Avertir le modérateur

Actualités du droit - Page 5

  • Les Républicains, prix Nobel de la girouette

    coq6.jpgGrandiose : un virage à 180°, par vents contraires et avec le sourire. Encore une fois, il faut remercier les merveilleux scénaristes de cette présidentielle. Comme le disait Edgar Faure, « ce n’est pas la girouette qui tourne, mais le vent ».

    Dimanche, ils étaient tous fous furieux contre Fillon, qui avait appelé à manifester contre la justice, avec le spectacle affligeant d’un candidat se précipitant pour obtenir la précieuse immunité présidentielle, alors que sa femme et ses enfants resteront justiciables de droit commun. Par paquets entiers, ils démissionnaient et larguaient les amarres, devant un Fillon qui sentait le gaz. Dimanche, Fillon, par son aveuglement, allait donner la victoire à Le Pen. Lundi, par sa lucidité, il était devenu le rempart contre Le Pen. Et lundi tout va bien. 

    - Dimanche à 15 heures, personne ne voulait être sur la photo, et lundi à 19 heures ils se précipitaient tous pour être sur la photo ?

    - Eh oui… Pas tous : Juppé était dans la très belle ville de Bordeaux.

    Gardons cela comme un précieux souvenir,… toute cette espèce de cornichons cravatés, retournés comme une crêpe. C’est un cas rare de girouette collective.

    En réalité, ils s’en fichent.

    Ils s’en fichent d’abord parce que, à part une extrême minorité qui aspire à être ministre, les gros bataillons sont des élus locaux qui demandent seulement à être tranquilles dans leur circonscription.

    - Je suis tranquille pour l’investiture et je peux être réélu quand les eaux de la droite sont hautes, pourquoi aller chercher plus loin ?

    Ils s’en fichent ensuite parce qu’ils savent que la gauche est en lambeaux. Le vote Macron, c’est une surprise-partie de samedi soir, rien de plus, ça peut s’écrouler. Avec ses méthodes d’apparatchik, le conscienceux, Hamon va s’organiser pour arriver, pas à pas, à un score honorable,… c’est-à-dire au-dessus du score de Jospin, soit 16,18% des voix. Si avec ça, il n’est pas le prochain premier secrétaire du parti socialiste…

    Seule petite nouvelle réjouissante au passage, le fait que Sarko, qui se croyait surpuissant en coulisse, voit son clan s’éclater  et lui perdre les manettes.

    - Tu veux dire que les gens se fichent de ce que je pense ?

    - Oui, tout à fait.

  • Sarko va-t-il réussir à imposer Baroin ?

    Jeu difficile des paris et des suppositions dans notre aussi imprévu feuilleton de la présidentielle, mais on essaie.

    Hier Fillon n’a pas fait un exploit. C’était plutôt correct mais un service minimum. Dire que l’on a réuni 200 000 personnes au Trocadéro,… franchement on ne doit pas parler du même… Et réunir à Paris pour une manif de deux heures, 40 000 personnes un dimanche après-midi,… avec les transports gratuits pour ceux qui n’habitent pas la région parisienne… Non, restons calme, ce n’est pas un grand mouvement populaire. Un coup pour rien, sauf pour montrer son isolement dans l'appareil des Républicains. Comme c’était un meeting contre la justice, je vois avec satisfaction que la justice reste encore bien considérée dans notre pays

    Fillon proclame qu’il a l’investiture, les parrainages qu’il est le seul à pouvoir décider de l’avenir, et il a raison. Il a toute liberté de se retrouver troisième ou quatrième au premier tour, d’être éliminé, d’offrir un tremplin à la gauche ou à Le Pen, et de fracasser les parlementaires aux législatives.  

    Sauf que ça ne se produira pas, car pour 2017, le pouvoir doit revenir à droite.

    Tout conduit à penser que ce lundi matin Juppé va renoncer. Pour qu’il se présente, il faut un minimum de temps pour s’organiser car il doit refonder sa campagne, et il ne peut l’envisager que dans le cadre d’une transmission loyale avec Fillon. On en est loin, surtout avec Sarko aux commandes.

    La seule question est de savoir si Sarkozy va réussir à imposer Baroin. Hier j’ai bien noté que tous les sarkozystes influents étaient absents du Trocadéro, sauf un seul : le Baroin, qui a fait de jolies photos avec Monsieur et Madame Fillon. Qui peut imaginer qu’il soit venu sans les consignes de Sarko ?

    Alors imposer un Baroin, transparent et mollasson, pour en faire un obligé et mieux le manipuler pendant cinq ans ?

    Demain, nouvel épisode du feuilleton…

  • Roberto Menescal et Wanda Sá, Belo Horizonte, 2005

    Splendeur de la bossa-nova, par deux très grands musiciens brésiliens Roberto Menescal et Wanda Sá, depuis Belo Horizonte, des profondeurs du très grand Brésil. Puissante, si subtile, enveloppante... Laissez tout tomber, il reste juste à admirer.  

    maxresdefault.jpg

  • Ibrahim Maalouf, un petit cochon ?

    handshake-respect.jpgMais qu’est-ce que les mecs ont dans la tête ? Où plutôt, qu’est-ce qu’ils n’ont pas ?

    Cette affaire date de décembre 2013. Une collégienne, quatorze ans, alors en classe de 3eme, obtient un stage « découverte » auprès d’Ibrahim Maalouf, avec une semaine en studio à Ivry-sur-Seine. Tout va bien,… mais en fait pas du tout : le musicien pète les plombs, embrasse la jeune stagiaire sur la bouche, et lui adresse plus tard un SMS lui demandant une photo d'elle nue… Quatorze ans… Lui était âgé de trente-trois.

    Les parents découvrent le texto, contactent Ibrahim Maalouf, qui patauge et présente des excuses. Les parents sont prêts à passer à autre chose, mais la jeune fille va mal, marquée par ces faits, et les parents déposent plainte en janvier 2016.

    Un an plus tard, ce mois de janvier, Ibrahim Maalouf est entendu par la Sûreté territoriale du Val-de-Marne, sous le régime de la garde-à-vue. La procureure de la République de Créteil, Laure Beccuau, a confirmé l’existence de l’enquête et la qualification retenue, à savoir atteinte sexuelle.

    Atteinte sexuelle, l’infraction prévue par l’article 227-25 du code pénal, c’est franchement la honte : « Le fait, par un majeur, d'exercer sans violence, contrainte, menace ni surprise une atteinte sexuelle sur la personne d'un mineur de quinze ans est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende ». Une infraction pas simple à lire : la fille était consentante, parce qu’elle n’a pas été violentée et ne s’était pas débattue, mais comme elle a moins de quinze ans, son consentement ne fait pas disparaitre le caractère délictuel de cet acte sexuel. Donc, en dessous de quinze ans, tu fiches la paix aux gosses. Et on bascule en un instant sur la qualification d’agression sexuelle, en démontrant que le consentement de la fille de 14 ans, stagiaire, devant son idole, a été surpris.

    D’ailleurs, la Procureur a précisé que dans « un état psychologique compliqué », l'adolescente, « qui était dans une relation d'admiration face à son idole », doit être à nouveau entendue « pour l'interroger sur les déclarations de l'artiste».

    A part çà, Ibrahim Maalouf vient d’être honoré d’une Victoire de la Musique et d’un César.

    Si le mec reconnait et dit qu’il se soigne, admettons. Sinon, faut pas m’en vouloir, je suis sûrement trop vieux jeu, mais s’en prendre aux gosses, ça me débecte.

  • Fillon : Au Trocadéro, pour la cérémonie des adieux

    51faqY02-AL._SX299_BO1,204,203,200_.jpgAh, quel feuilleton cette présidentielle ! Personnages iconoclastes, retournements de situation, incertitudes et suspens jour après jour, redistribution des cartes, retour des éliminés,... franchement le spectacle vaut le détour. Je crains juste que cela ouvre une crise pour le cinéma, car la concurrence est vive.

    Il faut souhaiter que, à droite comme à gauche, on fasse le bilan catastrophique des primaires, qui jouent surtout comme des flatteries de l’opinion, pour revenir à une élection contrôlée par les partis. Nous aurons l’occasion d’en reparler, mais revenons au feuilleton.

    Dans quelques temps, on en saura plus sur ce qui se passe en coulisse ces jours-ci. A prévoir une floraison de livres dans quelques mois…

    Du point de vue judiciaire, c’est du classique. Le Code de procédure pénale, voté par le député Fillon, déroule ses charmes et son efficacité.

    Sur le plan politique, c’est plus obscur, mais on voit qu’aujourd’hui Fillon ne tient plus la maison.

    Pour comprendre, il faut revenir à la primaire de la droite et du centre, qui a traduit un mouvement sincère des électeurs, et a éliminé les deux piliers du parti, Sarkozy d’un côté, Juppé de l’autre. Tant que Fillon était flambloyant, ça allait, maintenant qu’il a des tracas, tout s’écroule, car Fillon n’a pas de forces à lui. Il parle et vocifère, mais il n’est maître de rien, les vrais décideurs étant ceux qui tiennent le parti et ses réseaux.

    Juppé pense que c’est son heure d’être président, car parmi le cheptel actuel, il est le seul à faire la maille, et vu que Sarko tient les rouages de Les Républicains, il n’a jamais engagé le bras de fer, et a toujours joué sur une carte « droite paisible et centre ».

    Sarko sait qu’il ne sera pas président, mais il veut être l’homme d’influence qui tient le parti et le réseau des parlementaires. Pour lui, la vraie échéance, ce sont les législatives, en jugeant qu’une défaite de Fillon n’empêcherait pas forcément un vote majoritaire pour Les Républicains, et en tout cas, ne conduira pas à un écroulement parlementaire, car Macron n’a qu’un maillage territorial de débutant.

    Fillon s’en était remis à Sarkozy pour tenir son discours fracassant d’hier midi. Victoire de l’option sarkozyste : avec Juppé éliminé et Fillon perdant, on voit bien quel aurait été le gagnant de l’opération, et qui détiendrait le vrai pouvoir.

    Problème dès aujourd’hui… car le clan Fillon n’a pas tenu sa langue, et Sarko apparaît comme jouant la perte de la présidentielle pour garder son influence. De plus, le discours sarkozyste de Fillon était tellement violent et lunaire que des pans entiers de l’appareil disent stop. Les élus locaux connaissent leurs électeurs... Dès lors, l’hypothèse la plus probable est le lâchage de Fillon par Sarkozy, par dépit, mais parce que celui qui fera perdre la présidentielle et divisera le parti n’aura plus d’avenir. Or, on peut prendre cela dans tous les sens : le seul candidat crédible de la droite, c’est Juppé. Et Juppé ne s’engagera que s’il trouve un consensus, pour une majorité parlementaire. Bref, si Sarko et Juppé s’entendent sur les investitures aux législatives et les postes-clés du parti, s’en sera fini de Fillon.

    Pour Fillon, la prochaine étape n’est pas la mise en examen, mais dès ce samedi, le rassemblement qu’il a programmé au Trocadéro, pour manifester non pas contre la gauche, mais contre la justice et la presse. Du grand n’importe quoi… De tous côtés, les leaders se défilent, et comme le parti, tenu par le sarkozyste Wauquiez, n’a pas voulu bouger, Fillon a dû s’en remettre à Sens Commun pour organiser cette manif express, c’est-à-dire aux organisateurs de la Manif pour tous, qui sont aussi efficaces... que minoritaires.

    Alors qui sera sur la tribune samedi à côté de Fillon au Trocadéro ? À mon avis, pas grand monde… Poursuivi par la justice, en déchéance dans les sondages, sans troupes et largué par ses amis politiques, Fillon survivra-t-il à la manif du Trocadéro ?  

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu