Avertir le modérateur

impôt - Page 2

  • 75% ? Il faut que j’aille dépenser mon fric ailleurs…

    Tout le monde sait ici que je suis plein aux as. Le million d’euros de revenu par an, je l’ai explosé depuis longtemps. Et chacun sait aussi que je suis pacsé avec un joueur de l’OL, qui lui aussi tape deux millions, car M. Aulas est bon et généreux. M. Collomb, qui est très gentil lui-aussi, est entrain de donner à l'OL les papiers pour faire un maxi stade, car l’économie du foot, c’est l’avenir.  

    HdF1969_02AVillageGaulois_WEB.jpg

    Actuellement, on est taxé au maxi, soit 41 %, et notre petit couple adorable fait un chèque non moins adorable d’environ d’un million et cinq cent mille euros chaque année à la recette des impôts.

    M. Hollande est très gentil, et d’ailleurs c’est un ami de M. Collomb : ça vaut un diplôme ! Il avait expliqué il y a un an que tout prendre ce n’était pas la solution, car les gens partiraient, et qu’il fallait mieux 41% d’un gros paquet que 75 de rien du tout. Oui, mais voilà, aujourd’hui, il dit gentiment l’inverse « car les circonstances ont changé ».

    75 % et la CRG/RDS, on sera à 83 %. Et M. Hollande a annoncé le même traitement aux revenus du capital qu’à ceux du travail. Ajoutons l’impôt sur la fortune, on arrivera en masse à 70 % du total qui partira aux impôts. Ca aide à réfléchir.

    Le plus simple, c’est d’aller s’installer à Genève ou Milan. Quelques aller/ retours à Lyon, où on gardera un pied à terre. En Italie, on paiera à peu près autant qu'actuellement en France, en Suisse un peu moins, mais on peut aussi partir à Londres. Je peux très bien travailler à distance et encaisser l’argent là bas, et repasser ici de temps en temps pour les rendez-vous. On fait aussi des plans du côté de la Tunisie : prendre place dans des sociétés qui construisent, c’est enthousiasmant. Mais nous sommes aussi fascinés par le dynamisme de l’Extrême Orient : Hong Kong, Singapour, Taipei… La vie va vite là-bas. On aura plaisir à y faire rayonner la France.   

    duomo-by-night.jpg

    A l’OL, tous les joueurs font la gueule. En fait, ils téléphonent à leurs agents pour trouver d’autres clubs à la rentrée, car à part le PSG, personne ne pourra aligner les salaires. Et si le PSG est tout seul, il n’y a plus de championnat. Ouah, les Qataris vont être fâchés… Aulas fait du boudin, parce que remplir les 80 000 places du stade avec les affiches d’enfer de la D2, c’est pas gagné.  

    Dans l’immédiat on va retirer l’argent placé, pour ne pas se faire avoiner sur les « résultats du capital ». Les fonds propres des banques, tchao ! On va placer dans la pierre, çà limite la casse. Dommage pour le développement économique, mais bon.

    Au final, on paiera toujours 40% de nos revenus,… mais au fisc italien, britannique ou chinois, et les 60% qui restent, on les dépensera à Milan, à Londres ou à Hong Kong. Hollande aura 75 %, mais 75% de zéro. Ce n’était pas notre choix, mais les circonstances ont changé. Le monde est un village.

    victoria-peak1.jpg

    Victoria Peak, Hong Kong

  • Le Capitaine Courage Sarkozy peut-il encore remonter la pente ?

    Couv_143173.jpgMais qui lui a mis en tête cette TVA sociale ? Comme petit patron, je suis gagnant : le 1° octobre je laisserai mes tarifs – c’est-à-dire le hors taxe – intacts, mais j’augmenterai la facture des clients de 1,6 %. Ce sont eux qui paieront l’augmentation de la TVA et moi, je bénéficierai d’une baisse des charges patronales. En cumulée, je passerai de 65 de charges, à 63,4%. Je précise au passage à Sarko qu’il n’y a pas besoin de six mois pour régler les ordinateurs. Une minute suffit, alors il peut rendre la loi applicable dès ce mois de mars.  

    Parmi mes clients, il y a les entreprises, qui parviennent souvent à récupérer la TVA, mais pour les particuliers, ce sera à eux de payer. Plein but. Chères amies, chers amis, divorcez vite, à compter d’octobre, ce sera 1,6% de taxe en plus.

    Merci Sarko. Mais rassurez vous, il est génétiquement  impossible que je vote pour celui qui a légitimé les valeurs FN, qui a affaibli et la loi et la police, qui a instauré les punitions collectives contre les Roms, qui a vendu notre politique étrangère aux US, et qui a stigmatisé comme jamais les patients psy.

    Je ne focalise pas sur sa personne. Je souhaite que disparaisse avec lui cette purulente UMP qui a autorisé les apéros saucisson-pinard dans les locaux de l’Assemblée Nationale.

    Bloquer six chaînes télés, pour voir le héros du bouclier fiscal annoncer qu’il augmente la TVA, et voir la tronche accablée des cadors de l’UMP expliquant le coté génial d’une hausse des impôts… un grand moment. Pour fêter ça, on s’est sifflé un Madiran Montus de 2005 à faire pleurer dans les chaumières.

    Alors, c’est plié ? Pas si sûr.

    Hollande a des qualités objectives et passe bien, mais le goût de la victoire va amener les seconds couteaux à vouloir briller. Or, les bases sont connues : le programme est faible, le parti est décalé, et les bonnes places sont rares. Il va falloir tenir l’attelage. Capitaine%20Courage.jpg

    Ensuite, le corps électoral français lors d’un vote de second tour est beaucoup moins versatile que lors des sondages. Tous les seconds tours (hormis 2002) se jouent à 52/48, et Sarko va mécaniquement remonter. Ce sont 2% d’indécis, qui se prononcent sur des critères aléatoires les derniers jours, qui feront le résultat. Et le président en fonction a des atouts pour polluer la dernière semaine...

    Et puis, attention, il reste quatre mois, et quatre mois au temps de l’instantané médiatique, c’est très long. Fin janvier 1995, Balladur était à 65 % d’opinions positives, et son staff de campagne regroupait les poids lourds : Sarkozy, Pasqua, Bayrou, Léotard, et Simone Veil. Ils ont brillé jusqu’en mars, avant de se fracasser.

    En 2007, Sarko a réussi la prouesse de se faire élire sur le thème de la rupture. Là, il se méfie du « changement dans la continuité » à la Giscard, et nous tente l’image du capitaine courage.

    On verra. Mais Sarko doit trouver un autre souffle qu’hier soir s’il veut arriver en tête au premier et au second tour. L’adversité va le doper. Alors ?...Il peut se refaire ou non ?

  • Budget : De la ceinture au corset

    299px-ClaverieCorset2.jpgVentre plat sur les plages de l’été 2011. Notre présidant la République fait semblant de faire le malin, en recevant Thierry Henry le jour des grandes manifs contre la réforme des retraites, mais la feuille de route est écrite. La France a une agence légale  de notation, bien sous tous rapports, et très écoutée : la Cour des comptes.

     

    Voici, sans changer un mot, ce qui nous attend. Simplifiez-vous la vie, et évitez les migraines en lisant les communiqués glorieux du missionnaire démissionnaire Woerth. C’est le bazar total, car la France vit au dessus de ses moyens, et soit on serre la ceinture très sec, soit c’est le syndic de faillite qui s’en chargera. Au hasard, je cite cette phrase, qui va faire déprimer les héros du bouclier fiscal : « L’effort doit porter en priorité sur les dépenses et des mesures difficiles sont nécessaires pour freiner la masse salariale publique, les prestations sociales et les interventions de l’Etat. » J’imagine la kyrielle des communicants de tous poils qui planchent comme des fous pour trouver les formules nous expliquant qu’avec un petit effort, et le retour à quelques valeurs, tout va très bien aller. On en reparle dans un an, mais comme le dit la mère Michu, les faits sont têtus. Le sinistre du budget va continuer à faire des moulinets avec ses petits bras, mais ce qui nous attend, c’est ça :

     

    Tout ce qui suit est in extenso, et les mots pèsent. Ce sont les conclusions de la Cour des comptes

     

    « L’endettement public met la zone euro sous de fortes tensions et les gouvernements européens se sont engagés à réduire les déficits. Le rééquilibrage des comptes publics est aussi un impératif national car la situation des finances publiques de la France est de plus en plus préoccupante.

     

    « Le déficit public s’est élevé à 7,5 % du PIB en 2009, ce qui le situe au-dessus de la moyenne européenne et très loin du déficit allemand (3,3 % du PIB). Il était déjà au-dessus de cette moyenne en 2008 et il a augmenté presque autant qu’elle en 2009, malgré une récession moins forte et un plan de relance de moindre ampleur. L’écart avec l’Allemagne s’est accru.781222109corset-collomp-de-lyon-gif.gif

     

    « Le déficit structurel était déjà de 3,7 % du PIB avant la crise. A cet héritage du passé se sont ajoutés, en 2008 et 2009 les effets d’une forte croissance des dépenses et de mesures pérennes de baisse des prélèvements. En considérant que le coût du plan de relance est de nature conjoncturelle, le déficit structurel était d’environ 5 % du PIB en 2009.

     

    « Le déficit public augmentera encore en 2010, malgré l’arrêt progressif des mesures de relance et la reprise de la croissance. Le déficit budgétaire de l’Etat et celui du régime général de sécurité sociale atteindront des niveaux records, incompatible pour ce dernier avec les principes d’un régime par répartition. Le déficit structurel serait aussi plus élevé qu’en 2009.

     

    « Dans le cadre de la conférence sur les déficits, le Gouvernement a annoncé une réduction des dépenses d’intervention de l’Etat et des dépenses fiscales, mais ces mesures restent à préciser et à compléter.

     

    « La France a de nombreux atouts, mais elle a aussi de lourds handicaps, notamment une crédibilité depuis longtemps insuffisante de ses programmes de redressement des comptes publics. La mise en place de règles budgétaires plus contraignantes peut l’améliorer, mais il faut surtout rapidement mettre en œuvre des réformes à la hauteur de l’enjeu.

     

    « A défaut, le déficit public pourrait être encore proche de 7 % du PIB, et celui du régime général de sécurité sociale de 30 Md€, en 2011. Le déficit public pourrait être encore de 6 % du PIB en 2013, et non de 3 %. La dette, qui atteignait déjà 78,1 % du PIB, soit 1 500 Md€, fin 2009, pourrait atteindre 93 % du PIB et dépasser 2 000 Md€ fin 2013. Elle resterait sur une trajectoire de croissance auto-entretenue, sous l’effet de « boule de neige » des charges d’intérêt.

     

    « Pour atteindre un déficit de 3,0 % du PIB en 2013 et l’équilibre en 2016, en termes structurels, l’effort de redressement devrait être de l’ordre de 20 Md€ chaque année. Il devrait être engagé dès 2011, ce qui suppose d’adopter très rapidement les mesures nécessaires, et durer jusqu’à ce que le déficit structurel disparaisse. Cela correspond à un changement d’échelle des réformes : les économies annuelles attendues par le Gouvernement de la révision générale des politiques publiques sont dix fois plus faibles.

     

    350px-Corset_abdominal_Erablissements_Farcy_et_Oppenhaim.jpg« Si les réformes structurelles, comme celles qui sont envisagées en matière de retraite, sont nécessaires, leurs effets seront progressifs.

     

    « La mise en œuvre de la réforme annoncée le 16 juin améliorerait la soutenabilité à long terme des finances publiques mais aurait un impact relativement limité en 2011 et 2013 au regard des déficits prévisibles. Or, arrêter l’emballement de la dette est urgent : l’accumulation des charges financières aura plus d’impact sur les comptes publics à long terme que le vieillissement de la population. Les réformes structurelles doivent donc être complétées par des mesures ayant un impact fort et rapide sur les comptes publics, dès 2011.

     

    « L’effort doit porter en priorité sur les dépenses et des mesures difficiles sont nécessaires pour freiner la masse salariale publique, les prestations sociales et les interventions de l’Etat.

     

    « Une hausse des prélèvements obligatoires est néanmoins inévitable, notamment pour redresser rapidement les comptes sociaux et rembourser la dette sociale. Elle devrait rester limitée, compte tenu du niveau déjà atteint par ces prélèvements, et préserver autant que possible l’emploi et la compétitivité des entreprises. Elle doit aussi permettre de répartir équitablement l’effort demandé aux ménages. La diminution du coût des dépenses fiscales, qui a crû très rapidement depuis 2004, est prioritaire. L’objectif pourrait être de le réduire de 10 Md€. Il n’existe cependant pas de réelle définition des dépenses fiscales et leur recensement n’est pas cohérent. Leur nécessaire encadrement impose d’en préciser la définition et d’en revoir la liste.

     

    « Il en va de même pour les niches sociales dont la remise en cause partielle est aussi une priorité. La Cour rappelle dans ce rapport les recommandations qu’elle a déjà formulées sur ce sujet, comme sur les économies envisageables en matière de dépenses de la sécurité sociale.

     

    « L’objectif pourrait être de ramener les comptes du régime général à l’équilibre en 2013. La réduction des déficits pourrait avoir un coût macroéconomique temporaire, mais un redressement insuffisamment fort et rapide aurait un coût nettement supérieur. Le rééquilibrage des comptes publics est indispensable pour maintenir la confiance, retrouver une croissance durable et préserver une capacité d’intervention de l’Etat indépendante des réactions de ses créanciers ».

     

    corset-17e.jpg
    L'administration du Budget veillant à la beauté de la République
    pendant que l'électeur (en bas à gauche) se pose des questions
  • Florence Woerth embauchée par Lies Hebbadj !

    Pinocchio1-0ec0e.jpgEric Woerth n’a pas dit la vérité. Sa Florence quitte Bettencourt pour Hebbadj. Nous changeons d’époque…

    Cet homme prévenant a décidé de faire démissionner d’office sa tendre et chère, voire très chère, de son emploi où elle gérait les dividendes de l’Oréal qu’elle versait à la veuve d’un ancien ministre du général de Gaulle, Madame Bettencourt. Où est le problème ?

    Tout le monde a compris que Florence s’emmerdait comme une souris morte chez Bettencourt. Vu la masse de fric planquée dans des puits à pognon entre la Suisse et les Seychelles, il n’y avait plus grand chose à gérer, c’est-à-dire de quoi faire de la saine évasion fiscale. Evasion qu’il ne faut pas confondre avec la fraude. C’est l’exercice qui consiste à utiliser tous les chausse-trappes de la loi fiscale, assortis de leur petite harissa européenne, pour en toute légalité payer le moins possible. Comme le dit mon copain Jérôme, grand avocat fiscaliste devant l’éternel, ce n’est pas très moral, mais ça nourrit son homme.

    Au cas présent, ça nourrit sa femme. Sa femme de l’homme parce que vous avez lu comme moi : c’est l’homme qui recommande d’embaucher sa femme, c’est l’homme qui engage le procès pour sa femme, et c’est l’homme qui décide de la démission d’office de sa femme. Rien d’anormal, nous sommes en Sarkozie. mario-ceroli-pinocchio.jpgMais bien sur, dans la plus grande probité.

    Car en réalité, c’est en lisant la presse qu’Eric Woerth a appris qu’il était marié, qu’il était ministre du budget, que Liliane Bettencourt était la première contribuable du pays, qu’il avait sollicité l’embauche de sa femme par icelle première contribuable, que son épouse était payée pour appliquer dans l’après-midi les astuces fiscales de la loi qu’il avait fait voter le matin, qu’il avait reçu de l’argent de la Dame, que le conseiller justice de l’Elysée gérait à distance le procès de la Dame, et que la Dame pratiquait la fraude fiscale à grande échelle, de quoi ringardiser le bouclier fiscal. Ça, maintenant, tout le monde est courant. Certes, mais je suis en mesure de vous dire qu’Eric Woerth n’a pas dit la vérité.

    Eh oui, heureusement pour la République, il y a mon blog. Pour savoir ce qui se passe dans le monde, et aussi juste à côté de chez vous, il n’y a qu’une seule solution : lire mon blog. Une lecture tellement essentielle qu’elle remplace toutes les autres. Je présente aussi mes sincères condoléances à tous les journaux, qui comme de braves Bleus de base, risquent tous les jours la pérénnité de leurs adducteurs, écartelés entre leur devoir et les exigences des sponsors. In memoriam la presse. Il reste mon blog ! D’ailleurs mon copain Nicolas - Sarkozy pas Anelka ! -  a prévu de supprimer la loi sur la presse pour la remplacer par une loi sur mon blog. La lecture de mon blog sera comme le pinard de Coluche : obligatoire.

    Pinocchio.jpgMes équipes de journalistes ont travaillé dur, ce d’autant plus que le siège social de mon blog est installé à Gaza, avec un salaire de 1€ par jour. Et je suis aujourd’hui en mesure de vous révéler toute la vérité sur cette affaire.

    Oui, le gouvernement du bouclier fiscal et du sevrage des allocations familiales pour les familles en difficultés est honnête, foncièrement honnête. S’il fait tout pour les riches et rien pour les pauvres, c’est uniquement pour stimuler les pauvres, et les conduire vers le bonheur. Sinon, ils ne s’en sortiront jamais.

    Non, Florence Woerth n’a pas démissionné d’office. Elle quitté son job pourave chez la mère Bettencourt parce que le père Hebbadj, patron de la Hebbadj International Very Limited Compagny, lui a fait un pont d’or. Il s’agit de gérer les masses monétaires qui résultent des allocs de parents isolés de ses copines, qui semblent-ils ne sont pas si isolées que ça. Hebbadj a besoin de conseils avisés, car il a en perspective d’acquérir sur une île des Seychelles un arbre assez grand pour, sous son ombre, faire la sieste avec ses quatre copines. De plus, il envisage de planquer une journée de recettes de la boucherie hallal en Chuisse. Je viens de l’avoir au téléphone, et si tout se passe bien, il est oki pour intégrer le club des donateurs de l’UMP, et faire le nécessaire.

    Lies Hebbadj avait songé à embaucher la compagne du ministre du budget, qui transitaire heureuse à Las Vegas, avait soudain pensé qu’il serait bon de déclarer ses revenus auprès des services de son gentil compagnon, dit François-le-Minet. Mais Hebbadj s’est ravisé : s’agissant des allocs, l’épouse du ministre des affaires sociales, c’est bien mieux.

    Profitons du spectacle, chères amies et chers amis. Il y a longtemps que nous n’avions pas été " gouvernés " par des rigolos de cet acabit. 

    DSC_2576.jpg
    Eric Woerth expliquant la réforme des retraites au Présidant la République
    Sarkozie Antérieure, début du XXI°
    Musée du Caire
  • Déménager plus pour gagner plus

    LVA%20-%20Welcome%20to%20fabulous%20Las%20Vegas.jpgLa compagne du ministre du Budget se planque à Las Vegas pour ne pas payer d’impôt… Le Canard lui donne un coup de fil… et elle rapatrie ses revenus ! Nous sommes vraiment gouvernés par des petits.

     

    Vous vous rappelez sûrement les magnifiques déclarations du petit rebelle de Troyes, le chiraco-villepiniste Barouin François, Robespierre refoulé de l’antisarkozysme, devenu moine pénitent du sarkosysme contre un secrétariat d’Etat. Exquise déculottée des régionales, qui a pu devenir un tremplin pour ceux qui savent vivre en embuscade, et sans éteindre le portable.

     

    Donc, voici notre pétulant Barouin François secrétaire d’Etat au Budget. La grande administration qui nous amène à payer nos impôts avec le sourire, car nous n’oublions jamais l’article 13 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen : « Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable. Elle doit être également répartie entre tous les Citoyens, en raison de leurs facultés ».

     

    Et nous avions tous apprécié avec quelle remarquable capacité d’adaptation le toujours jeune Barouin François était, l’encre de sa nomination à peine sèche, devenu l’un des grands défenseurs du bouclier fiscal, outil de justice sociale, qui évitait aux plus valeureux d’entre nous de travailler un jour sur d’eux pour l’Etat – comme si ce type de revenus venait uniquement du travail – et qui allait éviter l’exil des fortunes laborieuses à l’étranger.

     

    Par exemple, ces pauvres grandes fortunes obligées d’aller vivre dans une ville bidon comme Las Vegas, au Nevada, pour le seul motif qu’on y paie aucun impôt. Tu habites là-bas, tu touches tes revenus cash. Ce n’est plus un bouclier fiscal, mais une armure, avec en option une bombinette nucléaire défensive, combinée avec un préservatif qualité superstrong conçu pour les éléphants qui partent en colonies de vacances. Touche pas à mon fric ! La taxation des jeux fait le reste. La solidarité c’est pour les andouilles, éventuellement de Troyes, qui ne peuvent pas habiter à Las Vegas, et qui se font ponctionner dans le bonheur et la bonne humeur une part de leurs revenus par le secrétaire d’Etat au Budget.

     

    Las Vegas, nirvana fiscal de la nique aux pauvres.chat2.jpg

     

    Mais le secrétaire d’Etat, membre du gouvernement qui s’apprête à couper les allocs aux familles dont les enfants manquent l’école, avait oublié de parler de ces questions passionnantes avec sa compagne, l’actrice Michèle Laroque. Peu curieux – admirons cette capacité à respecter la liberté de la femme – Barouin François ne s’était pas aperçu que sa compagne vivait à Las Vegas, de telle sorte qu’elle ne payait pas une thune d’impôt sur ses droits d'auteur, ses droits d'exploitations télé, ses droits de reproduction vidéo, le pourcentage sur les entrées en salle, et les ventes des films à l'étranger. N’étaient taxés en France que les cachets.

     

    Et la grande artiste du cinéma et des finances associées n’avait pas eu le temps de découvrir les merveilles du bouclier fiscal. Elle n’avait pas eu le temps non plus de lire, les magnifiques argumentaires de Barouin François. Et à la maison, on ne parle pas d’argent, question d’éducation.

     

    Oui, mais voilà l’excellent Canard Enchaîné a eu son attention attirée sur la situation de la douce Michèle, et lui a posé deux ou trois questions au téléphone. Et admettant cinq années d’exil fiscal, notre Michèle a fait part de son souhait désormais ardent de faire un joli chèque à Barouin François es qualité : « Je déposerai ma déclaration en France en mai ». Comme disait mon copain Freud, ça soulage.

     

    Excellent Canard, donc, qui outre sa permanence dans la qualité de l’information,  joue désormais la diversification, avec le recouvrement fiscal.

     

    Mais, une question à la chérie : pourquoi ce sacrifice, alors que tout était parfaitement légal ?

     

    Exode.jpg

    Retour d'exil fiscal

    Saurez-vous deviner qui pousse la voiture ?

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu