Avertir le modérateur

Macronie : Pénicaud dans le prochain plan social

Business France est une agence d’État créée en 2015, par la fusion d’anciennes structures en échec : en gros, il s’agit avec l’argent du budget de l’État de faire la pub à l’international pour les entreprises françaises bien dans la ligne du parti. Je souligne : l’argent public doit être dépensé pour la publicité des entreprises, et pas pour les ministres de tutelle (Économie et Affaires étrangères). En mai 2014, a été nommé directrice la sympathique Muriel Pénicaud. Remarque au passage : on nous la présente comme chef d’entreprise, alors que, nommée par El Blanco, elle gérait une agence d’État… Pourquoi pas.

Le 6 janvier 2016, à Las Vegas (Amérique du Nord, territoire indien occupé), était organisé un happy few pour bourrés de fric, le Consumer Electronics Show. 500 personnes « qui ont réussi », parquées dans un hôtel de luxe XXL, pour une soirée de salamalecs.

12782371.jpg

D’où l’idée du Sinistre de l’Économie de l’époque : un viron là-bas, et se faire un max de pub, style la nouvelle économie : Macron décide d’aller se vendre lors de cette opération de pub, soit 1% pour les entreprises françaises, et 99% pour lui.

- C’est donc le ministère qui va payer ?

- Non, ça va être l’agence !

Le premier schéma est modeste : un aller/retour, avec une salle mise à disposition sur place.  

Pas si mal, mais pas à la mesure du destin du Sinistre : on s’enflamme, et le budget explose.

Problème : l’idée de cette virée est de la mi-décembre, et il est impossible de réaliser le raout, car il faut passer par un appel d’offres. Donc, c’est mort. Sauf que la compréhensive Pénicaud passe outre, et confie organisation la virée de Macron à Havas sans appel d’offres, alors qu’on est à 400 000 € : le double du seuil légal (Ordonnance n° 2005-649 du 6 juin 2005). La facture sera de 381 759 €, hors frais d’hôtel (de l’ordre de 60.000 €, à vérifier) mais ça râle tellement en interne que Havas limite sa réclamation à 290 000 €, somme acceptée le 28 février.

Les comptables renâclent, car l’opération reste irrégulière de A à Z, vu l’absence d’appel d’offres et le montant exorbitant de 400.000 € pour une soirée à la gloire du Sinistre. Dans les cordes, Pénicaud est obligée de mandater Ernst & Young en mars 2016 pour un audit… qu’elle finit par faire examiner par le conseil d’administration en décembre 2016… un an après !

Audit catastrophique, que Pénicaud est obligée de transmettre à Sapin, le nouveau sinistre, avec beaucoup de retard, car les conclusions confirment ce que tout le monde sait : « La commande de la prestation Havas est susceptible de relever délit de favoritisme » et les auteurs pointent des « dysfonctionnements susceptibles d’engager la responsabilité de leurs auteurs ».

L’Inspection générale des finances appuie par sa propre, enquête, et le 13 mars 2017, le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire sur ces soupçons de délit de favoritisme. Là-dessus, suivent deux perquisitions chez Business Service et à Havas, ce 20 juin, et les enquêteurs trouvent des kilos de mails, à partir de la boîte mail de Fabienne Bothy-Chesneau, qui était la personne opérationnelle dans cette affaire.

Or, Libé publie hier des documents montrant que Pénicaud s’est permis de présenter au conseil d’administration une synthèse qui truandée le texte de l’audit, laissant entendre qu’un appel d’offres avait eu lieu.

Et le JDD a publié un mail du 11 décembre 2015, signé de Fabienne Bothy-Chesneau : « Muriel, briefée par nos soins, ne fait rien. Donc elle gérera aussi quand la CDC [Cour des comptes] demandera des comptes, ce ne sera pas faute d’avoir dit et redit. »

Penicaud, qui rêvait de zigouiller un Code du travail - qui n’est fait que pour embêter 95% des entreprises, - va devoir étudier tout cela de loin. Et si elle ne sait pas comment rédiger sa lettre de démission, je lui conseille de contacter Sylvie Goulard, François Bayrou ou Marielle de Sarnez, qui ont de l’expérience.

Commentaires

  • Dans une boîte privée, elle aurait été virée séance tenante. >C'est obscène.

  • Fabienne Bothy entendue le 21, suite à la perquisition. Source france-info

  • Battue en juin aux élections législatives, la socialiste Guigou annonce dans « Le Parisien » qu’elle arrête la politique mais continuera à s’exprimer, notamment via sa fondation.

    Ca permet de savoir qu'elle est encore vivante

  • Selon le Volatile de demain, les députées LREM ont du mordant! Un chauffeur de taxi a porté plainte.

    Les plaisanteries les plus courtes étant les meilleures, je reprends mon ancien pseudo.

  • Cette pouffe intégrale de Laetitia Avia

    Alors:
    1/ Elle a réussi?
    2/ Elle n'est rien?

    Merci aux philosophes macroniens de nous éclairer

  • La mordeuse est selon le NO, la députée Laetitia Avia cité en exemple à la tribune de l'Assemblée par E.Philippe. Qui est avocate! L'article de Canard que l'on peut trouver sur twitter vaut son pesant de rigolade.

  • En fait, "EM", c'est pas En Marche, mais En Mordant

    L'altercation aurait débuté au moment où la députée devait régler sa course de 12 euros : elle n'a qu'une carte bancaire et le terminal du taxi est malheureusement hors service. "Le ton monte, et la jeune macroniste menace de planter là le chauffeur... lequel démarre pour la conduire à un distributeur automatique", rapporte l'hebdomadaire.

    "Devant son comportement, elle a donc mordu le conducteur à l'épaule pour qu'il arrête - fait qu'elle reconnaît devant nous", écrivent les policiers dans leur rapport

  • héhé, chaud aux fesses pour le champion de la morale

    L'enquête sur le déplacement d'Emmanuel Macron à Las Vegas confiée à des juges d'instruction
    Le Figaro il y a 40 min

  • Affaire de la « French Tech night » : une information judiciaire ouverte pour favoritisme et recel de favoritisme
    Le Monde il y a 5 min

  • Un autre qui quand même m'a bien fait rire aussi, c'est le roi du gel-douche décrétant la fin des voitures essence et diesel pour 2040

    C'est cool, on ne s'ennuie pas

  • Déplacement de Macron à Las Vegas
    L'Inspection générale des finances (IGF) soupçonne un délit de favoritisme concernant l'organisation d'une soirée à Las Vegas en 2016. "Je n'ai rien à me reprocher", assure Muriel Pénicaud qui dirigeait, à l'époque, l'agence publique Business France.

    Certes, elle n'a rien à se reprocher... mais le pb, c'est que c'est la justice qui lui reproche qqchose

Écrire un commentaire

Optionnel

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu