Avertir le modérateur

- Page 3

  • Lula : Quelles sont les preuves ?

    « Apportez des preuves, et j’irai à pied au commissariat ! » Lula est un boss, un vrai. Vont-ils abattre Lula, et donc le Parti des Travailleurs ?

    CC5E4C47-43EE-4A8F-B0EB-A32FFE87B30C_cx0_cy3_cw0_mw1024_s_n_r1.jpg

    C'est donc le tour de Lula, après l’invraisemblable destitution de Dilma Rousseff, qui ne fait l’objet d’aucune enquête ni inculpation pour corruption, et au terme d’une séance soi-disant historique de l’Assemblée nationale… Problème : Le président de l’Assemblée, Eduardo Cunha, un député évangéliste ultra-conservateur, a été démis hier de son mandat pour corruption dans l’affaire Petrobras, pour avoir reçu l’équivalent de 15 millions d’euros en pots-de-vin.

    Le successeur de Dilma Rousseff, Michel Temer – 1 % de notoriété dans le pays – à peine installé a annoncé le lancement d’un programme de privatisation. Pour Lula, cette privatisation est le but de la manœuvre : « livrer au capital étranger les grandes entreprises d'Etat, dont Petrobas », compagnie-phare du Brésil. Quand le Brésil aura perdu les moyens de son indépendance énergétique, et que Petrobras sera démantelé pour être racheté par des firmes US, on verra que tout ira mieux pour les Brésiliens…

    Mercredi, le procureur d’une ville du sud, Curitiba, Deltan Dallagnol, 36 ans, s’est autorisé une très cinématographique conférence de presse, pour dézinguer Lula en le qualifiant de « chef suprême » du réseau de corruption au sein de Petrobras, par un magnifique récit... qui ne reposait sur aucune pièce.

    Le procureur a saisi le juge Sergio Moro, ennemi déclaré de Lula, d’un réquisitoire aux fins d’inculpation, pour corruption et blanchiment d'argent. Nous verrons. 

    Le procureur affirme que Lula a perçu 1,1 million de dollars de pots-de-vin versés par l'entreprise de BTP OAS, de la galaxie Patrobras, en vue de refaire un appartement triplex. Si c’est le cas, franchement, c’est pourri.

    Mais un million de dollars dans un système de corruption, ce sont des écritures bancaires, des transferts illicites d’argent et des comptes dissimulés. Où sont les preuves ? On ne parle pas de doute psychologique, mais de passages illicites d'argent sur des comptes bancaires. Alors, quelles sont les preuves? Rien de neuf, rien de solide. C’est le sens de l’éditorial du quotidien Folha de Sao Paulo : « Reste le sentiment que sans parvenir à présenter des preuves plus robustes contre Lula, le ministère public tente de combler ses lacunes par la rhétorique ». Parce qu'il est le responsable politique, il est le grand organisateur de la corruption ? Quelle puissante déduction ! 

    Et puis, un million de dollars pour qualifier le chef suprême... quand la petite main Eduardo Cunha a été rincé de 15 millions de dollars ? 

    « Apportez des preuves, et j’irai à pied au commissariat ! » Le blog va donc attendre les preuves, et il suivra ça de près. Dans l’immédiat, le calendrier sera politique. Les présidentielles sont en 2018, et nous verrons s’il s’agit de conduire une instruction judiciaire ou d’empêcher Lula d’être candidat.

    lainfo.es-10643-pt_bannertop_militancia.jpg

  • Libye : Sarko, Cameron et BHL en route vers la CPI ?

    La lutte contre les djihadistes est notre priorité, et les djihadistes sont nés de la destruction des Etats. Actuellement, nos regards se tournent vers la Libye, que l’on découvre si proche de nous. Sauf que pour la France, le bilan est accablant, et il faut maintenant mettre en accusation les responsables de ce terrorisme importé.  

    La France a été initiatrice, manipulatrice, et coordinatrice de la destruction de la Libye. Cette destruction a conduit à l’expansion du djihadisme au Nord du Mali, qui a justifié l’intervention de la France, et hypothèque l’avenir du Mali. Et ces derniers temps, la France se permet encore de soutenir le pouvoir rebelle en Libye, « au nom de la lutte contre le terrorisme », bien sûr. Cette irresponsabilité internationale est parfaitement tolérée par la classe politique compte-tenu des petits profits internes que chacun pense en tirer. Quant à la vie des Libyens, est-ce vraiment une question pertinente ?

    bhl-sarko-libye-15-sept-2.jpg

    Ce massacre organisé en Libye était visible dès les premiers jours, avec l’activisme insensé de ce cinglé de BHL, et ses amours fugaces avec Sarko. À l’époque, Martine Aubry, première secrétaire du PS, approuvait cette réussite… El Blanco en était tout excité… En effet, le but était, selon la propagande, de chasser un dictateur et d'établir la démocratie... avec quelques inévitables petits inconvénients secondaires. Air connu…

    Devant le désastre, la France a organisé une commission parlementaire afin d’identifier l’ensemble des responsabilités politiques… Non rassurez-vous, la France n’a rien fait. Le consensus national est total pour, quoi qu’il arrive, légitimer ce que fait la France pour garder sa place en Afrique, son empire jamais décolonisé.

    Il n’y a donc eu aucune commission parlementaire, et ce pour une raison simple : c’est parce que c’est un sujet sérieux, et en cherchant des responsabilités, on risque de les trouver. Non, il faut mieux exciter les foules sur les trois burkinis de Nice, et les insensés discours sur la peur.

    C’est la Grande-Bretagne qui a mis en place une commission parlementaire, laquelle vient de déposer son rapport sur l’intervention de 2011.

    Pour le rapport, cette intervention était fondée « sur des suppositions erronées et une compréhension incomplète du pays et de la situation ». Les décisions ont été prises en exagérant la menace contre les civils de Bengazi – une opération militaire minimale stoppée en 24 heures – et en ignorant que les plus actifs de la rébellion étaient les islamistes. Les conclusions sont claires : la campagne de bombardements a causé l’effondrement politique et économique de la Libye.

    Selon, Sidney Blumenthal, conseiller d’Hillary Clinton, les objectifs de Sarko étaient de cinq ordres :

    - Obtenir une plus grande part de la production de pétrole libyenne ;

    - Accroître l’influence française en Afrique du Nord ; 

    - Permettre aux armées françaises de réaffirmer leur position dans le monde; 

    - Répondre aux projets de Kadhafi de supplanter la France en Afrique francophone ;

    - Améliorer sa situation politique en France.

    Les parlementaires soulignent que quatre de ces cinq facteurs correspondaient à l’intérêt de la France, alors que le cinquième « représentait l’intérêt politique personnel du président Sarkozy », un an avant la présidentielle de 2012, dans « une attitude proactive en Méditerranée censée répondre aux préoccupations des électeurs en matière d’immigration ».

    Alain Juppé, alors ministre des affaires étrangères de Nicolas Sarkozy, avait été tout aussi nul et dangereux : « La situation sur le terrain est plus alarmante que jamais. Il nous reste très peu de temps, c’est peut-être une question d’heures. » Ah oui, papy ? Selon le rapport, les menaces pesant sur les habitants de Benghazi «ont été grossièrement exagérées ».

    Il reste juste à souhaiter que les populations libyennes s’organisent déposent plainte contre Sarko, Cameron et BHL devant la Cour pénale internationale. La France et la Grande-Bretagne ayant ratifié le traité, ses agents doivent assumer leurs responsabilités lorsqu’ils s’engagent dans un conflit armé international. La loi est la même pour tous, non ? 

    XVM70831bc6-7a81-11e6-a30d-cb3a1bb30093.jpg

    Trois grands bandits internationaux en route vers La Haye

  • Islam : Il n’existe aucun communautarisme en France

    Raisonner à partir des faits, c’est la base de tout. Après on ajoute les opinions, les passions, les espoirs, les peurs, les fantasmes, car il faut de tout pour faire un monde, mais nous avons l’obligation intellectuelle de construire notre raisonnement à partir des faits. Et pour ce qui est du feuilleton number one – le communautarisme musulman en France – je constate qu’il n’existe pas.

    1/ L’Aïd el Adha

    Hier, c’était la fête de l’Aid el Adha, la « fête du sacrifice », qui pour les musulmans est aussi importante que Noël pour les chrétiens ou Hanoukka pour les juifs, et qui trouve ses racines dans le Coran et dans l’Ancien Testament. Une fête pour deux milliards de personnes dans le monde, et en France pour six ou huit millions. Qui en France s’est aperçu hier de l’importance de cette fête chez les musulmans ? Cette fête est vécue dans la plus totale tranquillité, la plupart des musulmans étaient au travail, tout sourire et en pleine forme,… comme si on nous demandait, à nous, de travailler le jour de Noël. Oki ?

    2/ Le même droit pour tous

    Il m’arrive d’avoir à plaider pour des concitoyennes et concitoyens de confession musulmane, qui cherchent à faire valoir leurs droits, notamment par le libre choix de leur tenue vestimentaire. L’islamisation, par la revendication obstinée des particularismes ? Rien du tout, et même pile l’inverse ! Aucun particularisme, parce que justement tous les mémoires en justice sont construits sur les bases fondamentales du droit. La question n’est pas la revendication d’un droit musulman, mais l’application des principes du droit commun à toute personne, dont les musulmans.

    Lorsque nous rédigeons les recours, mes amis avocats comme moi utilisons les bases les plus communes du droit, et des jurisprudences rendues pour toutes les religions, en demandant le même droit pour tous. Jamais je n’ai vu un musulman me demander de retirer la mention d'une jurisprudence parce qu’elle avait été rendue à propos de chrétiens ou de juifs. Une fois, il m’est arrivé qu'une personne vienne au bureau et m’explique que la loi de Dieu était plus forte que la loi des hommes. Il avait sans doute raison, mais franchement je ne pouvais rien faire pour lui en justice : plaidoirie impossible. L’arrêt burkini rendu par le Conseil d’Etat s’inscrit dans les principes établis du droit depuis l’arrêt Benjamin de 1933. Donc il faut accepter sans réserve que les minoritaires saisissent la justice car c’est une manière d’élaborer le droit commun, qui est la véritable règle de vie.

    Au passage, j’observe que de nombreuses personnes ont vomi sur l’arrêt du Conseil d’État, mais aucun n’a songé à saisir la Cour Européenne des Droits de l’Homme. Pourquoi ? A votre avis ? Ces gens sont vicieusement irresponsables. 

    3/ Droit et religion musulmane

    En 1995, en qualité d’avocat de la Grande Mosquée de Lyon et en coopération avec mon confrère et ami Chems-eddine Hafiz, avocat de la Grande Mosquée de Paris, nous avons publié chez Dalloz un livre qui s’appelle « Droit et religion musulmane ». Le livre a été relu par les très lettrés imams de la Grande Mosquée de Paris et par les très instruits relecteurs de Dalloz, et le consensus était nickel pour dire que les musulmans vivant en France ne demandent aucune modification ni du droit européen, ni droit national. Tout dans le droit existant leur permet de pratiquer et vivre sereinement la religion.

    Il y a bien sûr une inégalité s’agissant des lieux de culte, compte tenu de ce qu’est l’histoire du pays, mais il y a beaucoup de solutions pour traiter cet obstacle correctement. Surtout, pour un pays comme la France, c’est une erreur de lier la question de l’islam et celle des mosquées. Prenez la grande agglomération de Lyon, soit environ 2 millions de personnes. Si l’on prend une référence faible de 10 % de musulmans dans la société, cela fait 200 000 personnes. Or, la Grande Mosquée de Lyon peut accueillir 3000 personnes, et celles de Givors et Villeurbanne sans doute 1500 chacune. Ajoutez un bon nombre de mosquées de moindre importance, mais on atteint au grand maximum une capacité d’accueil 20 000 personnes : 10% de la communauté... C’est dire que la plupart des musulmans vivent leur foi sans se rendre à la mosquée, et le rêve de configurer un Islam à partir des mosquées est, pour ce qui concerne la société française, d’emblée à côté de la plaque. Regardez Marseille qui n’a toujours pas une Grande Mosquée…

    Le livre ne posait aucune revendication d’évolution du droit. Le droit français a une particularité, avec la neutralité de l’État et des collectivités, comme expression de la règle de laïcité, mais il s’inscrit dans le droit européen et le droit international, et convient parfaitement à la pratique des musulmans. La seule question est de ne pas instrumentaliser la loi pour en faire des pratiques discriminatoires. Donc, tu leur fiches la paix et tu les laisses vivre leur vie, dans le respect de la loi.

    4/ Les victimes de Nice

    L’acte criminel de Nice du 14 juillet 2016 laisse un bilan de 86 victimes, dont – toute la presse le dit – environ un tiers de personnes de confession musulmane. L’argument est repris pour dire que l’auteur de ce crime terroriste a causé de lourds dégâts dans la communauté, mais c’est voir les choses par le petit bout de la lorgnette. Ce que nous dit ce terrifiant bilan, c’est que les musulmans partagent entièrement les regroupements de la fête nationale. Pour le 14 juillet, ces familles musulmanes sont allées aux manifestations du 14 juillet, pour fêter la République. Où est le communautarisme ? Quand on voit trois burkinis sur la plage – à supposer qu’on les ait vus ! – c’est le délire sur l’islamisation et le communautarisme. Mais pas un mot quand il est prouvé que les musulmans viennent en masse à la fête du 14 juillet. Si à l’occasion de ce bilan, il n’y avait aucune victime musulmane, on aurait pu alors parler de communautarisme, mais là, les faits prouvent l’inverse. Alors ? On parle de quoi ? 

    5/ Bobigny

    Bobigny, un soir de ramadan, cela ressemble un peu au bled. Oki. Mais cela n’a rien à voir avec le communautarisme. C’est le simple fait de la relégation sociale, qui bloque des pauvres dans les quartiers pauvres. Mais ils font tous les efforts pour que ça change, et il suffit de voir les parcours des étudiants pour s'en convaincre. 

    Voilà. J’ai peut-être tort, et je suis prêt à examiner mon erreur… mais à partir de faits.

    slide_502048_6998442_free.jpg

    Prière de l’Aid el Adha, hier à Saint Petersbourg

  • Réchauffement climatique : Coup de chaud à 26°

    Il est bien difficile de parvenir à suivre la campagne US, avec d’un côté la part dominante de la presse, pro-Clinton à 100 %, et de l’autre les médias allumés de la frange droite des Républicains, pro-Trump à 100 %. Le tout est illisible, et je remercie quiconque pourrait nous donner les bonnes adresses. Du côté de la presse française, c’est hélas du délire

    Les deux candidats sont des rescapés des primaires, qui l’un comme l’autre recueillent des sondages d’opinions défavorables, voire catastrophiques. C’est ainsi. Du fait du jeu des partis, c’est-à-dire de la manière avec laquelle les staffs ont su irriguer l’argent, les candidats officiels ont bien peu la cote dans le pays.

    Jusqu’à maintenant, Clinton a fait le service minimum, imposant l’idée qu’elle doit nécessairement gagner car elle est du côté des gentils – le parti démocrate – et qu’elle était une femme. Mais, elle n’a pas de programme, à part la continuation. Piètre orateur, elle se repose sur Barack et Bill… ce qui concourt à l’affaiblir. De plus, elle est empêtrée dans son affaire d’e-mails, qu’elle gérait alors qu’elle était Secrétaire d’État depuis un serveur installé dans la cave de la maison. Le FBI s'abstient de la poursuivre, mais ça patauge grave… Ajoutez la Fondation de Bill, avec la fille, une incroyable pompe à finances pour de pseudos objectifs humanitaires, qui a entretenu des jeux relationnels hors norme, ce alors qu’Hillary était Secrétaire d’État (ici, CNN, porte-parole officieux de Clinton). Et surtout, car c'est sur l'économique et le social que ça se jouera, les choix libéraux de Bill ont ruiné bien des familles dans les grandes villes ouvrières, Trump en fait son miel. Des faits précis,... mais Hillary ne répond pas.

    Et elle qui se plaint d’interférences russes dans la campagne alors qu’elle est reconnue comme une interventionniste tous azimuts, et que son premier projet de faire dégager El-Assad…

    Là-dessus, s’ajoute l’événement d’hier, qui va avoir une importance considérable.

    Le clan Trump soutient que Clinton, malade, n’est pas physiquement apte à exercer la fonction. Dans une campagne électorale, et s’agissant d’une personne âgée de 68 ans, la question n’est pas incongrue. Sauf que Clinton a réglé cette question comme les autres : par le mépris.

    Par le mépris,… jusqu’à hier matin, quand elle a dû après une heure et demie, quitter la cérémonie « essentielle » du 11/9, chancelante, aidée par ses proches pour tenir debout. Première déclaration : un coup de chaud,… à 26°. Sorry : you’re wrong.

    Un coup de fatigue quand vous fonctionnez à 100%, multipliant les déplacements et les réunions, c’est presque banal. J’allais dire, c’est humain. Sauf que quand vous niez tout, même les faits les plus évidents, cela devient important.

    Après son malaise, Clinton est allé se reposer chez sa fille, pour sortir deux heures plus tard en annonçant que la vie était belle : « I’m feeling great. It’s a beautiful day in New York ».

    Problème : quelques heures plus tard, le médecin officiel de la campagne, le Docteur Bardack, après examen, a expliqué que Clinton était atteinte d’une pneumonie, et qu’elle devrait se reposer.

    Alors,.. à deux mois du vote, et alors que s’annoncent les trois débats télévisés ?

    clinton-sanders-debate-clip-cnn-101315.jpg

  • Eliades Ochoa au Grand Théâtre de la Havane

    Si vous n’avez pas eu le temps de passer par Cuba cet été, voici Cuba qui vient à vous avec ce concert d’anthologie : Eliades Ochoa, enfant du pays devenu ambassadeur de la musique cubaine du monde, au Grand Théâtre de la Havane. Pour comprendre cette musique, vous pouvez partir de ce concert, et vous allez voir que c’est merveilleux.

    p01bqmt4.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu