Avertir le modérateur

- Page 3

  • Cesaria, tu nous manques !

    Cesaria Evora, au Grand Rex, à Paris, en avril 2004. L’orchestre occupe toute la scène, et nous sommes déjà embarqués… quand arrive une petite dame, avec sa démarche nonchalante, comme si elle était étonnée de se trouver là. Au milieu de ses musiciens, devant le public, son visage s’illumine, et Cesaria prend le micro… C’est l’émerveillement, l’ensorcellement.

    Ce concert est fabuleux. 

    http://www.youtube.com/watch?v=oWYKTiqPvYA

    CesariaEvora0906bis©2009 Eric MuletLusafrica.jpg

  • Sucy-en-Brie : De graves accusations contre la BAC

    Les faits ont eu lieu à Sucy-en-Brie, dans le Val-de-Marne, le 6 octobre. Il est 0 H 40, et deux frères, Bayram, 21 ans, et Chaïn, 16 ans, rentrent à la maison après un match de foot en salle. Ils descendent du bus, et continuent à pied en direction de leur quartier, la Cité Verte.$T2eC16RHJGkE9no8hm5lBP+qUG!ppg~~60_35.JPG

    Arrive alors une voiture de la BAC. Trois agents se dirigent vers eux, et Chaïn, qui dit avoir «eu peur», part en courant. Je précise qu'il est lycéen en 1ère ES et inconnu de service de police. La poursuite dure 100 mètres, et le gamin est aux mains de la BAC.

    Trois-quarts d’heure plus tard, à 1 h 30, il arrive au commissariat de Boissy-Saint-Léger, conduit par les mêmes agents. Les policiers ne prennent pas déposition, car il n’y a pas de charge contre Chaïn, et sa mère est appelée pour le récupérer.

    La mère le retrouve ensanglantée, et se rend aux urgences de l'hôpital de Créteil. Le médecin a fait un certificat descriptif, qu’a pu lire Libé.

    En un, « Le patient présente un trauma cranio-nasal avec épistaxis » : c’est le signe de coups sur la partie haute du nez, ayant causé une hémorragie.

    En deux, «multiples hématomes au niveau du visage» : une pluie de coups au visage.

    En trois, « traumatisme et une plaie au coude droit», et un «traumatisme du rachis dorsal», ce qui montrent deux nouvelles séquences de coups.

    En quatre, des «érosions scrotales», qui établissent des coups ou des écrasements des testicules.

    La consultation de médecine légale a prescrit une interruption temporaire de travail (ITT) de cinq jours.

    Chain et sa mère ont déposé plainte pour violences aggravées, le même 6 octobre en début d'après-midi. Chain explique que dès qu’il a été arrêté, les fonctionnaires l’ont insulté de «fils de pute» et lui ont asséné de premiers coups. Plusieurs habitants ont été témoins, et ont fait des dépositions en ce sens.

    Chain a été embarqué dans le véhicule de la BAC, pour un trajet que l’enquête déterminera, avant d’arriver au commissariat trois-quarts d’heure plus tard, dans l’état que l’on sait. Chain déclare dans sa déposition : «Le policier assis sur ma droite m'a mis deux droites dans le visage et dans le nez et celui de gauche m'a frappé de coups de poing dans le ventre (...). Je tiens à préciser qu'au premier arrêt avec la voiture de police, le policier sur ma droite m'a serré avec sa main mes testicules.»

    Le parquet de Créteil a confirmé l’existence d’une enquête préliminaire.

    C’est donc l’histoire d’un mineur, à qui il n’est reproché aucune infraction, qui a été insulté et frappé lors de son interpellation, et qui trois quarts d’heure plus tard est rendu à sa mère ensanglanté, avec des traces de coups multiples, dont sur les parties génitales.

    La préfecture et le ministère de l’Intérieur n’ont pas eu le temps de publier un communiqué dénonçant ces violations graves des droits d’un mineur, qui déshonorent le service. Il est vrai qu’ils ne sont avisés que depuis 14 jours… et il faut le temps que ça leur remonte au cerveau. 

    hqdefault.jpg

  • Attentat contre la Réserve Fédérale : C’était un fake !

    Comme quoi je reste un grand gamin : j’ai failli croire à l’histoire de l’attentat contre la Réserve Fédérale, près du World Trade Center, à New York. 450 Kg d’explosif dans ce quartier, c’était un carnage… En fait, le risque était nul car l'explosif était… de la poudre de perlin-pinpin fournie par le FBI ! Une manip’ qui fait trois victimes : ce jeune Bangladais, qui va être jugé comme terroriste, l’opinion qui se fait berner par ces propagandistes et les dirigeants US, qu’on ne peut plus croire.

    terrorisme, us, Propagande

    C’est la procureure fédérale de Brooklyn, Loretta Lynch, qui a raconté l’histoire par un communiqué officiel, en toute décontraction.

    Ashan Nafis, jeune Bangladais de 21 ans, était arrivé aux US en janvier 2012, pour monter un groupe clandestin et commettre un attentat. Cet homme isolé mais super-malin a vite trouvé des contacts sûrs,… des djihadistes du réseau al-Qaida… qui étaient en fait des agents du FBI ! Il s’était fait repéré en cinq minutes ! Et les agents ont aussitôt fait arrêter ce crétin ? Non, le FBI s’est abstenu, car il y avait plus rigolo à faire.

    Les flics se sont fait forts de lui procurer tout le matos nécessaire pour un attentat, ce qui était très utile car l’apprenti terroriste n’avait rien d’autre à offrir que la tchatche. Les réunions se tenaient dans des hôtels, et les flics du FBI enregistraient tout.

    En septembre, Nafis voulut retourner au Bangladesh avant l'attaque. Très mauvais, car il y avait un gros risque qu’il ne revienne pas. Alors, l'agent du FBI lui a déclaré qu'il était « libre de rentrer quand il le voulait, mais qu'il ne devait pas quitter le pays s'il voulait avoir le soutien d'al-Qaida pour perpétrer son attaque ». Et Nafis est resté. Ouf !

    Le grand plan secret a été organisé mercredi. Il y a d’abord eu le volet intellectuel, avec un magnifique communiqué revendiquant l’attentat au nom de al-Qaida, annonçant « vouloir détruire l’Amérique », saluant la gloire du «bien aimé Cheikh Oussama Ben Laden». Ensuite, les opérations matérielles. Le flic du FBI a amené Nafis dans un entrepôt où avait été livré l’explosif : 20 sacs de 25 Kg. Tous deux ont installé le précieux chargement dans une camionnette, et ils se sont garés vers la Réserve Fédérale. L’agent du FBI est parti en planque à 3 mètres, pendant que Nafis essayait en vain de déclencher la bombe avec un téléphone portable,…  et il a été arrêté. Un grand succès de l’antiterrorisme.

    Inculpation : tentative d'utilisation d'une arme de destruction massive et de tentative de fournir un soutien matériel à al-Qaida. Il risque la prison à vie.

    terrorisme, us, Propagande

    Mary Galligan, porte-parole du FBI de New York, a pris son air grave pour déblatérer : « Essayer de détruire un immeuble emblématique et de tuer ou blesser un nombre indéterminé de passants innocents est à peu près ce qu'on peut imaginer de pire ». Surtout quand c’est la police qui donne l'idée et les moyens…

    Ces sales méthodes sont permanentes. Le Washington Post a sorti les dossiers. La même technique a été utilisée en mai dernier pour faire croire à un attentat contre un avion de ligne, un an après l’exécution de Ben Laden, en gonflant des zigues yéménites. Idem, en février, avec cette fois-ci un Marocain arrêté par le FBI devant le Capitole, avec une veste pleine d’explosifs. Pas de quoi avoir peur : c’était du faux… 

     terrorisme, us, Propagande

    Mentir est un métier, et il y a de grands experts

  • Antoine Sollacaro : Le Bâtonnier met en cause la Justice

    Les choses vont mal en Corse : quinze assassinats depuis le début de l’année, et cette fois-ci, le grand avocat Antoine Sollacaro... Tout le monde a souligné la gravité exceptionnelle de cette exécution. Antoine Sollacaro a été abattu car il faisait son métier : défendre. Debout face à l’accusation, face aux verdicts déjà faits, refusant toute simplification. La défense depuis la terre corse. 

    CATHEDRALE-D-AJACCIO_1.jpg

    Elu bâtonnier du Barreau d’Ajaccio, il avait lors d’une manifestation officielle dénoncé les pratiques publiques tolérant la corruption, devant un préfet Bonnet furieux, qui avait quitté la salle. On sait comment l’histoire s’est ensuite écrite. Le grand public avait découvert cet avocat qui n’avait pas froid aux yeux dans la défense d’Yvan Colonna, mais il était un homme de l'engagement permanent.

    Je l’avais entendu et avais été bluffé par ses capacités argumentaires lors du procès de la prison d’Ajaccio, qui s’était tenu à Lyon en 1985. Un commando de trois militants nationalistes s’était introduit dans la prison pour abattre deux hommes qu’ils estimaient être les assassins de Guy Orsoni (Des faits qui, par parenthèse, rappellent ce qu’est l’action des vrais groupes armés, je ferme la parenthèse). La défense, pour ces assassinats revendiqués, avait arraché une peine ramenée à huit ans. L’histoire de la Corse était passée sur la Cour d’assises et avait tout emporté…

    Hier, le Barreau d’Ajaccio était réuni, et le Bâtonner Maroselli a rendu hommage à « cette figure de ce barreau depuis plus de trente ans, certainement le meilleur de nous tous ». Dénonçant « l'escalade et la folie meurtrière qui ensanglantent la Corse » le Bâtonnier s’est engagé à la fidélité : « Nous poursuivrons l'œuvre d'Antoine, nous porterons la voix des justiciables, sans concession et sans se laisser intimider par les lâches qui l'ont assassiné ».

    corpqr19q406_paf_meut10911252.jpg

    Jusque-là, tout est dans les clous. Mais la suite est bien différente, car le Bâtonnier, faisant état d’une délibération du conseil de l’ordre, a directement mis en cause la Justice.

    « L'ordre des avocats se constituera partie civile et demande le dessaisissement de la JIRS (juridiction inter-régionale spécialisée) de Marseille au profit du juge naturel, c'est à dire d'un juge d'instruction du tribunal de grande instance d'Ajaccio ». Rappelant qu'Antoine Sollacaro était « le plus fervent pourfendeur des JIRS », il déploré « la tragique ironie » voulant que l'enquête soit confiée à la JIRS de Marseille », pour conclure : « En sa mémoire, parce que c'est l'essence même de notre métier, nous continuerons sans relâche à plaider, dénoncer les injustices et les incohérences d'une certaine justice. Je veux parler là des JIRS qui depuis quelques années se sont emparées des dossiers corses en mettant en œuvre des mesures liberticides, favorisant les antagonismes et, par-là, des drames ».

    Quelle charge ! Le Bâtonnier, pleurant la mémoire d’un confrère exécuté, accuse la JIRS de Marseille, comme injuste et incohérente, agissant par des mesures liberticides et favorisant les antagonismes, au risque assumé de drames...  

    Les JIRS ont été créées par la loi du 9 mars 2004, et sont au nombre de huit : Paris, Lyon, Marseille, Lille, Rennes, Bordeaux, Nancy et Fort de France. Elles regroupent des magistrats du parquet et de l’instruction dotés de moyens adaptés pour lutter contre la criminalité organisée (CPP, art. 706-73) et la délinquance financière (CPP, art 704) dans des affaires présentant une grande complexité.

    Le Bâtonnier Maroselli met en cause, et dans les termes les plus accusateurs, les magistrats de ce service spécialisé, dépendant du TGI de Marseille. Ce n’était pas l’émotion, car la délibération du Barreau annonce des actes de procédure, qui seront motivés et justifiés par des pièces. Et il y a tout un débat en Corse pour dénoncer cette « juridiction d’exception ».

    Lourde ambiance entre Ajaccio et Marseille… Si la Garde des Sceaux entend défendre ses services, c’est maintenant. 

    MONTEE-DU-TRIBUNAL-AJACCIO-MAI-2009-a19659137.jpg

    Le Palais de Justice d'Ajaccio

     

  • L’UE, Prix Nobel, ferme la porte aux réfugiés syriens

    Heureusement qu’il y a la Turquie pour relever le niveau ! Selon Fabius, « Assad n’a pas sa place sur terre »,…  mais les réfugiés syriens, eux, n’ont pas leur place en Europe, et surtout pas en France. En somme, c’est simple : l’UE veut bien recevoir le Prix Nobel, mais pas les réfugiés !  

    730029_syrian-refugees-are-seen-in-a-refugee-camp-in-the-turkish-border-town-of-boynuegin-in-hatay-province (1).jpg

    Que va devenir la guerre en Syrie ? Nul ne le sait. Cela va peut-être durer plusieurs années. L’an dernier, on nous annonçait chaque jour une bataille décisive, et la fin du régime… Je constate comme vous l’impasse et la violence.

    En attendant, la population souffre, et beaucoup. L’inflation est maximale alors que l’économie s’écroule. Le Programme Alimentaire Mondial (PAM), qui relève de l’ONU, explique que le prix des aliments a doublé dans certaines régions.  Ce dernier mois, 1,4 million de Syriens ont reçu une assistance du PAM, à travers le Croissant-Rouge arabe syrien.

    Dans le même temps, le HCR a lancé un appel aux pays européens pour accueillir des réfugiés syriens. On compte en Turquie 350 000 réfugiés syriens. Ce lundi, le PAM a lancé une grande action d’aide alimentaire auprès de 25.000 réfugiés syriens dans des camps en Turquie. Avec une carte de 25 dollars, chaque famille trouve à s'y nourrir pendant un mois.

    Le Prix Nobel de la Paix UE n’offre rien et bloque tout. Depuis janvier 2011, on compte seulement 16.474 téméraires syriens qui ont effectués des demandes d'asile auprès d’un des 27 Etats, et les dossiers sont acceptés au compte-goutte. Le HCR estime le taux de rejet  à plus de 50% ! C’est donc le retour à l’errance pour ces familles, vers des terres plus hospitalières : Irak, Jordanie, Liban et Turquie.

    28-000-refugies-syriens-accueillis-en-turquie.jpg

    La Haute Représentante du Prix Nobel de la Paix, la douce et délicieuse Catherine Ashton, a déclaré qu’elle n’avait pas reçu de demande des Turcs. Catherine mon amour, si tu veux des infos, voilà comment faire : tu te colles sur Google, et tu tapes « réfugiés syriens ». Eh oui, mon cœur, une guerre de 18 mois, ça frappe la population civile !

    Guido Westerwelle, le sinistre allemand des affaires étrangères a entendu l’appel du HCR, et il a exposé son désarroi : « L’Allemagne est fondamentalement prête à recevoir les réfugiés pour les traitements médicaux. Cela doit cependant se faire dans un contexte européen et en consultation avec l’Organisation des Etats-Unis ».

    La France, pour sa part, n’a rien à dire, et elle le fait avec brio.

    Ce sont vraiment des enfoirés. Des familles entières souffrent. Les questions cruciales sont les besoins médicaux, et les rations alimentaires. Ça dure depuis des mois, aucune solution n’est en vue, l’hiver s’approche… Mais le Prix Nobel de la Paix s’en tape.

    Que reste-t-il des discours grandiloquents sur Assad qui martyrise son peuple, quand l’Union Européenne n’offre rien, ni sur le plan militaire, ni sur le plan diplomatique et ni sur le plan humanitaire ?

    Merci à nos amis turcs, irakiens, libanais et jordaniens de défendre les principes humanistes.

    ehl.1255503120.jpg

     Il reste des pays civilisés 

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu