Avertir le modérateur

Institutions - Page 2

  • La France humiliée par son excellent allié, les Etats-Unis

    Ce qui est important à noter avec les publications de Wikileaks, c’est que c’est la France qui est humiliée. S’il ne s’agissait que de Chirac, Sarko ou Hollande, ce ne serait que bien peu de choses... Le pays, le vrai, avec des racines de toutes les couleurs, s’organise pour vivre malgré ses dirigeants, qui ne sont que des punitions pseudo-républicaines. Mais c’est toute notre politique d’alliance qui est mise à nue, ridiculisée.

    Les docs publiés par Wikileaks n’ont rien de sensationnel. On en annonce d’autres, et nous verrons… Chirac manip’ ce crétin de Douste-Blazy, Sarko se fait sa gloriole devant un miroir, et Hollande organise des réunions secrètes surveillées par la NSA. Pas de révélations palpitantes… On attend la suite.

    En revanche, ce qui ressort de manière nette, c’est que, sur ordre de Bush et d’Obama, la NSA espionnait au jour le jour les responsables de l’Etat, et nombre de grands fonctionnaires, ce via le BND, le renseignement allemand, dans le cadre d'un accord de coopération avec les US.

    C’est donc l’arrivée de la lumière crue, sur ce dont tout le monde se doute : les Etats-Unis n’ont pas d’alliés, mais seulement des crétins de service, qui leur amènent la soupe. Pour lutter contre la Russie et la Chine, ils sont obligés de composer avec l’Allemagne. Mais pour le reste, les Etats sont des paillassons.

    Notre Chichi est dans le coltar. Qu’il vive en paix.

    Mais du côté des deux cousins Sarko et Hollande, les dindons de l’OTAN, c’était hier le silence radio. Ces deux bavards impénitents qui nous en livrent des tonnes à propos du départ des vingt-quatre heures du Mans ou des menus hallal dans les écoles, n’avaient hier rien à dire sur ce qui montre une trahison de notre allié.

    Il faut dire que cet après-midi, Hollande va faire voter la loi que Sarko avait préparée sur le renseignement genre Charlie, tu me chatouilles. Une loi inspirée du régime US…  Bande de nazes…

    L’Etat et la République comme discours, la soumission dans l’âme, le cœur et l’esprit.

    Sarkozy-Obama-1.jpg

    Obama-Hollande-DR.jpg

  • L’Otan lance le Trident, son plus grand exercice militaire depuis la fin de la guerre froide, Manlio Dinucci

    Tous les commandements et les bases USA/Otan sont en pleine activité pour préparer le « Trident Juncture 2015 » (TJ15), « le plus grand exercice Otan depuis la fin de la guerre froide ». Il se déroulera en Italie, Espagne et Portugal du 28 septembre au 6 novembre, avec des unités terrestres, aériennes et navales et avec des forces spéciales de 33 pays (28 Otan plus 5 alliés) : plus de 35mille militaires, 200 avions, 50 navires de guerre. Y participeront aussi les industries militaires de 15 pays pour évaluer de quelles autres armes a besoin l’Otan.

    Trident_Juncture_2015.jpg

    Objectif de cet exercice « à haute visibilité et crédibilité » : tester la « Force de riposte » (30mille effectifs), surtout sa « Force de pointe » à très haute rapidité opérationnelle (5mille effectifs). Sur le flanc méridional, en partant surtout de l’Italie, l’Otan prépare d’autres guerres en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Confirmé par l’attaque effectuée en Libye, dimanche dernier, par des chasseurs étasuniens F-15E qui, ayant probablement décollé d’Aviano (région Frioul, ndt), ont largué de nombreuses bombes officiellement pour tuer un présumé terroriste.

    L’Aéronautique italienne se prépare à des actions similaires : pour vérifier « les capacités de ses rangs dans le cadre d’une force à rapidité élevée d’utilisation», elle utilisera dans le TJ15 l’aéroport de Trapani (et pas celui de Decimomannu où la « sérénité » fait défaut à cause des manifestations contre les servitudes militaires), « pour des raisons éminemment logistiques, opérationnelles et de distances parcourables ainsi que pour l’expérience déjà acquise et mûrie au cours d’autres opérations conduites depuis la base » : c’est-à-dire le bombardement de la Libye en 2011.

    A Trapani-Birgi opèreront environ 80 avions et 5mille militaires, qui (malgré les déclarations rassurantes de l’Aéronautique) mettront en danger la praticabilité et la sécurité des vols civils.  Un rôle central sera tenu dans l’exercice par le Jfc Naples, commandement Otan (avec quartier général à Lago Patria, Naples) aux ordres de l’amiral étasunien Ferguson, qui est aussi commandant des Forces navales étasuniennes en Europe et des Forces navales du Commandement Africa : en alternance annuelle avec Brunssum (Hollande), le Jfc Naples tient le rôle de commandement opérationnel de la « Force de riposte » Otan, dont le commandement général appartient au Commandant suprême allié en Europe (toujours un général étasunien nommé par le Président ). La projection de forces au sud va bien au-delà de l‘Afrique du Nord : c’est ce qu’explique le Commandant suprême en personne, le général Breedlove, en annonçant que « les membres de l’Otan joueront un grand rôle en Afrique du Nord, Sahel et Afrique subsaharienne ».

    Sur le flanc oriental, l’Otan continue à accroître sa pression militaire sur la Russie. Selon des informations fournies au New York Times (13 juin) par des fonctionnaires étasuniens et alliés, le Pentagone entend « prépositionner » des armements lourds (chars d’assaut, cannons etc.), suffisants pour 5mille soldats, en Lituanie, Lettonie, Estonie, Pologne, Roumanie, Bulgarie et Hongrie. Et pendant que Washington fait savoir qu’il n’exclut pas d’installer en Europe des missiles nucléaires avec bases à terre, Kiev annonce que pourraient être installés en Ukraine des missiles intercepteurs USA/Otan, analogues à ceux qui sont en cours d’installation en Pologne et Roumanie. En ignorant que Moscou, comme il a déjà averti, prendra des contre-mesures puisque ces rampes de lancement peuvent être utilisées aussi pour lancer des missiles à têtes nucléaires.

    C’est dans ce scénario que s’insère le « Trident Juncture 2015 », expression d’une stratégie de guerre tous azimuts. Que confirme la participation du secrétaire général de l’Otan Stoltenberg, la semaine dernière en Autriche, à huis clos du groupe Bilderberg[1] : celui que le magistrat Ferdinando Imposimato dénonce comme « un des responsables de la stratégie de la tension »[2].

    Edition de mardi 16 juin de il manifesto

    http://ilmanifesto.info/la-nato-lancia-il-tridente/

    mission_accomplished.jpg

    Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

     


    [1] Voir Le groupe Bilderberg,«l’élite » du pouvoir mondial, de Domenico Moro (traduction M-A Patrizio), avec une Présentation au lecteur français, de Bernard Genet (animateur de comaguer, Comité comprendre et agir contre la guerre), paru aux Editions Delga, juin 2015 (http://editionsdelga.fr/portfolio/domenico-moro-2/ ). A commander en librairie, ou chez l’éditeur avec un chèque de 19 euros (les frais de port sont offerts) : Editions Delga38 rue Dunois75013 Paris. N’oubliez pas d’indiquer votre adresse ainsi que le titre du livre. NdT

  • Parti socialiste : Hold-up sur la démocratie

    original-544529-860.jpg« République, valeurs de la démocratie… » c’est matin, midi, soir… Pas intéressant de regarder les chiffres du vote PS pour le Congrès de Poitiers, car même si ça vous parait bien lointain, ce vote veut dire que Hollande sera candidat à sa succession. Un gros consensus au sein du PS, et pas d’alternative : le PS roule pour Hollande 2017.

    Le candidat de la Gauche a donc été choisi hier, un évènement marquant dans la vie démocratique,… euh je veux dire dans une vie électorale rythmée par la présidentielle. Ne pas confondre.

    Voici donc les chiffres :

    - la France, 66 millions d’habitants, dont 45 millions inscrits sur les listes électorales.  

    - les votants PS, 70.000, soit pour la motion A, 40.000.

    En pourcentage, cela fait 0,1% du corps électoral.

    Donc, avec 0,1% des électeurs du pays, tu choisis le candidat à l’élection présidentielle. Et si tu gagnes, tu as la présidence du pays et l’Assemblée nationale pour cinq ans. Après, c’est le jackpot : sur les 63 millions € de financement public, le PS obtient un peu plus de 25 millions, devant l'UMP (18 millions) et le Front national (5 millions). Et pour le financement de la campagne présidentielle, ça sera un ticket de 20 millions €. Ce alors que tu es en échec sur le chômage, la dette et l'économie, et que tu as perdu toutes les élections intermédiaires. 

    Qu'un micro parti - une moyenne de 700 votants par département - puisse présenter un candidat aux présidentielles, c'est remarquable. Tout le problème est que du fait de la rente de financement accordée aux partis en place et du poids des élus locaux, ce micro parti, directement ou indirectement, finance près de 60.000 militants et maintes agences de com', ce qui lui donne des moyens démesurés et parfaitement inégalitaire au regard de son poids réel. C'est un véritable hold-up sur la démocratie. 

    La démocratie électorale, c’est devenu extraordinaire. Je n’ai pas de conseils à donner aux dictateurs, mais franchement, ils gagneraient sans doute à essayer …

  • Elections départementales : Un chèque en blanc

    Le cas de figure est inédit, et souligne le professionnalisme de notre excellent gouvernement. Nous sommes invités à voter pour les élections départementales les 22 et 29 mars,… mais la loi n’aura pas encore défini les compétences du département. Le schéma est le renforcement des régions, la création des métropoles, et le maintien des départements. Oui, la loi est encore en débat et elle ne sera pas votée au moment du scrutin. Ce qui va être génial pour encourager à participer au vote.

    Voici donc une scène de la campagne électorale :

    - Bonjour, je suis votre candidat, et merci de voter pour moi.

    - Pourquoi pas, mais quel est votre programme ?

    - Je n’en sais rien, car la loi sur les compétences ne sera votée qu’après les élections.

    C’est tout-à-fait hallucinant,… mais c’est la stricte vérité.

    Le projet, c’est la loi « Nouvelle organisation territoriale de la République ». Le premier volet a été la création des métropoles et le second le redécoupage en treize régions au lien des vingt et une. Ça, c’est fait, mais reste le plus costaud, la répartition des compétences entre ces trois étages administratifs. L’examen du projet de loi vient de commencer à l’Assemblée et l’objectif du gouvernement est de parvenir au vote par l’Assemblée avant le premier tour… Pas évident, car l’ordre du jour chargé… et de 2.000 amendements ont été déposés. Quoiqu’il en soit, ce ne serait qu’une première étape, car le texte sera ensuite examiné par le Sénat, qui ne veut pas s’en laisser compter sur la question des collectivités locales. Donc, prévoir ensuite les discussions en vue d’un accord, ou un retour devant l’Assemblée, puis sans doute un recours devant le Conseil constitutionnel.

    Ces élections seront l’illustration exacte du chèque en blanc, et pour le coup les candidats n’y sont pour rien. Ils n’ont pas de programme et demandent qu’on vote pour leur bonne mine, car on ne sait pas les compétences qu’ils seront amenés à assumer. 

    terre_inconnue_couv.jpg

  • Jospin : Un grand juriste intègre le Conseil constitutionnel

    Jospin n’a jamais étudié le droit, et ne l’a jamais pratiqué. Il n’est ni juge, ni avocat, ni enseignant en droit. Il n’a jamais publié un texte juridique, et on ne sait même pas s’il sait lire un ouvrage de droit. On est sûr en revanche qu’il ne sait faire une recherche de jurisprudence sur Legifrance, ou même trouver la page publiant la jurisprudence du Comité des droits de l’homme de l’ONU. Fait-il la différence entre la Cour de Justice de l’Union européenne et la Cour européenne des droits de l’homme ? C’est possible, mais est-il capable d’écrire une ligne cohérente sur les rapports entre les jurisprudences de ces deux cours européennes et celle du Conseil constitutionnel ? Une blague… Ça serait une note éliminatoire, avec corvée de chiottes en prime.

    C’est donc ce grand expert ignorant qui intègre le Conseil constitutionnel, nommé par la grâce de son vieil ennemi interne au PS, Bartolone. Trotskiste planqué, leader « socialiste » célèbre pour avoir amené Le Pen au second tour, et avoir déserté ses troupes devant la défaite.

    Oki, tout n’est pas négatif : l’austère qui se marre va récupérer 10 000 € par mois, et c’est un bon signe pour la relance de l’économie sur l’Ile de Ré.

    Mais quel est le vrai problème ?

    Le vrai problème est qu’il y a un besoin urgent de renationaliser les droits fondamentaux, pour s’extraire de la toute-puissance de la Cour européenne des droits de l’homme. Cette Cour, de plus en plus touche à tout et inconstante, a un mérite qu’on doit lui reconnaître : elle ne cesse rappeler que le juge national est le mieux placé pour apprécier les données nationales, et qu’elle n’exerce qu’un contrôle des principes. Sauf que si le juge national est nul,… c’est elle qui contrôle tout.

    Nous sommes donc condamnés à garder longtemps encore cette plaie : une juridiction suprême, qui ne regroupe pas des juges expérimentés, nommés par une procédure incontestable, mais des hommes politiques nommés par leurs copains. C’est absolument consternant.

    les-precedents-candidats-socialistes-a_6-diaporama

    Le juge constitutionnel dans ses œuvres

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu