Avertir le modérateur

Opposition politique

  • Où en est l'opposition?

    Sarkozy bien bas, mais où en est l’opposition ? Et bien ce n’est pas mieux. Je vous invite à lire le grand cri d’indignation de ceux qui se croient encore nos leaders politiques, à travers un « Appel à la vigilance républicaine » publié hier par l’hebdo Marianne.

     

     

    Le document est passé assez inaperçu, notamment parce que les autres médias, non consultés, n’entendent pas faire trop de pub à leur confrère. Cette lecture vaut pourtant sont pesant de cacahuètes républicaines. Un truc tellement minable, que déjà Sarkozy devient plus sympathique.

     

     

    Le problème est que ce « truc » a été signé par une série d’hommes et des femmes qui n’ont pas une mince considération d’eux-mêmes, et dont la plupart se verraient bien à la place de Sarkozy : Dominique de Villepin, Ségolène Royal, François Bayrou, Jean-Pierre Chevènement, Corinne Lepage, Nicolas Dupont-Aignan, Bertrand Delanoë, Noël Mamère, André Gérin, Arnaud Montebourg... Pour faire bon poids, Marianne a ajouté des personnalités comme Pierre Lefranc, ancien chef de cabinet du Général de Gaulle ou Jean-Paul Bled, président des Cercles universitaires d'études et de recherches gaulliennes. Sur la dalle d’Argenteuil, les habitants sont impressionnés…

     

     

     

    Notre joyeuse équipe entend réaffirmer « un certain nombre de convictions et de valeurs ».

     

     

    Voyons cela.  On trouve pêle-mêle le « principe républicain » et, en conséquence, le « refus de toute dérive vers une forme de pouvoir purement personnel confinant à la monarchie élective », les « fondamentaux d'une laïcité ferme et tolérante », « l'indépendance de la presse » et « les grandes options qui ont guidé, depuis cinquante ans une politique étrangère digne ». Vous aurez admiré la puissance de l’analyse ! Mais ils n’en restent pas là : « Les soussignés tiennent à rappeler leur engagement à défendre, séparément ou ensemble, ces impératifs, comme toujours cela fut fait au cours de l'Histoire de la République. » Voilà le détail qui m’avait échappé : ce sont des héros ! Des combattants de la liberté !

     

     

    Depuis son hôtel de région du Poitou-Charentes, Ségolène, qui avait renoncé à un mandat national de député, regroupe ses forces pour préparer les grands combats de l’Histoire de la République. Nous voici rassurés.

     

     

    Dominique de Villepin n’a jamais songé à se présenter à une élection, mais c’était de peur de prendre une balle perdue sous forme d’une dégelée électorale de base, alors qu’il doit garder toutes ses forces pour conduire la bataille suprême, celle de l’Histoire de la République.

     

     

    Bertrand Delanoë est devenu l’Empereur du Vélib’ et des crèches municipales… Mais ce n’est que du camouflage ! Bertrand Le Grand est en réalité un chef de guerre clandestin, qui se rase tous les mains en pensant au destin de la République.

     

     

    Si Jean-Pierre Chevènement occupe des appartements HLM, c’est pour être en position stratégique, au cœur du peuple, quand il faudra conduire l’insurrection.

     

     

    François Bayrou veille au grand sud, depuis la basse arrière de Pau. Si Montebourg se passionne pour les cantonales, c’est pour préparer l’activation des réseaux du maquis. Et Noel Mamére s’est déjà proposé comme porte parole des troupes au combat.

     

     

    Qu’y a-t-il en réalité derrière cet appel ?

     

     

    Un opportunisme politique à deux balles. Sarkozy vacille, c’est le moment de taper. Et comme ces combattants de l’Histoire n’ont rien à proposer, ils se drapent dans les vertus de la République. Non, vraiment le bonnet d’âne leur irait mieux que le bonnet phrygien ! C’est de cette espèce de glue bien-pensante que le pays souffre. Si Sarkozy a gagné, c’est bien parce qu’il dessinait une perspective.

     

     

    Je trouve par ailleurs indécente cette capacité à s’auto-désigner gardien de la République. D’autant plus qu’au regard de l’indigence du texte, le coté « appel du 18 juin » est assez pathétique. Et le fait que ce soient les leaders politiques du moment qui s’avancent sur une telle démarche donne une idée très juste de tout ce qu’il y a reconstruire.

     

     

    A moins d’en venir au constat que la politique est finissante, et que tout se joue entre l’économie et les droits de l’homme. Mais ça, je ne peux m’y résoudre.
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu