Avertir le modérateur

présidentielles 2017 - Page 5

  • Quatre millions de personnes non ou mal logées

    Incroyable mais vrai : il n’y a pas que les riches qui ont des problèmes ! Les pauvres, aussi, à commencer par le logement, et là rien de fictif, comme l’explique le rapport de la Fondation Abbé Pierre.  Le rapport est aussi complet, instructif et accablant. Voici les chiffres des 4 millions de personnes non ou mal logées.

    896 000 personnes privées de logement personnel

    D’abord le chiffre le plus lourd : 143 000 personnes sont sans domicile, et vivent en situation d’hébergement, en CADA, en abri de fortune, à l’hôtel ou à la rue. Ça correspond à des villes comme Grenoble, ou Angers ou Dijon.

    643 000 personnes sont hébergées chez des tiers de manière très contrainte :

    - 69 000 personnes de 17 à 59 ans hébergées par des personnes sans lien de parenté direct ;

    - 339 000 personnes de plus de 25 ans contraints, après une période de logement autonome, de revenir habiter chez leurs parents ou grands-parents faute de logement autonome ;

    - 153 000 majeurs de plus de 25 ans chez leurs parents incapables de décohabiter pour raisons financières ;

    - 83 000 personnes de plus de 60 ans hébergées chez un tiers sans lien de parenté direct.

     

    2 819 000 personnes vivent dans des conditions de logement très difficiles.

    Le rapport explique la situation à partir de trois grands critères :

    - 2 090 000 sont privées de confort, car leur logement ne possède pas d’eau courante, de WC intérieurs, de douche, de moyen de chauffage ou de coin cuisine, ou leur façade est très dégradée, avec des fissures profondes, avec tout ce que cela entraine pour l’humidité, les perditions d’énergie et l’hygiène ;

    - 934 000 personnes vivent en surpeuplement dit « accentué », c’est-à-dire qu’il leur manque deux pièces par rapport à la norme de peuplement.

    - 206 600 personnes en habitat mobile vivent dans de mauvaises conditions, faute d’accès à une offre d’habitat adapté, à savoir terrain familial locatif, logement social adapté, terrain privé pour installer des caravanes.

    *   *   *

    C’est dommage que nous ne soyons pas en période de campagne pour les présidentielles, car je suis sûr que cette préoccupation essentielle pour les personnes passionnerait les candidats, qui rivalisent d’audace pour combattre cette tragédie, indigne de notre pays.

    79385_abbe-pierre2.jpg

  • Le feuilleton de la présidentielle : Le cas Fillon reste central

    Hier, le Parti Socialiste a désigné son candidat, mais le feuilleton de la présidentielle reste focalisé sur le cas Fillon, avec cette question simple : va-t-il pouvoir rester candidat ?

    Penelopegate

    Lors du meeting d’hier après-midi, tous les boss de la Droite étaient bien gentils. La déflagration serait fatale pour le premier qui ferait un pas de travers. En attendant que la justice progresse et mette – ou non – Fillon à terre, c’est le concours des hypocrites, qui en sous-main travaillent tous à un plan B.

    L’enquête a bien progressé depuis mercredi, et il y aura des étapes importantes dans la semaine à venir. Pour ce qui est du travail d’assistant parlementaire, on verra, mais de toutes les informations qui viennent les volets La Revue des deux mondes et suppléant sont cramoisis de chez cramoisi.

    Du 2 mai 2012 au mois de décembre 2013, Fillon Penelope été rémunérée 5 000 € brut par mois, soit 100 000 €. Commentaire de Michel Crépu, le directeur de la rédaction de l'époque : « J'ai découvert comme vous, l'existence de ce poste. Je n’ai jamais rencontré Penelope Fillon, je ne lui ai jamais parlé, je ne l’ai jamais vue ». Il ajoute : « Marc Ladreit de Lacharrière m'a téléphoné une fois pour me dire : 'Pourriez-vous me transmettre des livres qu'on pourrait donner à traiter à Mme Fillon qui s’ennuie ?'". Marianne a retrouvé les deux notes de lectures signées par « Pauline Camille ». Vous pouvez apprécier… Au total, deux pages pour 100.000 €. C’est mal barré.

    Mal barré aussi le travail est d’assistant parlementaire pour le suppléant devenu député. Fillon François explique que Fillon Penelope travaillait pour lui ardemment… mais quelles explications et quelles preuves pour le travail apporté au suppléant, avec une rémunération de 8.000 € par mois ?

    Par hypothèse charitable, admettons que le volet « assistant parlementaire de Fillon François ne soit pas retenu », et alors notre ami peut rester candidat. Mais il y a des fortes probabilités pour que ce soit bien chaud pour Fillon Pénélope à propos des deux autres volets. Alors, une question : peut-on rester candidat à la présidentielle quand son épouse est convoquée en correctionnelle ? Ceux qui applaudissaient Fillon François au meeting d’hier avaient tous ces questions en tête, ce d’autant plus qu’au-delà de la procédure pénale, l’impact médiatique de cette affaire rend inaudible la campagne du candidat. Le mec qui voulait sabrer dans les effectifs publics…

    Dans ce monde politique sans idéologie, sans programme et sans personnalité, les sondages qui vont dicter la solution. Rendez-vous au troisième sondage qui donnera un deuxième tour Macron – Le Pen…, et là, on verra.

    heurto10.jpg

    Hamon,… et le rassemblement de quoi ?

    Hamon a gagné, mais notre joie est la défaite d’El Blanco. Une immense satisfaction. Le blog a contesté dès le premier jour sa nomination sinistre de l’Intérieur… une responsabilité de Hollande d’avoir promu ce sarkozyste. Cela dit, la défaite d’hier résultait du premier tour, et c’est juste une confirmation.

    Beaucoup ont voté pour faire perdre El Blanco, ce qui était un impératif catégorique. Mais Hamon va-t-il conserver ce mouvement ascendant ? Pas évident. Le vote contre El Blanco n'est pas un vote pour Hamon. Hamon est un vieil apparatchik du parti, qui avait toujours fait des scores minables. Il a su créer de la sympathie, c’est une chose, mais l’opportunité a été pour beaucoup de payer un euro pour se débarrasser d’El Blanco.

    Quoi qu’il en soit, Hamon se retrouve avec l’appareil et la finance du PS, ce qui n’est pas rien. Mais il doit maintenant « rassembler ».

    S’il se situe dans une perspective présidentielle, il doit d’abord reprendre contact avec les supporters d’El Blanco, et c’est pas gagné, car on retrouve le match « les frondeurs contre la majorité molle du PS ». Hier, El Blanco a fermé la porte, en disant en substance que l’histoire avait été injuste et qu’elle lui rendra raison. Donc, pas facile. Mais à supposer que Hamon arrive à stabiliser les soutiens d’El Blanco, il lui faudrait ensuite convaincre les aficionados de Macron, et là c’est une autre paire de manches. On est dans l’irréalisme complet avec ce type qui n’a toujours pas de programme mais qui engrange…, et qui est d’autant moins enclin à faire des concessions à Gauche que Fillon patauge.

    Aussi, Hamon, constatant que la présidentielle est fichue, peut prendre une autre option, à savoir siphonner l’électorat de Mélenchon, un phraseur qui n’est pas si fort que ça. Alors que c’est un vieux de la vieille, qui comme Mélenchon doit toute sa carrière au PS, Hamon se présente comme un personnage moins lunatique, et il offre une alternative crédible au discours sur la révolution et l’insoumission. Il va laisser filer un Macron hors d’atteinte, pour viser l’électorat de Mélenchon, avec pour perspective de reprendre un PS à sa main.

    home-sweet-home-ceramic-tile-root-1paj4634_1470_1-500x500.jpg

  • Dislocation du PS : Phase 2

    La journée n’aura pas été trop bonne pour le PS.

    Ah, ces incroyables bidouilles sur le chiffres… Les mecs se sont crus à un Congrès PS, où la magouille est statutaire, sauf que là c’était sous les yeux de la presse. Rigolo et lamentable, mais ce n’est pas le plus important.

    Non, ce qui compte vraiment, c’est la hargne à 100% manifestée par Hamon et El Blanco, tout pour dézinguer l’autre et inversement. Ca pilonne avec des mots, des formules, donc ce n’est pas très méchant, mais le message est clair : l’autre est un ennemi, et il n’y a rien de bon chez lui.

    A ce petit jeu, El Blanco ne fera qu’accélérer sa perte, ce qui est une bonne nouvelle, mais c’est surtout à une phase décisive de l’explosion du PS que vous assistons, avec un vrai bonheur.

    Gauchiste irréaliste contre traitre de droite, ce sera un joli spectacle cette semaine, mais ça va surtout finir de ruiner le PS : comment rassembler ensuite, et rassembler quoi ?

    Hamon, qui reçoit le soutien d'Aubry – qui ne vaut plus rien dès lors qu’elle a renoncé à tous les combats – veut récupérer le PS pour en faire une SFIO du XXIeme siècle, un peu comme ce vieux PC qui continue à nourrir ces cadres, en perdant toutes les élections. Le PS comme club de retraite des frondeurs.

    Avec Mélenchon qui est entre 13 et 15 et Macron entre 20 et 22, le PS fait environ 10. Soit 6% pour Hamon et 4% pour El Blanco. Oki ? Leur division hargneuse nous assure la fin du PS de gouvernement, mal nécessaire pour retrouver, un jour, une Gauche en France.

    6449463-Adios-Banque-d'images.jpg

  • Primaires : Hamon désigné syndic de liquidation du PS

    sfio.jpgDébarrassés des sondages, nous voici enfin avec des faits et des chiffres qui parlent, après cinq ans de Gochmole aux affaires.

    Votant Jadot, je n’ai aucun conflit d’intérêt.

    1/ François Hollande était au théâtre pour le deuxième débat de la primaire, et il a réussi à s’inventer un voyage au Chili pour ne pas voter à cette primaire. Pas un mot, pas le moindre signe d’intérêt d’un ministre influent,… sauf Ségolène Royal pour dire tout le bien qu’elle pense de Macron. Pas un leader PS ne s’est mobilisé pour la primaire.

    2/ Pour le premier tour de la primaire de Droite, la participation avait été de 4,3 millions de personnes ; hier soir, nous avions une fourchette entre 1,5 et 2 millions. Donc en toute hypothèse 50% de moins qu’à Droite. Dont acte.

    3/ Montebourpif se prend une ramassée de première, avec 17% des voix, et c’est un vrai bonheur pour un blog qui a toujours critiqué ce phraseur inconsistant, fruit d’une bulle médiatique quand son ex-beau frère magouillait au Monde de Plenel. Il y a cinq ans, il avait fait le même score, pour ensuite appeler à voter pour Hollande qu’il n’avait cessé d'insulter,… et ce pour empêcher la victoire d’Aubry. Il voulait rendre Hollande redevable, afin de mieux le manipuler… Et en 2009, il a manœuvré avec Hamon pour faire nommer Valls premier sinistre, afin de mieux le manipuler… La défaite de cet usurpateur est une joie profonde.

    4/ Voyant la primaire comme une formalité, El Blanco s’était tout de go présenté comme candidat à la présidence de la République. Le voilà qualifié pour un deuxième tour qui signera sa défaite avec un score genre 75/25. El Blanco est une pure création de Hollande. C’est Hollande qui est allé chercher ce sarkozyste, qui a alors détruit les politiques de Gauche sur la République, l’ordre public et la laïcité, toutes choses auxquelles il ne comprend rien. Dans les jours qui viennent, il va voir cet électorat sur lequel il comptait faire sa rente filer direct chez Macron. El Blanco a été la plus grave faute de Hollande.

    5/ Vifs remerciements au philosophe Peillon, sorti de sa retraite par de soudaines envies présidentielles. 6%, c'est pas fort, mais ces 6% ont empêché Valls de tourner en tête au premier tour. Peillon dans le rôle de l’idiot utile, un destin. legislatives_1956.jpg

    6/ Hamon, le prof sympa, fait une belle opération, et va gagner haut la main la primaire. Mais pour faire quoi ensuite ? A Gauche, il ne va rien prendre à Mélenchon, ce ne sont pas les mêmes électeurs. Et à Droite ? Sa victoire va jouer comme un appel d’air pour Macron, et les premiers à y aller vont être les électeurs d’El Blanco. Donc, que vaudront ces 75% face aux deux blocs que sont Mélenchon et Macron, dopé par la défaite d’El Blanco ?

    7/ Tout va se jouer chez les parlementaires. Hollande, Royal et tant d’autres jouent ouvertement la défaite du PS, pour s’en débarrasser. Hollande l’avait clairement expliqué dans le livre Un président ne devrait pas dire ça…, expliquant qu’il fallait en finir avec le PS pour faire un « Parti du progrès », qui allait piquer au Centre et à Droite, et il déplorait que Cambadélis dise oui, mais ne fasse rien. C’est donc en réalité l’heure de Cambadélis.

    En un, le clan Hamon, qui vise moins la présidence de la République que le contrôle du PS, va vite lui faire savoir que ses jours sont comptés.

    En deux, la Hollanderie fera tout pour accélérer sa défaite, avec un discours tout simple : « Il faut éviter un second tour Fillon/Le Pen, et la seule solution c’est Macron ». Donc la primaire, on s’en contrefiche, et le PS avec.

    C’est du côté des députés que ça va bouger le plus vite. Macron a ouvert les investitures, et il est prêt à accueillir les gentils députés qui votaient ses projets de loi et n’écoutaient pas les frondeurs de Hamon… à condition qu’ils renoncent à l’investiture du PS. Alors, perdant avec le PS ou gagnant avec Macron ? Vous choisiriez quoi ? Sachant que le choix du droitier Fillon donne de l’espace à Macron, surtout si Bayrou ne se présente pas.

    8/ Hamon sait qu’il ne sera pas président, mais il se rêve premier secrétaire du PS, mais c’est trop tard. Il ne sera que le syndic de la faillite de ce parti qui a remplacé l’idéologie par un moralisme gluant, et qui voit se détourner de lui un brave électorat qu’il croyait éternellement captif.  

  • Incroyable mais vrai : Le blog solidaire d'El Blanco !

    Le blog refuse toute violence, qu’il s’agisse de la claque d’un maire à un petit lascar ou du taquet d’un militant à un petit candidat. Donc, je ne peux que déplorer ce taquet. Dans une société démocratique, tout doit passer par le dialogue, et s'il le faut, l'affrontement judiciaire. Mais ce principe très simple, totalement acquis pour le blog, semble, ce soir, assez peu partagé

    D’abord, je dois condamner la disproportion de la riposte ! Ridicule. Chacun a vu la scène. Il suffisait de tenir la main du mec pour cet impertinent taquet, alors qu’il a été violemment plaqué au sol, avec des cris et dans tous les sens, comme dans un mauvais film. Et une garde-à-vue… Et une plainte d'El Blanco... Donc, un fait peu signifiant est devenu très signifiant, en application du principe : « Je ne suis pas obligé de faire toutes les erreurs, mais quand même, je vais toutes les faire ».

    Cela dit, la doctrine du blog est inderogeable : aucune violence d’aucune forme dans une démocratie. Aussi, notre service investigation est allé interroger nos grands responsables politiques, pour recevoir leur (unanime) réprobation (outragée).

    La-journee-des-hypocrites.jpg

    - Monsieur le Président, l’ancien Premier Sinistre, candidat à la présidentielle, été victime de violences corporelles, ce qui est inadmissible dans une démocratie. Quelle est votre réaction ?

    - Euh, j’étais au théâtre avec Drucker, et je ne suis pas au courant.

    - Monsieur le Premier Sinistre, l’ancien Premier Sinistre, candidat à la présidentielle, été victime de violences corporelles, ce qui est inadmissible dans une démocratie. Quelle est votre réaction ?

    - J’avais une réunion pour sauver l’Europe face à Trump, et je ne suis pas au courant.

    - Monsieur le Sinistre de l’Intérieur, l’ancien Premier Sinistre, candidat à la présidentielle, été victime de violences corporelles, ce qui est inadmissible dans une démocratie. Quelle est votre réaction ?

    - Vraiment désolé, mais j’avais une réunion sur le retour des djihadistes, je ne suis pas au courant.

    - Monsieur le Sinistre de la Défense, l’ancien Premier Sinistre, candidat à la présidentielle, été victime de violences corporelles, ce qui est inadmissible dans une démocratie. Quelle est votre réaction ?

    - Où ça, en France ? Je suis totalement mobilisé sur ce qui se passe au Mali, en Irak et en Syrie, et je ne suis pas au courant.

    - Madame et Messieurs les candidats à la primaire, l’ancien Premier Sinistre, candidat à la présidentielle, été victime de violences corporelles, ce qui est inadmissible dans une démocratie. Quelle est votre réaction ?

    Et encore ?

    - Madame la secrétaire d’État de l’aide aux victimes, l’ancien Premier Sinistre, candidat à la présidentielle, été victime de violences corporelles, ce qui est inadmissible dans une démocratie. Quelle est votre réaction ?

    - S’il veut remplir un dossier, il peut contacter l’assistante sociale de son quartier.

    20160226124026-ded05d47.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu