Avertir le modérateur

L’Etat de droit et la citoyenneté

eldorado-le-tresor-de-la-cite-perdue.jpgVu le sens politique acéré du fluet, la force de son implantation dans les réalités sociales, et le génie de son staff, il vaut mieux se préparer sagement à la victoire de Le Pen, histoire de voir ce que ça pourrait donner.

En fait, je ne vais pas parler de son programme, car mon psychiatre, pour une fois d’accord avec mon cardiologue, m’a déconseillé les efforts inutiles, et donc de le lire.

Ce que fera Le Pen n’est pas mon problème, la question, c’est ce que nous ferons.

Ici, il faut déjà mettre à l’aise nos amis abstentionnistes et adeptes du vote blanc : la citoyenneté dans un État de droit ne se résume pas au fait de voter. Voter, ce n’est qu’une petite partie de la citoyenneté,... et heureusement, car il est désormais bien clair que nous votons pas en fonction de nos attachements, mais à partir des candidats désignés.

- Je rejette les politiques du fluet ou de Le Pen…

- Certes, mais tu es obligé de voter pour l’un d’eux, ou alors tu es un mauvais citoyen.

- Donc, être citoyen, c’est voter une fois tous les cinq ans pour celui qu’on rejette le moins ?

- Exact. Après tu rentres dans ton trou, et on te sifflera dans cinq ans.

- Sauf que non…. Le vote, c’est si un candidat me va. La citoyenneté, c’est tout ce que je vais faire, à titre personnel et dans des associations, chaque jour pendant les cinq ans, pour défendre les libertés publiques, les droits sociaux et la démocratie contre les abus des autorités étatiques.

- Non, non, ça c’est pas bon. Tu as voté, donc tu as donné ton avis dans une démocratie représentative, et tes représentants doivent pouvoir gentiment exercer le pouvoir pour lequel tu les as mandatés.

- Arrête ton char, on croirait les cours de morale citoyenne pour le cours élémentaire. En 2012, on a voté « gauche » et El Blanco, qui s'était ramassé avec 5%, a été nommé premier ministre. De même, explique-moi si la déchéance de nationalité était dans le programme… Et la refonte des accords européens pour obtenir un plan de relance, elle est passée où ? Et le mignon banquier, nourri par le monde de la finance… Plus aucune confiance.

- Si tu n’es pas d’accord, tu voteras contre eux cinq ans après. Correct ?

- Correct, rien du tout, car tu auras trouvé d’autres candidats sympas pour « rénover la vie politique ». Stop. La politique française n’a pas été détruite par l’abstention des électeurs, mais par les acteurs du jeu politique. Un jeu politique se résume à des postures, et le but est de nous faire obéir, en faisant croire que nous avons choisi la règle qu'on nous oppose. Ça ne marche plus. Car attention : en même temps que la politique s’est affaiblie, le droit s’est renforcé. La France est un État de droit, qui prend place dans deux institutions européennes, l’Union européenne et le Conseil de l’Europe, qui sont également des communautés de droit, et dans un régime international, affaibli par les impérialismes, mais qui reste aussi une communauté de droit, avec le statut de l’ONU, outil de la paix dans le monde, et du Pacte des droits civils et politiques de 1966, sous la protection du Comité des droits de l’homme de l’ONU.

- Mais ce ne sont que des mots, que du juridisme, rien de concret…

- Détrompe-toi, c’est un système qui marche pas si mal que ça. La loi est l’œuvre des majorités politiques, mais elle n’est légitime que dans le respect des principes. L’unité d’un pays se structure autour des principes du droit. Pour construire ce type de recours, il faut des professionnels, des spécialistes, mais ces techniciens inventifs n’agissent qu’en fonction des demandes qui leur parviennent. La notion fausse, c’est celle de la désobéissance civile, comme si, en 2017, fallait passer dans l’illégalité pour défendre le droit. La notion de désobéissance civile est une pure illusion, inventée justement pour sauvegarder l’ordre établi : on veut faire renoncer à la défense du droit par les citoyens en faisant croire qu'il faut, pour dénoncer le droit dominant, basculer dans l’illégalité… Dans cette logique, il faudrait demander aux fonctionnaires de refuser de respecter les ordres des autorités hiérarchiques… N’importe quoi. Dans un État de droit, chaque citoyen est garant de la légalité, et en dehors du vote qui l’occupe cinq minutes tous les cinq ans, et qu’il doit assumer avec un choix très libre, il s’investit sur le terrain, opposant la force du droit aux majorités politiques qui s’égarent. Pour tenir l’outil, il faut des spécialistes, les professionnels du droit, mais concevoir le plan de bataille est l’œuvre des citoyens.

- Donc d’après toi, une personne qui refuse de voter, parce qu'aucun candidat ne lui va, remplit son devoir de citoyen à partir du moment où elle va agir pour la défense des droits, par l’action militante et par des recours en justice ciblés, pour défendre les principes qui fondent la société ?

- T’as tout compris. Dans une cité perdue, le droit est un trésor.

Commentaires

  • Merci, Gilles,
    m-a

  • Merci, d'embellir ma semaine

  • Un dialogue de Platon. Très beau billet. Je ne peux pas le commenter - Isocrate en parle déjà dans le discours aéropagitique ( voir not. § 16 - 41 ) - en quelques phrases.
    http://remacle.org/bloodwolf/orateurs/isocrate/areopagique.htm
    Isocrate amène à s'interroger sur la qualité du législateur et des magistrats. Sont-ils à la hauteur de leur fonction, de la loi ?

  • Un recours en justice ciblé qui me semblerait opportun, vu l'importance en vies humaines (et en exercice de la souveraineté vs l'alignement impérialiste, et en capacité de choisir une option économique / politique etc.), concerne les mensonges du gouvernement sur la situation en Syrie. En l'occurrence, Ayrault a repris il y a qques jours un argumentaire selon lequel nous (OTAN) sommes légitimes à accroître le chaos dans ce pays parce qu'il est prouvé que le régime y a empoisonné son propre peuple. Or, c'est faux : Postol (du MIT) avait démonté une accusation similaire de a part des services secrets US, que le caniche du Quai d'Orsay a pourtant reprise quelques jours plus tard (https://www.les-crises.fr/la-maison-blanche-a-publie-un-rapport-de-renseignement-manifestement-faux-trompeur-et-amateur-par-theodore-postol/).
    La Loi a-t-elle une pertinence là-dedans ? Douteux, à en juger par le succinct rappel historique de jplchrm ds son commentaire à l’article Les-Crises – “L’ennemi commun des peuples : Le moment Hillary par Bruno Guigue”)
    “-En 1964, on vous a raconté que le Nord-Vietnam avait attaqué la flotte US dans le Golfe du Tonkin. C’était faux.
    -En 1967, on vous a raconté que L’Égypte avait attaqué Israël. C’était faux.
    -En 1991, on vous a raconté que l’armée de Sadam Hussein débranchait les couveuses dans les maternités de Koweit City. C’était faux.
    -En 2001, on vous a raconté que les afghans étaient derrière le 11 Septembre.
    -En 2003, on vous a raconté que l’Irak possédait des armes de destruction massive. C’était faux.
    -En 2011, on vous a raconté que Kadhafi massacrait son peuple. C’était faux.
    -En 2014, on vous a raconté que les ukrainiens avaient tout seuls pacifiquement renversé leur gouvernement démocratiquement élu. C'était faux.
    -Aujourd’hui, on vous raconte le même genre de salade sur la Syrie et la Russie et vous y croyez toujours !”
    Nüremberg avait exonéré les vainqueurs ; et plus encore, l'IMTFE. Bush et Blair, toujours l'aise quand Gbagbo se broie. La justice, pour la paix, aura-t-elle sa voie sur Ayrault ? Au moins ce fusible-là est-il déjà multigrillé.

Écrire un commentaire

Optionnel

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu