Avertir le modérateur

élection

  • Le président du Sénat, un perroquet pas savant

    51H4cjTNciL._SX369_BO1,204,203,200_.jpgComment les prendre au sérieux, même cinq minutes ? Larcher, le président du Sénat, s’est fait rédiger des « éléments de langage » par le Quai d’Orsay avant sa visite en Algérie, qui commence aujorud'hui. Sauf que le document secret a été fuité. Nul, rigolo, désespérant : un peu tout ça à la fois…

    Le président du Sénat, c’est un personnage important de notre divine République. Notamment, c’est lui qui assure l’intérim de la présidence de la République, si le chef d’État n’est plus en mesure de le faire. Vu son rang protocolaire, il est de toutes les grandes manifestations internationales. Donc pour assurer ce type de fonction, on choisit un costaud, avec une solide expérience, et un fin connaisseur de dossiers.

    Bon très bien,… sauf que la petite aventure qui arrive au camarade Larcher est bien décalée, et nous montre un mec plus nul que nul.

    Larcher est parti hier pour une visite en Algérie, et comme manifestement il ne connaît rien des problématiques, il s’est fait rédiger des « éléments de langage » par les services du Quai d’Orsay. C’est du prémâché pour gros bébé !

    Les mecs du Quai d’Orsay considèrent visiblement que le type est une bouse, car ils ont même rédigé le propos liminaire. De la grande et fine littérature : «Je suis très heureux d'être aujourd'hui en Algérie, à l'invitation du président du Conseil de la Nation, que je remercie, ainsi que l'ensemble des autorités algériennes, pour la chaleur de leur accueil».visuel-festival-moulins-a-paroles-2014.jpg

    On trouve ensuite une série de 32 questions-réponses, de telle sorte que le perroquet Larcher va apprendre de jolies formules, et les réciter à la première occasion prenant l’air intelligent.

    Par exemple, s’il y a une question sur la liberté de la presse, Larcher sera prêt à dégainer : «Vous connaissez l'attachement de la France à la liberté d'expression et à la liberté de la presse, comme partout dans le monde. Cela étant, il ne me revient pas de faire acte d'ingérence dans les débats qui concernent l'Algérie et les Algériens».

    Ce qui est également intéressant, c’est de voir les questions posées. Il n’y a aucune vision prospective du rôle que joue l’Algérie comme pôle de stabilité en Afrique, l’un des très rares grands pays à tenir, ou du grand avenir que nous avons avec l’Algérie. Toutes les questions sont sur le thème d’un pays qui ne va pas et qui ne fait que nous poser des problèmes. Et toutes les réponses sont sur le même modèle : comment répondre sans répondre à la question…

    Oui vraiment, comment prendre au sérieux ce personnel politique, qui survit en mendiant nos votes ?  

  • Parti socialiste : Hold-up sur la démocratie

    original-544529-860.jpg« République, valeurs de la démocratie… » c’est matin, midi, soir… Pas intéressant de regarder les chiffres du vote PS pour le Congrès de Poitiers, car même si ça vous parait bien lointain, ce vote veut dire que Hollande sera candidat à sa succession. Un gros consensus au sein du PS, et pas d’alternative : le PS roule pour Hollande 2017.

    Le candidat de la Gauche a donc été choisi hier, un évènement marquant dans la vie démocratique,… euh je veux dire dans une vie électorale rythmée par la présidentielle. Ne pas confondre.

    Voici donc les chiffres :

    - la France, 66 millions d’habitants, dont 45 millions inscrits sur les listes électorales.  

    - les votants PS, 70.000, soit pour la motion A, 40.000.

    En pourcentage, cela fait 0,1% du corps électoral.

    Donc, avec 0,1% des électeurs du pays, tu choisis le candidat à l’élection présidentielle. Et si tu gagnes, tu as la présidence du pays et l’Assemblée nationale pour cinq ans. Après, c’est le jackpot : sur les 63 millions € de financement public, le PS obtient un peu plus de 25 millions, devant l'UMP (18 millions) et le Front national (5 millions). Et pour le financement de la campagne présidentielle, ça sera un ticket de 20 millions €. Ce alors que tu es en échec sur le chômage, la dette et l'économie, et que tu as perdu toutes les élections intermédiaires. 

    Qu'un micro parti - une moyenne de 700 votants par département - puisse présenter un candidat aux présidentielles, c'est remarquable. Tout le problème est que du fait de la rente de financement accordée aux partis en place et du poids des élus locaux, ce micro parti, directement ou indirectement, finance près de 60.000 militants et maintes agences de com', ce qui lui donne des moyens démesurés et parfaitement inégalitaire au regard de son poids réel. C'est un véritable hold-up sur la démocratie. 

    La démocratie électorale, c’est devenu extraordinaire. Je n’ai pas de conseils à donner aux dictateurs, mais franchement, ils gagneraient sans doute à essayer …

  • Droit de vote des étrangers : Faux débat, grosse manip’

    Depuis 1981, c’est la même chanson : la « Gauche » est pour le droit de vote des étrangers aux élections locales pendant la campagne électorale, mais une fois au pouvoir, ce n’est jamais le moment. Que c'est étrange...9782918597384.jpg

    Les arguments sont toujours les mêmes : en 1), il faut changer la Constitution et je n’ai pas la majorité des 3/5 entre les deux assemblées, et en 2) impossible de forcer le chemin, car on va coller la Droite dans les bras de l’Extrême Droite, et ce sera horrible. Donc, chères amies étrangères et chers amis étrangers, sachez que nous vous aimons d’amour, mais d’amour électoral...

    Ces jours-ci, çà repart comme en quatorze. La jeune classe du PS – qui n’a pas un mot à dire sur le massacre social des Roms ou la politique sarkozyste de Valls  (Je rappelle qu'Aubry avait demandé à Valls, qui applaudissait toutes les initiatives de Sarko, de la fermer ou de se casser du PS) – se paie une tribune dans Le Monde (Occidental)  pour dire qu’il faut tenir l’engagement…

    Encore un gros balourd pour faire poids lors du congrès de Toulouse, et arracher quelques précieux postes… Ces minables ont abandonné de présenter une motion alternative, alors ils cherchent à faire les malins avec le vote des étrangers. Ils sont nuls, calculateurs et colonialistes, rêvant d’étrangers qui n’aient que de semi-droits… Genre droit de vote, mais aux élections locales,  et surtout pas d’accès à la nationalité française...  Leur grand rêve ? Blanchir les arabes ! 

    Le problème n’est pas le vote des étrangers, c’est la nationalité française.

    C’est évident, et l’alternative est simple. 1170498_4587497.jpg

    Celui qui vit en France depuis 5 ans, qui n’a pas de casier et qui en fait la demande, doit pouvoir devenir français.

    Celui qui est marié à un conjoint français depuis deux ans, doit pouvoir devenir français.

    Et éliminons toutes les procédures humiliantes, les débiles examens de langue française, et les signatures de chartes (comme si accéder à la nationalité relevait de la logique contractuelle… Ils n’ont aucun principe).  

    Ca n’est pas plus compliqué. Bref, que la « Gauche » rompe avec les lois Pasqua-Sarko et revienne à des conceptions saines de la nationalité.

    Après tout sera clair.

    Celui qui voudra devenir Français le sera dans des conditions honorables, et il aura un droit de vote entier et serein.

    Celui qui ne veut pas de la nationalité française, ce qui est son droit le plus strict, n’aura pas de droit de vote.

    Y a-t-il un système plus cohérent ?

    Sakinna Boukhedenna - Nationalite immigree.jpg

  • Le droit de vote à seize ans

    Si les p’tits gars deviennent de mecs à seize ans, alors il faut reconnaitre le droit de vote à ce même âge. Ce qui boosterait un tantinet notre corps électoral.

    12part.jpgVous avez aimé la série « les schizophrènes dangereux qui menacent les braves gens » ; vous adorerez la série « les délinquants de 12 ans qui sont des caïds à 16 ». Ah, quand tout vous lâche, qu’il est bon de faire du consensus social à bas prix sur le dos des marginaux phantasmés.

    Ce qui me fait d’abord bidonner, c’est de voir à quel point le groupe UMP à l’Assemblée nationale est ramené au rôle de ménagère besogneuse, placé sous la houlette illusoire du technicien de surfaces en chef, le génial Jean-François Copé. Observons. Notre bien-aimé-de-sa-Dame président de la République nomme une mission dirigée par l’un des universitaires pénalistes les plus réactionnaires du cheptel, André Varinard. Situons notre grand professeur. Lyon qui voulait une fac de droite après 1968, a trouvé en Varinard un de ses piliers, bien connu de tous ceux qui ont eu a approcher le phénomène Lyon 3. Toujours dans les clous, certes, et auteur chez Dalloz, certes aussi. Mais confier à André Varinard un rapport sur la délinquance, c’est s’assurer un résultat aussi naturel que demander à Noël Mamère une synthèse sur l’avenir du nucléaire.

    Je ne ferais pas reproche au professeur Varinard de développer ses brillantes analyses répressives. Il assume. Ce qui est tordant de rire, c’est de voir que de partout on considère le rapport Varinard comme la loi votée. Le rapport n’est pas encore publié, et le Parlement ne s’est pas prononcé. Peu importe ! L’auguste pensée présidentielle s’appuyant sur le non moins auguste rapport Varinard, la loi est faite ! J’avais souvenir d’une réforme de la Constitution votée cet été pour renforcer les pouvoirs du parlement, mais là, je chicane.

    De ce rapport, et donc de cette présidentielle loi, deux âges émergent.

    Douze ans. 12 ans d’abord pour la majorité pénale. En l’état actuel, il n’y pas de limite légale. Le juge des enfants apprécie la capacité de discernement l’enfant. Ca, ça ne va pas. La plupart des pays européens ont choisi 13 ans. Le rapport de l’excellent Varinard dit 12 ans. Idiot, mais bon... Tout autre est la seconde règle : la prison devient possible dès l’âge de 12 ans. Des enfants de 12 ans, dangereux au point de les mettre en prison. Quel aveu de faiblesse ! Et quelle ignorance du réel ! Un juge préférera toujours un centre éducatif à l’effroyable prison. Personne ne sait faire fonctionner les prisons pour mineurs. Personne ne sait se prémunir du drame des suicides d’enfants en prison. Mais on fonce !

    Seize ans. 16 ans serait l’âge pour se retrouver devant le tribunal correctionnel, avec les peines prévues pour les adultes, et l’abandon de ce qui fait la justice des mineurs, c'est-à-dire la prééminence de l’éducation sur la sanction. Avec cette précision que si les délinquants de douze ans sont rarissimes, l’immense majorité des clients du tribunal pour enfant a entre 16 et 18 ans. Alors, majorité pénale à 16 ans pourquoi pas ? Les enfants de 2008 ne sont plus les enfants de 1975, date à la quelle la majorité était passée de 21 à 18 ans. Pour ma part, j’ai la conviction que c’est plus difficile aujourd’hui pour ces enfants de 16 ans de se situer dans la société que pour ceux de 1975. Mais je me trompe sûrement. En revanche, je peux défendre avec force la logique de la justice des mineurs, d’autant plus qu’elle est universelle. L’enfant est enfant, c’est dire qu’il n’assume pas le gouvernement de sa personne, lequel relève jusqu’à la majorité de l’autorité parentale. Et il est donc impossible, sur le plan pénal, de condamner l’enfant comme un adulte car, justement, le Code civil lui refuse la responsabilité, qu’il confie au parents. Impossible de condamner une enfant pour une responsabilisé qu’il n’assume pas ! Ce serait inique. Aussi, poussons la logique du rapport : c’est la majorité civile à seize ans. A seize ans, ils deviendront majeurs, ils voteront, et assumeront la responsabilité de leurs actes.

    La France rejoindrait ainsi le club très fermé des pays qui reconnaissent la majorité à 16 ans : Nicaragua, Cuba, Antilles néerlandaises, Brésil et certaines des républiques de l’ex-Yougoslavie. En avance sur les pays qui ont adopté le seuil de 17 ans : Timor Oriental, Indonésie, Corée du Nord, Seychelles et Soudan. L’Iran a remonté de le seuil de 15 à 18 ans, certes, mais les guides de la Révolution sont des mollassons, c’est bien connu.  Et ils n’ont pas de vison prospective du pays. Pas comme notre excellent gouvernement.

     

    Irresponsabilité civile et culpabilité pénale : quelle faute ont commis les enfants pour qu’on leur réserve un tel sort ?

    faute_a_fidel_2.jpg

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu