Avertir le modérateur

Histoire

  • Macronie : Pénicaud dans le prochain plan social

    Business France est une agence d’État créée en 2015, par la fusion d’anciennes structures en échec : en gros, il s’agit avec l’argent du budget de l’État de faire la pub à l’international pour les entreprises françaises bien dans la ligne du parti. Je souligne : l’argent public doit être dépensé pour la publicité des entreprises, et pas pour les ministres de tutelle (Économie et Affaires étrangères). En mai 2014, a été nommé directrice la sympathique Muriel Pénicaud. Remarque au passage : on nous la présente comme chef d’entreprise, alors que, nommée par El Blanco, elle gérait une agence d’État… Pourquoi pas.

    Le 6 janvier 2016, à Las Vegas (Amérique du Nord, territoire indien occupé), était organisé un happy few pour bourrés de fric, le Consumer Electronics Show. 500 personnes « qui ont réussi », parquées dans un hôtel de luxe XXL, pour une soirée de salamalecs.

    12782371.jpg

    D’où l’idée du Sinistre de l’Économie de l’époque : un viron là-bas, et se faire un max de pub, style la nouvelle économie : Macron décide d’aller se vendre lors de cette opération de pub, soit 1% pour les entreprises françaises, et 99% pour lui.

    - C’est donc le ministère qui va payer ?

    - Non, ça va être l’agence !

    Le premier schéma est modeste : un aller/retour, avec une salle mise à disposition sur place.  

    Pas si mal, mais pas à la mesure du destin du Sinistre : on s’enflamme, et le budget explose.

    Problème : l’idée de cette virée est de la mi-décembre, et il est impossible de réaliser le raout, car il faut passer par un appel d’offres. Donc, c’est mort. Sauf que la compréhensive Pénicaud passe outre, et confie organisation la virée de Macron à Havas sans appel d’offres, alors qu’on est à 400 000 € : le double du seuil légal (Ordonnance n° 2005-649 du 6 juin 2005). La facture sera de 381 759 €, hors frais d’hôtel (de l’ordre de 60.000 €, à vérifier) mais ça râle tellement en interne que Havas limite sa réclamation à 290 000 €, somme acceptée le 28 février.

    Les comptables renâclent, car l’opération reste irrégulière de A à Z, vu l’absence d’appel d’offres et le montant exorbitant de 400.000 € pour une soirée à la gloire du Sinistre. Dans les cordes, Pénicaud est obligée de mandater Ernst & Young en mars 2016 pour un audit… qu’elle finit par faire examiner par le conseil d’administration en décembre 2016… un an après !

    Audit catastrophique, que Pénicaud est obligée de transmettre à Sapin, le nouveau sinistre, avec beaucoup de retard, car les conclusions confirment ce que tout le monde sait : « La commande de la prestation Havas est susceptible de relever délit de favoritisme » et les auteurs pointent des « dysfonctionnements susceptibles d’engager la responsabilité de leurs auteurs ».

    L’Inspection générale des finances appuie par sa propre, enquête, et le 13 mars 2017, le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire sur ces soupçons de délit de favoritisme. Là-dessus, suivent deux perquisitions chez Business Service et à Havas, ce 20 juin, et les enquêteurs trouvent des kilos de mails, à partir de la boîte mail de Fabienne Bothy-Chesneau, qui était la personne opérationnelle dans cette affaire.

    Or, Libé publie hier des documents montrant que Pénicaud s’est permis de présenter au conseil d’administration une synthèse qui truandée le texte de l’audit, laissant entendre qu’un appel d’offres avait eu lieu.

    Et le JDD a publié un mail du 11 décembre 2015, signé de Fabienne Bothy-Chesneau : « Muriel, briefée par nos soins, ne fait rien. Donc elle gérera aussi quand la CDC [Cour des comptes] demandera des comptes, ce ne sera pas faute d’avoir dit et redit. »

    Penicaud, qui rêvait de zigouiller un Code du travail - qui n’est fait que pour embêter 95% des entreprises, - va devoir étudier tout cela de loin. Et si elle ne sait pas comment rédiger sa lettre de démission, je lui conseille de contacter Sylvie Goulard, François Bayrou ou Marielle de Sarnez, qui ont de l’expérience.

  • Révisionnisme : Inadmissible silence sur les propos de Netanyahu

    Combien de personnes peuvent, sans soulever les montagnes de la réprobation, déclarer : « Hitler ne souhaitait pas exterminer les juifs » ? Combien ?... Oui, j’ai vu, il y a eu des protestations, mais vraiment, cela a été le service minimal. Faites une recherche sur Internet, et vous verrez que la pêche est maigre.  

    Cette déclaration est majeure, d’autant plus qu’il y a récidive, et intention.

    Benjamin Netanyahu prenait la parole mardi, devant le 37° congrès sioniste mondial à Jérusalem. Il est donc en fonction de chef de gouvernement, et s’exprime tranquillement à la tribune. Et là, il relate une rencontre survenue, selon lui, en novembre 1941, entre Haj Amin al-Husseini, un haut responsable musulman de Jérusalem, et Hitler.

    « Hitler ne souhaitait pas exterminer les juifs à cette époque, il souhaitait les expulser. C'est alors que Haj Amin al-Husseini est allé à la rencontre d'Hitler et lui a dit : « Si vous les expulsez, ils débarqueront tous ici ». Et Hitler de l’interroge : « Que devrais-je faire d'eux ? ». Et le mufti de répondre : « Brûlez-les ».  

    En 2012, devant le Parlement israélien, Netanyahu avait déjà défendu cette thèse :« Haj Amin Al-Husseini fut l’un des architectes de la solution finale. Il s’était rendu à Berlin. Il avait fait pression et imploré Hitler, et le persuada plus que quiconque de conduire la solution finale. Ne pas laisser les juifs partir de peur qu’ils ne viennent ici, mais les annihiler, les brûler. »

    Tout ceci relève du pur révisionnisme historique. Vous trouvez les mises au point nécessaires ici ou .

    Ne vous laissez-pas endormir par le silence qui a accueilli ces déclarations. Motif de l’indulgence en France : il ne conteste pas le bilan, les 6 millions de morts, donc la loi Gayssot est respectée, dormez braves gens… C’est grave, très grave : « Hitler ne souhaitait pas exterminer les juifs »… Balancer des trucs pareils… Ca me cisaille.

    Il va falloir étudier, avec le recul nécessaire, quelles seront à terme les conséquences de cette déclaration révisionniste et intentionnelle.

    Aujourd’hui, je veux juste que les faits soient bien fixés, et notamment par le texte officiel du discours publié sur le site du gouvernement : « Hitler didn’t want to exterminate the Jews at the time, he wanted to expel the Jews ».

    ob_48601c_87887500-p.jpg

  • Royaume (dés)uni : Quand la famille royale dealait avec les nazis

    The Sun de ce 18 juillet publie de bien jolies images datant de 1933 ou 1934 de la famille royale faisant, dans la joie et la bonne humeur, le salut nazi, avec la future reine, sa sœur, la princesse Margaret et leur oncle, le futur roi Edouard VIII.

    La future reine avait 6 ou 7 ans, et cette photo ne permet évidemment de lui imputer aucun tort. Disons simplement qu’elle a eu de la chance, parce que si elle avait été arabe et habitant près de Nice, elle se serait trouvée convoquée chez les flics pour apologie…

    Le gros marlou, c’est d'Edouard VIII, qui fut roi à peine un an, en 1936, et qui avait dû abdiquer. Le motif public était qu’il voulait épouser une femme divorcée, mais en fait cette affaire de cœur a été instrumentalisée pour virer le mec, qui était franchement pronazi. L’ex-roi n’avait ensuite cessé de combiner avec les nazis, rencontrant Hitler en Allemagne en 1937, se déchaînant pendant l’attaque allemande, et s’impliquant dans les pires réseaux en rêvant d’une capitulation britannique, qui le ramènerait au pouvoir, comme roi frère des nazis. Intriguant donc contre son pays et sa famille, restée à Londres, exemplaire. 

    Voici ici une émission de France Inter, et là l’excellent documentaire de Gaël Chauvin « Edouard VIII, le roi nazi ». Beaucoup de choses à apprendre…

    0bdc2185fc3a798b65262c9ca619ad5e.jpg

  • Rome, un monde à part ?

    Le taxi te pose devant le Palais du Quirinal, fantastique ambiance avec les mouettes jouant avec les douceurs du soleil couchant, tu fais quelques pas en descendant de cette esplanade et tu te retrouves devant la Fontaine de Trévi – en travaux, elle n’en sera que plus belle. Trois ruelles plus tard, avec les débordements de terrasses joyeuses de restaurants qui ne t’alignent même pas – bien des cartes sont entre 10 et 15 € – te voici devant ce mythique Panthéon, et encore quelques pas dans ces rues de charme, où l'on se sent si vite si bien, et c’est la Place Navone. Surfait ? Be cool…. Le cadre urbain est inégalable, et si les artistes qui exposent ne dopent pas trop la création, ça reste très sympathique. Et les amoureux se faisant tirer le portrait par les dessinateurs de la Place Savone, c’est quand même un joli petit luxe.

    Mes amis italiens me disent que rien ne va, que les services publics coincent, qu’il n’y a pas top d’antidote face à la désindustrialisation, que la politique patauge comme rarement…

    Oki. Le centre de Rome by night n’est pas Rome. Mais, un p’tit tour dans ces rues dessinées par des artistes, avec les façades patinée par l’âge, au milieu de tous ces gens qui comme vous passent un bon moment, ça fait beaucoup de bien. On sent de la joie,… et les Italiens savent accueillir. 

    maxresdefault (1).jpg

    rome-pantheon-at-night-10292012-13218_horiz-large.jpeg

    piazza_navona1_g.jpg

  • Panne mémorielle au Panthéon : La cérémonie se fera devant des cercueils vides

    Le président casqué rêve de porter le costume du président, et pour ce faire, il lorgne du côté de la gamelle de Mitterrand, genre « personne ne m’aime, mais vous allez voter pour moi, car je suis le seul qui tienne la route ». Oki. Sauf qu’il y a un monde entre un littéraire et un 8° bureau de la Cour des Comptes.

    1627193_3_3a17_a-jarnac-le-8-janvier-sur-les-traces-de.jpg

    Peu importe pour le rescapé du Sofitel Manhattan. Tout de go, le voilà rêvant de remonter la rue Soufflot (câlez-vous à 4:00) pour briller comme Tonton au Panthéon, sur une mise en scène de Jack Lang et en compagnie de Roland Dumas.

    6a00d8341c710a53ef0154347cfbec970c-800wi.jpg

    Ainsi, alors que personne ne lui demandait rien, Hollande le 21 février 2014, avait annoncé l'entrée au Panthéon de quatre figures de la Résistance : Pierre Brossolette, Jean Zay, Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle-Anthonioz. Pourquoi pas ? Ces quatre sont des grands… Personne n’avait ressenti une attente massive du pays pour cette glorification, et chacun voit le message réducteur entre les bons et les méchants que veut vendre ce soldeur de consensus, mais bon… En panne politique, le « gouvernement » est dans la course à l’émotion fédérative, alors…


    Tout le problème est que, comme les sales gosses, ce « gouvernement » décide avant de réfléchir, ce qui est fâcheux.


    Alors que le transfert des dépouilles au Panthéon, qui suppose l’abandon de la sépulture, relève de l’intimité du choix des familles, notre président casqué avait annoncé la chose… avant d’en parler aux familles.


    Et vlam ! Les familles ont réagi comme nous l’aurions tous fait : le cirque du quartier latin de Paname, on s’en tape. Elles ont fait savoir que les dépouilles de Germaine Tillion et de Geneviève de Gaulle-Anthonioz resteraient respectivement aux cimetières de Saint-Maur-des Fossés et de Bossey. Les sépultures sont protégées par les droits de la personnalité, et ça se joue en famille. Donc, tu fiches la paix aux cadavres. Oki ?


    En toute logique, le « gouvernement » aurait dû renoncer, car que signifie le transfert des dépouilles s’il n’y a pas de transfert des dépouilles ? Mais la fatalité mémorielle du président de souche a fait le reste : le Panthéon accueillera des cercueils neufs et vides… Pour achever cette farce médiatique, il sera disposé dans chaque cercueil « une petite urne contenant de la terre prélevée sur les tombes ».


    On résume ?


    Le président casqué invente de toutes pièces un scénario de gloire nationale, qui sombre dans le ridicule le plus achevé. L’homme de la Gauche moderne, dont la main gauche tremble, explique qu’il a peur de Le Pen. Le Pen, on verra,... mais pour le moment, ce sont eux qui nous font peur. 

    Its_My_Life_by_3mens.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu