Avertir le modérateur

affaires - Page 5

  • Le pétage de plomb de maman poule

    113809302.jpgIl s’en passe de belles au lycée Antonin-Artaud, dans le 13e arrondissement de Marseille. Au lycée ? Non, juste à l’entrée du lycée. Trois dangereux individus, manifestement liés à la branche inconnue d’un réseau terroriste mafieux, partie prenante du grand banditisme des narcotrafiquants qui menacent le pouvoir en Bolivie, s’en sont pris à une autre élève de la classe, la gratifiant de quelques noms d’oiseaux et lui lançant un bouchon de liège, je vous rassure, dans les parties non vitales du corps.

     

    Mais nos terroristes ne sont plus ce qu’ils étaient. Du travail d’amateurs ! En effet la victime de ce terrible attentat au bouchon était la fille d’une maman commandant de police dans une ville proche, le Plan-de-Cuques, et ladite fille était munie d’un téléphone portable. Aussi, pour donner l’alerte, fifille n’a pas eu besoin de faire le 17 pour « Police ». Il a suffit de faire le 1, soit la touche présélectionnée pour « Maman ».

     

    La suite est racontée par un commissaire du peuple vendu à la solde du communisme international, euh pardon, un secrétaire académique du SNES, Alain Barlatier : « Dans la demi-heure suivante, 12 fonctionnaires de police, à bord de trois véhicules de service, dirigés par un commandant de la police nationale, se rendaient au lycée ». Le commandant, c’est la maman, aussi ça n’a pas traîné. Le commando de malfaiteurs agissant en bande organisée, au sein duquel se cachait le lanceur de bouchon, a été interpellé. Magnifique victoire cette brillante équipe de poulets à la provençale, alors qu’aucune plainte n’avait été déposée, et que ce n’était pas son secteur territorial d’intervention. Eh eh, la police est une grande famille : que chacun le sache.salade_compo.jpg

     

    Bouchon de liège contre amour maternel : ça na pas fait un pli. Les trois bandits ont été conduits au commissariat de Plan-de-Cuques, donc chez maman. Ils ont été placés en garde à vue, avec d’après notre ami Alain Barlatier, menottes aux poignets, fouille au corps, puis transfert dans un commissariat territorialement compétent, interrogatoire, prise d'empreintes ADN, photos anthropométriques, interrogatoires, pour être relâché huit heures plus tard. 

     

    Nous serons d’accord : c’est pousser le bouchon un peu loin.

     

    Dans un communiqué, le préfet délégué pour la sécurité et à la défense indique avoir saisi l’inspection générale de la police nationale (IGPN) afin de « déterminer les circonstances de l'interpellation, et les responsabilités de chacun dans le déroulé de la procédure ».

     

    Bonne initiative pour faire la lumière. Mais peut-être que le préfet s’est-il laissé lui aussi embarquer par le souffle du bouchon de liège en missionnant l’IGPN, car au final il ne s'agit que d'un drame familial. Pour ma part, j’aurais simplement confié l’enquête à la gendarmerie, et je suis sûr qu’elle ferait très bien le travail…  

     

    2211050905.jpg
    Lutte contre la délinquance au commissariat de Plan-de-Cuques
  • Georges Tron, tu te fiches du monde

    9782842655891.jpg1 400 € pour un six pièces de 118 m2 rue Mademoiselle, et Georges Tron, notre nouveau secrétaire d'Etat à la Fonction publique, nous explique benoitement que tout cela est normal. Normal ? Moi, je dirais un peu cher mon ami ! Ah les charges… Tu devrais aller manifester avec « Droit au logement » !

     

    Cet appartement de six pièces lui a été attribué en 1992 sur le contingent des logements sociaux de la mairie de Paris, par Jacques Chirac. Première précision pour notre grand malheureux : il est député de l’Essonne. Prenons donc l’hypothèse qu’un député n’est pas le plus handicapé quand il faut trouver un logement dans sa circonscription. Ce qui revient à dire que l’attribution et le maintien de ce logement social, propriété de la société de HLM Domaxis, est en soi un scandale.

     

    On avait déjà parlé de l'appartement de Georges Tron début 2008, quand pour des motifs du même ordre, Jean-Paul Bolufer, le directeur de cabinet de la ministre du Logement, Christine Boutin, avait du démissionner. Notre vaillant villepiniste, pris les doigts dans la confiture, avait affirmé qu'il était « en négociation pour acheter » un autre logement. Mais trop absorbé par son action politique au service de la justice sociale, il n’a pas eu le temps de s’en occuper en deux ans.

     

    Bon, et mon Tron, tu ne pourras pas nous le faire deux fois. Cette fois-si, il va falloir rendre les clés.

     

    Alors, pour te donner un coup de main, j’ai recherché quelques adresses dans le XV°. Eh ben, ce n’est pas drôle, mon pote : il va falloir que tu fasses comme tout le monde et que tu sortes le chéquier. sardine.jpg

     

    J’ai d’abord cherché dans tes prix (charges comprises !), et j’ai trouvé, mais il va falloir que la famille adopte le mode de logement « sardines » : un 3 pièces de 68 m² rue Pérignon pour 1 630 € ; un 2 pièces de 61 m² près de Montparnasse-Bienvenue pour 1 800 € ; un 3 pièces 70 m² rue Dutot pour 1850 € ; un 3 pièces de 50 m² rue Dombasle pour 1455 €.

     

    Comme j’entends déjà ta petite famille qui râle, je t’ai trouvé des surfaces proches : un 5 pièces de 111 m² mais il va falloir allonger 3296 €, ou un 5 pièces de 118 rue César Franck pour 3 475 €.

     

    Tu veux rester rue Mademoiselle pour le même prix ? Ca devient compliqué. Pour un loyer de 1750 €, tu trouves un deux pièces de 46 .

     

    Et oui, pas facile de se loger pour 1 400 € dans Paris XV°. Alors, à 46 , il te restera une solution : le soir, raconter à ta petite famille des histoires à dormir debout. Mais pour ce qui nous concerne, merci d’éviter ce genre de sornettes. Il est scandaleux que des gens qui ont des revenus comme les tiens se trouvent dans le parc HLM de Paris. Il n’existe pas de procédure pour t’expulser, mais le sens moral devrait suffire.

     

    On se pose parfois des questions très compliquées sur le rejet du monde politique, qui conduit à une abstention de 50%. Parfois aussi, on trouve des réponses très simples.

     

     

     

    Finalement, Georges Tron a décidé d'aller dormir dans son garage

  • Pour se repérer dans le procès Concorde

    Le procès Concorde s’ouvre pour plusieurs mois, avec une fin des audiences pour le 28 mai. Prévoir un jugement pour juillet ou début septembre, et un appel le lendemain du jugement… selon un air connu ( ! ). Dans cette affaire aussi, il sera bien difficile d’envisager un jugement qui satisfasse toutes les parties… Nous n’en sommes pas là. Il s’agit juste de donner quelques points pour se repérer dans ce procès fleuve de l’industrie aéronautique.

     

    Les victimes absentes

     

    la-famille-d-une-victime-du-vol-af447-se-constitue-partie-civile.jpgNous sommes au pénal, ce qui est le moindre des choses dans une affaire qui a causé 113 morts. 113 victimes mais pratiquement pas de parties civiles lors du procès, car les indemnisations ont été réglées, pour l’essentiel, dans un cadre amiable. Il ne peut y avoir de transaction dans une affaire pénale ouverte pour homicide involontaire. Mais il peut y avoir transaction sur le plan civil, même si les faits sont poursuivi pénalement. Des processus ont été émis en place, des offres ont été faites, et des négociations conduites.  Et les victimes ne seront plus « parties civiles » lors de l’audience.

     

    Ce qui a pu conduire à ce résultat ? Un processus amiable d’indemnisation est par nature secret, alors... Il semble que les niveaux aient été très sérieux. De plus, le procès s’ouvre dix ans après les faits, et en cas d’appel, il faut ajouter deux ans de procédure. Or, si l’indemnisation vise à répondre à un préjudice moral, existe aussi le préjudice économique. Et la perte d’un proche peut être l’occasion de remises en cause brutales pour la vie de famille, à commencer par les études des enfants. Une négociation sur le préjudice économique change la vie.

     

    L’indemnisation a été versée par Air France et ses assureurs, mais ce n’est pas une reconnaissance de responsabilité, ce d’autant plus qu’Air France n’est pas poursuivi. Nous somme en matière de transport aérien, et le transporteur est tenu par un régime de responsabilité sans faute à l’égard des passagers. Ce qui explique aussi que la famille du pilote et des victimes au sol n’aient pas été indemnisées, et se trouvent partie civile au procès.

     

    Deux thèses

     

    368271_339301705_point-d-interrogation_H173456_L.jpgPour la thèse de l’accusation, la responsabilité est le fait d’une lamelle métallique perdue sur la piste par l'un de ses avions - un DC10 - quelques minutes seulement avant le décollage du Concorde de Roissy-Charles-de-Gaulle, entrainant l'éclatement du pneu, puis des éclats perçant un réservoir de l'appareil, provoquant ainsi l’incendie. Or cette pièce aurait été fabriquée et installée en dehors de normes, notamment du fait de l’utilisation d’un métal excessivement rigide, le titane : la pièce est devenue une lame de rasoir.

     

    La thèse de la défense est que l’incendie était déjà déclaré quand le pneu a roulé sur la lamelle, la cause relevant alors du défaut d’entretien et d’usage du Concorde. Les avocats de Continental Airlines estiment que cette thèse n’a pas été suffisamment prise en compte par le juge d’instruction, qui a signé l’ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel. De telle sorte, le procès ne serait pas équitable, ce qui va justifier en ouverture de l’audience, une demande d’annulation de cette ordonnance. Il y a tout lieu de penser que « l’incident sera joint au fond », c’est-à-dire que le tribunal attendra d’examiner les faits pour dire si oui ou non, l’instruction a été équitable. On sera très vite fixé.

     

    L’homicide involontaire

     

    3142418385-hadopi-2-et-etude-d-impact-la-justice-expeditive-se.jpgAu pénal, s’applique le principe cardinal  de l’article 121-1 : « Nul n'est responsable pénalement que de son propre fait ». Pas de responsabilité du fait d’autrui, au sien de ces grandes firmes. Le juge doit individualiser les comportements, ce qui n’a rien d’évident.

     

    Ensuite, le juge doit déterminer la cause, et on retrouve, et cette fois-ci sur le fond, les deux thèses : coupure du pneu conduisant à l'incendie ou incendie préalable ? Le tribunal correctionnel doit, avant de dire le droit, se faire une conviction sur le scénario et répondant à cette question : quelle est, avec certitude, la cause de l’accident. Question fort complexe, car l’accident suppose l’enchaînement d’une série de faits.

     

    Après, ça se corse encore : il faut imputer ces faits à des personnes. Et pour que l’on puisse songer à une condamnation, il faut établir la certitude du lien de causalité entre tel comportement humain et le décès des victimes. Le tribunal doit répondre scientifiquement, c’est la démonstration de fait, mais il doit aussi répondre juridiquement, car le Code pénal définit la faute qui permet de retenir ou non la culpabilité.  

     

    Ici, le texte de référence est l’article 121-3 du Code pénal, et précisément les aliénas 3 et 4. On se situe dans le registre des fautes « d'imprudence, de négligence ou de manquement à une obligation de prudence ou de sécurité », c’est-à-dire des fautes commises sans intention de nuire.  

     

    L’alinéa 3 concerne l’auteur direct du dommage, celui qui se place dans un rapport de causalité immédiat. La personne est condamnée si elle « n'a pas accompli les diligences normales compte tenu, le cas échéant, de la nature de ses missions ou de ses fonctions, de ses compétences ainsi que du pouvoir et des moyens dont il disposait ». Notez la référence : les diligences normales, celle attendu de l’homme moyennement prudent et diligent.  

    L’alinéa 4 vise les personnes physiques « qui n'ont pas causé directement le dommage, mais qui ont créé ou contribué à créer la situation qui a permis la réalisation du dommage ou qui n'ont pas pris les mesures permettant de l'éviter ». C’est le régime de responsabilité des cadres, des décideurs. Et pour que ces personnes soient condamnées, il faut établir qu'elles ont, « soit violé de façon manifestement délibérée une obligation particulière de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement, soit commis une faute caractérisée et qui exposait autrui à un risque d'une particulière gravité qu'elles ne pouvaient ignorer ». C’est dire un comportement plus grave que pour les acteurs directs, qui se font accrocher pour une faute simple. Donc, si la cause est trouvée, et imputée à un de ces décideurs, il faut encore prouver la gravité du manquement.

    Rendez-vous dans quelques mois.  

    2000_Concord2.jpg
  • EDF : Ca sent le gaz !

    guignolbaton.jpgHenri Proglio payé quatre fois plus que Sarko. Et Sarko dit oui. Sarko a trouvé son maître…et on se demande bien pourquoi. Où va EDF ?

    Le PDG d’EDF va gagner 2 millions d'euros par an : 1,6 million de la part d'EDF et 450 000 comme président du conseil d'administration de Veolia Environnement.

    La grande prêtresse de la plongée sous-marine à Porquerolles, mon excellente consœur Christine Lagarde, avait affirmé en novembre que le génial Proglio ne percevrait qu'un seul salaire. Raté. A l’Assemblée hier, elle explique : « Le conseil d'administration de Veolia lui verse une indemnité, moi j'ajuste le salaire chez EDF pour qu'il n'y ait pas de cumul et qu'il reste au même niveau de rémunération que précédemment. » EDF devient un complément de salaire de Veolia, on rêve. Et l’an dernier Proglio ne percevait que 1,6 million… Christine, fais gaffe, bientôt tu vas confondre un mérou et un thon rouge.

    La prime est sérieuse : du simple au double. Pierre Gadonneix, le prédécesseur, ne gagnait que 1,09 million d'euros. Ajoutons qu’avec 2,05 millions d'euros, Henri Proglio n’est pas exactement misérable. Il est le 17e dirigeant le mieux payé du CAC 40 (Classement Proxinvest).    

    Bon. Que Proglio gagne 4 fois plus que Sarko me fait, pour tout vous dire, une belle jambe. Tout le guignol_halles-46168.jpgproblème est d’être cohérent avec l’entreprise, car EDF ce n’est pas rien dans l’histoire du pays, et on aimerait bien savoir où va EDF.

    Prenons le cas de Bernard Arnault, patron de LVMH. C’est le boss du CAC40 : 16,8 millions d'euros. Huit fois plus que Proglio, ainsi ramené à l’état de tricard du CAC…

    Mais Arnault, c’est du privé de chez privé. Comme Veolia. L’an dernier Veolia Environnement a affiché un chiffre d'affaires de 36,2 milliards d’euros et un résultat opérationnel  de presque 2 milliards (1 951 millions). Donc, les deux millions du PDG, on peut en parler. Il ne reste plus que 1 949 millions. Le mec prend les 2 millions (pour en faire quoi ? Des dons au Téléthon ? Aux orphelins de Haïti ?), et il gère en interne. C’est son problème, car Veolia est une entreprise privée.

    Le problème est qu’EDF est une entreprise publique, qui assoit toute son action sur cette image modèle, avec ses gentils ingénieurs qui implantent des centrales nucléaires dans les sables saoudiens, ses adorables agents qui montent sur les pylônes quand le méchant vent à cassé les câbles, son magnifique sponsoring pour le sport qui fait tant de bien à l’âme et sa super CGT qui sait si bien négocier. Une vitrine.  

    Donc, Proglio qui pourrait se faire des thunes à tout péter dans le privé vient dans l’entreprise publique pour conforter son image de grand patron, et repartir dans le privé à la première occasion, avec un carnet d’adresses amélioré. Rien que ça, ça coince un max, mais il y a au moins deux autres motifs.

    guignolpolice.jpgD’après les infos fournies par le groupe, Veolia Environnement est le n° 1 européen des services énergétiques avec 7,45 milliards € de CA et 52 802 collaborateurs dans 41 pays. Donc, il faut vite nous expliquer comment EDF et Veolia ne sont pas concurrents, ou sinon pourquoi jouer ce rapprochement sans le dire.

    Ensuite, où est la réussite du grand patron Proglio ? Depuis qu’il est nommé, c’est polémique sur polémique, incident sur incident, remise en cause systématique de l’action de ses prédécesseurs, et il a fallu hier une réunion avec le premier ministre pour que Proglio lâche la grappe à AREVA.

    Ce qui me parait impensable, c’est que dans cette société française qui coucoune Polytechnique,  l’Ecole Normale, le Conservatoire des Arts et Métiers et tant d’autres, la République à la recherche d’un PDG pour la grande entreprise publique EDF se trouve obligée de faire la danse du ventre devant ce Monsieur Guignol, considéré comme pièce unique et irremplaçable. . 

    Le problème de Sarko n’est pas que Proglio gagne 4 fois plus que lui. C’est qu’il ne recadre pas Proglio, qui semble fait pour diriger EDF comme moi pour gérer un pensionnat de bonnes sœurs. 

    4.jpg
    Le président Sarkozy remettant un peu d'ordre à EDF
  • Bombay : Maintenant, il faut comprendre

    11 septembre, 26 novembre… Comment ne pas faire le rapprochement ? Sur le crime, oui ; mais sur l’analyse, tout est si différend.

    New York semble aussi proche que Bombay parait lointaine, quasi-exotique. Mercredi soir, la presse française avait réagi en demi-teinte, alors que les journaux britanniques ou américains en avait fait, dès les premières heures, leur sujet numéro un. Faites un tour sur Google News India, vous mesurerez l’ampleur du cataclysme.

    photo_0302_459_306_17144.jpgCherchons ici à centraliser les infos, et les questions. Pour les réponses, tous les indices sont bienvenus. Car fulminer contre les nouveaux exploits d’une énième succursale de la Ben Laden Company, c’est trop court. Une telle attaque… dans la plus grande démocratie du monde, dans une région qui chaque jour s’affirme comme le centre du monde de ce début de 3° millénaire.

    Pour le bilan, il faudra attendre. Samedi soir, les chiffres sont selon les autorités indiennes de 195 morts, dont 27 étrangers, et 295 blessés. L’Inde a connu d’autres attaques terroristes. Jamais à ce niveau. Les forces de l’ordre, pour le moins, ont pataugé. Combien de temps faudra-t-il pour savoir ?

    Le modus operandi, c’étaient des attaques coordonnées contre dix sites à Bombay, dont les hôtels de luxe Taj Mahal et Trident-Oberoi, la principale gare de la ville, un centre abritant une association juive et des hôpitaux. Des choix qui ressemblent à une signature.

    Qui ? Prudence, toutes les informations circulent. Pour un coup de cette ampleur, une véritable organisation est nécessaire, avec beaucoup d’anticipation. Ce qui pose aussitôt la question de réseaux dormants. Mais une attaque tous azimuts qui donne aussi le sentiment d’une certaine fébrilité. Les autorités indiennes, par le ministre de l'Etat, Vilasrao Deshmukh, ont annoncé ce samedi, alors que les dernières résistances avaient cédé, que « neuf terroristes ont été tués et un capturé. » Ce dernier, d'origine pakistanaise, répondrait au nom d’Azam Amir Kazav. Il aurait affirmé que le but des attaques était de faire un « 11-Septembre indien en réduisant en cendres les symboles de la puissance économique, le Taj et le Trident, afin qu'ils ne puissent être reconstruits. » Il aurait indiqué appartenir à l'organisation séparatiste Lashkar-e-Taiba, un groupe djihadiste basé à Lahore au Pakistan déjà responsable de plusieurs attaques sur le sol indien, notamment contre le Parlement en 2001. La presse parle aussi d’un groupe dénommé le Jaish-e-Mohammed, de la région de Karachi au Pakistan. Pourquoi ce groupe, si c’est lui ? Quel bit à cette surenchère ? Ce groupe a-t-il les moyens de conduire une telle opération?

    Le Pakistan ? Rien à voir avec le terrorisme, protestent les autorités. Mais plusieurs infos font état de liens entre le Lashkar-e-Taiba et l’ISI, l’organe des services secrets pakistanais. La tension est très forte entre ces deux puissances nucléaires. L'Inde a accusé le Pakistan d'être derrière ces attaques trop bien orchestrées, et le président pakistanais, Asif Ali Zardari, a demandé à l'Inde à ne pas «réagir de façon excessive» et juré d’apporter tout son concours à l’enquête.

    *    Pour le Hindustan Times, « L'Inde est attaquée. L'idée même de l'Inde est attaquée. Il ne sert plus à rien de se voiler la face» Elle est si faible l’Inde ? Comment répondra-t-elle politiquement ? Socialement ?  

    inde_pakistan_noms.jpg
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu