Avertir le modérateur

Plaider-coupable

  • L'affaire de la gifle élucidée

    Belle réussite policière : l’affaire de la gifle a été élucidée ! En période de culture du résultat, c’est un succès rejaillit sur toute la police nationale. Honneur et respect.

     

     

    Et oui, chères amies, chers amis, le danger est de partout, y compris au collège Gilles-de-Chin, situé sur la commune de Berlaimont, dans le Nord. Mais serrons les rangs, et force restera à la loi. Ceux, chaque jour, qui déplorent de voir leur plainte orientée vers la voie de garage des « mains courantes », souffrent des longs délais des enquêtes, déplorent la pratique des « classements sans suite », ont eu du baume au cœur en découvrant l’efficacité des services de police dans cette affaire.

     

    La partie n’était pourtant pas facile, la police devant intervenir dans une de ces zones de non-droit, que l’on appelle les établissements d’enseignement. Des lieux où règne en maître le communautarisme enseignant, avec des personnages très curieux, les principaux de collèges, qui se sont, au fil du temps fait reconnaître le droit s’assurer l’ordre public au sein des établissements.

     

    Ce professeur, disons le nettement, avait bien monté son coup. Mais la police d'Aulnoye, dirigée par le procureur de la République d'Avesnes-sur-Helpe, Bernard Beffy, a su déjouer le piège ! En effet, pour mieux commettre son méfait, le professeur avait su attendre 29 ans de services irréprochables et obtenir les louanges unanimes, de ses collègues, des élèves et des parents. Voilà comment on croit se construire un alibi…

     

    En garde-à-vue le bandit ! Et interpellé à son domicile, avant qu’il n’ait pu organiser sa fuite ! Le convoquer au commissariat pour « affaire le concernant » et enquêter paisiblement ? Impossible. Il aurait certainement profité de ce délai pour quitter le territoire, ou entrer dans la clandestinité. Et puis, il y avait le risque récidive ! Des enfants laissés sans défense face à tel péril ? Hors de question, à l’heure où la justice repose sur trois piliers : principe de précaution, victimes au centre du procès, et enfant-roi.  

     

    Bon, j’ai bien compris qu’il n’y avait pas eu qu’une gifle. La gifle faisait suite à un « Connard !» lancé par un élève de sixième après que le prof’, énervé par une table mal rangée, ait plaqué l’élève contre le mur. Mais quand, même… Quelle disproportion !

     

    Et ce d’autant plus que l’issue procédurale trouvée est la plus mauvaise qui soit : le plaider-coupable ». C’est dire que lors de l’audience du 27 mars, il ne se dira rien ou très peu. Le principe de cette procédure introduite par la loi du 9 mars 2004 est le prononcé d’une peine allégée en échange d'une reconnaissance des faits reprochés. La peine est posée et discutée avec le procureur, à huis clos, et si un accord est trouvé, il est ensuite homologué par le juge, en audience publique.

     

    C’est dire que le principal intérêt du procès, disséquer le faits et cherche à comprendre le pourquoi du débordement, passe à la trappe.

    La Fédération des autonomes de solidarité, qui regroupe 580.000 personnels de l'Education nationale «contre les risques du métier» a fait savoir qu’elle avait recensé, pour 2006-2007, 57 dossiers de professeurs accusés d'avoir donné un coup aux élèves, sur un total d'environ 1.760 dossiers d'agressions, insultes, menaces, etc., concernant profs, chefs d'établissement et élèves.

     

    Certes, le prof’ peut encore refuser cette procédure, et demander un vrai débat. Lui seul décidera, et on comprendrait qu’il souhaite ne plus entendre parler de cette affaire. Les options de procédure choisies, spectaculaire garde-à-vue et procès en catimini, n’auront pas pour effet d’avancer sur la voie d’une compréhension, pourtant bien nécessaire.

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu