Avertir le modérateur

L’histoire du prince qui rêvait de devenir un chef

Le Général Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées, publie régulièrement des lettres aux jeunes soldats. Je vous propose cette excellente lettre du 14 juillet 2017, intitulée « Confiance ».

0211612326671_web.jpg

Confiance

Mon cher camarade,

« Confiance, confiance encore, confiance toujours ! ». C’est par ces mots que le général Delestraint conclut ses adieux à ses compagnons d’armes, au mois de juillet 1940, à Caylus. Alors même que la défaite est actée, son discours est une exhortation ferme à rejeter toute « mentalité de chien battu ou d’esclave ».

Quelques mois plus tard, conformant ses actes à ses paroles, il prend la tête de l’Armée secrète. Arrêté, torturé puis déporté, il meurt au camp de Dachau, le 19 avril 1945, moins de trois semaines avant la victoire, dont il a été l’un des artisans les plus actifs.

Ce qui m’a toujours frappé dans cette recommandation du général Delestraint, c’est d’abord ce qu’il ne dit pas. Il ne dit ni « en qui », ni « en quoi » avoir confiance. A ses yeux, le plus important est, avant tout, cet état d’esprit singulier – cet « optimisme de volonté » - qui choisit de voir la plus infime parcelle de lumière au cœur des ténèbres les plus noires.

La confiance, c’est le refus de la résignation. C’est le contraire du fatalisme, l’antithèse du défaitisme. Et, en même temps, il y a dans la confiance une forme d’abandon. Agir sans s’abandonner, c’est faire preuve d’orgueil. S’abandonner sans agir, c’est se laisser aller.

Choisissons, donc, d’agir comme si tout dépendait de nous, mais sachons reconnaître que tel n’est pas le cas. Autrement dit, si toute notre foi, tout notre engagement et notre détermination sont nécessaires, ils sont à jamais insuffisants pour envisager la victoire. La vraie confiance réconcilie confiance en soi et confiance en l’autre.

La confiance en soi, d’abord. Vertu essentielle qui se construit dès l’enfance. Vertu qui naît des obstacles surmontés. C’est le cas dans les stages d’aguerrissement, que certains d’entre vous ont vécus. Ils vous révèlent vos capacités réelles qui dépassent, de beaucoup, ce que vous auriez pu imaginer. La confiance en soi est un moteur. Elle libère les énergies et encourage à l’action. Les fausses excuses tombent. Tout ce dont je suis capable devient possible !

La confiance dans l’autre, ensuite. Celle par laquelle je reconnais que je ne peux pas tout ; que le salut passe autant par mon camarade, mon chef, mon subordonné que par moi-même. Par cette confiance, je m’assume dépendant. Cette reconnaissance est le ciment de nos armées. La confiance mutuelle fait notre unité, en même temps que notre assurance. C’est elle qui fait dire au capitaine de Borelli, considérant ses légionnaires : « Par où pourrions-nous bien ne pas pouvoir passer ? ».

La confiance dans le subordonné est, particulièrement, féconde. On a pris l’habitude de lui donner un nom savant : la subsidiarité ; mais ça ne change rien. Comme chef d’état-major des armées, je mesure chaque jour davantage à quel point je suis dépendant de l’action de chacune et de chacun d’entre vous. Seul, je ne peux rien. Ensemble, rien n’est impossible !

Je terminerai par une recommandation. Parce que la confiance expose, il faut de la lucidité. Méfiez-vous de la confiance aveugle ; qu’on vous l’accorde ou que vous l’accordiez. Elle est marquée du sceau de la facilité. Parce que tout le monde a ses insuffisances, personne ne mérite d’être aveuglément suivi. La confiance est une vertu vivante. Elle a besoin de gages. Elle doit être nourrie jour après jour, pour faire naître l’obéissance active, là où l’adhésion l’emporte sur la contrainte.

Une fois n'est pas coutume, je réserve le sujet de ma prochaine lettre.

Fraternellement,

Général d’armée Pierre de Villiers

Commentaires

  • Le général de Villiers a démissionné, première grosse erreur politique de Macron. Ca lui coûtera .

  • Il ne pouvait pas faire autrement que dégager le chef d'état-major qui a piétiné le devoir de réserve lié à son statut et bousculé l'autorité de son chef.
    Ils vont décaler des grosses commandes mais faudra bien songer à réduire les opex ( coût : 1,1 milliard € en 2016 ).

  • @Fran
    Désolé de le dire comme ça, mais vous devriez consulter les organes d'information.
    Cela a été dit et répété: le général de Villiers n'a pas fait une déclaration publique, mais il a été auditionné à huis-clos par une commission de l'Assemblée Nationale. Laquelle assemblée est censée contrôler l'action du gvt et voter le budget, dont les dépenses militaires. Il était donc du devoir du général de dire tout ce qu'il pensait bon à dire. Cela ne devait pas être répété au dehors. Quant à savoir qui l'a rendu public et pourquoi, c'est une autre question. Je pense, mais cela n'engage que moi, qu'il faut incriminer l'amateurisme des députés LREM.
    Quoi qu'il en soit, Macron aurait dû expliquer que la confiance mise par le général dans la discrétion des députés auditeurs a été trahie, ou faire celui qui n'a rien entendu, et s'abstenir de propos désagréables envers l'intéressé.
    Il est à redouter que, dans ce genre d'occasion, les militaires ou fonctionnaires répondront désormais que tout va très bien, madame la marquise.

  • Oh mais j'avais lu tout ça, sauf que je pense que le général est un petit malin...Il s'est dignement battu pour sa paroisse, mais voilà il est militaire, et il a un chef.
    Un jour arrivera où on ne pourra plus financer les OPEX, et ce jour les postures théâtrales n'y changeront rien. Les gars sont payés sur de l'emprunt, les grosses commandes sont constamment décalées...

  • Ah quelle équipe princière !

    On vire le mec parce qu'il veut 850 millions, et une semaine après on refile 1,2 milliard

    Le prince va nous faire regretter et Sarko et Hollande.

    On m'a expliqué qu'il était antidémocratique de rappeler qu'il était démocratique (limite complot) de dire que le Prince a été élu par 15% des électeurs. Pas de pn, on verra où il est en dans 2 mois !

    J'ai prié pour qu'il explose pendant la campagne, mes prières n'ont pas suffi, ça va être plus coûteux

  • Et première,grande réforme économique: il tape l'APL des étudiants et des retraités. Trop fort.

  • Bien sur, il compte sur le role politique majeur de gégé le visionnaire.... minister from police

    http://www.lyoncapitale.fr/Journal/Lyon/Politique/Politique/Gerard-Collomb-minister-from-police-en-deplacement-a-Montmartre

  • Nouvelles de Lyon, et les délices de la macronie appliquée

    https://www.lyonmag.com/article/89065/brumm-1er-ajdoint-de-kepenekian-a-lyon-les-elus-sont-furax

  • Le mieux, ce serait que le prince et la princesse prennent la fuite pendant le mois d'aout, et on repartirait sur des bases sérieuses en septembre

Écrire un commentaire

Optionnel

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu