Avertir le modérateur

Hot spots en Lybie : Notre bon Prince et la souriante xénophobie d’Etat

Ça, on peut dire qu’on ne s’ennuie pas avec cette équipe. Vous verrez que notre bon Prince nous fera regretter et Sarkozy et Hollande…

Le gag est en effet sublime : le Prince a été recadré par l’Elysée ! Ubu roi est battu… Jeudi matin, le prince, en visite à Orléans, annonce fièrement : « L'idée est d'ouvrir des hot spots en Libye afin d'éviter aux gens de prendre des risques fous alors qu'ils ne sont pas tous éligibles à l'asile. Les gens, on va aller les chercher. Je compte le faire dès cet été. On va essayer de le faire avec l'Europe mais nous, la France, on le fera ». Mais, boum badaboum, l’Elysée publie un démenti dans l’après-midi : « En Libye même, ce n'est pas possible aujourd'hui, mais ce peut être le cas à courte échéance. Dès fin août, nous aurons une mission de l'Ofpra pour voir comment il est possible de mettre ça en place ». Et l’Elysée affirme avoir « identifié une zone, qui est le Sud libyen, le nord-est du Niger et le nord du Tchad pour installer des centres avancés de l'Ofpra ». 

1/ On est bien avancé !

La zone du Sud libyen, du nord-est du Niger et le nord du Tchad se compte en centaines de kilomètres de chaque côté. Et le mec ose nous dire j’ai identifié la zone ». Complètement nul, comme son pseudo accord libyen, non signé, et qui ne va faire qu'envenimer la situation là-bas, ruinant les efforts de l'Italie.

2/ Un truc faux-cul à 100%.

Selon notre bon Prince, « l'idée est d'ouvrir des hot spots en Libye afin d'éviter aux gens de prendre des risques fous alors qu'ils ne sont pas tous éligibles à l'asile ». Je traduis en français : « l’idée est de bloquer les pauvres là-bas pour qu’ils n’arrivent pas sur notre sol, on en a déjà bien assez comme ça ». On aurait pu imaginer que notre bon Prince en profite pour s’expliquer sur le rapport de Human Right Watch qui l’accuse de gazer des mineurs à Calais, mais cette question très contingente n’est pas du niveau de la hauteur de vue du Prince et de sa pensée complexe.

C’est donc un pas de plus dans la xénophobie d’État, avec le style cool et décontracté.

3/ Le truc est illégal à 100 %.

Le principe de base du droit d’asile est l’accueil sur le territoire, avec la mise en place de procédés de garantie de droits, dont un hébergement décent pour retrouver une stabilité minimale, la consultation d’un avocat et la possibilité d’exercer un recours en justice.

Rien de cela dans les hot spots libyens: aucune garantie de droit, aucune consultation d’avocats et aucune possibilité de recours.

Ce que dit ce type est horrible pour quiconque sait un minimum ce qu’est la réalité dans les camps de réfugiés et la vie pour les réfugiés, un quotidien de violences, de menaces et de rackets. Que devient le migrant rejeté par le hot spot, devenu proie des mafieux ? 

De plus, avec ses formules à la con, le prince nous fait croire qu’il a trouvé la distinction évidente entre réfugiés et migrants économiques, alors que cette question éminemment complexe et tout au centre de tous les recours individuels exercés devant les juges. Qu'il se taise !

4/ L’Europe ne suivra jamais.

La Commission européenne a accepté des hot spots sur le territoire des Etats membres, en Grèce et en Italie, et les bilans sont catastrophiques, car ces hot spots deviennent des centres de rétention avancés, avec des conditions misérables. Mais jamais été question de manière réaliste de créer ses centres sur des territoires étrangers. La question de la sécurité est rédhibitoire, à commencer pour les demandeurs d’asile, puis pour le faire, il faudrait une loi, et modifier le traité international sur les réfugiés.

« Je veux, je veux… » Si notre bon Prince persiste, on va le coller devant les juges, et basta. Ce gus commence à bien faire.

1311740-Fronton_dun_palais_de_justice.jpg

Commentaires

  • C'est complètement imbécile et ça ne se fera pas.

  • Et pour les recours contre les décisions de rejet, ils pensent aussi installer la Cour nationale du droit d'asile en Lybie ?

  • Oui, Patoche, je vous rassure. il y aura meme une délégation du Conseil d'Etat pour examiner les pourvois.

    J'ai bu l'apéro avec le Prince, et il m'a tout expliqué. Il est en train de construire des hôtels pour accueillir les juges et les avocats. Pour ne pas perdre de temps, il y aura un aéroport spécial, avec des lignes directes depuis Paris, trois fois par jour. La princesse n'était pas avec nous, car elle est déjà la bas pour donner un coup de main pour creuser les tranchées.

    Tout sera financé sur le budget de l'aide juridictionnelle.

  • En attendant ces projets grandioses, le Prince est condamné à installer des douches et des WC à Calais ! moins glorieux !

  • Merci pour ces précisions Gilles !

    Nous voilà rassurés avant l'intervention du Bachagha Beauvau qui va commenter la décision du Conseil d'Etat défendant le respect de la dignité humaine des réfugiés et qui lui déplaît.

    A la différence de la caution judiciaire des violences institutionnelles. Ce qui réjouit le Bachagha et ses Caïds puisqu'on ne les entend pas.

    Le judiciaire peut aussi s'affirmer face à l'exécutif si les juges s'émancipent d'un parquet, supplétif de la police, en s'inspirant du Conseil d'Etat et du TA de Lille.

    Migrants : le Conseil d'Etat donne raison aux associations qui réclament l'installation de sanitaires à Calais
    http://www.francetvinfo.fr/france/hauts-de-france/migrants-a-calais/migrants-le-conseil-d-etat-donne-raison-aux-associations-qui-reclament-l-installation-de-sanitaires-a-calais_2307891.html

    Calais : le Conseil d'Etat épingle la «carence» des autorités
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/07/31/97001-20170731FILWWW00085-calais-le-conseil-d-etat-epingle-la-carence-des-autorites.php

    Points d'eau pour les migrants de Calais: le Conseil d'Etat déboute le ministère de l'Intérieur et la mairie
    http://www.huffingtonpost.fr/2017/07/31/points-deau-pour-les-migrants-de-calais-le-conseil-detat-debo_a_23057612/

  • Bon, bon, ...

    Le Conseil d'Etat peut encore progresser dans la voie de l'affirmation de la prééminence de la dignité humaine dans l'ordre public que la même institution a consacrée comme norme fondamentale impérative du droit interne ( Conseil d'Etat 9 janvier 2014 requête N°374508).

    Ben alors ? Les détenus n'ont pas droit au même pouvoir d'injonction que les réfugiés ?

    " Le Conseil d’Etat refuse d’agir face à la surpopulation carcérale
    Saisie par l’Observatoire international des prisons, la haute juridiction estime ne pas avoir vocation à ordonner des mesures structurelles. "

    http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2017/07/31/le-conseil-d-etat-refuse-d-agir-face-a-la-surpopulation-carcerale_5166956_1653578.html#1jyDASC5Ezz0mqoP.99

    Une autre information intéressante sur l'état de la maturité démocratique et juridictionnelle en France :

    Le premier président de la Cour de cassation appelle à l’unité de juridiction, tandis que le vice-président du Conseil d’État se fait le chantre du dualisme juridictionnel… Le dialogue entre le quai de l’Horloge et le Palais-Royal semble délicat cet été.

  • C'est sur qu'imposer des douches et des WC sans se poser la question de l'hébergement, c'est un niveau vraiment faiblard des droits de l'Homme

  • C'est sur qu'il existe une très grande marge de progrès en matière de droits de l'Homme en France (où il y aurait 22 000 personnes en esclavage selon les ONG).

    Pour info à nos élites, le droit à un logement décent est un droit de l'Homme et il existe des pays qui ont eu l'audace de l'inscrire dans leur constitution. Qu'est-ce que vaut encore la constitution avec un législateur LREM, tellement stressé par son chef de groupe qu'il vote contre dès que l'opposition s'exprime ?

    Sinon, le Grand Bachagha a du désavouer publiquement ses Caïds et se plier à la décision de justice :

    Migrants de Calais: Collomb change d'avis et annonce la création de deux centres dans les Hauts-de-France
    Le ministre de l'Intérieur a également demandé un rapport à l'IGPN après les accusations de violences policières.

    Ordre administratif : one point
    Ordre judiciaire : zero point (signalons au parquet que la discrimination et l'atteinte à la dignité humaine sont sanctionnées par le droit pénal et qu'il a la responsabilité de la direction et du contrôle de la police judiciaire).

Écrire un commentaire

Optionnel

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu