Avertir le modérateur

  • Interview de Vladimir Poutine au Figaro

    Merci au Figaro, journal qui respecte ses lecteurs. Le site a publié hier une interview de Vladimir Poutine d’une demi-heure, avec deux journalistes qui connaissent leur sujet, une demi-heure de vraies questions, sans interruption ni commentaires des experts pour nous dire ce qu’il faut penser. Branchez votre cerveau, écoutez, analysez et appréciez. Et notez au passage la connaissance de l'histoire, et des dossiers, dont la Syrie, la base étant l’unité d’un pays souverain.

    XVM4562a634-454f-11e7-8dae-0f9b3513599d.jpg

  • Moralisme : De Sarnez solidaire de Ferrand…

    Le 22 mars, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour abus de confiance visant 19 eurodéputés français… parmi lesquels Marielle de Sarnez, Sinistre chargée des aAffaires européennes. Elle est soupçonnée, comme ses autres collègues (droite, « gauche » et écologistes), d'avoir employé une assistante parlementaire qui exerçait en fait ses fonctions au sein de son parti politique, le MoDem. Il s'agit de Philippine Laniesse, conseillère régionale et élue municipale à Paris, actuellement chargée de la communication de la Sinistre. Comme c’est mignon…

    freres_lumiere.jpg

    A l’origine, on trouve la plainte adressée par l'eurodéputée FN Sophie Montel le 14 mars dernier au procureur de la République de Paris, et à l’Office européen de lutte antifraude (Olaf). Preuves à l’appui, elle accuse 19 eurodéputés d’avoir embauché des assistants qui travaillaient à Paris pour le parti et non pas à Bruxelles pour l’eurodéputé, pile ce qui est reproché au FN : « Je suis contrainte de porter à votre connaissance des éléments attestant que plusieurs élus français au Parlement européen ont à leur service des assistants ayant par ailleurs des fonctions au sein de leur formation politique respective ». Dans la liste, la moraliste de Sarnez. 

    Le Parquet a aussitôt ouvert une enquête, ce qui ne signifie pas que les 19 eurodéputés sont marrons. Attendons sagement l’avancement de cette enquête, qui ne parait toutefois pas d’une redoutable complexité.

    Donc, Marielle, tu fais comme tu voudras, mais si tu ne dissipes pas les nuages, le déclencheur de ton siège éjectable fera le reste.

    En Macronie, être « légal » ne suffit pas, il faut être désormais « moral »,… ah, ah, ah… Ce n’est pas nous qui avons inventé la moralisation, comme priorité absolue du gouvernent. C’est Bayrou, pour se mettre en valeur avant les législatives, qui a imposé ce thème, profitant de sa relation avec Macron pour court-circuiter le Premier Sinistre, dont je ne me rappelle plus le nom… Un mec plus invisible que l’était le « collaborateur ».

    Et puis Marielle est « sinistre des affaires européenne »… Europe qui aurait financé sa carrière ?

    Alors, c’est comme tu veux : tu peux choisir la langue de bois, mais tu vas le payer cher, d’autant plus que candidature dans la 11e circonscription de Paris passe très mal… Les premiers opposants sont les braves militants de En Marche (Vers le néant) ! qui se sont vu imposer ta candidate récidiviste et prétentieuse.

    Et puis petit gag, hier matin alors que de Sarnez était interrogée sur son camarade Ferrand, elle s’était montrée bien peu solidaire : « c’est son affaire ».

    Oki, de Sarnez, mais aujourd’hui, « C’est ton affaire ».

  • Joyeux délire contre le festival Nyansapo

    Faire rempart à Le Pen... Leur maître mot… alors qu’ils ne font que se coucher devant Le Pen. Nouvelle illustration avec « l’affaire » du festival Nyansapo

    Que pasa ?

    mwasi.png

    Un groupe militant très actif, le collectif Mwasi, organise un festival « afroféministe européen », du 28 au 30 juillet, en louant un lieu parisien, géré par une association. 

    On parait découvrir le débat sur l’afroféminisme, alors c’est un truc de juste 50 ans, lancé autour des mouvements noirs US et de la personne d’Angela Davis, qui explique que pour combattre le racisme, il faut renverser tout le système capitaliste. Le programme est joyeux, festif, mais la teneur est très intello, tendance politique, sous-tendance activiste. Très salutaire... L’objectif est de « construire des stratégies et des solidarités durables, grâce à l'organisation de concerts, d'ateliers, de tables rondes sur des thèmes comme « l'Afroféminisme dans la lutte anti-négrophobie, dépolitisation et blanchiment de l'intersectionnalité, comprendre le racisme et le sexisme contre les femmes noires… ». Les participants viennent de loin, et il ne faut pas perdre de temps avec le bavardage. Aussi, selon une tradition dans ce type de mouvements, un bon nombre de débats sont réservés, ici aux femmes blacks, et quelques autres aux blacks. C’est l’idée d’un nécessaire huis clos pour permettre à des paroles minoritaires et bafouées de s’exprimer. Un truc archi-répandu, comme au temps du MLF, ou encore de Nuit Debout. Un débat est connu, très bien connu. Mais s'il s'agit de femmes black, ça coince. Cherchez l'erreur.

    Donc, si je vais au festival Nyansapo, c’est que j’en connais la philosophie. Je serais bien accueilli, je pourrais discuter, manger, boire, participer à certains débats et à toutes les discussions informelles qui sont l'atout de ce genre de réunion. Simplement, d’autres débats sont réservés, et je ne pourrais pas dire que je suis surpris car ce festival militant est « afroféminsite ». Les « afroféminsites » se réunissent, où est le problème ? Si je vais à un festival de naturistes, il faudra au bout d’un moment que je foute à poil, ou sinon je resterai en salle d’attente, ce n’est pas plus compliqué que cela.

    Après, vient l’emballement de « tout le monde couché devant le FN », air connu. Le secrétaire départemental du FN à Paris, Wallerand de Saint-Just, balance un communiqué pour dénoncer la tenue d’un « festival interdit aux Blancs » ; la LICRA et SOS Racisme disent qu’en effet, quelle horreur, il faut réagir ; et Anne Hidalgo annonce qu’elle veut l’interdiction ce festival « interdit aux Blancs ». Le rempart anti-FN marche à merveille…

    Délirant…

    Tout d’abord, le collectif Mwasi n’est pas un service public, mais une association qui défend des opinions minoritaires. Mwasi ne gère pas une piscine municipale mais organise un festival militant, avec des réunions de travail dédiées à sa cause. Les organisateurs sont d’ailleurs plutôt cool en ouvrant une réunion politique si orientée à tous les publics. À ma connaissance, il n’est pas possible d’entrer à un congrès du PS ou des Républicains si on n’est pas invité... Discrimination ? Si j’organise un festival de jazz réservé aux blacks, ou que je loue un appartement réservé aux blancs, je fais de la discrimination. Mais quand sur une base militante, je conduis une action déterminée, je suis libre de m’organiser pour conforter mon groupe, ce n’est pas plus compliqué que cela, et c’est parfaitement en règle avec la loi. Faut-il un représentant de la direction dans toute réunion de la CGT ? Faut-il un catho au conseil d'administration de chaque mosquée ?

    Ensuite, l’objet de ce festival est à la liberté d’expression, si chère liberté d’expression qui est un pilier de l’État de droit dans une démocratie. Puis un arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme de 1976 (Handyside), on sait que cette liberté vaut pour toutes les opinions, et mêmes celles qui choquent, qui heurtent ou qui inquiètent. La grande chance d’une démocratie est que toutes les idées puissent exprimer, ce qui permet de toutes les connaître, et le cas échéant de les combattre. Or, la réaction de Hidalgo, c'est la censure : on ne discute pas, on interdit… La seule réponse valable est de garantir cette liberté d’expression, en renforçant sa sécurité par la police si nécessaire. Et s’il y a des abus, faites un recours pour que ces abus soient jugés, no problem, mais on en parlera au tribunal, preuves à l'appui... La censure, c’est exactement le refus de débattre, car on a peur de l’argument. Le FN, la LICRA, SOS Racisme et la mairie de Paris ont tous  les moyens pour enclencher tous les débats qu’ils veulent, avec accès non-stop aux grands médias… Alors qu’ils se lancent, qu’ils développent leurs idées, qu’ils disent tout le mal qu’ils pensent de ce festival, lequel répondra et d'autant plus facilement que son action se fonde sur les grands et nobles principes des luttes sociales. Mais la censure... Demande d'interdiction d'un festival... Quand même...

    Ça serait d'ailleurs intéressant de connaître les savantes explications de la LICRA et de SOS Racisme, qui n’ont jamais rien fait contre la montée en puissance du FN. Le bilan  électoral montre qu’ils ont tout faux, mais ils continuent de professer…

    Bien triste, mais on peut essayer d’en rire. Aussi je me permets de signaler au FN, à la LICRA, à SOS Racisme et à la mairie de Paris que les loges franc-maçonnes se réunissent régulièrement, notamment à Paris, dans des réunions non-mixtes, à 95 % masculines, et à 80% blanches. Et les tiers n’ont même pas le droit de participer à leurs délicieux convents... Que fait donc la police ?

  • Buddy Rich Big Band, Copenhague 1986

    Un batteur magnifique, un chef d’orchestre qui enflamme son big band, un swing comme le bonheur. Régalez-vous avec le grand Buddy Rich au sommet de son art. Et en plus, une soirée à Copenhague, tout le luxe quoi…

    76eb875143c72eb5aa60097ca6fabf33.jpg

  • Les ruineux technocrates de Bruxelles… sont à l’OTAN

    Nous aurons à reparler de l’importante réunion de l’OTAN à Bruxelles de ce jeudi, mais il faut un peu de temps avant de récupérer les informations fiables.

    Le truc qui m’a tué, c’est le nouveau siège de l’OTAN. Les cadors de l’OTAN viennent – avec notre argent – de financer un bâtiment démentiel à 1,1 milliard d’euros. Oui, 1,1 milliard… et ce pour faire travailler 4.500 personnes, ce qui représente un coût de 245.000 € par poste de travail, record battu.

    Jeudi, toute la presse était à l’inauguration, et tous les responsables politiques ont suivi l’évènement. Pas un seul pour poser des questions sur ce coût exorbitant ! Pas un seul non plus pour relever l’invraisemblable opacité des processus décisionnels au sein de cette coalition, qui définit sans le moindre contrôle démocratique les grands enjeux de politiques étrangères.

    A la première occasion, on tape sur les technocrates de la Commission européenne, et on stigmatise, en prenant de grands airs, l’absence de politique étrangère de l’UE. Et c’est vrai que l’Europe pourrait faire mieux.

    Mais quid de ce silence vis-à-vis de l’OTAN ? C’est la signature de la servilité. Des coûts exorbitants ? aucune question. Des choix stratégiques mettant en cause l’indépendance des Etats sans le moindre débat public, sans le moindre contrôle démocratique ? aucune question. Une organisation qui met en scène une fraternité avec les US, premiers importateurs du terrorisme dans le monde, pour détruire notre fraternité géographique, culturelle et politique avec la Russie ? aucune question.

    Ce qui est remarquable, c’est que le bâtiment est la représentation même de ce processus occulte de décision. Toutes les façades sont vitrées, image de la transparence, mais derrière ont été installés des structures lourdes en béton, calculées pour résister à des attentats XXL.

    5133642_6_e443_le-nouveau-qg-de-l-otan-a-bruxelles_af61acf228d40cf09b5ba2b7f70073b6.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu