Avertir le modérateur

us - Page 2

  • James Comey vs Donald Trump : Jusqu'où ?

    Ce 8 juin, James Comey, l’ancien directeur du FBI, viré le 9 mai par Trump, va être auditionné devant une commission du Sénat étasunien. Dans un pays qui ne connait pas de mécanisme de garantie des droits en droit international, l’un des éléments compensateurs est l’indépendance de la police fédérale. Les 10 000 agents du FBI sont au service du peuple, pas du pouvoir politique. Nommé par Obama et respecté, James Comey a été chargé de l'enquête sur les liens éventuels entre l'équipe de campagne de Trump et les réseaux russes. 

    La veille de son audition, qui sera pour partie publiée, James Comey a voulu poser les bases dans un long texte de 7 pages. Pour justifier sa décision, rare, Trump a évoqué des mauvaises relations internes, gênant le fonctionnement des services. Mais l’autre thèse est Trump a fait comprendre à James Comey qu’il devait abandonner l’enquête fédérale sur Michael T. Flynn, qui était alors son conseiller à la sécurité intérieure, à propos de l’affaire russe. S’il voulait rester en place, James Comey devait accepter le leadership de Trump. Ce qu’il aurait refusé, d’où le dégagement.

    Le flic a fait son travail de flic : les faits. Aussi, il prenait des notes, et tout ressort à cru. Témoignant passionnant sur les méthodes de Trump et du FBI.  

    Cette affaire est en train de basculer au cœur de la vie politique US. Si le fait se confirme, cette entrave à la justice pourrait être le motif d’ouverture d'une procédure de destitution. Et comme il y a un large consensus pour se débarrasser de Trump, cette affaire, c’est chaud, chaud, chaud….

    Document intégral.

    624246174001_5428474239001_5428464997001-vs.jpg

     

    Select Committee on Intelligence
    James B. Comey
    June 8, 2017

    Chairman Burr, Ranking Member Warner, Members of the Committee.

    Thank you for inviting me to appear before you today. I was asked to testify today to describe for you my interactions with President-Elect and President Trump on subjects that I understand are of interest to you. I have not included every detail from my conversations with the President, but, to the best of my recollection, I have tried to include information that may be relevant to the Committee.

    January 6 Briefing

    I first met then-President-Elect Trump on Friday, January 6 in a conference room at Trump Tower in New York. I was there with other Intelligence Community (IC) leaders to brief him and his new national security team on the findings of an IC assessment concerning Russian efforts to interfere in the election. At the conclusion of that briefing, I remained alone with the President Elect to brief him on some personally sensitive aspects of the information assembled during the assessment.

    The IC leadership thought it important, for a variety of reasons, to alert the incoming President to the existence of this material, even though it was salacious and unverified. Among those reasons were: (1) we knew the media was about to publicly report the material and we believed the IC should not keep knowledge of the material and its imminent release from the President-Elect; and (2) to the extent there was some effort to compromise an incoming President, we could blunt any such effort with a defensive briefing.

    The Director of National Intelligence asked that I personally do this portion of the briefing because I was staying in my position and because the material implicated the FBI’s counter-intelligence responsibilities. We also agreed I would do it alone to minimize potential embarrassment to the President-Elect. Although we agreed it made sense for me to do the briefing, the FBI’s leadership and I were concerned that the briefing might create a situation where a new President came into office uncertain about whether the FBI was conducting a counter-intelligence investigation of his personal conduct.

    It is important to understand that FBI counter-intelligence investigations are different than the more-commonly known criminal investigative work. The Bureau’s goal in a counter-intelligence investigation is to understand the technical and human methods that hostile foreign powers are using to influence the United States or to steal our secrets. The FBI uses that understanding to disrupt those efforts. Sometimes disruption takes the form of alerting a person who is targeted for recruitment or influence by the foreign power. Sometimes it involves hardening a computer system that is being attacked. Sometimes it involves “turning” the recruited person into a double-agent, or publicly calling out the behavior with sanctions or expulsions of embassy-based intelligence officers. On occasion, criminal prosecution is used to disrupt intelligence activities.

    Because the nature of the hostile foreign nation is well known, counterintelligence investigations tend to be centered on individuals the FBI suspects to be witting or unwitting agents of that foreign power. When the FBI develops reason to believe an American has been targeted for recruitment by a foreign power or is covertly acting as an agent of the foreign power, the FBI will “open an investigation” on that American and use legal authorities to try to learn more about the nature of any relationship with the foreign power so it can be disrupted.

    In that context, prior to the January 6 meeting, I discussed with the FBI’s leadership team whether I should be prepared to assure President-Elect Trump that we were not investigating him personally. That was true; we did not have an open counter-intelligence case on him. We agreed I should do so if circumstances warranted. During our one-on-one meeting at Trump Tower, based on President Elect Trump’s reaction to the briefing and without him directly asking the question, I offered that assurance.

    I felt compelled to document my first conversation with the President-Elect in a memo. To ensure accuracy, I began to type it on a laptop in an FBI vehicle outside Trump Tower the moment I walked out of the meeting. Creating written records immediately after one-on-one conversations with Mr. Trump was my practice from that point forward. This had not been my practice in the past. I spoke alone with President Obama twice in person (and never on the phone) – once in 2015 to discuss law enforcement policy issues and a second time, briefly, for him to say goodbye in late 2016. In neither of those circumstances did I memorialize the discussions. I can recall nine one-on-one conversations with President Trump in four months – three in person and six on the phone.

    January 27 Dinner

    The President and I had dinner on Friday, January 27 at 6:30 pm in the Green Room at the White House. He had called me at lunchtime that day and invited me to dinner that night, saying he was going to invite my whole family, but decided to have just me this time, with the whole family coming the next time. It was unclear from the conversation who else would be at the dinner, although I assumed there would be others.

    It turned out to be just the two of us, seated at a small oval table in the center of the Green Room. Two Navy stewards waited on us, only entering the room to serve food and drinks.

    The President began by asking me whether I wanted to stay on as FBI Director, which I found strange because he had already told me twice in earlier conversations that he hoped I would stay, and I had assured him that I intended to.

    He said that lots of people wanted my job and, given the abuse I had taken during the previous year, he would understand if I wanted to walk away.

    My instincts told me that the one-on-one setting, and the pretense that this was our first discussion about my position, meant the dinner was, at least in part, an effort to have me ask for my job and create some sort of patronage relationship.

    That concerned me greatly, given the FBI’s traditionally independent status in the executive branch.

    I replied that I loved my work and intended to stay and serve out my ten year term as Director. And then, because the set-up made me uneasy, I added that I was not “reliable” in the way politicians use that word, but he could always count on me to tell him the truth. I added that I was not on anybody’s side politically and could not be counted on in the traditional political sense, a stance I said was in his best interest as the President.

    A few moments later, the President said, “I need loyalty, I expect loyalty.”

    I didn’t move, speak, or change my facial expression in any way during the awkward silence that followed. We simply looked at each other in silence. The conversation then moved on, but he returned to the subject near the end of our dinner.

    At one point, I explained why it was so important that the FBI and the Department of Justice be independent of the White House. I said it was a paradox: Throughout history, some Presidents have decided that because “problems” come from Justice, they should try to hold the Department close. But blurring those boundaries ultimately makes the problems worse by undermining public trust in the institutions and their work.

    Near the end of our dinner, the President returned to the subject of my job, saying he was very glad I wanted to stay, adding that he had heard great things about me from Jim Mattis, Jeff Sessions, and many others. He then said, “I need loyalty.” I replied, “You will always get honesty from me.” He paused and then said, “That’s what I want, honest loyalty.” I paused, and then said, “You will get that from me.”

    As I wrote in the memo I created immediately after the dinner, it is possible we understood the phrase “honest loyalty” differently, but I decided it wouldn’t be productive to push it further. The term – honest loyalty – had helped end a very awkward conversation and my explanations had made clear what he should expect.

    During the dinner, the President returned to the salacious material I had briefed him about on January 6, and, as he had done previously, expressed his disgust for the allegations and strongly denied them. He said he was considering ordering me to investigate the alleged incident to prove it didn’t happen. I replied that he should give that careful thought because it might create a narrative that we were investigating him personally, which we weren’t, and because it was very difficult to prove a negative. He said he would think about it and asked me to think about it.

    As was my practice for conversations with President Trump, I wrote a detailed memo about the dinner immediately afterwards and shared it with the senior leadership team of the FBI.

    February 14 Oval Office Meeting

    On February 14, I went to the Oval Office for a scheduled counterterrorism briefing of the President. He sat behind the desk and a group of us sat in a semi-circle of about six chairs facing him on the other side of the desk. The Vice President, Deputy Director of the CIA, Director of the National Counter Terrorism Center, Secretary of Homeland Security, the Attorney General, and I were in the semi-circle of chairs. I was directly facing the President, sitting between the Deputy CIA Director and the Director of NCTC. There were quite a few others in the room, sitting behind us on couches and chairs.

    The President signaled the end of the briefing by thanking the group and telling them all that he wanted to speak to me alone. I stayed in my chair. As the participants started to leave the Oval Office, the Attorney General lingered by my chair, but the President thanked him and said he wanted to speak only with me.

    The last person to leave was Jared Kushner, who also stood by my chair and exchanged pleasantries with me. The President then excused him, saying he wanted to speak with me. When the door by the grandfather clock closed, and we were alone, the President began by saying, “I want to talk about Mike Flynn.” Flynn had resigned the previous day. The President began by saying Flynn hadn’t done anything wrong in speaking with the Russians, but he had to let him go because he had misled the Vice President. He added that he had other concerns about Flynn, which he did not then specify.

    The President then made a long series of comments about the problem with leaks of classified information – a concern I shared and still share. After he had spoken for a few minutes about leaks, Reince Priebus leaned in through the door by the grandfather clock and I could see a group of people waiting behind him.

    The President waved at him to close the door, saying he would be done shortly.

    The door closed.

    The President then returned to the topic of Mike Flynn, saying, “He is a good guy and has been through a lot.” He repeated that Flynn hadn’t done anything wrong on his calls with the Russians, but had misled the Vice President.

    He then said, “I hope you can see your way clear to letting this go, to letting Flynn go. He is a good guy. I hope you can let this go.” I replied only that “he is a good guy.” (In fact, I had a positive experience dealing with Mike Flynn when he was a colleague as Director of the Defense Intelligence Agency at the beginning of my term at FBI.) I did not say I would “let this go.”

    The President returned briefly to the problem of leaks. I then got up and left out the door by the grandfather clock, making my way through the large group of people waiting there, including Mr. Priebus and the Vice President.

    I immediately prepared an unclassified memo of the conversation about Flynn and discussed the matter with FBI senior leadership. I had understood the President to be requesting that we drop any investigation of Flynn in connection with false statements about his conversations with the Russian ambassador in December. I did not understand the President to be talking about the broader investigation into Russia or possible links to his campaign. I could be wrong, but I took him to be focusing on what had just happened with Flynn’s departure and the controversy around his account of his phone calls. Regardless, it was very concerning, given the FBI’s role as an independent investigative agency.

    The FBI leadership team agreed with me that it was important not to infect the investigative team with the President’s request, which we did not intend to abide. We also concluded that, given that it was a one-on-one conversation, there was nothing available to corroborate my account. We concluded it made little sense to report it to Attorney General Sessions, who we expected would likely recuse himself from involvement in Russia-related investigations. (He did so two weeks later.) The Deputy Attorney General’s role was then filled in an acting capacity by a United States Attorney, who would also not be long in the role.

    After discussing the matter, we decided to keep it very closely held, resolving to figure out what to do with it down the road as our investigation progressed. The investigation moved ahead at full speed, with none of the investigative team members – or the Department of Justice lawyers supporting them – aware of the President’s request.

    Shortly afterwards, I spoke with Attorney General Sessions in person to pass along the President’s concerns about leaks. I took the opportunity to implore the Attorney General to prevent any future direct communication between the President and me. I told the AG that what had just happened – him being asked to leave while the FBI Director, who reports to the AG, remained behind – was inappropriate and should never happen. He did not reply. For the reasons discussed above, I did not mention that the President broached the FBI’s potential investigation of General Flynn.

    March 30 Phone Call

    On the morning of March 30, the President called me at the FBI. He described the Russia investigation as “a cloud” that was impairing his ability to act on behalf of the country. He said he had nothing to do with Russia, had not been involved with hookers in Russia, and had always assumed he was being recorded when in Russia. He asked what we could do to “lift the cloud.” I responded that we were investigating the matter as quickly as we could, and that there would be great benefit, if we didn’t find anything, to our having done the work well. He agreed, but then re-emphasized the problems this was causing him.

    Then the President asked why there had been a congressional hearing about Russia the previous week – at which I had, as the Department of Justice directed, confirmed the investigation into possible coordination between Russia and the Trump campaign. I explained the demands from the leadership of both parties in Congress for more information, and that Senator Grassley had even held up the confirmation of the Deputy Attorney General until we briefed him in detail on the investigation. I explained that we had briefed the leadership of Congress on exactly which individuals we were investigating and that we had told those Congressional leaders that we were not personally investigating President Trump.

    I reminded him I had previously told him that. He repeatedly told me, “We need to get that fact out.” (I did not tell the President that the FBI and the Department of Justice had been reluctant to make public statements that we did not have an open case on President Trump for a number of reasons, most importantly because it would create a duty to correct, should that change.)

    The President went on to say that if there were some “satellite” associates of his who did something wrong, it would be good to find that out, but that he hadn’t done anything wrong and hoped I would find a way to get it out that we weren’t investigating him.

    In an abrupt shift, he turned the conversation to FBI Deputy Director Andrew McCabe, saying he hadn’t brought up “the McCabe thing” because I had said McCabe was honorable, although McAuliffe was close to the Clintons and had given him (I think he meant Deputy Director McCabe’s wife) campaign money. Although I didn’t understand why the President was bringing this up, I repeated that Mr. McCabe was an honorable person.

    He finished by stressing “the cloud” that was interfering with his ability to make deals for the country and said he hoped I could find a way to get out that he wasn’t being investigated. I told him I would see what we could do, and that we would do our investigative work well and as quickly as we could.

    Immediately after that conversation, I called Acting Deputy Attorney General Dana Boente (AG Sessions had by then recused himself on all Russia related matters), to report the substance of the call from the President, and said I would await his guidance. I did not hear back from him before the President called me again two weeks later.

    April 11 Phone Call

    On the morning of April 11, the President called me and asked what I had done about his request that I “get out” that he is not personally under investigation.

    I replied that I had passed his request to the Acting Deputy Attorney General, but I had not heard back. He replied that “the cloud” was getting in the way of his ability to do his job. He said that perhaps he would have his people reach out to the Acting Deputy Attorney General. I said that was the way his request should be handled. I said the White House Counsel should contact the leadership of DOJ to make the request, which was the traditional channel.

    He said he would do that and added, “Because I have been very loyal to you, very loyal; we had that thing you know.” I did not reply or ask him what he meant by “that thing.” I said only that the way to handle it was to have the White House Counsel call the Acting Deputy Attorney General. He said that was what he would do and the call ended.

    That was the last time I spoke with President Trump.

  • Les US, meilleurs alliés (involontaires ?) de l’Iran

    Sacrés US, quand ils ne sèment pas la terreur avec leurs bombes, ils nous font bien rire, même si le coût du spectacle reste élevé.

    Trump était il y a quinze jours en Arabie Saoudite pour expliquer, dans ce berceau de la démocratie et qui n’a jamais entretenu le moindre lien avec le terrorisme, qu’il fallait se liguer contre l’Iran, qui est le cœur du terrorisme international.

    Qatar.gif

    Les grands faits du terrorisme ces dernières années sont en effet signés. Guerre en Algérie, tueries au Maroc, massacres à Bagdad, persécution des chrétiens en Egypte, guerre dans le Nord-Mali, séparatisme tchétchène… Vous n’étiez pas au courant, mais c’était l’Iran… Al Qaeda et Daech, qui vomissent les chiites, c’est aussi une création de l’Iran, bien entendu, le même Iran qui envoie ses soldats au sol pour combattre ces tueurs… Et puis les attentats de New York, Paris, Berlin, Londres, c’est encore l’Iran, il suffit de constater l’identité des auteurs.

    Bref, le discours de Trump à Ryad, c’était juste du trompe-couillon. En Iran, personne n’a été dupe.

    Il faut dire que si le peuple iranien a beaucoup souffert des mesures de rétorsion imposées par les US, le bilan militaire et diplomatique de la politique US est une réussite : les Talibans combattus et contenus en Afghanistan ; le régime sunnite de Saddam Hussein éliminé, au profit d’un gouvernement à majorité chiite ; les incontrôlables saillies de l’allié israélien soudant le Hezbollah à la société libanaise ; une coalition terroriste bornée en Syrie, qui ne respecte rien, ni personne, de telle sorte que se dégage l’unité autour d’El-Assad ; les anciennes grandes puissances sunnites – Tunisie, Libye et Egypte – divisées et ruinées… La Turquie, pilier de l’OTAN, mise en difficulté, les US jouant la carte kurde. Ajoutons l’unité du grand peuple iranien, unité renforcée dans l’adversité (L’Iran était un grand pays quand les US n’étaient que de doux pâturages indiens). Et oui, c’est une simple observation : grâce aux aveuglements US, il reste dans cette région meurtrie un pays fort, l’Iran. Et ça s’amplifie.

    Quinze jours après le discours de Trump, quelques pays du Golfe (Arabie Saoudite, Bahreïn, et Emirats) mais sans le Koweït ni Oman, et avec l’allié du moment qu’est l’Egypte, ont décrété que le Qatar n’est pas net avec le terrorisme, d’où la rupture des relations diplomatiques, et tout le tintouin. Ce sera très compliqué pour le Qatar qui n’a de frontières terrestres qu’avec l’Arabie Saoudite, si cela dure. Les supermarchés étaient hier pris d’assaut (par ceux qui ont de l’argent)(donc pas les ouvriers qui construisent les stades de la Coupe du monde).

    D’emblée, on voit que c’est bidon, car aucun Etat sérieux n’a embrayé. Le Qatar est blindé d’accords avec maints Etats dans le monde, pour le gaz et les investissements, et pas un n’a bronché. Seuls les abrutis du FN ont relayé l’appel de l’Arabie saoudite...

    Le Qatar est membre de la coalition US contre Daech, et le restera. Il accueille la plus grande base militaire US de la région, et rien ne va changer.

    Le Qatar, qui a la hantise de devenir un satellite saoudien, a toujours joué la carte d’une certaine indépendance et d’une visibilité internationale, qui s’illustre avec le succès de la chaine Al Jazzera. Vis-à-vis de l’Iran, le Qatar en a fait un peu plus, car les deux Etats doivent cogérer une importante réserve gazière of-shore. L’Arabie saoudite tente donc un acte d’autorité, qui va être invalidant pour le Qatar… mais qui est – une fois de plus – une aubaine pour l’Iran, voyant voler en éclat le bloc sunnite du golfe persique.

    La participation de l’Egypte est très éclairante sur les ambiguïtés politiques. L’Egypte n’a pas d’intérêt dans le golfe persique, mais elle a grand besoin des financements saoudiens. Surtout, le Caire a trouvé une aubaine pour agiter l’épouvantail de la confrérie des Frères musulmans. Dans l’Egypte dictatoriale et pro-occidentale de Moubarak, la seule opposition se trouvait dans la solidarité sociale, avec les Frères musulmans. Moubarak renversé, avec le soutien qatari, le pouvoir est revenu à la seule force organisée, la confrérie, et, deux ans plus tard, pour renverser l’élu démocratique qu’était Morsi, Al Sissi a repris les rengaines de la guerre contre le terrorisme : les Frères musulmans n’étaient plus les vainqueurs des élections, mais un groupe terroriste. En participant à la marginalisation du Qatar, Al Sissi s’inscrit donc dans une continuité. Al Sissi serait-il d’accord pour organiser des élections libres en Egypte ? Trop drôle, si ce n’était pas tragique.

    Pour les Saoudiens, l’approche est différente. Les Frères musulmans constituent une menace redoutée car ils acceptent de s’impliquer dans les enjeux sociaux et l’exercice du pouvoir. Ce qui explique que le Hamas, mouvement de la résistance palestinienne, puisse avoir des installations à Doha, chose impossible à Ryad. Il faut bien avoir en tête que la royauté saoudienne ne repose sur rien, à part un montage britannique, entretenu par les US et l’argent du pétrole. Cette royauté est une construction de bouffons. Et elle vénère les salafistes, pour lesquels la question religieuse ne doit avoir aucun lien avec le pouvoir, et se rester indifférente de l’idée démocratique. Le salafisme n’est pas soigné en Arabie saoudite pour des motifs religieux, mais pour des raisons politiques : les croyants doivent se focaliser sur le religieux, et se désintéresser du pouvoir,… ce qui sauve la royauté. Les Frères musulmans s’implantant en Arabie saoudite, le régime serait par terre en quelques années. Ce alors que la sincérité des élections iraniennes a été saluée jusqu’en Europe.

    Bon. Comment se résoudra la crise, on verra. En attendant, ce soir, l’Iran constate l’éclatement du front sunnite du Golfe persique, et des Frères musulmans amenés à s’impliquer davantage dans le jeu politique, en s’écartant plus encore des salafistes.

    Si Trump avait voulu renforcer la place de l’Iran, il n’aurait pu faire mieux. Volontaire ou non ?

  • Trump quitte sans contrainte l’Accord de Paris… qui n’était pas contraignant !

    Hier soir, en deux minutes, Trump a pu piétiner l’accord de Paris, du 12 décembre 2015, pourtant signé par les Etats-Unis (Amérique du Nord, Territoire indien occupé), sans le moindre risque juridique. Tous les braves gens hurlent et dénoncent, mais pas un ne pose la question : comment est-ce possible, vu que c’est un traité international, ratifié par les États, et ayant force contraignante ? Et bien c’est possible car la réalité juridique est différente : ce n’est pas un traité, et cet accord n’est pas contraignant.

    - Donc, ça a été une mise en scène, pour se fiche de nous

    - Oui, tout à fait...

    - Mais une telle duperie, c’est pas moral…

    - T’as raison, demande à Bayrou d’ajouter ça dans sa loi de moralisation.

    climat,traité,droit international,us

    Un traité contraignant, c’est facile à identifier : après signature par les chefs d’Etat, le texte est ratifié par les Parlements ; sur le plan technique, les termes sont précis, et il est prévu un mécanisme de sanction en cas de manquement. Toutes choses qui n’existent dans l’accord de Paris,… mais impossible de le faire entendre vu la force de la propagande. C’était le leitmotiv dans toute la presse : « La COP21 s’est achevée, samedi au Bourget, par l’adoption d’un texte universel et contraignant pour lutter contre le réchauffement climatique ». Fabius avait fièrement affirmé ce caractère contraignant, versant sa larme attendrie vu cette contribution permanente au bonheur de l’humanité. Il était tout mignon entre Hollande et Ban Ki-moon, pour vanter cet accord « juste, durable, dynamique et juridiquement contraignant ». Du pur enfumage, pour un mec qui alors – rien de moins – visait le Nobel de la Paix.

    On a vu hier ce qu’il en était de la contrainte… CQFD.

    Cet accord n’était pas contraignant : ce n’était pas un Traité, il laissait des objectifs flous, et il ne prévoyait ni mécanisme coercitif, ni sanction pour les pays qui ne respecteraient pas le texte.

    Le protocole de Kyoto, le texte d’origine, demandait que soit mis en place un « comité de contrôle du respect des dispositions », et des mécanismes de sanction. Tout est passé à la trappe.

    Depuis le premier jour, ce sont les États-Unis qui foutent le bazar. Mais comme ce sont nos grands amis, éternels et bienfaiteurs, impossible de le dire. Le prix de notre servilité devant l’impérialisme US.

    On a d’abord retenu le terme flou d’« accord » pour ne pas entrer dans la catégorie stricte de « traité », ce qui aurait imposé une ratification par le Congrès étasunien, impossible. Obama a approuvé l’accord par un executive order, une forme de décret présidentiel, pour éviter les parlementaires. Trump a donc utilisé la même forme pour se casser, et tchao.

    Ensuite, il y avait eu, le matin de la clôture, un grand coup de chaud des US, découvrant que la version finale du texte retenait le mot shall (on doit) et non pas should (On devrait). Catastrophe avec le paragraphe 4 de l’article 4 de la version précédente. Il était alors écrit que « les pays développés doivent continuer à être en première ligne pour mener à bien des plans nationaux de réduction d’émissions de gaz à effet de serre ». Vous voyez le drame ? Eh bien, même pour cette formulation, la délégation US, conduite par John Kerry, avait imposé d’utiliser le conditionnel, et tout le monde s’était couché.

    - Un accord contraignant rédigé au conditionnel ?

    - Et oui…

    D’ailleurs, avant la conférence, John Kerry avait été clair, lors d’un entretien au Financial Times, assumant la rupture avec Kyoto : « Ce ne sera certainement pas un traité. Il n'y aura pas d'objectifs de réduction juridiquement contraignants comme cela avait été le cas à Kyoto ». Et pourtant, la légende française a prospéré. La duperie dans la politique, comme mensonge d’État…

    Le discours depuis hier, c'est qu'il n'y a rien à renégocier. Sans doute rien à renégocier sur le fond, mais à l'évidence, il est nécessaire de modifier l'accord pour en faire un véritable traité, supprimer le conditionnel, et mettre en œuvre les procédés contraignant prévus par le protocole de Kyoto et demander aux parlements nationaux de le ratifier. Les paroles sont belles, et quasi-grandioses, mais si on ne transforme pas l'accord informel en traité, on se fiche du monde.

  • Trump : Quid, à part l’argent des armes ?

    A Riyad, devant les chefs d’État à majorité sunnite, dans un discours annoncé, Trump a mis sur un pied d’égalité l’Iran et Daech… Important ? non, idiot et pitoyable : Trump est incapable de remettre en cause l’accord sur le nucléaire iranien, comme il l’est de monter au Moyen-Orient une opération militaire sérieuse. Ses discours sont juste des mots pour bercer de bonheur ceux qui attendaient ces mots… et les convaincre de signer 380 milliards de commandes aux US. Sur le fond, rien ne changera.

    Obama ne s’était résolu au grand recul US que parce qu’il y était obligé, parce que l’uniforme US est devenu un repoussoir absolu dans cette grande région. Dans les populations arabes - bien différentes de leurs dirigeants - les horreurs s’appellent la Palestine, l’Afghanistan, l’Irak, la Libye, le Yémen : chaque fois les États-Unis - au nom de la démocratie - ont agi en toute impunité pour déstabiliser ces États, ouvrir la porte aux massacres, briser les familles, et ruiner les économies. La Russie, qui en Syrie a mis fin cette gangrène, ne permettant d’évolution qu’au sein des États, par le jeu politique, engrange chaque jour des soutiens. Regardez l’Égypte qui devient alliée de la Russie. Ça vous plait ou ça ne vous plait pas, mais c’est comme ça.

    Trump ? Il s’était déjà ridiculisé par sa frappe du 7 avril 2017, avec des tomawaks en solde, sur la base aérienne de Shayrat, qui avait été avertie et était désertée. Aujourd’hui, ce xénophobe patenté, poursuivi par un procureur spécial, passe le grade de grand guignol en chef avec ses discours de Ryad et Jérusalem, qui ne sont que du spectacle. Vraiment, compter sur le soutien de Trump pour conduire sa politique, il n’y a plus que le roi Salmane… et Abbas pour gober une telle illusion.  

    chartoftheday_4605_la_france_septieme_budget_militaire_mondial_n.jpg

    Entretien avec Talal Atrissi

    A lire ci-dessous l’entretien de Talal Atrissi, sociologue libanais, avec Suzanne Baaklini, publié dans L’Orient - Le Jour.

    À quoi attribuez-vous cette véhémence contre l'Iran et le Hezbollah dans un sommet principalement axé sur la lutte contre le terrorisme ?

    À mon avis, cette véhémence dans les propos répond à une demande saoudienne. Ce qui intéresse le président américain (NDLR : étasunien), ce sont les contrats qu'il a signés pour des centaines de millions de dollars, sans compter qu'il n'a personnellement pas de problème à tenir ce langage à l'encontre de l'Iran. Mais pour ma part, c'est une phrase qui a retenu mon attention : en substance, Donald Trump a fait comprendre aux Saoudiens qu'il les soutient dans leurs combats, mais qu'il ne va pas les mener pour eux. En d'autres termes, les Américains ne vont pas envoyer leurs soldats combattre les Iraniens.

    En fait, c'est comme si le président américain a donné aux Saoudiens ce qu'ils attendaient de lui. Pour ces derniers, le principal apport de cette visite est d'inverser la tendance qui avait prévalu lors du mandat de Barack Obama, et qui était de créer un équilibre entre l'Arabie saoudite et l'Iran par le biais de l'accord nucléaire. Même Donald Trump avait critiqué les Saoudiens avant son élection. Mais actuellement, ce qui l'intéresse, ce sont les contrats qui lui permettront de reconstruire l'infrastructure dans son pays. D'ailleurs, on peut constater que malgré les déclarations incendiaires, il n'a rien affirmé de spécifique, comme demander un changement de régime en Syrie par exemple.

    Et pour ce qui est du Centre de lutte contre le financement du terrorisme, je me demande quel est son objectif. Rappelons qu'il existe déjà une alliance internationale contre le terrorisme et l'Arabie saoudite elle-même avait créé une institution ayant un rôle similaire. Quel besoin donc d'un nouveau centre ? À mon avis, il n'aura pas de réelle efficacité.

    Durant le sommet, il a été question d'assécher les sources de financement du terrorisme. Si on joint cette déclaration aux attaques dirigées contre l'Iran et le Hezbollah, peut-on penser que de nouvelles sanctions sont envisagées contre l'Iran ?

    De nouvelles sanctions contre l'Iran sont parfaitement possibles et il n'est pas étonnant que l'administration américaine actuelle les envisage. Mais il est désormais clair que Donald Trump ne peut pas annuler l'accord sur le nucléaire, bien qu'il puisse le freiner. On en voit souvent des signes, comme l'hésitation de compagnies européennes à collaborer avec l'Iran en vertu de cet accord, par exemple.

    Pour ce qui est d'éventuelles sanctions contre le Hezbollah, je ne crois pas qu'elles s'avéreront très efficaces. À titre d'exemple, le président du conseil exécutif du Hezbollah Hachem Safieddine a été placé sur la liste des personnalités terroristes aux États-Unis, mais l'impact sur lui sera très limité en réalité.

    Une réaction iranienne qui aurait des répercussions sur la stabilité du Liban est-elle à craindre ?

    Je ne crois pas du tout que le problème se pose en ces termes. Des événements régionaux plus graves n'ont pas mis la stabilité du Liban en danger. D'ailleurs ni l'Iran ni le Hezbollah n'ont un quelconque intérêt à voir ce pays se déstabiliser.

  • Trump et le déclin de l’Empire US

    32849.jpgImprévisible, contradictoire, ignorant… et tellement petit… Trump accélère la chute US, et ça, ça fait plaisir à voir.

    La journée d’hier commence par les résultats des élections en Iran. Même les plus acharnés adversaires du régime n’ont rien trouvé à redire sur la campagne, le déroulé des élections et le résultat. Forte participation, et victoire du camp réformiste de Rohani, avec la ville de Téhéran qui bascule.

    Six mois après l’accord sur le nucléaire, l'UE avait en janvier 2016 levé ses (illégales) sanctions économiques et individuelles, et hier, Federica Mogherini, patronne de la diplomatie européenne, a salué le processus : « Les Iraniens ont pris part avec passion à la vie politique de leur pays. Je félicite le président Rohani pour le clair mandat reçu. L'UE est prête à continuer à travailler pour la pleine mise en œuvre du Plan d'action global commun, l'engagement bilatéral, la paix régionale et la satisfaction des attentes de tous les habitants de l'Iran ».

    Au même moment, Trump appelait la quarantaine de pays à majorité musulmane sunnite à « isoler l’Iran », avec  cette fine analyse :  « Du Liban à l’Irak en passant par le Yémen, l’Iran finance, arme et entraîne des terroristes, des milices et d’autres groupes terroristes qui répandent la destruction et le chaos à travers la région. En attendant que le régime iranien montre sa volonté d’être un partenaire dans la paix, toutes les nations dotées d’un sens des responsabilités doivent travailler ensemble pour l’isoler ».  Retour de la bataille du bien contre le mal, merci de choisir votre camp...

    Il faut dire que l’excellent Trump parlait depuis Ryad, une capitale de la démocratie, du respect du droit – notamment des femmes -, un régime qui n’a jamais entretenu le moindre lien avec les familles du terrorisme, et qui ne plaide que la modération et l’ouverture d’esprit en religion… Un nirvana de paix et de décontraction sociale.

    Il faut dire aussi que l’excellent Trump devait faire des risettes aux barbus car il venait de leur faire signer pour 380 milliards de dollars de contrats, dont 110 d’armement, du jamais vu. Des ventes tous azimuts pour calmer l’establishment US qui a engagé les grandes manœuvres contre lui, en désignant un procureur spécial pour enquêter sur ses liens avec la Russie.

    Bref, tout ceci témoigne de la grandeur d’un homme politique, affirmant de hautes vues stratégiques, à long terme. Le même Trump qui s’est ridiculisé dans sa précipitation à publier des décrets anti-muslim, bloqués par un juge fédéral, et par son illégal et inefficace bombardement en Syrie, qui en a fait un clown international.

    Demain il sera en Israël et dans les territoires occupés de Palestine, pour proposer un plan de paix inepte, qui ne fera qu’aggraver la situation. Et ainsi de suite.

    Bon, mais bien sûr, tout ceci c’est de la faute de l’Iran.

    Le recul des États-Unis est inéluctable, et on le voit s’accélérer sous nos yeux. Les États-Unis ne parviendront pas tous les ans à refiler 110 milliards d’armes à l’Arabie Saoudite, ni ailleurs. Aussi, ce petit pays – 5% de la population mondiale – va devoir gérer l’écroulement de ses budgets militaires, la charge de sa dette et les tensions sociales qui s’enchaîneront, ce au milieu de grands moulinets diplomatiques.  

    L’Europe, sous domination de l’OTAN – OTAN qui met la pression pour prendre le relais militaire – va se montrer fébrile et velléitaire, car la partie lui échappe. Dans un monde qui a besoin de paix, c’est-à-dire de stabilité des États dans leurs frontières, les années qui viennent montreront que les sages sont la Chine et la Russie, mais aussi l’Iran. On en reparlera.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu