Avertir le modérateur

  • Trump : Quid, à part l’argent des armes ?

    A Riyad, devant les chefs d’État à majorité sunnite, dans un discours annoncé, Trump a mis sur un pied d’égalité l’Iran et Daech… Important ? non, idiot et pitoyable : Trump est incapable de remettre en cause l’accord sur le nucléaire iranien, comme il l’est de monter au Moyen-Orient une opération militaire sérieuse. Ses discours sont juste des mots pour bercer de bonheur ceux qui attendaient ces mots… et les convaincre de signer 380 milliards de commandes aux US. Sur le fond, rien ne changera.

    Obama ne s’était résolu au grand recul US que parce qu’il y était obligé, parce que l’uniforme US est devenu un repoussoir absolu dans cette grande région. Dans les populations arabes - bien différentes de leurs dirigeants - les horreurs s’appellent la Palestine, l’Afghanistan, l’Irak, la Libye, le Yémen : chaque fois les États-Unis - au nom de la démocratie - ont agi en toute impunité pour déstabiliser ces États, ouvrir la porte aux massacres, briser les familles, et ruiner les économies. La Russie, qui en Syrie a mis fin cette gangrène, ne permettant d’évolution qu’au sein des États, par le jeu politique, engrange chaque jour des soutiens. Regardez l’Égypte qui devient alliée de la Russie. Ça vous plait ou ça ne vous plait pas, mais c’est comme ça.

    Trump ? Il s’était déjà ridiculisé par sa frappe du 7 avril 2017, avec des tomawaks en solde, sur la base aérienne de Shayrat, qui avait été avertie et était désertée. Aujourd’hui, ce xénophobe patenté, poursuivi par un procureur spécial, passe le grade de grand guignol en chef avec ses discours de Ryad et Jérusalem, qui ne sont que du spectacle. Vraiment, compter sur le soutien de Trump pour conduire sa politique, il n’y a plus que le roi Salmane… et Abbas pour gober une telle illusion.  

    chartoftheday_4605_la_france_septieme_budget_militaire_mondial_n.jpg

    Entretien avec Talal Atrissi

    A lire ci-dessous l’entretien de Talal Atrissi, sociologue libanais, avec Suzanne Baaklini, publié dans L’Orient - Le Jour.

    À quoi attribuez-vous cette véhémence contre l'Iran et le Hezbollah dans un sommet principalement axé sur la lutte contre le terrorisme ?

    À mon avis, cette véhémence dans les propos répond à une demande saoudienne. Ce qui intéresse le président américain (NDLR : étasunien), ce sont les contrats qu'il a signés pour des centaines de millions de dollars, sans compter qu'il n'a personnellement pas de problème à tenir ce langage à l'encontre de l'Iran. Mais pour ma part, c'est une phrase qui a retenu mon attention : en substance, Donald Trump a fait comprendre aux Saoudiens qu'il les soutient dans leurs combats, mais qu'il ne va pas les mener pour eux. En d'autres termes, les Américains ne vont pas envoyer leurs soldats combattre les Iraniens.

    En fait, c'est comme si le président américain a donné aux Saoudiens ce qu'ils attendaient de lui. Pour ces derniers, le principal apport de cette visite est d'inverser la tendance qui avait prévalu lors du mandat de Barack Obama, et qui était de créer un équilibre entre l'Arabie saoudite et l'Iran par le biais de l'accord nucléaire. Même Donald Trump avait critiqué les Saoudiens avant son élection. Mais actuellement, ce qui l'intéresse, ce sont les contrats qui lui permettront de reconstruire l'infrastructure dans son pays. D'ailleurs, on peut constater que malgré les déclarations incendiaires, il n'a rien affirmé de spécifique, comme demander un changement de régime en Syrie par exemple.

    Et pour ce qui est du Centre de lutte contre le financement du terrorisme, je me demande quel est son objectif. Rappelons qu'il existe déjà une alliance internationale contre le terrorisme et l'Arabie saoudite elle-même avait créé une institution ayant un rôle similaire. Quel besoin donc d'un nouveau centre ? À mon avis, il n'aura pas de réelle efficacité.

    Durant le sommet, il a été question d'assécher les sources de financement du terrorisme. Si on joint cette déclaration aux attaques dirigées contre l'Iran et le Hezbollah, peut-on penser que de nouvelles sanctions sont envisagées contre l'Iran ?

    De nouvelles sanctions contre l'Iran sont parfaitement possibles et il n'est pas étonnant que l'administration américaine actuelle les envisage. Mais il est désormais clair que Donald Trump ne peut pas annuler l'accord sur le nucléaire, bien qu'il puisse le freiner. On en voit souvent des signes, comme l'hésitation de compagnies européennes à collaborer avec l'Iran en vertu de cet accord, par exemple.

    Pour ce qui est d'éventuelles sanctions contre le Hezbollah, je ne crois pas qu'elles s'avéreront très efficaces. À titre d'exemple, le président du conseil exécutif du Hezbollah Hachem Safieddine a été placé sur la liste des personnalités terroristes aux États-Unis, mais l'impact sur lui sera très limité en réalité.

    Une réaction iranienne qui aurait des répercussions sur la stabilité du Liban est-elle à craindre ?

    Je ne crois pas du tout que le problème se pose en ces termes. Des événements régionaux plus graves n'ont pas mis la stabilité du Liban en danger. D'ailleurs ni l'Iran ni le Hezbollah n'ont un quelconque intérêt à voir ce pays se déstabiliser.

  • Trump et le déclin de l’Empire US

    32849.jpgImprévisible, contradictoire, ignorant… et tellement petit… Trump accélère la chute US, et ça, ça fait plaisir à voir.

    La journée d’hier commence par les résultats des élections en Iran. Même les plus acharnés adversaires du régime n’ont rien trouvé à redire sur la campagne, le déroulé des élections et le résultat. Forte participation, et victoire du camp réformiste de Rohani, avec la ville de Téhéran qui bascule.

    Six mois après l’accord sur le nucléaire, l'UE avait en janvier 2016 levé ses (illégales) sanctions économiques et individuelles, et hier, Federica Mogherini, patronne de la diplomatie européenne, a salué le processus : « Les Iraniens ont pris part avec passion à la vie politique de leur pays. Je félicite le président Rohani pour le clair mandat reçu. L'UE est prête à continuer à travailler pour la pleine mise en œuvre du Plan d'action global commun, l'engagement bilatéral, la paix régionale et la satisfaction des attentes de tous les habitants de l'Iran ».

    Au même moment, Trump appelait la quarantaine de pays à majorité musulmane sunnite à « isoler l’Iran », avec  cette fine analyse :  « Du Liban à l’Irak en passant par le Yémen, l’Iran finance, arme et entraîne des terroristes, des milices et d’autres groupes terroristes qui répandent la destruction et le chaos à travers la région. En attendant que le régime iranien montre sa volonté d’être un partenaire dans la paix, toutes les nations dotées d’un sens des responsabilités doivent travailler ensemble pour l’isoler ».  Retour de la bataille du bien contre le mal, merci de choisir votre camp...

    Il faut dire que l’excellent Trump parlait depuis Ryad, une capitale de la démocratie, du respect du droit – notamment des femmes -, un régime qui n’a jamais entretenu le moindre lien avec les familles du terrorisme, et qui ne plaide que la modération et l’ouverture d’esprit en religion… Un nirvana de paix et de décontraction sociale.

    Il faut dire aussi que l’excellent Trump devait faire des risettes aux barbus car il venait de leur faire signer pour 380 milliards de dollars de contrats, dont 110 d’armement, du jamais vu. Des ventes tous azimuts pour calmer l’establishment US qui a engagé les grandes manœuvres contre lui, en désignant un procureur spécial pour enquêter sur ses liens avec la Russie.

    Bref, tout ceci témoigne de la grandeur d’un homme politique, affirmant de hautes vues stratégiques, à long terme. Le même Trump qui s’est ridiculisé dans sa précipitation à publier des décrets anti-muslim, bloqués par un juge fédéral, et par son illégal et inefficace bombardement en Syrie, qui en a fait un clown international.

    Demain il sera en Israël et dans les territoires occupés de Palestine, pour proposer un plan de paix inepte, qui ne fera qu’aggraver la situation. Et ainsi de suite.

    Bon, mais bien sûr, tout ceci c’est de la faute de l’Iran.

    Le recul des États-Unis est inéluctable, et on le voit s’accélérer sous nos yeux. Les États-Unis ne parviendront pas tous les ans à refiler 110 milliards d’armes à l’Arabie Saoudite, ni ailleurs. Aussi, ce petit pays – 5% de la population mondiale – va devoir gérer l’écroulement de ses budgets militaires, la charge de sa dette et les tensions sociales qui s’enchaîneront, ce au milieu de grands moulinets diplomatiques.  

    L’Europe, sous domination de l’OTAN – OTAN qui met la pression pour prendre le relais militaire – va se montrer fébrile et velléitaire, car la partie lui échappe. Dans un monde qui a besoin de paix, c’est-à-dire de stabilité des États dans leurs frontières, les années qui viennent montreront que les sages sont la Chine et la Russie, mais aussi l’Iran. On en reparlera.

  • B.B. King, North Sea Jazz Festival 2009

    Sans doute la plus belle époque de ses concerts, 83 ans, une force, une sagesse, et quelle beauté... La plénitude de B.B. King et de Lucille, avec tous les fidèles musiciens : James Bolden et Stanley Abernathy à la trompette, Melvin Jackson et Walter King au saxophone, Charlie Dennis à la guitare, Ernest Vantrease aux claviers, Reggie Richards à la basse et Tony Coleman à la batterie. Je vous laisse, pour ce fantastique concert, avec l’un de nos plus grands amis…

    image (2).JPG

  • La négroïde de service est une ex-sportive, chargée des sports

    Pour comprendre que ce gouvernement est un repère de vieilles badernes conservatrices, pas la peine de faire trois années de sciences-Po. Il suffit de chercher la place laissée aux blacks, blacks qui sont tous issus - c’est un fait - de notre politique ancestrale (400 ans) d’esclavage et de colonisation.

    33500ec1fcc2f7e75b04fa1611f3a (1).jpeg

    Et là, le résultat est net : la négroïde de service est Laura Flessel, une ex-sportive, chargée des sports. Donc, l’avenir du black, dans la France progressiste, c’est de faire du sport et de compléter les castings. Sur la photo du gouvernement, il ne faut pas de muslim - c’est un point acquis, qui ne se discute pas - mais il nous faut un black. Et si en plus, le black est une jolie black, qui ne sait parler de rien d’autre que de sport, alors là, c’est parfait. Laura Flessel sera très compétente pour le sport et pour le dopage, vu qu’elle avait été sanctionnée pour cela.

    Cela permet aussi de deviner la suite. Cette logique méprisante est la signature des petits mâles blancs, atteints par le syndrome du singe dominant. Président, un mec ; Premier ministre, un mec ; Secrétaire général de l’Elysée, un mec ; Ministre des affaires étrangères, un mec ; Ministre de l’intérieur, un mec ; Ministre de la justice, un mec ; Ministre de l’économie, un mec ; Ministre de l’énergie, un mec ; Ministre du budget, un mec ; Ministre de l’enseignement, un mec ; Ministre des relations avec le parlement, un mec. Et, sauf erreur, tous les directeurs de cabinets – les ministres-bis- sont des mecs. Le président du Conseil constitutionnel est un mec, le président du Sénat et de l’Assemblée nationale seront de mecs, et les présidents des groupes majoritaires des deux assemblées seront des mecs.

    Le ministère de la Défense, rebaptisé de manière utilitaire « ministère des Armées », est confié à une femme qui aura une marge de manœuvre à zéro, tant que Le Drian sera Ministre des affaires étrangères. Seul ministère important confié à une femme, celui du travail, mais Macron a déjà défini l’action à conduire.

    Allez, un petit plus, juste pour rire. Dans la course à la meuf ministre, il a fallu faire vite, et un peu trop. Pour la santé, se trouve nommée une prof de médecine, qui était à la tête de la Haute Autorité de Santé, Agnès Buzyn. Toutes les qualités, parcours remarquable, et allez et allez... Sauf que le lendemain, on s’aperçoit d’un petit problème : son époux, Yves Lévy, est directeur de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), la pièce maîtresse de la recherche médicale en France. Alors, Bichette va-t-elle assurer la tutelle sur l’activité de Chouchou ? Trop drôle... Du coup, il a été décidé que l’INSERM ne dépendrait plus du ministère de la santé. Pour aller où ? Au ministère de l’agriculture ? ou du sport ?

    Allez, je sens qu’on ne va pas s’ennuyer avec cette joyeuse équipe. Tout le problème est que, sur le papier, ce sont eux qui dirigent le pays…

  • Valls a vocation à rentrer chez lui

    Comme les Roms avaient vocation à rentrer en Roumanie ou en Bulgarie, Valls a vocation, semble-t-il, à rentrer chez lui. Le mal que ce type a fait au pays… De trahison en trahison,… c’est juste le prix. Mais ce climat n’est pas bon.  

    photo-1346148858031-6-0.jpg

    Valls avait pourri le débat parlementaire de Macron sur son immense loi de libéralisation de l’économie en interrompant les débats pour passer au 49-3, alors que Macron – que Valls appelait affectueusement le microbe – était sûr d’obtenir une majorité, et il en avait été tout fâché.

    Macron le malin avait alors acté sa rupture avec Valls le bourrin, et on connait la suite... On comprend aussi le manque d’enthousiasme des En Marche ! pour accueillir un type à ce point borné, instable et prétentieux.

    Mais attention.

    En Marche ! rêve d’une majorité absolue avec pour les législatives, avec un vote légitimiste donnant une majorité au président. Oki, mais à supposer que ce soit possible, est-ce vraiment la bonne solution ?

    S’il obtient une majorité absolue, Macron va faire du Macron, donc avec l’adhésion des 24 % du premier tour, et cinq ans c’est long… La société française est très diverse, et celui qui ne partage pas le pouvoir creuse sa tombe politique.

    S’il n’a pas la majorité absolue, Macron devra jouer avec une coalition. Ça plaira moins à cette sorte de secte qu’est En Marche !, et il faudra faire un peu de place aux non-membres, mais c’est la garantie de durer.

    Ce journée de veille des investitures, c’est mal barré, et le microbe a tout fait pour humilier El Blanco. Ce n’est pas fort.

    Je n’attends rien, ni de l’un, ni de l’autre, mais notre pays a besoin d’un pouvoir politique stable, et là, franchement, je commence à flipper.

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu