Avertir le modérateur

Société - Page 3

  • Fin de vie : Le scandale de la non-application de la loi de 1999

    Les soins palliatifs pour tous, pour accompagner la personne quand la mort devient inéluctable, c’est un droit garanti par la loi depuis 1999, et c’est limpide : « Toute personne malade dont l’état le requiert a le droit d’accéder à des soins palliatifs et à un accompagnement », et la loi donnait une excellente définition, qui est restée : « Les soins palliatifs sont des soins actifs et continus pratiqués par une équipe interdisciplinaire en institution ou à domicile. Ils visent à soulager la douleur, à apaiser la souffrance psychique, à sauvegarder la dignité de la personne malade et à soutenir son entourage ».

    Bref, ce que les Français demandent avec insistance… existe dans la loi depuis 16 ans.

    Le problème est que la loi n’est pas mise en application. Après le Comité d’Ethique, c’est la Cour des Comptes, chiffres à l’appui, qui dénonce cette catastrophe sanitaire : en 2009, seulement un tiers des 238 000 patients décédés à l’hôpital qui auraient eu besoin de soins palliatifs en ont bénéficié. La France est classée 23 ° sur 40. Là, nous sommes dans le réel.  

    ca-coute-love-trop-cher-131765304523.png

    Quatre français sur cinq manifestent le souhait de vouloir décéder à la maison, et non sur un lit d’hôpital. Eh bien c’est raté ! Sur les 1,6 milliard d’euros de dépenses d’assurance-maladie relatives aux soins palliatifs, en 2013, les hôpitaux captent près des trois quarts (1,2 milliard) et on trouve seulement 127 millions pour les équipes mobiles, et 300 millions pour l’hospitalisation à domicile. Une aberration. La prise en charge extra-hospitalière « reste à construire », conclut la Cour des Comptes.

    Le précédent bilan, fait par la Cour date de 2008, était accablant et le gouvernement s’était dépêché de lancer un grand plan, le « programme national de développement 2008-2012 ». Sauf qu’en 2013, rien n’a changé.

    Dans une République, on applique la loi. C’est basique. Donc, demain, le gouvernement va engager un plan pour les soins palliatifs à domicile et dans les Ehpad, ce qui veut dire du personnel, de la formation, des aménagements matériels… bref des sous. La donnée financière est tellement centrale – quinze ans l’inertie – qu’on comprend mieux l’engouement pour changer la loi sur la fin de vie : au lieu d’accompagner, on abrège, ça coûte moins cher. Mais ça, ça n’est plus notre pays. 

  • DSK fait le lit de Le Pen

    Le président du tribunal correctionnel de Lille l’avait bien annoncé : le procès traite du droit, pas de la morale… Et comme dans toutes les affaires de proxénétisme, c’est la ritournelle connue depuis des siècles : la femme est libre et agit parce qu’elle aime bien l’argent, le client est sympa et ne sait rien, et il n’existe pas de proxo.

    De fait, DSK et les autres lascars se défendent comme de bons abonnés de la correctionnelle : « La prostituée était souriante sur une photo, ça prouve qu’elle aimait ça, et d’ailleurs elle n’a pas porté plainte ». Arguments mille fois entendus… Les prévenus seront-ils condamnés ? Personne ne peut le dire. Trois magistrats chevronnés prennent le temps de la réflexion, alors on attend. Et puis quel enjeu après tout ? Ce n’est qu’une affaire de julots parmi tant d’autres.

    DSK_parti_Socialiste_2006.jpg

    Là où tout change, c’est que DSK était le présidentiable du PS et le directeur du FMI. Un mec qui ne doute de rien, et surtout pas de lui. Quand le président lui demande s’il était l’un des hommes les puissants de la plantée, il répond tranquillement : « Disons que j'ai sauvé la planète d'une crise qui aurait pu être plus grave que celle de 1929 ». Tout seul et en toute modestie... Enfoiré...

    De l’autre côté ? Les difficultés existentielles de femmes qui se battent pour ne pas sombrer. L’une des prostituées explique qu’elle s’est résolue à y passer, parce que le frigo était vide, et qu’elle avait peur qu’on lui retire ses enfants. Un autre, bouleversante d’émotion, expose comment elle a été violentée par la sodomie imposée par DSK, subissant en pleurant,… mais acceptant car elle avait besoin de 500 €.

    DSK n’y a vu que du fun – il devait bien décompresser après avoir sauvé la planète – et de l’inconstance féminine : ces pauvres femmes perdent la tête... car elles n’ont pas grand-chose à l’intérieur. Tout au plus, cette formule payée cher à une agence de com’ : « J'ai une sexualité qui est plus rude que la moyenne ». Merci pour elles. Nafissatou Diallo peut témoigner.

    Le problème est que le procès est public, et que les échos des audiences tombent à l’état brut dans la société française, assommée et horrifiée. C’est tellement sordide que personne n’ose en parler... mais ces infos font des ravages, tant elles témoignent de la violence sociale, du mépris pour les faibles.

    Le PS de Bambi nous avait gavés avec son programme de suppression de la prostitution, et de pénalisation du client. Aujourd’hui, ils n’ont rien à dire devant cette catastrophe morale. Car nous, qui ne sommes pas le tribunal, devons raisonner moral et social : des femmes, pour échapper à l’exclusion sociale, subissent les assauts du présidentiable PS, et le PS n’a rien à dire... C'est une fin. Aujourd’hui encore, il ne faut pas gêner celui qui reste son maître à penser, alors le PS se tait. Tant pis pour ces misérables femmes…

    Ils passent leur temps à duper le monde.

    6a00d8341bfb9a53ef017615c4ef48970c-500wi.jpg

    La peur d’une vie, en ces années de non-gouvernance, c’est la statue de Giacometti, « L’homme qui chavire ». Ceux qui chavirent, ou craignent de chavirer, ou redoutent de voir leurs enfants chavirer constatent amèrement que le PS est d’un autre monde.

    Il ne reste plus rien. Cet abandon ponctue des années de trahison. Désormais, il n’y a plus de rempart, et la victoire de Le Pen est possible. 

    F103-giacometti-homme-qui-chavire-a-f.jpg

  • Terrorisme : Merci de se renseigner avant de parler

    Ils ne savent rien et ne comprennent rien, mais ils parlent : c’est, hélas, devenu de coutume. N’importe quel inconnu sorti de son bocal devient un grand savant dès lors qu’une chaîne de télé, en recherche d’audience, l’a honoré du titre d’"expert en terrorisme".

    Le problème est que nos politiques emboîtent le pas, avec une surenchère des dispositions répressives, toutes contradictoires entre elles, et dont la plupart résultent du droit positif depuis de décennies. Genre l’encellulement individuel, qui est une obligation légale depuis 100 ans, et qui est toujours différée,… et comme si les directeurs de prison – noble métier – n’avaient jamais songé à prendre de telles mesures. 

    Quel examen sanguin pour qualifier une radicalisation ? Allons.... Arrêtons le délire, et donnons un vrai coup de main à l’aumônerie musulmane… hélas si marginalisée. Ça, ça serait du sérieux…

    Les grands instruits qui nous gouvernent ont leur solution sur demain,… alors qu’ils ne l’ont pas fait hier… Les décrets d’application de la loi antiterroriste de novembre 2014 n’ont pas été pris, et la loi reste inapplicable,… ce qui me gêne quelque part.

    Grace à nos fumeux experts, voici déjà annoncée la nouvelle loi antiterroriste. Du bidon assuré dès lors qu’on ne sait toujours rien des commanditaires de la tuerie de Charlie.

    Please, respectez le travail de la police.

    On parle d’islamistes, de djihadistes. C’est sans doute vrai, mais où sont les preuves ? Et de quel groupe parle-ton ? Qui endoctrine ? Qui finance ?

    Bref, la bande d’assassins est-elle vraiment unie, et qui est le commanditaire ? C’est toute la question. Un jour nous aurons la réponse, car les flics font un travail du meilleur niveau pour faire parler les réseaux, les ordinateurs et les portables. Tôt ou tard nous saurons qui a décidé et pourquoi.

    Si on en reste à la raison – mais là je sais que je suis décalé – on attend de connaitre les maux pour trouver les remèdes. Problème : depuis quelques jours, c’est pile l’inverse. Sans rien savoir de l’enquête, et alors que les interpellations ressortent du banditisme et non de l’islamisme, les médecins charlatans délivrent leurs prescriptions.

    Nul.

    3065266237_1_3_4OQIT9SL.gif


  • La France compte 65.241.241 habitants : Merci à nos amis étrangers

    La population en France est d65.241.241 (recensement INSEE au 1er janvier 2012) : 63 millions pour la Métropole, et 2 millions pour les perles de l’Empire : la Réunion, la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane. La population de Mayotte, devenue « officiellement » le 101e département français le 31 mars 2011 n’est pas prise en compte… ce qui est en fait logique, car en droit international, Mayotte fait partie des Comores, alors que la France y est juste puissance militaire occupante, illégale.

    HL_DDS_0000000000221063

    En un an, la hausse de 307.841 habitants, soit + 0,5 %, et ce chiffre est constant sur ces cinq dernières années. Cette croissance démographique, qui est le véritable moteur de l’économie et de l’innovation sociale, est supérieure à la moyenne européenne, où elle plafonne à 0,2 %. L’Allemagne est le premier pays européen avec 80,3 millions d’habitants en 2012, mais prise au piège de lois débiles sur la nationalité, sa population diminue de – 0,5 % par an. De quoi faire exploser l’économie et la société.

    En taux de croissance, la France est doublée par l’Espagne (0,9% par an, avec 46,8 millions d’habitants) et le Royaume-Uni (0,8% et 63,5 millions), mais elle devance l’Italie (0,4%, et 59,4 millions).

    Je tiens donc à remercier nos amis étrangers et nos amis Français qui savent les accueillir, car ils sont à la base de tout. C’est la clé souriante, et même enthousiasmante, de notre avenir. Je ne peux donc qu’encourager les étrangers à venir de plus en plus nombreux en France, pour y vivre comme immigrés ou pour prendre la nationalité, d’abord par la vie familiale, ensuite par le travail.

    Votre venue est le plus beau des cadeaux que vous puissiez faire à la France, et ne vous laissez pas impressionner par les constipés de la souche. Ne représentant qu’1% de la population du monde, la France n’existera dans le monde que par le réseau flamboyant de ces étrangers qui aiment la France, des Français qui savent reconnaitre cette chance,  et de tous qui construisent ainsi l’avenir. Dans quelques décennies, la France sera le premier pays d’Europe, avec des liens dans le monde entier, et des liens de cœur avec l’Afrique. Tout ceci est magnifique.

    Strangers cover-thumb-500x483-29257

  • Ferguson, 20 000 habitants, 2 000 soldats

    Ferguson, 20 000 habitants, 2 000 soldats : la démocratie, les droits de l’homme et les « valeurs » resplendissent dans la lumière. Cette lumière, c’est le savoir-faire acquis en Afghanistan, en Irak et en Israël, s’exporte.

    heres-a-breakdown-of-the-military-style-gear-used-on-the-streets-of-ferguson-missouri

    Toutes mes pensées à la population soumise à cette violence armée,… mais ne renoncez à rein, et ne baissez pas les bras. Nous ne sommes jamais que dans le réel.

    Les produits cosmétiques en vente à Washington depuis 6 ans ne valent rien, même en solde. Le mal est profond, et ce pouvoir né de la violence et qui a grandi gavé au mensonge institutionnel, ne tient que par la violence et le mensonge. Avec, au passage, une pensée émue pour les crétins finis qui, ici, s’extasient devant la croissance US, pour laquelle les démunis ne sont qu’une variable d’ajustement de la société élitiste.

    Oui, chères amies et chers amis, ne baissez pas les bras. La violence et le mensonge ne conduisent à rien et n’ont qu’un temps, même s’ils bénéficient d’une impitoyable répression. Votre rendez-vous avec l’histoire, car il est impossible de mentir tout le temps et à tout le monde.

    Image: Curfew set after violent protests flare amid over Michael Brown shooting

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu