Avertir le modérateur

De Fontenay

  • Miss France contre de Fontenay

    « Je ne me vois pas, moi, me promenant dans les provinces, dans les communes rurales, escortée d'une fille comme ça. Comme elle est à la Réunion , qu'elle y reste! ». Madame Geneviève de Fontenay, vedette d’Endemol, un club français de grands intellos, a visiblement pris un coup de chaud à propos de Valérie Bègue, Miss Réunion 2008. Mais il faut qu’elle se calme. Peut-être en venant tremper son petit popotin dans les eaux douces de l’Océan Indien : vielle méthode utilisée « dans les communes rurales » pour calmer les poules en chaleur.

    Parce que le problème est simple : Madame Geneviève de Fontenay aurait-elle utilisé la même formule « Comme elle est à la Réunion , qu'elle y reste! » s’il s’était agi de la Creuse, du Cotentin, ou des Alpes-Maritimes ? Bien sûr que non ! Or, faut-il rappeler que l’ile s’est vue attribuer son nom «  La Réunion  » par les révolutionnaires de 1793, et alors que la présence française était déjà séculaire ? Que La Réunion a été le premier département libéré de Vichy, dès novembre 1942 ? Que La Réunion a fait partie du territoire avant bien d’autres départements ?

    Et comme ça ne suffit pas, Madame Geneviève de Fontenay en rajoute : « C'est une fille indigne.» Attention, si les eaux de l’Océan ne suffisent pas à éteindre le feu, il faudra le tribunal. Parce que c’est vraiment le feu du n’importe quoi. Celle qui fait défiler les miss en bikini aménagé en tenue d’ange crie au blasphème pour une photo de Valérie Bègue sur une sorte de croix, dans une piscine. Photos volées, je précise, pratiquement avec les mêmes intentions que s’agissant de Laure Manaudou ! Le minimum aurait été d’apporter un peu de soutien à Valérie Bègue, qui annonce qu’elle va engager un procès pour ce vol d’intimité.

    D’où la question : attaquer pour bien se défendre ?

    Valérie Bègue et Endemol sont engagées par un contrat, qui, au terme d’un des plus célèbres articles du Code civil, l’article 1134, est la loi des parties :

    « Les conventions légalement formées tiennent lieu de loi à ceux qui les ont faites.

    « Elles ne peuvent être révoquées que de leur consentement mutuel, ou pour les causes que la loi autorise.

    « Elles doivent être exécutées de bonne foi. »

     

    Si elle est démissionnée pour une faute qu’elle n’a pas commise, Valérie Bègue pourra utiliser ce bon vieil article 1134, applicable dans « les provinces » comme à La Réunion. Elle gagnera son procès, et elle pourra alors demander à Madame Geneviève de Fontenay de démissionner.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu