Avertir le modérateur

Ministre

  • Montebourpif va-t-il nationaliser Renault ?

    prjxc86.jpg629 emplois menacés à Florange ; 7.500 détruits chez Renault. Le cas est réglé, car le gouvernement est sur les dents : Renault va être nationalisé… A vrai dire, c’est le farceur Montebourpif qui se retrouve en string. Eloignez les enfants…

    D’abord, les réalités économiques de notre temps. Pour Renault, c’est comme pour Mittal, les affaires ne vont pas si mal, mais il faut s’adapter à vitesse V. Il y a six mois, la bourse de Paris était effondrée ; depuis, elle est à plus 15%. Tout va très vite. Quelques heures d’avion pour les boss, une journée de train ou de camion pour le matos, et en temps réel pour les réunions de direction via Internet. Ça bouge à grande vitesse, et ça sera comme ça pour des années.

    Renault en faillite ? Non, car Renault n’a pas fait comme Peugeot, qui est restée la plus française des entreprises, et qui se trouve si affaiblie.

    Renault, par son charismatique boss Carlos Ghosn, depuis Detroit (Etats Unis, Amérique du Nord) où il présentait les derniers modèles de Nissan, explique vouloir « améliorer la compétitivité de ses usines dans l'Hexagone » et doit pour ce faire supprimer 17 % de ses effectifs français d'ici à fin 2016. 8.260 départs qui seront peut-être compensés par quelques embauches.

    La référence est pure business. Renault veut « abaisser son point mort de 12 % en-dessous du niveau de ses ventes 2011 (2,72 millions de véhicules) »... en cumulant toutes ses productions, c’est-à-dire  en France, très minoritaire, et en Roumanie, Maroc ou Corée du Sud.

    Notre ami Carlos Ghosn a voulu rassurer (Ah ah ah…) en expliquant que « la fermeture de sites en France n'avait rien d'inéluctable, à condition que ceux-ci deviennent plus attractifs ».

    Dans le « cerveau » de Montebourpif, tout est allé très vite.

    Pour Peugeot, avec la suppression de 8.000 suppressions de postes, dont 3.000 sur le site d’Aulnay-sous-Bois, le génie de la démondialisation avait parlé de traitrise.

    Pour les 629 emplois menacés de Florange, sur les 2.800 salariés du site, il avait menacé de nationalisation.

    Alors pour notre ami Carlos Ghosn ? Le procès pour haute trahison ? La nationalisation ? L’exil en Russie ? Plus sévère encore... Carlos Ghosn sera condamné à lire « Votez pour la démondialisation » (Flammarion), livre majeur de la théorie économique de 48 pages, écrit par Montebourpif. Quel supplice ! 

    En fait, il ne se passera rien. La farce gouvernementale trouve ici ses limites, car le puissant Renault n’est pas le faiblard Peugeot, ni la cible idéale Mittal, Indien vivant à Londres.  

    La France est en live. Le PDG de Renault, depuis Detroit, humilie le sinistre de l’Industrie. Cette attaque restera sans aucune suite pour le simple motif qu’elle est sérieuse et que nous n’avons plus de gouvernement. La France se gère toute seule, comme une grande. Il ne reste plus que les militaires pour devoir obéir. Je les plains. 

    visu-ubu-roi-internet.jpg

    Le Gouvernement gouverne

  • La Justice a retrouvé un ministre ! Et c'est une ministre !

    L’entretien de Christiane Taubira à Libération est une républicaine surprise. On a retrouvé un ministre, un vrai.

    justice,ministre,mineurs,détention

    Allégorie de la Justice, Gaetano Gandolfi, entre 1760 et 1762, Musée du Louvre

     

    Taubira a-t-elle tort ou raison ? On verra, mais ce n’est pas le plus important. Ce qui marque, c’est que le ministère est piloté par un Ministre, qui prend le temps de travailler avant de faire des déclarations, qui défend la qualité du travail de ses services et qui prend des positions politiques fortes. Tout çà, c’est nouveau et inattendu car bien loin des miasmes sécuritaires de la campagne de la Gauche Molle.   

    Un ministre de la Justice, un vrai !

    Des trois ministres de la Justice du quinquennat Sarko, aucun n’a réellement exercé la fonction car tout se décidait entre le conseiller justice de l’Elysée et le cabinet du ministère de l’Intérieur. Le ministère de la Justice voyait passer les plats,… quand il les voyait passer ! 

    Il faut dire, aussi, que nous avons eu de grands visionnaires, très qualifiés pour le job.

    Dati était reine pour différencier une robe Hermès ou Chanel, mais après trois ans de fonction elle ne faisait toujours pas la différence entre un procureur et un préfet.

    MAM n’a rien fait, à part montrer ses talents pour la défiscalisation en Tunisie via les SCI familiales.

    Quand à Mercier, le raminagrobis du groupe centriste au Sénat, il a incarné, à merveille, le vide. Notamment lorsque les policiers manifestaient à Bobigny contre une décision de justice. Ou quand Guéant, ministre de l’intérieur, commentait en direct l’affaire Merah, alors qu’une instruction judiciaire avait été ouverte.

    justice,ministre,mineurs,détention

    Allégorie du Triomphe de la Justice, Jean-Baptiste Jouvenet (1644-1717), Petit Palais

     

     

    Et le programme de la  Gauche Molle ?  

     

    C’était une pitié, avec dans le rôle-titre l’ex-futur ministre Vallini, qui programmait une table ronde dès qu’un journaliste lui posait une question et qui alimentait à tour de bras l’insensé discours sécuritaire de son maître de pensée, Sarkozy Nicolas.

     

    Incapable de poser un principe d’analyse, et c’en était à rire : « Oui, nous allons changer cela, mais avec des aménagements, après discussion, dans le consensus, et sous conditions, et sans braquer l’électorat hostile, et patati, et patata… ». Leur trouille ? Se faire taxer de « laxisme » ou « d’angélisme », par ceux qui ont laissé exploser les chiffres de la délinquance et qui ont perdu toutes les élections en cinq ans.  Sans réflexion sur la fonction judiciaire, ils étaient à poils devant la moindre critique.

     

    En figure de proue, la délinquance des mineurs car pour tous ces poltrons de l’avenir, la jeunesse est une menace. Aussi le normal Hollande François dans son programme d’acier avait prévu de doubler les centres éducatifs fermés (CEF), car les p’tits jeunes, ils allaient trembler avec la Gauche Molle, et pas l’inverse ! Il faut dire que voir la Gauche Molle trembler, ce n’est pas un spectacle pour les enfants.

    justice,ministre,mineurs,détention

     

    La Justice et la Vengeance Divine poursuivant le Crime, Pierre-Paul Proud’hon, entre 1815-1818,

    Musée de l’Hôtel Sandelin, Saint-Omer

     

    Les déclarations de Christiane Taubira

     

    Les centres éducatifs fermés

     

    « Il faut sortir du fantasme CEF. Il faut arrêter de dire que c'est LA solution. Aujourd'hui, on place en CEF des jeunes car, parfois, il n'y a pas d'autres offres de placement. On ne va quand même pas en construire d'autres pour légitimer ce contresens ».

     

    Excellent. Un CEF, un centre fermé qui n’est pas une prison, est un élément important du dispositif mais il ne correspond qu’à l’un des besoins, celui des situations limites, et il était inadmissible de voir la Gauche Molle en faire son point phare.

     

    Ce d’autant plus que comme les budgets ne suivent pas, il ne s’agit pas de construire (et équiper en personnel) des CEF mais de transformer des centres ouverts en centres fermés ! Ainsi, des primo-délinquants se trouvent, par manque de place, en CEF.

     

    Aussi, et comme les expériences sont diverses, le ministère va évaluer. Mais dire qu’on évalue avant de foncer, c’est une traitrise pour les allumés de l’UMP. C'est vrai que si on évaluait l'UMP, ça ferait des dégats.

     

    La ministre a tout à fait raison de rappeler les succès du service socio-éducatif milieu ouvert : 80% de non-récidive. Qui dit mieux ? Aussi, elle annonce un renforcement des effectifs. C’est la seule solution de sagesse, car vis-à-vis de mineurs, rien ne peut se faire sans le rapport humain.

    justice,ministre,mineurs,détention

     

    La Clémence et la Justice, Louis Jean-René Lagrénée, 1765

    Musée National du Chateau de Fontainebleau

     

     

    Les courtes peines

     

    «Il y a des années que l'on sait que la prison génère de la récidive, c'est presque mécanique. Il faut arrêter ! Ça désocialise, ça coûte cher et ça fait de nouvelles victimes.»

    Polémique ? Voici ce qu’en dit une étude faite par l’Administration pénitentiaire en mai 2011 à partir des dossiers de 7000 détenus, en examinant la situation 5 ans plus tard. Dédié à tous nos bons amis de l’UMP.

     

    -          Parmi les personnes ayant purgé une peine inférieure à 6 mois, 62% avaient récidivé.

    -      Pour celles ayant effectué entre un an et moins de deux ans, le taux est de 64%.

    -      Seulement 37% des détenus ayant purgé une peine de cinq ans et plus avaient récidivé.

     

    Oki ?

    La prison comme seule solution…

    C’est un problème de désintoxication de l’opinion : «La droite a fait croire à l'opinion publique qu'en enfermant de plus en plus, n'importe comment et pour n'importe quoi, on assurait sa sécurité. L'opinion a été totalement endoctrinée par des informations partisanes.»

    La ministre poursuit : « La surpopulation carcérale est directement lié à la politique pénale menée ces dix dernières années par la droite. Elle est inacceptable et dangereuse, et des consignes vont être données aux parquets pour freiner le recours aux peines planchers et aux courtes peines de prison, susceptibles d'être remplacées par des peines alternatives.»

     

    Le démantèlement des campements de Roms ?

     

    La réponse tient en quelques mots : «C'est une question pour Manuel Valls? Allez place Beauvau. Là, on est place Vendôme.»

     

    Cette fois-ci, c’est sûr : on a retrouvé un ministre de la Justice, garde des Sceaux. Et c'est une ministre.

     

    justice,ministre,mineurs,détention

    Allégorie de la Justice et de la Paix, Corrado Giaquinto, 1753, Collection privée

  • Quand l’inflation prend la tête…

    Faut-il une petite inflation pour durcir la croissance ? Alors que les passions s’enflamment, il est temps de rapprocher les parties…

    D’abord, sachons mettre le problème entre de bonnes mains. Des mains expertes, qui font naître au fond du gosier le goût de la réussite. Toute joie devrait-elle être contenue ? Le délice, c’est la libération, libération charnellement vécue dans le pays où toute bonne nouvelle s’accompagne du pet du bouchon de champagne, laissant jaillir, pour le bonheur de nos palais, le plus délicieux des liquides.

    Et puis, qu’on ne nous dise pas que cette histoire d’inflation n’aurait ni queue ni tête. Pendant les périodes d’inflation sauvage, les queues se forment devant les commerces, et ce n'est pas bon signe. Chacun le sait : une petite inflation muscle la croissance, et peut permettre de gaillardes érections,… euh élections. Alors que si on ne se préserve pas, une douce inflation peut finir en tête à queue, avant de dériver en un combat sans gland,… euh sanglant.

    Aussi, gardons la tête froide, pour ne pas avoir à appeler les pompiers. Mon ami René m’a signalé hier ce beau slogan issu des turluttes sociales : « 67 ans ? Pourquoi pas 69 ? Quitte à se faire baiser... ». Mais de cela, je vous remercie de ne pas piper mot.  

    Sloggan qui se défend.jpg
  • Mon programme pour faire de bons ministres français

    Eric veut de bons Français, et moi, je veux de bons ministres français. Conjuguons nos efforts, mon cher Eric ! Je t’adresse les principes, et tu m’en fais une loi, vite fait bien fait sur le gaz. Ne t’inquiète pas, le groupe UMP vote n’importe quoi, il n’y aura pas de problèmes. Merci d’avance et bonjour à la famille.  1_0.jpg

    Article 1. – Une personne qui a fait campagne dans un camp ne peut pas se faire nommer comme ministre de l’autre camp.

    Article 2. – Les ministres respectent la Constitution, et exercent donc sous l’autorité directe du Premier ministre, chef du gouvernement, et non pas en se tirant la bourre par de petits copinages avec le président de la République, garant de l’unité du pays, et œuvrant bien au-delà des contingences politiques et électorales, non mais.

    Article 3. – Les ministres respectent les déclarations de droits fondamentaux, qui sont la fierté de la France, et se refusent à voter des lois débiles, qui se feront carboniser au premier procès venu, ceci juste pour tenter de ramener le FN à moins de 12% au premier tour de la présidentielle, pour sauvegarder les chances de Nicolas au second tour.

    Article 4. – Les ministres respectent le droit européen, et renoncent à prendre la Commission de Bruxelles pour un paillasson, alors que leur gouvernement a lui-même installé cette Commission, et que la Commission applique les textes adoptés par la réunion des instances gouvernementales européennes, dont la tienne, hé banane !  

    Article 5. – Les ministres ne se prennent pas le chou, et évitent de traiter les instances de l’ONU d’assemblées d’andouilles, ceci pour garder un peu de dignité à la France, et pour leur propre bien-être aussi, en application du principe : « Plus grosse est la tête, plus forte sera la migraine ».

    Article 6. – Les ministres font voter les lois quand c’est raisonnable, et évitent par exemple de faire voter sur le thème de l’immigration 5 lois en 7 ans, ce qui relève de l’incontinence législative dans sa forme grave.

    Article 7. – Les ministres qui s’occupent des finances de l’Etat renoncent à s’occuper des finances du parti qui les a nourris.

    Article 8. – Les ministres condamnés en correctionnelle pour injure raciale ne la ramènent ni trop vite, ni trop tôt.

    Article 9. – Les ministres évitent de se prendre pour des maraîchers, et de nous vendre des salades du genre : « Je ne connais pas cette circulaire qui entre dans mes attributions ministérielles et à la préparation de laquelle un de mes proches collaborateurs a activement participé ».

    Article 10. – Toute infraction dûment constatée conduira au retrait de deux points sur le permis d’exercer du ministre contrevenant, et lorsque le taf sera épuisé, le ministre fera l’objet d’un arrêté de reconduite à la frontière du gouvernement, avec retour au pays d’origine (Mon pote, tu vas te retrouver dans les bras de Martine !... et interdiction de la ramener même pour un court séjour).  

     

    ca-c-est-de-la-pomme-de-ter.jpg
    Mon pote Eric a la patate !
  • Les ministres à - 5% ?

    Petit_20cochon_20Tirelire.jpgC’est le sujet du ouïk, et il y a de quoi rigoler. David Cameron à peine nommé inaugure par le plus idiot des gadgets : la paie des ministres diminuée de 5%. Et tous les esbaudis de la presse qui enchaînent sur ce geste flatteur de solidarité… De suite, nos andouilles tricolores d’approuver sur le thème « nous devons être exemplaires ». Avec comme chef d’escadrille Rama Yade, entraînant dans son sillage Nathalie Kosciusko-Morizet, Bruno Le Maire et Valérie Pécresse.  

    Merci aux andouilles de ne pas nous prendre pour des crétins finis. La rétribution du ministre n’est pas rien, mais nous faire croire que c’est le critère d’analyse du coût du ministre…

    Je passe sur tous les frais et avantages divers et vairés. Je passe aussi sur les budgets qui permettent de financer des études, des rapports et des sondages d’opinion. Un ministère est un grand service qui doit avoir du répondant, notamment pour défendre les vues du ministre. Tout ceci nous fait déjà budgétairement exploser les chiffres, mais ce qui est beaucoup plus intéressant, c’est le cabinet ministériel. Parce que là, c’est l’hallu totale, et au service du ministre.accessoire_177.jpg

    Un ministre est le boss de son administration. Ce qui signifie que lorsqu’il prend ses fonctions, il bénéfice d’un ensemble de services que l’Etat met à sa disposition dans  le cadre de la continuité des services, et c’est bien le minimum : secrétariat, documentation, études, communication,  et surtout les grandes directions des services ministériels, tenus par des fonctionnaires hors pair, compétents et dévoués, et eux-mêmes entourés de fonctionnaires particulièrement impliqués.  

    Mais non, ça ne suffit pas : il faut le cabinet. Et là c’est toutes vannes ouvertes.

    L’idée du cabinet, c’est que les services du ministère sont tenus par une certaine fidélité au service, qui ne disparait pas derrière le jeu de l’autorité hiérarchique, et que le ministre doit pouvoir d’entourer d’une petite équipe à sa main, de conseillers qu’il choisit lui-même et qui seront ses assistants.

    Tirelire_cochon_texte_rouge_(2).jpgPourquoi pas ? Si ce n’est que le phénomène a pris une ampleur considérable, et que le cabinet est devenu un doublon des hautes directions des ministères, ce qui est anormal en termes de fonctionnent, et particulièrement coûteux. Vous trouverez ci-dessous l’état des lieux pour quelques ministères significatifs : au minimum 20 personnes. Ajoutez le secrétariat du cabinet, le standard, l’agenda… au minimum trente personnes. Ainsi, chaque ministre, outre les services du ministère, le travail en amont de l’Elysée et de Matignon, celui de l’ensemble des servies consultatifs de l’Etat, se trouve à la tête d’une petite PME de trente personnes, entièrement à son service, pour lui faciliter la vie. Tout un petit monde à loger et nourrir. Bref, quand ils se font la pub de ramener leur rémunération de 5%, ils nous parlent du chiffre après la virgule.

    La   défense : 22 personnes

    http://www.defense.gouv.fr/ministre/le_ministre/cabinet/cabinet_du_ministre_de_la_defense__1

    La justice : 19 personnes

    http://www.justice.gouv.fr/index.php?rubrique=10016&ssrubrique=10020

    La culture : 20 personnes

    http://www.culture.gouv.fr/culture/cabinet.htm

    L’agriculture : 20 personnesDO3976.jpg

    http://www.gouvernement.fr/gouvernement/bruno-le-maire?tab=cabinet

    L’éducation : 28 personnes

    http://www.education.gouv.fr/pid18-cid2534/les-membres-cabinet.html

    Le travail: 21 personnes

    http://lannuaire.service-public.fr/services_nationaux/cabinet-ministeriel_165696.html

    La santé et les sports : 23 personnes, dont toute une équipe pour chapeauter les sports…

    http://www.sante-sports.gouv.fr/cabinet.html

    …ce qui n’empêche pas notre hypergéniale Rama Yade, secrétaire d’Etat aux sports, de se faire payer une équipe de 10 conseillers…

    http://www.sports.gouv.fr/francais/qui-sommes-nous/la-secretaire-d-etat-chargee-des/cabinet-733/

    … tout ceci pour nous expliquer, à l’issue d’un effort intellectuel intense, qu’un mis en examen – sous-entendu peut-être Ribery pour son cadeau d’anniversaire – ne peut jouer en équipe de France. Elle qui était aux régionales la n° 2 d’une liste conduite par le mis en examen Santini !

    Je vous assure : ils sont trop nuls…

    insolite-maroc06.jpg
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu