Avertir le modérateur

edf - Page 2

  • La mafia EDF

    la_loi_du_silence,3.jpgOui, la mafia Edf, car c’est la loi du silence quand on s’approche réellement du nucléaire. On a toutes les infos et toutes les images quand c’est pour nous montrer les gentils agents qui grimpent dans les pylônes en plein hiver pour rétablir l’électricité après les chutes de neige, ou pour la mise en scène après le micro incident de la centrale de Chosemuche... Mais quand c’est la stratégie nucléaire, le pouvoir et ses réseaux, c’est l’embrouille. EDF est une entreprise privée – la blague – alors la propriété privée ça se respecte.

    L’affaire d’EDF en Chine est grave, très grave. Vous trouvez dans la presse de nombreux articles pour raconter l’histoire et émettre les hypothèses. Connaître le détail des faits ? Il faudra bien du temps, et il faudrait des enquêtes judiciaires,… qui ne sont pas d’actualités.

    Mais chacun a compris la trame. Le nucléaire en France est tripartite : Areva qui conçoit et fabrique les bases, Edf qui met en œuvre et exploite, et l’Etat qui veille aux intérêts supérieurs du pays, et qui est impliqué financièrement au top niveau.

    Tout va bien, sauf qu’il y a entre Edf et Areva une haine féroce, attisée par la rivalité entre les boss et la course aux marchés d’avenir.

    La Chine est le pays qui concentre les grands marchés de construction de centrales nucléaires, et Edf y est présent depuis trente ans. Beaucoup de savoir-faire, donc, et aussi vient un jour l’idée de conquérir le monde nucléaire à partir de cette alliance.la_loi_du_silence,4.jpg

    Les perspectives de business se sont précisées, et là viennent les difficultés. Négocier ce genre d’affaires avec les Chinois suppose de passer par des chemins non balisés, ne racontons pas d’histoires. Pour passer, il faut 1/ les transferts de technologies et 2/ les à-côtés.

    Pour les à-côtés, on attendra pour savoir, mais pour les transferts de technologies, c’est aussi simple que logique : il faut se débarrasser d’Areva. Pour Edf, Areva est un machin, et avec un peu de savoir-faire, les Chinois (la China Guangdong Nuclear PowerHolding Corporation – CGNPC) seront meilleurs et moins chers. Oh là là… la belle alliance pour conquérir le monde ! Peu importe si c’est jouer contre la France, car Edf est tellement importante… et rend tellement de services en France…  

    Alors que la politique nucléaire est tripartite, Edf de Proglio s’était fait faite chopper en 2010 avec la publication de docs confidentiels montrant qu’elle jouait contre Areva et contre le gouvernement. Edf de Proglio avait répondu que c’était des documents de travail, sans valeur juridique. Bien sûr… on rédige des contrats de 30 pages pour le fun… Edf avait dû admettre qu'elle agirait désormais en accord avec Areva.

    Mais à trois jours de la présidentielle, Edf avait présenté au gouvernement, pour validation, un accord Edf/ CGNPC, négocié en douce, inacceptable dans son principe comme dans ses modalités, et Baroin, alors ministre de l’Economie, l’avait bloqué.

    iconfessspan0hb.jpgProglio s’est ensuite à nouveau montré gentil gentil, et un accord est intervenu à l’automne entre le nouveau gouvernement, Edf et Areva pour revenir à la pratique tripartite. Très convaincant…

    Aujourd’hui, on voit que cette affaire, c’est du très sérieux.

    On n’a pas envoyé au front le Sinistre au brushing, trop occupé par une séance de photo en marinière. Non, la réponse a été une enquête de l’Inspection des finances, doublée d’une enquête des RG pour prendre des renseignements sur les relations entre décideurs français et chinois.

    La semaine dernière, Maureen Kearney, une syndicaliste CFDT d'Areva qui avait demandé à Luc Oursel, nommé par Sarko pour remplacer Anne Lauvergeon à la tête d'Areva en juin 2011, a été agressée à son domicile pour avoir demandé le texte complet de ces pré-accords.

    Bien sûr, il ne faut aucune enquête judiciaire sérieuse, car on risquerait de découvrir la vérité. Or, s’agissant d’Edf et du nucléaire, c’est strictement impossible. On fera juste le cirque nécessaire pour virer Proglio, installé par Sarko, avant la fin de son mandat, et nommer un ami fidèle.

    Le gouvernement peut taper sur le patron Peugeot, l’Indien Mital ou l’artiste gonflé Depardieu. Ce qu’a fait Edf, transférer la technologie au Chinois et leur promettre des coopérations y compris sur le marché français, est d’une autre gravité. Mais Edf est trop présente dans le paysage français pour espérer une opération vérité.

    i_confess.jpg

  • Fessenheim : Le poids politique d'EDF

    pub-edf.jpgDes rougeurs aux doigts pour deux salariés, pas de prescription médicale, pas arrêt de travail, mais dans le même temps, 50 sapeurs pompiers arrivés en urgence, une campagne de presse nationale, la une de tous les jités ce soir, Corinne Lepage suant et soufflant pour faire le tour des caméras et le président de l’Assemblée Nationale sur le plateau de BFM !

    J’aurais aimé saluer cette mobilisation contre les accidents du travail… mais il s’agit uniquement de l’exploitation politique irrationnelle d’un accident du travail parfaitement bénin. Loin de simplifier le dossier, sérieux, de l’avenir de Fessenheim, ça le complique singulièrement car cela donne la fâcheuse impression que les réactions sont affectives.  

    L’accident est un dégagement de vapeur lors de la manipulation d’eau oxygénée dans un bâtiment annexe au réacteur, où sont traités certains effluents des réacteurs.

    Thierry Rosso, le directeur de la centrale, a expliqué que deux salariés « ont simplement une irritation sur les doigts » et qu’il « n'y a pas d'impact environnemental ». Jean-Luc Cardoso, le représentant de la CGT, a confirmé l’absence de toute gravité.

    Pas d'impact environnemental, mais un fort impact politique… 

    Pour François de Rugy, président du groupe écolo à l'Assemblée nationale, cet accident vient « rappeler à tout le monde, à tous ceux qui croyaient qu'avec le nucléaire il n'y avait pas de problème de sécurité, qu'il y a toujours un danger ». Pour Noël Mamère, « c’est la preuve qu'il faut fermer Fessenheim au plus vite ».

    Où est le blème ?

    François Hollande s'est engagé durant la campagne électorale à fermer cette centrale d'ici à 2017.

    L'argument souvent mis en avant est que c’est la plus ancienne des centrales, mise en service en 1977 – avec deux réacteurs à eau pressurisée, d'une puissance de près de 900 mégawatts –  prévue pour 40 ans, dépassée et arrivant à ses quarante ans en 2017. 245974-coralie-balmy-dans-la-pub-pour-edf-637x0-2.jpg

    Raisonnement simpliste, a affirmé l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) dans un rapport en juillet 2011. L’ASN expliquait en substance que l’âge de la centrale n’est pas déterminant si elle a été bien conçue et bien entretenue. Et elle avait conclu, qu’avec des travaux, la centrale pouvait encore fonctionner pendant dix années. Parmi les préconisations, le renforcement du radier – la dalle de béton sur laquelle a été construit le réacteur –  avant juin 2013.

    Hollande a été élu en mai avec un engagement clair, et pourtant en juin, EDF s’est empressée d’investir 20 millions d'euros en un an pour réaliser ces travaux, dont 15 millions pour le ravier !

    En 2013, la centrale respectera les conditions fixées par l’ASN pour un nouveau bail de 10 ans, soit jusqu’en 2027, ce qui ne va pas simplifier la décision politique. Dire « c’est un engagement de la campagne, et on sauvera l’emploi » sera trop court, et les écolos doivent ajuster leurs arguments techniques.

    Question complémentaire. De nombreuses centrales nucléaires ont été mises en œuvre à cette époque. La régle des 40 ans s’appliquera-t-elle à toutes ?

    L’incident d’hier ne pèse rien dans ce débat, mais il va falloir trancher la question de l'avenir de Fessenheim. A voir la frénésie qui a suivi ces « rougeurs aux doigts », je m’interroge sur ce que sera le débat de fond. Mais pas de doute : pour le gouvernement, le plus dur ne sera pas avec les écolos, ni avec les salariés de la centrale, mais avec EDF.

    EDF-02.jpg

     

  • EDF ridiculisée

    pub-edf.jpgOuah, l’image de marque d’EDF ! Des années à arroser les journaux avec des pubs débiles, genre « Nous vous devons plus que la lumière » ou « Des hommes au service des hommes », avec la bienveillance philosophique d’Euro-RSCG. Aujourd’hui, EDF nous offre une bonne rigolade,… mais qui fait froid dans le dos.  

    Il faut saluer le succès de Greenpeace. Un coup de maître ! Des militants ont approché ce matin des centrales nucléaires, munis pour toute arme d’une pince à tenaille,  et ils ont réussi à s’installer – plus d’une dizaine semble-t-il – au sein des centrales de Nogent-sur-Seine (Aube) et Cruas (Ardèche).

    EDF, la grande entreprise nationale, le fleuron, c’est du sérieux ! Ben oui, y a qu’à voir. Une pince à tenaille et ce sont des années de propagande qui passent à la trappe.

    Le nucléaire est-il sûr ? Ah que oui, mon neveu ! Personne ne peut s’approcher des centrales, car la police veille !  Aucun tremblement de terre ne peut les atteindre, pas comme au Japon ! Et si un avion, par un acte terroriste, décidait de s’écraser sur une centrale, ça ferait à peine une rayure sur le béton...

    Le com’ du ministère de l’énergie – euh pardon, d’EDF – a été très rigolote. Un ministère, c’est responsable, c’est pas comme EDF, qui grenouille dans les fanges privé/public.

    On a sorti des bureaux un schmoll à cheveux blanc, très gentil, genre ingénieur trois étoiles, capable de passer trois jours sur les pylônes pour vous remettre l’électricité après une tempête, qui prend sa douce voix pour nous dire : « Relativisons, mes frères, nous n’avons rien fait car nous savions que c’était des militants pacifistes. Sinon, nous aurions fait usage des armes ». h-20-1558759-1243802189.gif

    La ficelle est un câble, et j’espère que la promesse d’une nouvelle belle campagne de pub dans des médias assoiffés d’argent ne va pas imposer le silence.

    Car, cher ingénieur aux cheveux blancs, tu imagines bien qu’il ne faut pas nous prendre que pour des cons, comme disait Coluche.  

    Oui, c’étaient des militants pacifiques, et après avoir fait quelques photos, ils se sont planqués sous des sacs, pour voir combien de temps on mettrait à les repérer. Mais, chère banane nucléaire, tu imagines un peu que si c’étaient des terroristes, ils n’auraient pas eu pour toute arme des pinces et des appareils photos ! Ils auraient eu des armes sophistiquées et de l’explosif, et deux centrales auraient explosées hier.

    La France ne serait plus la même.

    Nous sommes gouvernés par des vermicelles. L’UMP fait ses prières gaullistes, mais elle n'implore pas dans le bon sens. La « Gauche », nucléarisée dès le biberon, ne dira rien, pas plus que la CGT-Energie qui veille à son précieux comité d’entreprise. Quand on s’approche d’EDF, on se croirait chez Poutine.

    Merci, merci infiniment, à Greenpeace !  Les militants vont passer au tribunal pour des infractions genre effraction… J’espère que le tribunal leur remettra la médaille du mérite.

    edf.jpg

    Le nucléaire au pays des Bisounours

  • Nucléaire : Le tabou français

    403px-Robida_vie_electrique.pngEt que dirait l’ami Copé d’un grand débat sur la place du nucléaire dans la République ? Ca nous changerait un peu de sa fiévreuse danse du ventre devant les musulmans, et ça permettrait de parler d’un vrai sujet.

    Le nucléaire en France reste la dernière zone régie par le droit soviétique : pas touche et tout va bien ; si tu critiques, tu es un ennemi de la nation.

    Notre vaillant pays sait se passionner pour des questions absolument essentielles : la grève d’entrainement de deux heures des joueurs de l’équipe de France, l’installation d’une ourse dans les Pyrénées, un Quick qui ne sert que de la viande halal, l’ouverture des magasins le dimanche, les repas végétariens à la cantine de l’école, les deux concours concurrents de Miss France, les sifflets contre la Marseillaise dans les stades de foot,…

    Notre non moins vaillante UMP a découvert – merci Monsieur Copé ! – qu’on n’avait pas parlé de l’islam depuis au moins 5 ans. D’où vite un  débat d’urgence, sur le thème « Devrons nous changer la loi de 1905 à cause le l’islam, ce alors qu’aucun responsable religieux musulman n’a jamais demandé de modification de la loi ? » Le débat s’annonce passionnant.

    Aussi, si le cerveau de notre bon Copé n’est pas totalement essoré par ces puissantes réflexions, je lui propose un autre sujet : le nucléaire.

    Là c’est bien simple : il n’y a jamais eu de débat sur le nucléaire pour cause de sûreté de l’Etat.1284977615.png

    Tout est parti du général à titre provisoire De Gaulle Charles, qui voulait la bombe pour faire un bras d’honneur aux Ricains. Questions pour le débat : que veut dire notre armement nucléaire, marque mortelle de l’indépendance militaire, alors que la guerre froide a pris fin et que nous avons, sous Sarko-Koukouch, intégré le commandement militaire de l’OTAN ? La France n’étant rien sans l’Europe, quel plan pour la gestion de cette arme ? Question complémentaire : eu égard à ce qu’est la guerre depuis cinquante ans, des conflits locaux qui font des populations civiles les premières victimes, quel intérêt pour la focalisation sur le nucléaire ? En annexe : nos sous-marins nucléaires servent à quoi ? Si Copé est en en forme, on pourrait même lui demander quelles doivent être les missions actuelles de l’armée française, après un bilan objectif des trente dernières années. On commencerait par notre action en Afghanistan, puis on poursuivrait par le Rwanda. De petites révisions à prévoir... T’as une idée, Copé ?

    Pour le nucléaire civil, ce n’est pas mieux. Une cause nationale que l’on comprend vite : des centaines de milliers d’emplois, une mémère EDF qui est dans tous les grands équipements du pays et qui soigne les élus locaux comme un conseil général le fait pour l’enfance en danger, des syndicats surpuissants qui pourraient casser le pays par une grève de huit jours et pour lesquels on a toutes les attentions, des secteurs-clés de la recherche financés et contrôlés de près, et des journaux qui bavent devant les campagnes de pub d’EDF. Alors, bien sûr, on ne va poser de questions idiotes, du genre : pourquoi la France est-elle le seul pays dépendant à 80% du nucléaire ? Quel est le coût de toute la filière, depuis l’extraction du minerai au Niger jusqu'au recyclage des déchets ? Dans quelles conditions et avec quelles contreparties gère-t-on l’exploitation des mines en Afrique ? Sur la base de quels critères est-il décidé d’implanter des centrales à l’étranger, et par exemple en Chine ou dans les pays du Golfe ? Pourquoi la part des énergies renouvelables reste-t-elle si faible ? Pourquoi maintenir ce seuil à 80 %, qui hypothèque les trente années qui viennent, alors que tous les pays sont sur le recul de la part du nucléaire ?

    Copé, comme le PS, ont raison de se méfier : si on se met à parler des questions qui comptent, on verra vite qu'ils n’existent plus.

    50652459.jpg
    Tabou
  • EDF : Ca sent le gaz !

    guignolbaton.jpgHenri Proglio payé quatre fois plus que Sarko. Et Sarko dit oui. Sarko a trouvé son maître…et on se demande bien pourquoi. Où va EDF ?

    Le PDG d’EDF va gagner 2 millions d'euros par an : 1,6 million de la part d'EDF et 450 000 comme président du conseil d'administration de Veolia Environnement.

    La grande prêtresse de la plongée sous-marine à Porquerolles, mon excellente consœur Christine Lagarde, avait affirmé en novembre que le génial Proglio ne percevrait qu'un seul salaire. Raté. A l’Assemblée hier, elle explique : « Le conseil d'administration de Veolia lui verse une indemnité, moi j'ajuste le salaire chez EDF pour qu'il n'y ait pas de cumul et qu'il reste au même niveau de rémunération que précédemment. » EDF devient un complément de salaire de Veolia, on rêve. Et l’an dernier Proglio ne percevait que 1,6 million… Christine, fais gaffe, bientôt tu vas confondre un mérou et un thon rouge.

    La prime est sérieuse : du simple au double. Pierre Gadonneix, le prédécesseur, ne gagnait que 1,09 million d'euros. Ajoutons qu’avec 2,05 millions d'euros, Henri Proglio n’est pas exactement misérable. Il est le 17e dirigeant le mieux payé du CAC 40 (Classement Proxinvest).    

    Bon. Que Proglio gagne 4 fois plus que Sarko me fait, pour tout vous dire, une belle jambe. Tout le guignol_halles-46168.jpgproblème est d’être cohérent avec l’entreprise, car EDF ce n’est pas rien dans l’histoire du pays, et on aimerait bien savoir où va EDF.

    Prenons le cas de Bernard Arnault, patron de LVMH. C’est le boss du CAC40 : 16,8 millions d'euros. Huit fois plus que Proglio, ainsi ramené à l’état de tricard du CAC…

    Mais Arnault, c’est du privé de chez privé. Comme Veolia. L’an dernier Veolia Environnement a affiché un chiffre d'affaires de 36,2 milliards d’euros et un résultat opérationnel  de presque 2 milliards (1 951 millions). Donc, les deux millions du PDG, on peut en parler. Il ne reste plus que 1 949 millions. Le mec prend les 2 millions (pour en faire quoi ? Des dons au Téléthon ? Aux orphelins de Haïti ?), et il gère en interne. C’est son problème, car Veolia est une entreprise privée.

    Le problème est qu’EDF est une entreprise publique, qui assoit toute son action sur cette image modèle, avec ses gentils ingénieurs qui implantent des centrales nucléaires dans les sables saoudiens, ses adorables agents qui montent sur les pylônes quand le méchant vent à cassé les câbles, son magnifique sponsoring pour le sport qui fait tant de bien à l’âme et sa super CGT qui sait si bien négocier. Une vitrine.  

    Donc, Proglio qui pourrait se faire des thunes à tout péter dans le privé vient dans l’entreprise publique pour conforter son image de grand patron, et repartir dans le privé à la première occasion, avec un carnet d’adresses amélioré. Rien que ça, ça coince un max, mais il y a au moins deux autres motifs.

    guignolpolice.jpgD’après les infos fournies par le groupe, Veolia Environnement est le n° 1 européen des services énergétiques avec 7,45 milliards € de CA et 52 802 collaborateurs dans 41 pays. Donc, il faut vite nous expliquer comment EDF et Veolia ne sont pas concurrents, ou sinon pourquoi jouer ce rapprochement sans le dire.

    Ensuite, où est la réussite du grand patron Proglio ? Depuis qu’il est nommé, c’est polémique sur polémique, incident sur incident, remise en cause systématique de l’action de ses prédécesseurs, et il a fallu hier une réunion avec le premier ministre pour que Proglio lâche la grappe à AREVA.

    Ce qui me parait impensable, c’est que dans cette société française qui coucoune Polytechnique,  l’Ecole Normale, le Conservatoire des Arts et Métiers et tant d’autres, la République à la recherche d’un PDG pour la grande entreprise publique EDF se trouve obligée de faire la danse du ventre devant ce Monsieur Guignol, considéré comme pièce unique et irremplaçable. . 

    Le problème de Sarko n’est pas que Proglio gagne 4 fois plus que lui. C’est qu’il ne recadre pas Proglio, qui semble fait pour diriger EDF comme moi pour gérer un pensionnat de bonnes sœurs. 

    4.jpg
    Le président Sarkozy remettant un peu d'ordre à EDF
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu