Avertir le modérateur

Actualités du droit - Page 7

  • Makwala gagne contre les psychorigides

    Le Botswanais Isaac Makwala était venu à Londres pour jouer les finales des 200 m et 400 m, avec un rôle leader, et on attendait le duel avec le Sud-Africain Wayde Van Niekerk. Pour cette année, c’est Makwala qui a fait le meilleur 200 m, avec 19''77.

    Oui, mais voilà.

    Makwala réside à Londres dans l’hôtel où sont apparus une trentaine de cas de gastro-entérite, dont neuf était en cours en début de semaine, une bricole d’infection archi-connue par norovirus. Un truc qui donne des nausées et des diarrhées, dure 48 heures, et qui se soigne très simplement : il suffit d’attendre que ça passe, et de boire un peu, pour compenser la déshydratation. Problème, ça se propage assez bien.

    Et là survient le drame : Makwala a vomi lundi. Aussitôt vu par le médecin de la Fédération botswanaise, qui ne voit rien d’infectieux, juste une réaction assez banale liée au stress..

    Rien à voir, donc. Oui, mais principe de précaution, Makwala s’est trouvé placé en quarantaine pour 48 heures, en vertu des règlements de l'Agence publique de santé britannique (PHE), ce qui l’a privé de la finale du 400 m (Victoire de Wayde Van Niekerk), et des éliminatoires du 200 m, donc de la finale aussi. Problème: il n'y avait en fait aucune quarantaine, Makwala était libre de ses mouvements, et s’est même rendu jusqu’au stade. Un truc de ouf !

    De plus, la Fédération botswanaise, examen médical à l’appui, a soutenu que Makwala n’était pas concerné par le norovirus, affirmant que Makwala n’avait pas été examiné par un médecin de la Fédération internationale. Rien à faire avec les psychorigides du PHE : le règlement, c’est le règlement, et le chef a parlé.

    La Fédération internationale d'athlétisme s’est courageusement planquée, pour attendre que sonne l’heure de mercredi 14 h, date légale de guérison d’une maladie qui n’a jamais existé, et pour sauver la mise, elle a autorisé Makwala à faire son éliminatoire tout seul comme un grand, le mercredi soir, et sur une piste déserte, et en réussissant un chrono de 20’’53 pour se qualifier.Comme quoi, le règlement, c'est le règlement, sauf quand c'est pas le réglement.

    Je vous laisse admirer la course, impressionnante, et le type qui à peine arrivé avec un chrono de 20’’20, enchaine une série de pompes pour montrer qu’il est en forme !

    Rendez-vous demain soir pour la finale du 200, en attendant le relais du 400.

    f8b5ca23e46252cee4f825ddf28d1d72c4d0686c6a1de5a738a4f0e0b93dc8d7_4069824.jpg

  • Le magnifique 800 m de Pierre-Ambroise Bosse

    La finale du 800 mètres masculin des championnats du monde à Londres a été vraiment une course magnifique. Le démarrage de Pierre-Ambroise Bosse à 300 mètres, et cette fin de course… Des années de travail, et un jour, c’est le bon jour. A voir et revoir (en coupant le son, bien sûr…)

    accelerant-a-plus-de-400-m-de-l-arrivee-pierre-ambroise-bosse-a-resiste-a-ses-adversaires-pour-s-offrir-son-premier-titre-mondial-photo-afp-1502225097.jpg

  • Najwa Karam en concert

    Voici une grande soirée libanaise avec ce concert de Najwa Karam, dont la voix parle à tout le monde arabe, une chanteuse qui de plus a les pieds sur terre… Une musique nourrie de la grande tradition, vous allez vous régaler, poussez le son à fond, laisser vous gagner, je vous souhaite un grand moment libanais.

    3614973756832_600.jpg

  • Lilac wine

    I lost myself on a cool damp night
    Gave myself in that misty light
    Was hypnotized by a strange delight
    Under a lilac tree
    I made wine from the lilac tree
    Put my heart in its recipe
    It makes me see what I want to see
    And be what I want to be
    When I think more than I want to think
    Do things I never should do
    I drink much more that I ought to drink
    Because I brings me back you

    Lilac wine is sweet and heady, like my love
    Lilac wine, I feel unsteady, like my love
    Listen to me, I cannot see clearly
    Isn't that she coming to me nearly here?

    Nina-Simone.jpg

    Nina Simone

    600x337_09_helen_merrill_akajele_publici_5881dpi300rgb10000187651.jpg

    Helen Merrill

    553886f594467fe9c94f5b1462959.jpg

    Lizz Wright

    art-Katie-Melua-1-620x349.jpg

    Katie Melua

    eartha-kitt-feat.jpg

    Eartha Kitt 

    anamoura_wide-e8559e297eca079e608602c3de5d193b679f69c7.jpg

    Ana Moura

    jazz

    ... et bien sûr Jeff Buckley

  • La Syrie, le plus grand fiasco de la CIA?, par Maxime Chaix

    Voici un intéressant article, précis et documenté, publié dans Le Devoir de ce 2 août, sous la signature de  Maxime Chaix. Le genre de texte que vous ne verrez jamais dans Le Journal officiel du Quai d’Orsay, encore appelé Le Monde. Heureusement, nous avons la presse canadienne.

    image.jpg

     

    La Syrie, le plus grand fiasco de la CIA?, par Maxime Chaix

    Récemment, le Washington Post a annoncé la fin du soutien des rebelles « modérés » par la CIA, confirmant qu’ils menaçaient de renverser Bachar al-Assad en 2015, mais que cette issue chaotique fut empêchée par l’intervention militaire directe de la Russie cette même année.

    Chaotique, car le chroniqueur du Post David Ignatus vient de souligner dans ce même journal que Washington et ses alliés ne pouvaient proposer de solution politique viable, démocrate et modérée pour remplacer le gouvernement syrien. D’après le spécialiste de la Syrie Charles Lister, qui regrette ouvertement la fin de cette guerre secrète coordonnée par la CIA, l’Agence aurait constitué une force de 45 000 combattants à travers cette opération, dont nous savons depuis janvier 2016 qu’elle a pour nom de code Timber Sycamore.

    Or, comme le rappelle l’universitaire américain Joshua Landis, ces rebelles « modérés » appuyés par la CIA et ses partenaires ont combattu jusqu’en janvier 2014 aux côtés de la milice terroriste qui allait devenir le groupe « État islamique » (EI) six mois plus tard, lors de la proclamation du « califat » par Abou Bakr al-Baghdadi. Ce fait est confirmé par l’expert de la Syrie Fabrice Balanche, qui souligne que « les rebelles n’ont combattu Daech [autre nom du groupe EI] qu’à partir de l’hiver 2013-2014. Avant cette période, ils étaient main dans la main avec cette organisation ».

    Depuis qu’ils ont rompu avec le groupe EI, ces groupes soutenus par la CIA et ses alliés se sont majoritairement coordonnés avec la branche d’al-Qaïda en Syrie, qui s’est appelée le Front al-Nosra jusqu’en juillet 2016, avant de changer de nom et de rompre superficiellement son allégeance au réseau de feu Oussama ben Laden.

    Comme le New York Times le soulignait en octobre dernier, « monsieur Lister et d’autres experts ont déclaré que la vaste majorité des factions rebelles approuvées par les États-Unis à Alep combattaient en pleine ville, et qu’ils pilonnaient massivement les troupes du gouvernement syrien en appui des combattants affiliés à al-Qaïda, qui se chargeaient de l’essentiel des combats sur la ligne de front ».

    Armements

    Plusieurs éléments troublants sont à relever dans cette opération. Tout d’abord, sachant que les États-Unis se revendiquent en guerre contre le terrorisme depuis septembre 2001, appuyer pendant près de cinq ans des groupes qui combattent aux côtés d’al-Qaïda n’a pas semblé poser problème aux décideurs américains et à leurs alliés occidentaux — ce qui est pour le moins déroutant. Et comme l’a pertinemment souligné Joshua Landis, le gouvernement des États-Unis savait depuis le milieu de l’année 2012 que les armes livrées massivement par la CIA et une quinzaine de services spéciaux depuis la Turquie et la Jordanie équipaient principalement des groupes djihadistes, un processus dévoilé par le New York Times en octobre 2012.

    Comme l’auteur de ces lignes avait eu l’occasion de le défendre, le réseau qui a majoritairement bénéficié de ces milliers de tonnes d’armements a été le Front al-Nosra ; ce fut d’ailleurs le cas jusqu’à récemment dans le gouvernorat d’Idleb, dont la capitale vient d’être prise par cette organisation, aujourd’hui rebaptisée Hayat Tahrir al-Cham.

    Ces graves dérives ont été notamment confirmées par le journaliste Gareth Porter, dans un article intitulé « Comment les États-Unis ont armé des terroristes en Syrie ».Comme ce grand reporter l’a souligné, « cet afflux massif d’armes [coordonné par la CIA] vers le territoire syrien, ainsi que l’entrée de 20 000 combattants étrangers dans ce pays —, et ce, principalement depuis la Turquie —, a largement défini la nature de cette guerre », Gareth Porter se référant au vaste réseau de trafic d’armes mis en place par la CIA et ses alliés depuis les Balkans et la Libye, de même qu’à l’acquisition de 15 000 missiles TOW made in USA par l’Arabie saoudite.

    Fabriqués par Raytheon, ces missiles antichars ont été introduits en masse dans ce conflit à partir de 2014, et les pertes infligées aux forces syriennes avec ces armements auraient été le principal facteur de l’intervention russe au début de l’automne 2015.

    Dans cet article, Gareth Porter ajoute que « les armes [injectées par la CIA et ses partenaires dans le conflit syrien] ont contribué à faire de la branche d’al-Qaïda en Syrie […] et de ses proches alliés la plus puissante des forces anti-Assad dans ce pays — et elles ont aussi permis l’émergence de Daech ». Rappelons qu’à l’origine, le Front al-Nosra et le futur groupe État islamique ne faisaient qu’un avant leur scission du printemps 2013, qui déboucha sur une guerre fratricide entre ces deux factions.

    Scission

    En réalité, les combattants majoritairement irakiens de ce qui était alors appelé le « groupe État islamique d’Irak » (EII) ont fondé, à partir de l’été 2011, la milice qui allait devenir le Front al-Nosra en janvier 2012. D’après Foreign Policy, lors de cette scission d’avril 2013, « une large majorité de commandants et de combattants d’al-Nosra en Syrie ne suivirent pas [leur chef Mohammed al-Joulani] » et prêtèrent allégeance au futur « calife » Al-Baghdadi, ce qui aurait représenté « jusqu’à 15 000 combattants sur environ 20 000 », d’après une estimation du chercheur Fabrice Balanche.

    Toujours selon Foreign Policy, « partout dans le nord de la Syrie, Daech s’empara des quartiers généraux d’al-Nosra, des caches de munitions et des dépôts d’armes » durant cette séparation. En d’autres termes, le gigantesque trafic d’armes et de munitions organisé par la CIA pour équiper les rebelles en Syrie a, directement ou non, favorisé la montée en puissance du groupe EI dès janvier 2012.

    Même conséquence pour le versant « formation militaire » de cette opération clandestine de l’Agence et de ses alliés, qui a conduit les Forces spéciales détachées auprès de la CIA à entraîner malgré elles une forte proportion de djihadistes officieusement affiliés à al-Nosra ou à Daech — selon des sources anonymes du SOCOM et de l’Agence impliquées dans ce programme.

    En clair, de nombreux mercenaires anti-Assad recrutés par la CIA ont dissimulé leur appartenance à ces groupes terroristes (ou leur attrait pour ceux-ci), le processus de sélection des combattants étant particulièrement laxiste.

    Bien qu’indiscutablement condamnable, le gouvernement Assad a bénéficié d’un soutien populaire indéniable contre la rébellion, et il s’est maintenu grâce à l’intervention décisive de la Russie, ce qui n’avait pas été anticipé par les stratèges d’Obama. Censées être en guerre contre le djihadisme depuis l’automne 2001, les puissances occidentales ont fait le pari cynique de couvrir et d’aider leurs alliés régionaux dans leur soutien envers des groupes extrémistes éprouvant la même détestation à l’égard de notre modèle démocratique qu’envers l’État syrien laïque et ses alliés russes et chiites.

    Provoquant un véritable désastre humanitaire, la fulgurante montée en puissance du groupe EI en 2014 est en bonne partie la conséquence de cette politique inconsciente et court-termiste, dont l’Arabie saoudite a été le principal financeur — le rôle de nos « alliés » turcs et pétromonarchiques dans l’essor du djihad armé dans cette région (et au-delà) n’ayant d’ailleurs jamais fait l’objet d’une quelconque protestation officielle de la part d’États occidentaux pourtant frappés par le terrorisme.

    Finalement, au regard des conséquences dramatiques de cette ultime guerre secrète de la CIA — que le Washington Post avait décrite en juin 2015 comme étant « l’une [de ses] plus vastes opérations clandestines » —, il n’est pas impossible que les historiens la considèrent un jour comme le plus grand fiasco de l’Agence.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu