Avertir le modérateur

obama - Page 3

  • Prism : L’Obamagate

    Ca y est, la justice est saisie dans l’affaire Prism. C’est la remarquable American Civil Liberties Union (Aclu), organisation de défense des libertés civiques aux Etats-Unis, qui a porté plainte mardi à propos de ce programme d’espionnage mis en place par la National Security Agency (NSA).

    Dans sa plainte déposée à New York, l'Aclu explique que le programme Prism viole la constitution en s'en prenant à la liberté d'expression, protégée par le premier amendement, et à la protection de l'intimité, que garantit le quatrième amendement.

    Les poursuites engagées visent en direct James Clapper, le directeur national du renseignement (DNI), qui coordonne les différentes agences américaines du renseignement, ainsi que les responsables de la NSA, du département de la Défense, du département de la Justice et du FBI.

    Je rappelle que la défense d’Obama a été de dire qu’il y avait des mesures de prudence pour les habitants des Etats-Unis. Mais pour le reste du monde – vous et moi – c’était sans limite et en tant que de besoin, sans loi, sans contrôle, et en secret. Les valeurs…

    En France, il semble qu’il y ait un peu de retard à l’allumage pour comprendre la gravité de cette affaire. Nous verrons... Si le gouvernement français ne fait pas le nécessaire pour rétablir la protection de nos droits et faire sanctionner les auteurs, eh bien nous nous en chargerons nous-même.

    Voici quelques éléments d’ambiance depuis New-York. 

    tumblr_mo65t4T1FO1qknzn8o1_1280 (1).jpg

    us,obama,vie privée,répression

     

    BostonHeraldObamaGate-600x452.png

     

    tumblr_mo1rukKQQH1r7h37ro1_500.png

     

    Obama-Wink-Nixon-Thumbs-Up.jpg

     

    prism-obama-prismbreak1.jpg

     

    HELP-WITH-SURVIVAL-HQ-PRISM-NSA-CONTROL-OVER-PRIVACY.jpg

     

    PRISM-operation.png

     

    obama-is-checking-your-email.jpg

     

    prism-2-01.jpg

     

    prism-gate_shoot_the_nsa_surveillance_messenger.jpg

     

    tumblr_mo4il7C2aT1qzd1nwo1_500.jpg

     

    image.jpg

     

    prism.png

     

    936377_469069793180855_482825100_n.jpg

    edward-snowden-nsa-whistleblower-cant-allow-govt-to-destroy-privacy-basic-liberties (1).jpg

  • Obama, le flic mondial qui espionne vos mails

    L’admirable Obama, avec son prix Nobel, sa sympathique famille et ses facéties post-étudiantes, est un enfoiré, tendance crapule. Marionnette de l’industrie de l’armement, il s’est fait élire contre Bush (un brave gars, mais devenu invendable), et il a fait son nid des lois criminelles de Bush, en les renforçant. Démocrate, black et dents bien blanchies,... il a été le parfait VRP de la plus classique des politiques US, la domination du monde. C’est la même gangrène – autre époque – que John Kennedy, dont le nom humilie nombre de nos avenues, qui n’a jamais été qu’un pantin de la mafia. Pris la main dans le sac d'une opération mondiale d'espionnage des mails, le type répond qu'il a pris des précautions pour les Etats-uniens. Mais pour les autres, donc nous, aucun égard. 

    1_0.jpg

    J’exagère ?

    Oui, comme toujours.

    Sauf qu’Obama cette fois-ci accrédite. Il explique que le plan de surveillance des serveurs Internet n’est pas critiquable… car il ne concerne que « les étrangers ». 260 millions d’Etats-uniens et 6 milliards d’étrangers. La prison se rapproche pour Obama, car force doit rester à la loi.

    Mercredi, la douce Valérie a obtenu 10.000 € pour des révélations sur sa vie privée, alors on n’imagine pas que cet espionnage étatique de nos vies privées reste dans l’impunité. De quoi s'agit-il ?  

    Les révélations du Guardian et du Washington Post

    Les informations viennent de deux grands journaux, le Guardian et le Washington Post.

    Verizon

    Le premier volet est états-unien. Verizon, le principal opérateur téléphonique là-bas, livre les données téléphoniques de 21 millions de ses abonnés à l'Agence nationale de sécurité (NSA).

    Dianne Feinstein, sénatrice démocrate, présidente du Comité du renseignement au Sénat, qui a soudain retrouvé la parole en 2013 pour parler de ce programme décidé en 2007, reconnaît qu'il est « possible qu'il y ait une collecte accidentelle des communications d'Américains (NdT : Etats-uniens) ». Mais « ce potentiel de collecte fortuite ne veut pas dire que la communauté du renseignement surveille intentionnellement des Américains (NdT : Etats-uniens), car faire cela serait une violation de la loi ». En revanche, en dehors des frontières US, la bande de malfaiteurs d’Obama n’a pas de limite.

    PRISM

    Deuxième volet : PRISM, un programme en place depuis 2007 (Yes we can). La NSA et le FBI ont accès aux serveurs de neuf géants américains de l'internet, dont Microsoft, Yahoo!, Google et Facebook, pour y surveiller les activités d'étrangers (Donc : vous et moi) (Donc : il faut se casser).

    Par un plan signé Bush en 2007 et mis en oeuvre par Obama en 2008, Microsoft, Google, Yahoo!, Facebook, YouTube, Skype, AOL, Apple et PalTalk ont été intégrés dans un programme secret – c’est-à dire sans loi et sans contrôle judiciaire – qui permet à la NSA et au FBI de consulter directement et en temps réel les courriels envoyés via ces serveurs, ainsi que les conversations, photos, vidéos, et chats internet. Les communications par Skype peuvent être espionnées en direct.

    Le Guardian et le Washington Post ont-ils exagéré ? Non ! Ils ont trouvé deux magnifiques documents, planqués par la crapule d’Obama.

    Le premier, c’est une présentation PowerPoint de PRISM, transféré par un ancien de la maison (qui se venge dont ne sait quoi).

    Le second, c’est une ordonnance de Washington – Maison Blanche (La Maison des Dents Blanchies) – qui renouvelle la mesure pour trois mois, une ordonnance de routine depuis 2007.

    Donc, c’est 2 + 2 = 4.

    revulsif-boudin-1930.jpg

    Le futur taulard Obama

    Le bandit Obama, pris la main dans le sac, argumente sur le thème de « modestes empiétements sur la vie privée », en s’adressant à ses électeurs. Mais pour les 6 milliards d'étrangers surveillés, que répond le futur taulard Obama ?

    Je lis Reuter : « Vous ne pouvez pas avoir 100% de sécurité, 100% de respect de la vie privée et aucun inconvénient. Il faut bien, en tant que société, faire des choix. Pour ce qui est du contrôle des courriels et des pages consultées sur internet, il ne vise ni les citoyens américains, ni les personnes vivant aux Etats-Unis ».

    Donc, nous sommes des nazes.

    Obama, à peine réélu, a été largué par les mecs qui l’ont financé. Ce guignol ne vaut plus un rond, et les affaires viennent les unes après les autres pour qu’il se la ferme. Dans dix ans, les services le ressortiront du frigo, et il aura le droit de faire des conférences à 100 000 dollars l’heure, histoire de voir , sondages à l'appui, si Michèle peut devenir une bonne porte-parole de l’industrie de l’armement… Black, femme, branchouille mode, ça peut-être un bon plan…

    Question à mon président

    Dans l’immédiat, une question doit être adressée au président de la République – si président de la République il y a ? – et au ministre des affaires étrangères – si ministre des affaires étrangères il y a ? : que faites-vous pour défendre nos libertés ? Dans notre pays, protégé par les déclarations de 1789 et de 1946, un régime étranger a reconnu, après les révélations de la presse, que nous sommes espionnés, dans notre vie personnelle et professionnelle. J'attends donc les protestations et actions en justice du gouvernement. 

    Attention, chères amies et chers amis, l’heure est grave. Nous sommes tous concernés. Le mec dit : « désolés pour les citoyens de mon pays, et les désagréments que ça cause, mais le reste du monde, je l’emmerde ». Ces fumelards qui nous espionnent, ça me révulse. Mais pour qui se prennent-ils ? 

    img1309697728.jpg

  • Drones US : La Cour d’appel de Washington vise la CIA

    Chaque jour qui passe, le dénommé Obama Barack, président des Etats Unis (Amérique du Nord) et Prix Nobel de la Paix (en solde), s’approche de la prison. Hier, la Cour fédérale de Washington a apporté une importante contribution, en reconnaissant l’implication de la CIA dans les assassinats par les drones et l’obligeant à répondre à des demandes de communication de documents. Une superbe victoire pour les militants du droit de l’ACLU (American Civil Liberties Union).

    us,obama,drones

    Plus de 4.000 assassinats décidés par Obama

    Pour se faire élire en 2009, le prof de droit constitutionnel Obama Barack avait affirmé que les US ne «torturent pas», et que Bush George était un gros vilain. Depuis, Obama continue la torture… et il a ajouté les assassinats, par milliers. Il ne s’agit pas d’exécutions, genre la justice a statué et on applique la sentence. Non, même pas. Les mafieux de la Maison Blanche décident qui tuer, et tuent, le plus souvent des ressortissants étrangers et en dehors du territoire US, violant les droits fondamentaux et la souveraineté des Etats. Pas mal… A côté de ça, le clan des siciliens, c’est un goûter chez ma tante.

    La New America Foundation, de Washington, situe le bilan début 2013 entre 1.963 et 3.293 morts. Pour le Bureau of Investigative Journalism, de Londres, les chiffres se situent entre 2.627 et 3.457 morts. Lors du débat préalable à la nomination de John Brennan, le conseiller d’Obama pour cette question, au poste de directeur de la CIA, un sénateur républicain partisan de ces assassinats, Lindsey Graham, avait donné le chiffre officiel: « Nous en avons tué 4.700. Parfois on frappe des personnes innocentes, ce que je déteste, mais nous sommes en guerre, et nous avons tué plusieurs hauts responsables d'al-Qaida ». S’il déteste, l'honneur est sauf...

    us,obama,drones

    La note « secrète » définissant la procédure

    Obama Barack avait demandé à ses conseillers de rédiger une note offrant un habillage juridique à ses décisions d’assassinat. Petit problème : ces notes « secrètes » sont arrivées à la Chambre, au Sénat et dans la presse.

    Hina Shamsi, directrice du National Security Project à l'ACLU, avait expliqué :

    « Ce livre blanc est effrayant, car il révèle en termes juridiques l'énorme pouvoir que s'arroge l'exécutif pour décider de tuer des citoyens américains partout dans le monde, loin de tout champ de bataille reconnu comme tel, sans la moindre implication d'une autorité judiciaire. Cette approche dangereuse constitue une redéfinition des limites qui encadrent l'utilisation de la force par le gouvernement. Car, si le document évoque des limites, il apparaît qu'il n'y a, en réalité, pas de véritables limitations, puisque le gouvernement n'a pas besoin de démontrer l'existence d'un complot imminent pour agir ».

    Interrogée sur les répercussions en droit international, elle ajoutait :

    « Le point de vue juridique de l'Administration crée un précédent, qui doit inquiéter les alliés jusqu'ici silencieux. Car la Russie, l'Iran ou la Chine pourraient invoquer ce précédent pour mener des actions unilatérales similaires ».

     us,obama,drones

    L’arrêt de la Cour d'appel de Washington du 15 mars 2013

    La remarquable ACLU avait pris les devants. Impossible d’attaquer Obama tant qu’il est en fonction, alors l’ACLU avait visé la CIA. Se fondant sur la liberté d'information, elle demandait les documents que la CIA détient sur cette politique d’assassinats. La CIA opposait qu’admettre qu’elle dispose de documents sur ces opérations pourrait mettre en danger la sécurité nationale (On dirait du Valls…).

    Hier, la Cour fédérale d'appel de Washington a jugé que la CIA ne pouvait refuser de confirmer ou de nier posséder des données sur les frappes de drones américains. Selon la Cour, le secret opposé par le gouvernement US n'est plus justifiable, puisqu’Obama et Brennan ont eux-mêmes reconnu publiquement les frappes par les drones.

    Jameel Jaffer, le directeur juridique adjoint de l'ACLU,  a salué cette victoire : « Les gens ont le droit de savoir qui le gouvernement tue, et pourquoi, et dans quels pays, et sur l'ordre de qui ».  

    Le refus de principe étant à terre, la CIA va se réfugier derrière les adminicules, histoire de gagner un peu de temps… Ensuite, la défense d’Obama jouera la même musique : rien sur le fond, mais tous les artifices de procédure pour gagner du temps.

    Il n’en reste pas moins que les portes du pénitencier se précisent pour Obama Barack. C’est une nécessité absolue, si l’on ne veut pas que demain n’importe quel Etat de la planète décide d’assassinats par drone, sans loi, ni jugement.

    Ces gens-là sont devenus cinglés.

    us,obama,drones

  • Obama : Bientôt un deuxième Prix Nobel de la Paix ?

    Mon ami Obama a eu la gentillesse de m’adresser son discours de victoire.

    retour_pays.gifMes chères compatriotes, mes chers compatriotes

    Ouf, me voici réélu. Je vais enfin pouvoir appliquer mon programme, et ça va dépoter.

    Tout d’abord, vous ne m’entendrez plus appeler notre pays « L’Amérique ». Nous sommes les Etats-Unis, et on va arrêter de se prendre le chou. J’adresse  toutes mes amitiés à tous les Etats d’Amérique, du Sud et du Nord.

    Ensuite, je vais ramener notre niveau de dépenses militaires au niveau de notre population dans le monde. Il est impossible, sans causer des violations graves du droit, de maintenir ce qui est une aberration : la planète compte 6 milliards d’habitants, les Etats-Unis 300 millions et pourtant nous assurons 45% des dépenses militaires. Notre armée sert à dominer le monde, à imposer par la force nos choix politiques et économiques. C’est absolument inacceptable, et j’ai décidé de couper 90 % du budget de notre armée. Nous ferons comme tous les pays civilisés : une armée pour défendre nos frontières.

    L’argent ainsi récupéré sera massivement réinvesti dans les programmes sociaux, et nous allons faire une vraie sécurité sociale fondée sur la solidarité devant le risque. Le système à la noix que j’ai fait voter, assurance privée obligatoire sous peine de sanction pénale, est indéfendable, c’est évident.

    Enfin, les Etats-Unis vont devenir un Etat de droit. Il était temps ! Nous allons ratifier dès demain le traité de la Cour Pénale Internationale, le recours individuel devant le Comité des Droits de l’Homme de l’ONU et celui devant la Cour Interaméricaine des Droits de l’Homme. Aussi, celui qui voudra critiquer notre politique, et ça deviendra difficile dès lors que nous allons cesser la politique de domination du monde, pourra exercer des recours en justice. Il n’y a aura donc plus de justification aux actions violentes conduites contre notre pays.

    Bon. Voilà. On va redevenir un comme les autres. C’est si simple ! Mais, bien sûr, je ne pouvais pas le dire, car sinon, je n’aurais pas été réélu ! 

  • Obama dans les choux ?

    9782070378050.jpgBush avait été réélu à l’aise, mais ça parait plus compliqué pour Obama. L’élection aura lieu le 6 novembre, et il est bien difficile de faire un pronostic… à part que ça sera très serré. Adieu Obama ? 

    La campagne de Romney est une surprise et une réussite objective. Il était annoncé cuit d’avance, car il semblait bien difficile de vendre ce mec plein aux as et si peu imposé, sans aucune pratique internationale et leader émerveillé des mormons. Son programme était en gros de défaire tout ce qu’Obama avait fait, et son équipe laissait découvrir chaque semaine des mecs complètement hallus, avec une obnubilation maladive sur la question de l’IVG. Dans ce pays le plus riche et le plus armé du monde, qui pourrit toute la vie internationale, la campagne va se jouer autour de la question : faut-il autoriser l’IVG pour la femme victime d’un viol ?

    C’est absolument consternant.

    L’équipe de campagne d’Obama a lancé hier la dernière série des spots anti-Romney, en rappelant qu’il a vanté les mérites d’un gus soutenant que le viol n’est pas un motif d’IVG, car il faut punir le violeur alors que rien ne justifie de sacrifier  l’enfant. Ils sont graves. 

    Si Obama tape à ce niveau, ce n’est pas bon signe. C'est comme les virées électorales qu’il multiplie : entre mercredi et jeudi, 8 Etats en quarante heures.... Des milliers de kilomètres en avion pour quelques minutes dans des meetings bidon organisés à côté des aéroports, juste pour faire des images et récupérer de l’argent... Ce n’est pas encore la panique, mais ce n’est plus la sérénité. Obama roule sur la jante, et il le sait.

    Au niveau national, les sondages s’équilibrent. On avait pu croire à un coup d’éclat de Romney, mais on voit surtout un lent tassement d’Obama, et ça, c’est difficile à rattraper. Ces sondages inattendus enflamment la campagne, mais cela ne veut rien dire sur le résultat final compte tenu du vote par Etat. C'est l'histoire redoutée des swing states, qui basculent d’une élection à l’autre. Cette année, tous les regards se tournent vers l’Ohio, représentatif des enjeux économiques du pays, où Obama semble encore en tête. Mais pour d’autres Etats qui ont été décisifs en 2008 – Caroline du Nord, Indiana et Missouri – c’est mal barré.756138_2881021.jpg

    Dans la campagne US, la politique étrangère n’est pas un enjeu. La charmante et délicieuse Hillary (pliée de rire à la télé pour annoncer le lynchage de Kadhafi) avait expliqué qu’elle ne s’était pas rendue à la Convention démocrate d’investiture, car le département d’Etat menait une politique autonome. Ce sont les industries de l’armement qui commandent, on le savait, mais confirmé par Hillary, ça simplifie le débat. A propos, l’Etat d’Israël a été cité 34 fois lors du débat Obama/Romney,... Mais pas de doute : Israel est un Etat indépendant. Totalement indépendant. Ne dépendant en rien des US.

    Pour l’économie, les résultats d’Obama sont moyens, alors que c’est le sujet n° 1. Le social patine, car la réforme de santé est loin des projets de 2008. Côté société, les blacks et les latinos ne retrouvent rien de concret.

    Et Obama ? Depuis quatre ans, il fait le cake mondial et toute critique est interdite contre le premier black président des US et Prix Nobel de la Paix. Impossible d’évoquer ses reniements, à commencer par Guantanamo, ou ses crimes de guerre avec les assassinats à grande échelle commis par les drônes en terre étrangère. Résultat ? Obama s’est endormi dans du coton. Il a fait la une pendant son mandat avec des salades genre sa recette de la bière au miel ou les sorties familiales avec Michelle en short.

    Mais chaque fois qu’il y a eu une épreuve, il s’est liquéfié. C’est ce schéma qui se réédite aujourd’hui.

    Romney est une buse, mais il a su éviter les délires à la McCain. Il fait le job serein du type qui s’oppose à un Obama endormi par les flagorneurs. Et ça marche. Jusqu’où ?...

    Obama peut perdre, car le tube universel du moment, c’est « sortez les sortants ». La seule qui tient la route, même si on n'est pas d'accord avec sa politique, c’est Mamy Merkel. Alors comme notre cousine gouverne aussi la France et nous protège des affreux, genre Copé et Le Pen, je m’endors l’âme en paix... et même si je ne fais pas de beaux rêves.    

    9782873885878_1.jpg

    N'écoutant que son devoir,

    dans ce monde incertain,

    le rédacteur en chef du blog a eu un rencart avec Angela.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu