenchon. Sa garantie, avec la marque PS, c’était le vote utile, mais le vote utile devient Mélenchon. Lequel met en douce les insoumis et la révolution, pour la jouer pépère la force tranquille. Comme Macron n’est pas de gauche, il reste un gros bloc « de gauche » à 25/30%, et c’est le tremplin pour Mélenchon. 

Dans ce schéma, les gros bataillons du vote Macron partiront chez Fillon au deuxième tour.

Allez, ce n’est pas qu’un pari, car on essaie de raisonner avec une base politique très évolutive. Cette année la présidentielle se joue sur du verglas, il faut faire avec. Pari à froid, car je n’ai pas d’accroche avec Mélenchon et ses options européennes.

Et vous, quelle prédiction ?

Commentaires

  • Merci, GD, de planter la Marine, ça soulage.
    Alors on n'a pas d'accroche avec les options européennes de JLM ?
    Pas d'inquiétude : son plan A, c'est de négocier. Illusoire à mon avis, et déjà raté par Hollande d'ailleurs, mais ça va prendre des mois.
    Quant au plan B, on a vu que les anglois vont sortir mais qu'ils y mettent le temps : étant dans l'euro en plus, sûr que ça nous prendrait une bonne part du mandat c't'affaire.
    Et puis personne n'est à l'abri du pragmatisme, genre : « ah, je vous l'avais promis c'est vrai, mais vous voyez bien qu'on peut pas en ce moment ; il faut rassurer les marchés, il faut rester unis pour stabiliser la situation internationale dangereuse, on voit la VI° d'abord etc ».
    Et puis (c'est valable pour le F'haiNe ou Macron), l'Elysée c'est pas le tout, faut aussi une majorité à l'Assemblée : délicate cuisine, et le programme électoral peut mijoter un loooong moment avant d'être servi.

  • Pas Macron au 2ème tour, ça je le vois bien.
    Mais vu que c'est plutôt ce que j'ai envie, je ne garantirais pas à 100% ; c'est très subjectif.
    (je sens comme un frémissement, pas de rejet mais presque de Macron)
    Rein que son bilan, comme conseiller à l'Elysée (ça avait secoué Rocard et Emmananuelli cette entrevue à l'Elysée alors que Macron n'était que conseiller. Il y a eu une vidéo/interview/déclaration), puis son bilan comme ministre de l'économie.
    Ça ne donne pas envie.

  • Macron-Mélenchon avec victoire étriquée de baby-love devant peppone, et par la suite ralliements opportunistes sans précédent en vue des législatives,

  • Tout est possible. Et Lassalle, Gilles, tu l'oublies ?

    Fillon / Le Pen, j'ai du mal à distinguer. Le discours, l'impécuniosité, ils se ressemblent tellement. Des électeurs du premier sont prêts à voter pour la seconde. A se demander toutefois si elle n'a pas peur de gagner avec son sabordage médiatique sur le Vel d'Hiv (le ministère l'intérieur est bâti rue Nélaton sur l'emplacement du lieu de rassemblement de la rafle). Les nostalgiques dont elle s'entoure relativise très sérieusement ses dénégations. Encore un complot ? Comme Fillon. L'électeur n'est pas dépaysé. Ce qu'il aime dans Le Pen, il l'aura aussi dans le Fillon.

    Fillon / Macron, c'est le syndrome Deschanel. Ce qu'ils fument est très fort, le français protohistorique et le télévangéliste de Domrémy. Je partage l'idée d'un Macron-soufflet au fromage électoral. Un produit de marketing politique, comme Valls a essayé de l'être et Sarkozy le fut (voir sa bringue au Fouquet's). Quant à ceux qui votent pour eux, il y a des vieux à Rotterdam qui fument encore plus qu'eux et qui ont le cerveau moins abîmé malgré la différence d'âge. Preuve que le bio, ça conserve. A la différence du mousseux de sous-préfecture et des petits fours rances.

    Quant à Mélenchon, la dernière chose à faire est qu'il se prenne le melon avec les sondages. Il y a cinq ans, il devait déjà casser la baraque. Des quatre, c'est quand même celui qui est le moins "stone", qui paraît le plus sérieux. Mais ce n'est pas un gage de réussite ou de succès. Le plus sur pour lui de l'emporter serait de tomber sur Le Pen. Mais le débat de 2° tour risque d'être assez nul. Genre combat de pitbulls. Les chaînes vont se les disputer.

    De toutes les façons, aucun d'eux ne m'appelle pour me demander mon avis. Alors, ce que j'en pense. J'irai voter en prenant bien soin de court circuiter la soirée "électorale" où tout le monde a gagné. Un bon vieux film pour éviter la soupe médiatique. " Harold et Maud ". Sinon " Bienvenue Mr Chance ". Un biopic sur Trump avant l'heure... Un autre film d'Hal Ashby.

    NB Pour Fillon, la peur du cabinet noir, Pépère c'est facile à soigner. Allumes la lumière avant de fermer la porte ! Ou alors mets des fringues meilleur marché. T'auras moins peur de te salir. Mais enfin, normalement, il devrait bientôt avoir le temps pour faire la lessive, prochainement.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu