Avertir le modérateur

italie - Page 3

  • Pizzas en France : L’Italie doit porter plainte

    13310748-paille-de-ble-et-farine-de-ble.jpgNos amis Italiens sont très sympathiques,... parfois un peu trop. Avec une science ajustée et une pratique ancestrale, venues droit des cuisines des mamas de Naples, ils ont inventé une référence culinaire absolue : la pizza.

    Tous les jours, ils renouvellent l’exploit, et comme des artistes, ils peuvent signer chacune de leurs œuvres. Les mêmes excellents produits, la même méthode, le même œil pour surveiller le moment où… Mais chaque pizza est unique, comme un œuvre éphémère et éternelle. La beauté commence quand la pizza sort du four, mais la consécration est lors de l'arrivée dans l’assiette : un grand moment de vie, où l’on est persuadé que le bonheur peut exister sur terre. D’ailleurs, on sent que le serveur veut s’assoir à table et partager. C’est flagrant.

    Le printemps va à l’Italie comme le soleil à la mer. Alors, chères amies et chers amis, foncez en Italie, et depuis l’aéroport demandez au taxi de vous conduire direct à une pizzeria. L’hôtel est secondaire.

    VERTIGINEUSE-SOURCE-D-EAU-VIVE.gifA Florence, à Rome, à Sienne ou à Naples, la pizza n’est pas la même. Allez dans les villages, ou faites-vous inviter chez des amis : ce sera toujours le même enchantement, toujours le joyeux renouveau, toujours le grand rendez-vous. Mais chaque fois différent.

    La pizza nous dit tout, car elle ne répond qu’aux meilleurs produits du ciel : d’un côté, la farine, l’eau, le levain et le sel ; de l’autre, le bienfaiteur coulis de tomates, la mozzarella, l’huile, les herbes et quelques produits de la mer.

    La pâte… Elle doit être fine, un peu aérée et craquante. C’est de la pâte à pain, bien sûr, ce pain qui est le trait d’union des peuples de la Méditerranée. Mais laissons le pain aux boulangers. Ici, il faut tout revoir, car la pâte doit être un régal en elle-même, et un berceau d’accueil pour les plus goûteuses des tomates. C’est là le défi ! Avec la cuisson, le coulis de tomate va rendre de l’eau,… alors qu’il faut garder le fond de la pâte craquante… Le dosage réussi est l’œuvre des maîtres, et tout se joue avec le four qui doit être chaud, puissant, aéré et non-violent. En un mot, généreux.  

    diagonale-sel-guerande-824366.jpgEh oui, la pizza... Par sa beauté, sa classe et son ancrage dans la culture, c’est une grande sœur des plafonds de la Chapelle Sixtine.

    Or, en France, cette sublime pizza est massacrée. Certes, il existe de bonnes adresses. Nos Italiens d’ici se sont adaptés au goût français, et en cherchant un peu, on retrouve de bonnes bases. A Lyon, brillent de fières maisons : Nicolo et Vito, 45 rue Franklin ; Balmoral, 14 rue Lanterne ; Carlino, 15 rue de l’Arbre-Sec ; Chez Carlo, 22 rue Palais Grillet. Et je veux bien croire qu’il en existe d’autres, très honorables. Sur le port de Bastia, il y a peu, un ami m’a fait découvrir Claudius.

    N’hésitez pas à donner les bonnes adresses de vos villes : c’est de salubrité publique.

    tomate.jpgMais trop d’ahuris de la cuisson s’aventurent, comme des brutes incultes, sur ces terres si sensibles.

    Ils usurpent le nom de pizzeria. Une horreur ? Non, un défilé d’horreurs ! Des pâtes lourdes, tristes, mal cuites, gommeuses, boursouflées, bulbeuses, parfois grassouillettes, blanches comme si elles avaient été faites avec du lait… Sans âme ni consistance, elles se délitent devant la première tomate venue… De mes propres yeux, j’ai même vu certaines "pizzas" servies avec du gruyère râpé ! Non, je n’invente pas : du gruyère râpé. J’en souffre encore.

    Aussi, je me pose cette question si simple : qu’attend l’Italie pour porter plainte ?

    Les noms de substitution ne manquent pas : cartonneria, chewing-gumeria, chamallowmeria, approximativateria, malcuiteria, mollassoneria, bouillipourléchateria, danoneria, n’importequoiteria…

    Huile-d-olive_zoom.jpgS’il y a des clients, que ces pharmacies déliquescentes fassent fortune... Ce n'est pas un problème. 

    Mais, j’en appelle à Giorgio Napolitano, le tout jeune président de la République d’Italie. A 87 ans, et malgré son énergie, il n’est pas sûr qu’il arrive à sortir l’Italie de la crise politique. Mais il pourrait  engager une action percutante pour la préservation de l’appellation de pizza.

    En fait, nous demandons une chose simple : nous voulons, en entrant dans une pizzeria, qu’on nous serve une pizza. Pas plus compliqué !

    Merci d’avance, Giorgio, d’engager cette procédure en contrefaçon, et on se retrouve quand tu veux à Rome devant une bonne pizza. 

    italie,culture,beauté

    Tout se joue avec le four

  • Des élections italiennes qui nous parlent

    Les Français pensent avec obstination que ce qui arrive aux US sera chez eux dans quelques années…alors que les deux sociétés sont si différentes. L’histoire montre plutôt que c’est ce que vivent les Italiens qui devient vite notre quotidien. Au menu du jour : la déliquescence de la politique.arton4458.gif

    Tout le monde est d’accord : Les Italiens n’ont pas voté comme il faut… Déjà, on parle d’organiser un nouveau vote. C’est comme après la dégelée de Jospin, doublé par Le Pen. Les scrutins qui ne correspondent pas aux prévisions n’existent pas. Pourtant, les Italiens ont  voté en masse et disent des choses très claires :

    - Un camouflet pour Monti (ancien de la Goldmann Sachs), tellement vanté dans la presse qu’il a cru être devenu populaire ;

    - Un score de miraculé pour Berlusconi, du haut de ses 74 ans, avec un feu d’artifices de promesses et des attaques débiles contre « l’Europe allemande », la source de tous les maux ;

    - Un triomphe (Plus de 25% des voix) pour Beppe Grillo, qui assume d’être illusionniste et incohérent, car il veut dénoncer la pourriture du système et surtout ne pas exercer le pouvoir ;

    - Une raclée pour la gauche normale, qui attendait gentiment que le bon peuple lui donne les bonnes places…parce qu’elle est gentille.

    Les Italiens n’ont pas cherché à dégager la voie pour un gouvernement raisonnable. Les responsables politiques n’étant pas sérieux, les électeurs le leur disent avec sincérité. L’un ou l’autre… la solution ne passe pas par là. Le pouvoir politique d’Etat est passé au second plan.

    La situation est-elle si différente en France ?

    La gérante de la SARL Le Pen affirme qu’elle veut redonner sa grandeur à la France… mais elle refuse toute alliance électorale pour être sûre de ne jamais gagner. Bouffonnerie parfaite.

    L’UMP est un champ de bataille, avec son hilarant vote démocratique interne, la demi-portion Fillon annonçant qu’il s’apprête à sauver la France, la danse du ventre de Sarko-le-loser sur son éventuel retour,… et les SMS de rendez-vous coquins publiés comme arguments politiques…

    Le PS normal sombre, inexorablement… Pathétique. Ce gouvernement d’amateurs est dans l’incapacité de faire passer la moindre réforme sérieuse. Après bientôt deux ans, le bilan est la poursuite de la politique économique et sociale de Sarko. Hollande avait annoncé l’inversion de la courbe du chômage en 2013. Or, il n’en sera rien et 2014 sera très mauvais. Réponse ? Rien, à part un discours sur la solidarité… Il nous gave.

    Les Verts ? Divisés, inaudibles et souvent archaïques.  la-democratie-dune-crise-a-lautre1.jpg

    D’autres voix ? Le seul opposant crédible est… la Cour des comptes !

    Alors,… et bien la population se fiche du jeu politique, qui n’est plus qu’un spectacle. Chacun mène sa vie dans son coin, se débrouille, crée ses réseaux, tente sa chance. Le pays tient par la qualité de ses services, à commencer par ceux des impôts, de l’éducation  nationale et de la santé. Le rôle moteur est celui des grandes firmes, toutes très internationalisées, et qui face à un pouvoir évanescent sont devenues des pôles de stabilité. Après c’est tout l’entrelacs des relations sociales, des PME, des assos, et dans ce jeu complexe, chacun cherche à tirer sa chance. Courageux, tenace, imaginatif, astucieux… avec des échecs, mais aussi de vraies réussites.

    D’un côté un groupe incestuel, qui squatte les allées du pouvoir, et se gère avec son petit code relationnel ; de l’autre, la vraie société, qui se débrouille seule.

    L’axe moteur de cette destruction est le discours anti-européen tenu par les leaders politiques. Ca va de Berlusconi qui vomit « l’Europe allemande », à Fabius, mentor du non, et héros de la politique du oui. Tout le monde se défoule, avec toujours la même sauce : Bruxelles et ses technocrates, qui ne connaissent que la règle des 3%, et qui sont la source de tous nos malheurs…

    Mais, qui a instauré les 3% ? Les technocrates de Bruxelles... ou les politiques, avec la Mitte et Kohl à la manœuvre ? Bruxelles trop rigide ? Mais n’est-ce pas le gouvernement de Gochmole qui veut imposer la règle du 0% dans la Constitution ? Et l’endettement des Etats, il est le fait de la Commission de Bruxelles ? Quel Etat est en mesure de tenir son crédit sans les garanties de la Banque Centrale Européenne ? Hollande avait deux impératifs : renégocier le traité et conclure un pacte de croissance ; le résultat est un traité inchangé et un budget européen en recul.

    On ne vote pas contre la rigueur, mais contre les incapables qui disent gouverner. Face à une situation économique mauvaise, chacun comprend qu’il faut se serrer la ceinture. Mais, ce qui est insupportable, c’est le mensonge perpétuel des gouvernements, qui nous prennent pour des demeurés, et leur incapacité à assumer des choix politiques. Alors, s’ils n’assument rien,… et bien, on se passe d’eux. 

    italie,gochmole,ump,démocratie

  • Crimes avec la CIA : 10 ans de prison pour le responsable du renseignement militaire italien

    Une fois de plus, la justice italienne, délestée de la lourdeur gouvernementale sur le Parquet, montre la voie. La Cour d’appel de Milan, ce 12 février, a condamné Nicolo Pollari, ancien responsable du renseignement militaire italien, à dix ans de prison pour enlèvement, dans le cadre des opérations mafieuses conduites par la CIA en Europe contre ceux que le gouvernement US (Amérique du Nord) avait déclarés coupables.

    1795614-niccolo.JPG

    L'affaire, c’est le rapt le 17 février 2003, à Milan, d’un réfugié politique égyptien, Abou Omar, qui s’est ensuite retrouvé sur une base américaine en Allemagne, avant d’être livré un an plus tard au gérant des intérêts US en Egypte, un certain Hosni Moubarak. Là, il a été placé dans une prison de « sécurité » pour être isolé et  torturé pendant 7 mois. 

    La toile de fond, c’est cette fumisterie qui s’appelle la « guerre contre le terrorisme ». Le mécanisme est bien connu. Un chef d’Etat sans politique et sans âme décrète qu’il doit faire la guerre au terrorisme. Les services de propagande diffusent aussitôt des reportages montrant des méchants vrai de vrai, et le lendemain le chef de l’Etat ordonne des actes illégaux, voire criminels. Il fait adopter des lois qui permettent de contrôler des populations entières, et donne ordre aux services de commettre des crimes. L’un de ces Etats organise, sur toute la planète, des assassinats, choisis secrètement. Je vous rassure : c’est bien sûr la prison qui attend ce chef d’Etat, car force doit rester à la loi.

    Selon le rapport de l'Open Society Justice Initiative, de ce début février, 57 chefs d’Etat sont impliqués : Afghanistan, Afrique du Sud, Albanie, Allemagne, Algérie, Arabie Saoudite Australie, Autriche, Azerbaïdjan, Belgique, Bosnie-Herzégovine, Canada, Croatie, Chypre, Danemark, Djibouti, Egypte, Emirats arabes unis, Espagne Ethiopie, Finlande, Gambie, Géorgie, Grèce, Hong-Kong, Islande, Indonésie, Iran, Irlande, Italie, Jordanie, Kenya, Libye, Lituanie, Macédoine, Malawi, Malaisie, Mauritanie, Maroc, Ouzbékistan, Pakistan, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Somalie, Sri Lanka, Suède, Syrie, Thaïlande, Turquie, Yémen, Zimbabwe.

    Leurs crimes ? Toute une gamme : présence d'une prison secrète de la CIA sur le territoire, conduite d'interrogatoires, actes de tortures, assistance à l’enlèvement ou au transport de détenus, fourniture de renseignements, autorisations de survol du territoire ou atterrissages secrets d’avions frelatés

     l43-imam-omar-121221205613_big.jpg

    De toute l’Union Européenne Prix Nobel de la Paix, seuls trois Etats ont refusé leur concours : le Luxembourg, les Pays-Bas et la France. Je précise qu’à l’époque la France avait un président qui refusait d’être une serpillère US. Il s’appelait Jacques Chirac. Les temps ont bien changé.

    Dans l’affaire d’Abou Omar, la justice italienne avait jugé le volet US en condamnant en septembre 2012 et janvier 2013, par contumace, vingt-trois agents de la section milanaise de la CIA, dont leur boss, Robert Seldon et Jeff Castelli, qui avaient pris huit et sept ans de réclusion. Le président US Prix Nobel de la Paix a donné ordre de ne pas exécuter les mandats d’arrêt délivrés par les juges italiens, l'Italie étant considérée comme une sorte de sous-Etat. Chacun ses mœurs.

    Le second volet concernait le service du renseignement militaire italien (le Sismi, devenu l’AISE). Un premier procès avait eu lieu en 2007, mais les agents italiens avaient été acquittés, au motif qu’ils ne pouvaient se défendre sans porter atteinte au secret d'Etat imposé par le gouvernement italien. Argument bidon, car l’obligation d’obéissance s’arrête devant l’ordre criminel.

    Avec l’arrêt de ce 12 février, le général Nicolo Pollari, chef du Sismi de 2001 à 2006, prend dix ans de prison. Marco Mancini, le  numéro deux, neuf ans et trois agents de rang inférieur, six ans. Tous sont planqués à l’étranger.

    Sur le plan civil, il est alloué un million d'euros de dommages et intérêts à Abou Omar et 500 000 euros à sa femme.

    Le volet judiciaire à venir va concerner les responsables politiques, car on voit mal le service du renseignement militaire pratiquer ces actes criminels en lien avec les mafieux de la CIA sans ordre gouvernemental. Berlusconi, Bush et Obama jugés et entaulés : là, enfin, les droits de l'homme commenceraient leur émancipation. 

    l43-tribunale-milano-120605184416_big.jpg

  • La Cour de cassation bénit la famille gay… en Italie !

    terra-dei-senza-legge-la-img-24772.jpgUn couple homo peut très bien élever un enfant dit la Cour de cassation… italienne, dans un arrêt rendu ce vendredi. Une décision qui parle aussi bien à l’Italie… qu’à la France.

     

    Cette décision s’inscrit comme suite d’une affaire de séparation hors mariage, avec un jeune enfant. La résidence habituelle de l’enfant a été confiée à la mère, avec un droit de visite pour le père : du classique.

     

    L’affaire a pris une tournure sociale emblématique, car la mère de l’enfant avait repris la vie commune avec… une autre femme. Petit élément de contexte, corsant l'affaire : elle avait, passé un temps, sombré dans la toxicomanie, et sa nouvelle compagne était éducatrice, salariée dans la communauté où elle avait été prise en charge.

     

    La cour d’appel de Brescia avait confirmé la résidence chez la mère. Et comme il y avait eu des violences de la part du père, la cour avait limité le droit de visite du père, ce qui renforçait la notion de famille gay.

     

    Pourvoi en cassation du père contre l’arrêt de la cour d’appel, soutenant que l'environnement d'une famille gay est préjudiciable pour un enfant, et que ce couple ne serait pas apte à « assurer le développement équilibré de l’enfant ». Genre, la famille, c’est un père et une mère,… Voir les 500 000 manifestants de dimanche pour plus d'explications.

     

    En droit, le père plaidait des violations des droits constitutionnels. Selon lui, l’arrêt de la cour de Brescia portait préjudice aux droits de la famille comme société naturelle fondée sur le mariage, en vertu de l’article 29 de la Constitution, à l’équivalence des enfants hors mariage avec les enfants légitimes, qui sont élevés par deux parents de sexe différents. Etait aussi visé l’article 30 de la Constitution sur le droit fondamental de l’enfant d’être éduqué dans les principes éducatifs et religieux des deux parents.

     

    Pas d’accord a répondu la Cour de cassation :

     

    «Il n'y a pas de certitudes scientifiques, ni de données concrètes, mais un simple préjugé pour dire qu’il est préjudiciable au développement équilibré de l’enfant de vivre dans une famille centrée sur un couple homosexuel. On donne pour acquis ce qui est en fait à démontrer, c'est-à-dire la nocivité de ce contexte familial pour l'enfant ».

     

    En clair : un couple homo peut très bien élever un enfant. C’est jugé ! 

    arcigay (1).jpg

  • Portable et cancer : La Cour de cassation italienne retient le lien de causalité

    post9.jpgL’usage du téléphone portable peut-il causer des tumeurs ? Les scientifiques ne sont pas d’accord, mais la Cour de cassation italienne a tranché… et elle a dit oui ! Avis de gros temps à prévoir chez les opérateurs…

     

    Innocente Marcolini, cadre supérieur, aujourd’hui âgé de 60 ans souffrait d’une tumeur au cerveau, qui s'était développée près de son oreille gauche. Il a été opéré avec succès, mais restent des effets secondaires handicapants, comme des maux de tête intenses et répétés. Devant cet état séquellaire imputable au cancer, il a demandé que le cancer soit reconnu imputable au travail, comme maladie professionnelle.

     

    Sur le plan factuel, il soulignait l’importance de l’exposition au risque : son travail de manager commercial l’avait obligé à une utilisation intensive du portable, soit 30 heures par semaine pendant douze ans.

     

    Sur le plan médical, il se fondait sur les travaux du Pr Levis, oncologue à l’Université de Padoue et co-fondateur de l’association italienne pour la prévention contre les nuisances des ondes électromagnétiques A.P.P.L.E.

     

    Sa demande a été rejetée par l'INAIL, l'agence d'assurance italienne pour les maladies liées au travail. Motif simple : la preuve n’est pas rapportée d’un lien de cause à effet entre les conditions de travail et l'apparition de cette tumeur.

     

    L’INAIL avait pris pour référence l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), qui avait conclu en mai 2010 qu’« à ce jour, aucun lien ne peut être établi entre les tumeurs au cerveau et l'utilisation du téléphone portable ». Les experts du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), une agence de l’OMS, avaient procédé à une étude conduite pendant 10 ans et sur 17 pays, à partir de cas de tumeurs diagnostiquées, et ils concluaient à une simple probabilité : « Un risque accru de tumeur cérébrale n'a pas été mis en évidence de manière définitive, mais en même temps, on ne peut pas conclure qu'il n'y a pas de risque ». duniach-leclerc-bois-1924-e1324924460954.jpg


    Une simple probabilité qui avait été balayée quelques mois plus tard par une étude danoise pratiquée sur 300 000 Danois pendant dix-huit ans, publiée par le British Medical Journal.

     

    Innocente Marcolini a formé un recours, et il a réussi à convaincre la Cour d'Appel de Brescia qui a reconnu l’imputabilité au travail.


    La Cour s’est fondée notamment sur les conclusions du Groupe Lennart Hardell de l'Université Örebro en Suède, qu'elle a jugée plus fiable et indépendant que les autres études concluant à l’absence de lien de causalité. Pour ces scientifiques suedois, l'utilisation du portable présente un risque pour le ganglion situé dans l'appareil auditif. Et Innocente Marcolini faisait aussi état des scientifiques qui avaient pointé les insuffisances de l’étude de l’OMS et critiqué la méthode de l’étude danoise.

     

    Recours des organismes sociaux, et la Cour de Cassation ce 18 octobre… a confirmé l’arrêt de la Cour d’appel, contre l’avis des autorités sanitaires et judiciaires du pays. Pour la Cour de cassation, il n’y a pas de certitude absolue, mais une certitude raisonnable, qui est le critère en droit social italien pour les maladies professionnelles.

     

    emetteurbell.jpeg

    1876, le premier téléphone d'Alexander Graham Bell

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu