Avertir le modérateur

  • Vive la Gauche portugaise

    La gauche portugaise a réussi quelques exploits.

    En un, parvenir après les élections de 2015 à une alliance électorale de tout l’éventail de la gauche, et une alliance qui a duré, ce qui reste un modèle.

    En deux, s’affirmer dans l’Europe, car le repli dans les frontières ne veut rien dire, et dans l’Union européenne, parce qu’il faut respecter des engagements d’État, et surtout, parce que la critiquable et tant décriée Commission Européenne, contrairement à la légende, n'impose pas les politiques d’austérité. Avec insistance, elle rappelle qu’un pays qui s’endette devient la proie des banques, et que plus des banques rendent leur argent disponible pour les Etats, moins il en reste pour les entreprises et les particuliers. La relance par l’emprunt public a ses vertus, mais ce n’est plus d’époque. 

    Le gouvernement portugais a tracé sa voie : réduire le déficit sans passer par les politiques d’austérité. Le Portugal a ramené son déficit public à 2 % en 2016, avec comme perspective 1 % en 2018 puis l'équilibre budgétaire en 2020. Tu piges, mon pote ? Mário Centeno, ministre de l’économie, souligne la qualité du résultat : « Nous avons une occasion unique d'en finir avec la théorie selon laquelle l'Europe est condamnée à un avenir fait seulement d'austérité. Notre modèle est une recette exportable dans tout le continent ». Une réussite pour Antonio Costa, le premier ministre socialiste et son gouvernement de gauche.

    Et oui… Les dirigeants portugais ont renoncé à de grands plans de dépenses, genre les grands travaux… et à l'austérité. Ils ont misé sur la cohésion sociale, en cherchant à redonner confiance aux classes moyennes. Le gouvernement a allégé la pression fiscale sur les ménages, a relevé le salaire minimum et retraites et a restitué les 35 heures pour les fonctionnaires. Avec une prudence de sioux, il a compensé par une augmentation de l'imposition sur les sociétés et sur l'immobilier, et il a créé de nouvelles taxes.

    Ces chocs ont été acceptés, parce que le renforcement de la cohésion sociale, appuyé sur les exportations et de tourisme, a dopé l’économie : pour cette année, la croissance sera entre 1,5 à 1,8 %.

    La gauche, ce n’est pas « changer la vie » ! Let me be... Renforcer la société et la solidarité, pour redéployer les vraies forces de l’économie, cela suffit largement. Bravo aux dirigeants portugais, véritable contre-modèle aux discours illusionnistes de la gauche en Europe.

    Si j’étais portugais, je n’aurais pas de mal à savoir pour qui voter…

    portugal.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu