Avertir le modérateur

gochmole - Page 2

  • Souffrance socialiste : Les députés votent l'installation de caméras dans les fédérations PS

    Les mois qui viennent seront redoutables pour les militants socialistes, et le Parlement s’en inquiète. Pour éviter que des actes de cruauté ne se reproduisent dans les fédérations PS, comme l'ont montré des vidéos chocs diffusées l'an dernier, les députés ont voté deux amendements dans le cadre d'une proposition de loi sur la vie politique à gauche.

    Ce texte prévoit l'installation de caméras dans les fédérations PS afin de limiter la souffrance des militants, après la diffusion de ces terribles images clandestines, instaure un Comité national d'éthique des fédérations PS, et durcit les peines en cas de maltraitance des militants.

    loi-travail-et-49-3-la-permanence-du-ps-tague-lorient.jpg

    Le Sénat devrait examiner cette proposition de loi en février, l'objectif étant un vote définitif avant début mars, date à laquelle cesseront les travaux de l'actuelle législature pour cause de campagnes électorales pour la présidentielle et les législatives.

    Parmi les fédérations PS, nombre d'entre elles se sont déjà équipées de caméras et certaines ont récemment annoncé leur volonté de franchir ce pas.

    Pour éviter tout débordement sur l'utilisation de ces images vidéo, il est prévu des garde-fous. Les images ne pourront être conservées plus d'un mois et respecteront le régime de la loi de 1978 Informatique et libertés, en particulier en ce qui concerne les sanctions en cas de détournement de finalité ou de divulgation des images. Elles peuvent aller jusqu'à 5 ans d'emprisonnement et 300.000 euros d'amende.  

    Auront accès aux vidéos les services vétérinaires, qui sont déjà présents sur ces lieux de mise à mort politique que sont les fédérations PS, et également les responsables du Service de Protection des Socialistes (SPS), dont le rôle est de plus en plus important dans les fédérations.

    Un second amendement introduit la possibilité pour les parlementaires « de visiter les fédérations PS pour vérifier si elles respectent le bien-être socialiste ». Les élus devront être accompagnés des services vétérinaires compétents, mais ils ne pourront venir avec des journalistes. Cette possibilité a été écartée en raison de l'inquiétude que cela avait suscité au comité directeur du PS.

    Les syndicats ont exprimé leur opposition : «La protection des militants dans les fédérations PS n'est pas une affaire de caméras même si certains profitent de ce débat de société pour exister médiatiquement. C'est avant tout une question d'hommes, de formation et de bon sens». Une prise de position digne, mais un peu décalée du réel.

    387777-des-crochets-dans-un-abattoir-de-la-region-parisienne_0.jpg

  • Liévin, Clermont-Ferrand, Rennes : Génial, El Blanco est cuit !

    41CMM09NJBL._SX296_BO1,204,203,200_.jpgAprès avoir miné la candidature de Hollande, El Blanco se voyait déjà Président, mais un mois plus tard c’est mort de chez mort. Nous n’avons rien à attendre des petits alternatifs, Hamon ou Montebourpif – car Peillon est grillé – qui tentent désespérément de se déguiser en héros populaire, mais assister à la déconfiture d’El Blanco permet une bonne rigolade, alors ne nous en privons pas. Ce type a fait souffrir le pays, qui maintenant le rejette du fonds de ses tripes.

    Sur un plateau télé, El Blanco, nourri des techniques de communication, peut faire illusion, sauf quand il se noie dans ses contradictions, mais sur le terrain, devant les électeurs, il ne reste plus rien. Fin de l’illusion.

    Voici le bilan de trois meetings, choisis dans les bastions PS.

    Dimanche à Liévin, terre PS s’il en est, El Blanco a voulu agiter la mémoire de Mitterrand… pour se ridiculiser devant une salle clairsemée de 200 personnes.

    A Clermont-Ferrand hier, même spectacle avec un gymnase à demi-vide, à peine 300 personnes, pendant que les militants PS s’activaient à installer des paravents pour masquer les chaises vides.

    Mais le meilleur est le renoncement à tenir un meeting à Rennes, prévu pour lundi. Motif : pas de chance, Le Drian a pilepoil au même moment une réunion sur Daech, alors ça rigole pas !

    - El Blanco, comment peux-tu envisager d’être président de la République quand tu n’es pas capable de tenir un meeting à Rennes ?

    Bien sûr, ça n’empêchera pas ce pantin de mettre son joli costume pour aller aux débats-télé de la primaire, et nous entonner la grandeur de la République et la force de la France, toutes choses dont le déserteur de Rennes ne sait rien.

    Faire le constat que le gouvernement était squatté par de tels incapables, c’est déjà trouver une partie de la solution. Mais il faut prendre le temps de mesurer ce qu’est la puissance de la propagande, qui nous a vendu à longueur d’années un El Blanco héros de la gauche post moderne. Du vent... Un monde s’écroule sous nos yeux. Qu’ils dégagent, et tous : Hamon et Montebourpif étaient sinistres de El Blanco, et ils ont manœuvré pour le faire nommer Premier sinistre. Après le tort qu’ils ont causé, alors que les blessures sont encore là, comment ces gougnafiers osent-il se présenter à nos suffrages ?

    Ils ne méritent que notre mépris.

    1310685867727506.png

  • Drame de la vie : El Blanco était une femme battue !

    Ah l’enfer de Matignon, expliqué par un rescapé de Matignon….

    De ce que nous avions compris, le 49-3 c’était l’arme parfaite du p’tit nerveux de Matignon, prêt à tout pour casser ce qui reste du PS. Mais, chères amies, chers amis, je dois constater que nous étions totalement à côté de la plaque. En réalité, El Blanco était révulsé par le 49-3, qu'il n’a appliqué que parce qu’il était sous emprise… El Blanco femme battue, et sous une double emprise, comme il l’explique la larme à l’œil.  

    « On m'a imposé le 49-3. C'est-à-dire que ce que l'on appelle les frondeurs. J'ai obtenu l'accord de la très grande majorité des parlementaires socialistes, j'ai obtenu l'accord des syndicats réformistes, mais je n'ai pas trouvé le soutien d'une cinquantaine de députés socialistes qui continuaient... Il fallait à ce moment-là, dans ces conditions, imposer le 49-3».

    Donc, le pauvre El Blanco maltraité par les frondeurs (Ces grands comiques, quand on voit ce qu’il en reste aujourd’hui).

    Mais notre gentil chouchou était dans le même temps maltraité par Hollande ! Une double, et si violente, emprise :

     «Je rappelle enfin que cette arme de la Constitution, elle a fait l'objet d'un accord avec le président de la République, d'une décision en Conseil des ministres ».

    En bref, cet autoritaire maladif se déballonne dès qu’il a quitté sa fonction officielle. La fonction crée l’organe ? Presque... Ah ah ah….

    Je redis que l’une des plus grandes fautes de Hollande est d’avoir nommé ce mec au gouvernement. On en reparlera dans quelques années.

    hqdefault.jpg

  • Nice : Les juges condamnés à appliquer la loi

    21019648_20130715174709218.jpgEn critiquant le procureur et les juges, nos amis de la vallée de la Roya, regroupés autour du très sympathique Cédric Herrou se trompent de cible. Et entretiennent un discours qui n’est pas bon : « le délit de solidarité a été abrogé, et nous sommes quand même poursuivis… Ce procès est scandaleux… ». Avec une presse qui embraie, globalement à côté de la plaque.

    Les faits reprochés à Cédric Herrou sont bien établis : il a effectué de nombreux trajets en transportant des migrants, a hébergé plusieurs personnes chez lui, et en a mis d’autres à l’abri dans un centre de vacances désaffecté de la SNCF, avant que la préfecture n’en obtienne l’expulsion, en octobre, sous pression des élus du coin.

    Le procureur de Nice, Jean-Michel Prêtre, a expliqué l’affaire à l’excellent La Croix : « Cédric Herrou va chercher des étrangers à Vintimille, en Italie, et les aide ensuite à franchir la frontière. Ces nombreux allers et retours n’en font évidemment pas un passeur au sens classique du terme, puisqu’il ne réclame aucune contrepartie financière à ceux qu’il aide. Reste qu’il a mis en place un dispositif qui, concrètement, facilite le franchissement de la frontière. Cédric Herrou s’inscrit dans une démarche militante, une démarche politique tout à fait respectable par ailleurs. Simplement, en l’état actuel du droit, faire ainsi fi des frontières, c’est contraire à la loi. »

    On arrive à la loi applicable, et jouent deux textes.

    D’abord l’article L. 622-1 du Ceseda (Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile).

    « Toute personne qui aura, par aide directe ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter l'entrée, la circulation ou le séjour irréguliers, d'un étranger en France sera punie d'un emprisonnement de cinq ans et d'une amende de 30 000 Euros ».

    Donc, on ne parle pas de l’aide à un étranger entré, mais le fait de faciliter l’entrée.

    Joue ensuite l’article L. 622-4, modifiée par une loi « socialiste » - donc une entourloupe – la loi du 31 décembre 2012 qui définit une liste d’immunités, et compte surtout le 3°:

    « Sans préjudice des articles L. 621-1, L. 621-2, L. 623-1, L. 623-2 et L. 623-3, ne peut donner lieu à des poursuites pénales sur le fondement des articles L. 622-1 à L. 622-3 l'aide au séjour irrégulier d'un étranger lorsqu'elle est le fait :

    « 1° Des ascendants ou descendants de l'étranger, de leur conjoint, des frères et sœurs de l'étranger ou de leur conjoint, sauf si les époux sont séparés de corps, ont un domicile distinct ou ont été autorisés à résider séparément ;

    « 2° Du conjoint de l'étranger, sauf si les époux sont séparés de corps, ont été autorisés à résider séparément ou si la communauté de vie a cessé, ou de la personne qui vit notoirement en situation maritale avec lui ;

    « 3° De toute personne physique ou morale, lorsque l'acte reproché était, face à un danger actuel ou imminent, nécessaire à la sauvegarde de la personne de l'étranger, sauf s'il y a disproportion entre les moyens employés et la gravité de la menace ou s'il a donné lieu à une contrepartie directe ou indirecte ».

    Le procureur explique : « On tombe ainsi sous le coup de la loi si on les emmène en voiture à une gare pour les aider à continuer leur périple. En revanche, on peut tout à fait prendre à bord de son véhicule des étrangers errant dangereusement sur une route. C’est même un devoir ». J’ajoute un devoir renforcé s’il s’agit de mineurs, qui ont un droit à être protégé par l’État.

    Donc, il est bien clair que faciliter ou tenter de faciliter l’entrée, la circulation ou le séjour irréguliers d’un étranger en France est un délit, puni d’une peine pouvant aller jusqu’à cinq ans de prison et 30 000 euros d’amende. C’est la loi, et les juges appliquent la loi.

    Donc, la seule vraie question est la loi, c'est-à-dire le maintien d’une loi qui sanctionne « une démarche militante tout à fait respectable », pour reprendre les mots du procureur. Pour commencer, les militants de la Roya seraient bien inspirés de poser la question de modifier la loi aux trois héros de la gauche moderne, Hamon, Peillon et Montebourpif… Trois faux-culs inconsistants, traitres au devoir de solidarité, qui est la génome de la gauche. Je souligne que la loi du 31 décembre 2012 a été votée avec leurs signatures.

    2010_01_20_ps_brochette.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu